Compte-rendu du séminaire 1 – 15 janvier 2008

Préambule : autant que possible, au terme des trois années, nous devons aboutir à un « résultat-livre » qui ne soit pas une compilation hétérogène d’approches spécialisées, mais un continuum sans hiatus, où la pluridisciplinarité prenne tout son sens.

Les deux axes majeurs, non pas concurrents mais complémentaires et indissociablement liés l’un à l’autre, sont exposés par Matthieu Letourneux et Michel Manson :

Matthieu Letourneux (ML) pose la question de l’approche littéraire d’un éditeur (à partir de son travail actuel sur Tallandier, avec J.Y.Mollier), qui suppose de se démarquer de l’approche historique. Le caractère sériel, répétitif, qui ferait la faiblesse littéraire, est en fait la force en termes d’analyse littéraire d’un éditeur. La sérialité elle-même impose un regard particulier : est-ce que l’éditeur impose des formes ? des supports de diffusion spécifiques induisent-ils ou traduisent-ils des préoccupations de contenu spécifique ? y a-t-il incidence sur l’écriture en amont ? (voir Ellen Constans.Ouvrières des lettres. Limoges : PULIM, 2007.) De même incidence en aval : lit-on des livres de Mame de la même façon que des livres d’un autre éditeur ?

Dans cette réception, l’éditeur  joue un grand rôle texte > l’éditeur comme AUTEUR, c’est à dire figure d’autorité derrière un auteur.

A nous d’inventer une façon littéraire de réfléchir à Mame.

Michel Manson (MM) : il faut resituer cela dans le système éditorial des éditeurs catholiques, qui se font une concurrence terrible (cf lettres entre Mégard et Mame, car l’un a baissé son prix d’un ou 2 centimes) Ce qu’il faut parvenir à savoir auparavant : y a-t-il des auteurs maison ?  des auteurs spécifiquement catholiques ? de quelle façon est composé le « cheptel » des maisons comme Mame ? (cf  Mégard : auteurs d’Ancien Régime / auteurs du premier tiers XIXe, domaine public > deviennent communs à tous les cathos / auteurs locaux) Cela implique de faire toutes les recherches sur les auteurs (leur part de régionalisme). Quantité de femmes, qui sont soutien de famille.

Nous devrions parvenir à un rééquilibrage réel des lectures enfantines (≠ livres pour enfants) : tout le monde ne lisait pas les auteurs « pour la jeunesse », en France rurale les lectures sont celles des éditeurs catholiques de province.

> voir comment ce type de lecture forme la jeunesse. Epistémologie de notre sujet, plusieurs enjeux importants : modifier la perspective en faveur des lectures de la jeunesse au XIXe, en montrant ce que proposent les éditeurs catholiques, pas aussi médiocres que ce que dit Hetzel. Rééquilibrer la connaissance des auteurs et des genres, en faveur de la province.

-> nécessité d’établir une base de données pour :

1. constituer le corpus

2. établir les fiches-auteurs

1. travail sur le corpus > la base de données File Maker Pro

Sur le modèle du travail mené par Michel Manson à Rouen, nous décidons de créer trois fichiers au moins:

Livres / Partenaires (auteurs, illustrateurs) / E.L.I. (éditeur libraires imprimeurs)

Le fichier « Partenaire » pourra en outre être doublé d’une base spécifique pour l’iconographie (Illustrateurs, graveurs), dans laquelle nous inclurons des images numérisées des cartonnages, gravures, illustrations. Dans le cas d’un illustrateur ayant travaillé à plusieurs livres, il conviendra de créer un dossier à part, permettant de ne pas mélanger des images provenant de publications distinctes.

Sources d’information pour établir ce catalogue-corpus :

– les archives départementales  [NB : il faut bien mentionner l’imprimeur sur chaque fiche, car c’est l’imprimeur qui fait le dépôt légal] : 5 exemplaires de tout livre sont envoyés par l’imprimeur à la préfecture (> versés aux archives départementales), qui fait suivre à la B.N. (> versés aux Archives nationales, série  F18, librairie et édition) où les références sont saisies dans un grand registre. Procédure qui vaut pour tout le XIXe ;failles à la fin du siècle, quand le surveillance de l’édition se relâche. Nous obtiendrons de la sorte des informations précieuses sur le tirage de chaque livre.

Voir D. Gallet-Guerne, Les sources de l’histoire littéraire aux Archives nationales. Paris, 1961, in-8°, p. 99-105 (Ministère chargé des Affaires culturelles. Direction des Archives de France).

Voir le détail de la série F18 aux Archives nationales à cette adresse :

http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/fonds/edi/sm/F/EDIF18.html

Matériel : base de données File Maker Pro, avec une licence pour chacun

Licence PC pour Matthieu Letourneux, Christine Bénévent, Tangi Villerbu.

Licence Mac pour Cécile Boulaire,  Michel Manson.

Mathilde Lévêque, Michèle Piquard : à voir.

Michel Manson propose à l’équipe de travailler sur la fiche-type qu’il a élaborée pour le travail de saisie au Musée National de l’Education à Rouen. Il apporte en outre les 370 premières fiches Mame, déjà contenues dans son fichier personnel. Lorsque nous aurons acquis les licences, une séance de travail (Michel, Cécile) sera consacrée à l’adaptation de la fiche-type ainsi qu’à la relecture du protocole de saisie déjà rédigé pour Rouen. Les divers documents (application avec licence ; fiche-type ; protocole) seront alors envoyés à chacun.

Nous convenons d’emblée de ne pas procéder à des modifications de fiches existantes, afin d’éviter un fastidieux travail de dédoublonnage. Les modifications suggérées seront rédigées sur une feuille libre, et soumises à l’administrateur de la base, qui procédera seul à ces modifications. Pour inclure de nouvelles fiches en revanche, aucune difficulté : il suffit de sélectionner les fiches créées à partir de la date de la dernière mise à jour. La date de création s’inscrit automatiquement sur une fiche.

Il faudra entrer les dimensions de chaque livre, ce qui permet de voir l’image du livre de jeunesse et la transformation des formats (mesurer le livre « hors tout » ; entre 2 relieurs, il y a des dimensions différentes). NB une case précise si le livre a été « pas vu / vu / lu »

L’unité de base est l’objet livre. Il y a une case « doublon » (« D ? » = exemplaires différents d’un livre de la même édition > permet de voir plusieurs présentations matérielles du même titre). Mais une recherche permet d’éliminer les doublons, si on en a besoin. Un retirage est un autre livre. Une réédition a fortiori. Un rebrochage ultérieur ou un changement de couverture est à noter, mais n’est pas une autre édition. Des exemplaires qui n’existeraient plus aujourd’hui sont tout de même saisis : par exemple, ouvrages annoncés par des annonces, compte-rendus, etc… même si aucun exemplaire n’est conservé. Il faut le noter car on peut ensuite découvrir le livre matériellement.

Pour les cartonnages romantiques : FMP fonctionne avec du numérique, on peut inclure une photo de la couv, du cartonnage.  / lorsque les documents iconographiques sont très nombreux, il faut passer à une banque d’images. Tout fonds local permet de prendre des photos. Les fiches BN ne donnent jamais les noms de graveurs qui figurent sur la gravure elle-même, alors que partir de ces noms permet de retrouver des illustrateurs locaux : ces informations valent pour nous.

Quelques petites cases en bas de la fiche remettent les informations principales dans un ordre normé (par ex. « Mame (Ad.) & Cie »)

Attention aux livres imprimés par Mame pour des éditeurs extérieurs ! (ex : des livres imprimés par Mame à Angers pour un éditeur de livres pour enfants parisien en 1804). Cela permet de comprendre comment Mame en vient à publier des livres pour enfants, après en avoir imprimé et/ou vendu.

Voir : FELKAY, Nicole. Les trois faillites de Louis Mame. L’Année balzacienne, 1973, p.155.

Remarque de Michel Manson : nous manquons d’un lieu pour conserver des dossiers de documents …

2. travail sur la famille et ses réseaux > logiciel Heredis

Michel Manson présente le logiciel de généalogie Hérédis, qui va être acquis pour chaque chercheur de l’équipe. Il permet référence aux archives : intégrer des actes numérisés ou photographiés.

= outil qui nous permettra de faire l’histoire de la famille, de retrouver les liens de sociabilité, et les liens commerciaux (> retrouver des archives sur les partenaires).

Michel Manson sera l’administrateur de la base généalogique ; mais tous seront utilisateurs, et contribueront selon les fonds dépouillés.

3. partage des tâches

Pour la constitution de la base-corpus, nous nous partageons les tâches différemment de notre prévisionnel (cf. arrivée plus tardive de Michèle Piquard et grossesse de Mathilde Lévêque), à savoir :

Michel Manson:        du début à 1860

Cécile     Boulaire :        1861-1880

Christine Bénévent :        1881-1918

Matthieu Letourneux :    1919-1939

Mathilde Lévêque et Michèle Piquard prendront la suite chronologique des recherches (ou nous referons un partage selon le degré d’avancement du dépouillement) au moment où elles rejoindront l’équipe.

4. fonds à explorer et missions

  • Catalogues d’éditeurs: cote Q10 à la BNF (Cécile Boulaire)
  • Archives diocésaines Angers (Tangi Villerbu)
  • Archives diocésaines Tours (Cécile Boulaire; Robert Beck propose de venir aussi rencontrer l’archiviste)
  • Archives Départementales d’Indre-et-Loire:

o    Les sous-séries 1-4 T (enseignement, imprimerie, presse) avec cette mention réjouissante :

2 T – Imprimerie, librairie, presse (1815-1951). « La sous-série 2 T comprend pour l’essentiel des brevets d’imprimeurs et de libraires, des autorisations de publication et des dossiers relatifs à la surveillance de la presse, de la librairie et du colportage. On y trouve également des documents relatifs au dépôt légal des ouvrages institué en 1810. A noter les déclarations et bulletins de dépôt de l’imprimerie Mame à Tours . »

o    Archives notariales , notamment la série Q (domaines, enregistrement, hypothèques)

NB le répertoire numérique de la sous-série 2C concernant les actes de notaire pour les XVIIe et XVIIIe siècles, établi par les ADIL, ne signale pas de documents déposés pour la période qui nous intéresse (arrivée du premier Mame à Tours en 1796).

o    Administration générale et économique :

8 M 1-138 (provisoire) – Commerce et tourisme (1764-1948). La sous-série 8 M, représentant 13 ml, comporte des informations sur la Chambre de commerce de Tours, les foires et marchés, les poids et mesures, les expositions et le tourisme.

9 M 1-72 (provisoire) – Industrie (an IX-1942). La sous-série 9 M, représentant 9 ml, comporte des archives sur la Chambre de métiers et ses élections, sur les fabriques et sur les différentes industries existant dans le département, sur les brevets d’invention, l’apprentissage et l’enseignement technique.

10 M 1-178 (provisoire) – Travail et main-d’oeuvre (1806-1940, en cours de classement). La sous-série 10 M, représentant 22 ml, comprend le fonds de la préfecture, celui de l’Office départemental de la main d’oeuvre agricole et celui de l’Inspection régionale du travail. Elle se rapporte à toute l’organisation et la réglementation du travail : placement de la main-d’oeuvre tant française qu’étrangère, conventions collectives, conflits sociaux avec une partie spécifique relative à la préparation et à l’organisation de la main d’oeuvre en temps de guerre.

o    Pour étudier l’installation de Mame à Tours, voir

AUDIN (P.), « La Révolution au jour le jour en Val de l’Indre : III. Les années 1794-1799 », L.V.I. 17, 2005, pp. 31-37.  cote 998 PERU 2

« Des « annales » locales existent enfin, soit indépendantes (Loches), soit inclues dans des

monographies aux bornes chronologiques plus larges (Sainte-Maure-de-Touraine par exemple) :

voir à la rubrique « Communes ». On dispose enfin d’utiles « calendriers » thématiques : troubles et

émotions populaires (voir à la rubrique « Police » le travail de N. Vallée), fêtes révolutionnaires (voir à

la rubrique « Communes », entrée « Tours », l’étude de C. Marchon-Marceau). » (source : site des ADIL)

d’une manière générale, de précieuses références sont contenues dans la brichure téléchargeable sur le site des ADIL La Révolution en Indre-et-Loire (1789 – an VIII) : Orientation bibliographique.

o    Justice série U (éventuelles failllites, scellés de concurrents de Mame à Tours ; contrats avec sous-traitants)

o    Famille Mame: voir

LAURENCIN (M.), Dictionnaire biographique de Touraine, Chambray-lès-Tours, C.L.D., 1990, 607 p. et généalogies.  Cote 4° 1112, usuels B

Et pour répondre à une question que nous nous sommes posée :

FENEANT (J.), Les Francs-Maçons de Touraine de 1745 à 1847. Supplément à l’histoire de la franc-maçonnerie en Touraine. Index onomastique, Tours, C.G.D.T., 1982, 20 p.  cote  4° Bh 717

  • Fonds religieux divers en Indre-et-Loire (voir brochure Guide des sources de l’histoire du culte catholique en

Indre-et-Loire, 1801-1905, téléchargeable sur le site des ADIL)

  • Archives des Frères des Ecoles Chrétiennes (Lyon): Tangi Villerbu. Mission à prévoir (début juillet 2008)
  • Archives de congrégations au Québac: Montréal, Québec, Sherbrooke (Tangi Villerbu). Ce sera l’occasion de nouer des liens avec les chercheurs de l’université de Sherbrooke notamment.

5. collaborations extérieures

A. à l’université de Tours

  • Sylvie Aprile propose sa contribution: comme chercheur; comme intermédiaire avec des équipes constituées (cf. les spécialistes de Le Play: Stéphane Baciocchi, Antoine Savoye); comme directrice de travaux d’étudiants, dans le domaine de l’histoire urbaine, économique et sociale (cite notamment PETIT Virginie, Insalubrité et hygiène urbaine à Tours (1835-1851), 1994, (Brelot) n° 370), mais aussi par exemple autour des traductrices et «adaptatrices» chez Mame (rejoint les préoccupations politiques et sociales). Elle évoque les travaux de Claire Fredj; un doctorant sur St Vincent de Paul.
  • Jean-Pierre Corbeau (sociologue, CERMAHVA): connaît la génération des Mame qui a vécu à Tours. Propose de nous mettre en contact avec les membres de ce «réseau» local, culturel et… culinaire. Cécile Boulaire propose de s’entretenir précisément avec lui sur ces questions.
  • Robert Beck, responsable de l’axe «élites» au CEHVI / CERMAHVA, nous rejoint pour travailler avec vous sur la première ébauche de l’arbre généalogique des Mame sur Heredis, permettant de formaliser peu à peu le réseau de sociabilité (matrimonial; professionnel) de la famille Mame. Il nous propose d’intervenir dans le cadre d’un ejournée d’études prévue au printemps 2009 sur les élites en Indre-et-Loire.
  • L’accès aux archives difficile. Mémoire de master sur Ernest. Aimerait qu’on travaille en parallèle. Organisation en 2008-2009 d’une journée d’étude sur les élites en Touraine au XIXe. Michel montre de nouveau le logiciel Heredis de généalogie et le travail sur les réseaux: montre à partir de Charles-Pierre les liens professionnels. Instrument de travail pour les historiens. Avec Jean-Marc Largeaud. Plutôt printemps 2009. Il évoque une thèse qui devrait démarrer en 2008 sur les réseaux à Tours (Caroline Gauvin, auteur d’un master sur le jardin botanique:

Caroline GAUVIN, Lieu de loisir, lieu de pédagogie : le jardin botanique de Tours (Beck), 2004. n°577

Nous convenons que les historiens du CERMAHVA sont invités à la journée d’études de juin.

  • Annette Baudron, qui termine une thèse sur Arnaud Berquin, propose de nous rejoindre une fois la rédaction de sa thèse terminée (et le corpus constitué) pour travailler sur les éditions de Berquin par Mame.

B. à l’extérieur

La faiblesse de notre équipe concerne le domaine colonial : Afrique du Nord, Afrique Noire, Asie du Sud-Est. Tangi Villerbu propose de faire le répertoire des recherches coloniales ; les Missions Etrangères de Paris n’ayant jamais répondu aux courriers, il faut y aller voir en personne. Les Pères Blancs n’ont pas beaucoup d’archives semble-t-il. Quant aux Frères des Ecoles Chrétiennes, une mission est prévue à Lyon pour aller étudier les cartons d’archives annoncés. Sylvie Aprile propose aussi son aide pour mettre en contact avec des spécialistes de la culture coloniale (la « bibliothèque coloniale »).

6. Bilan et synthèse

– Les axes de notre recherche sont confirmés :

  • Mame propagateur de la Foi
  • Mame industriel de la librairie, Mame inventeur (?) de la logique de collection
  • Mame, éditeur de l’enfance: petite fabrique des lectures enfantines au XIXe siècle
  • Mame éditeur de beaux livres (cartonnages, reliures, gravures)
  • Mame dans la ville (histoire sociale et urbaine) (en collaboration avec l’axe «Ville» du CERMAHVA)
  • La famille Mame, une élite tourangelle (en collaboration avec l’axe «élites» du CERMAHVA)

– Le profil du contrat de post-doc (NB : 1er septembre 2008-31 août 2009) sera littéraire, son recrutement correspond au moment où le travail d’élaboration de la base-corpus aura donné suffisamment de résultats pour qu’une approche littéraire soit possible. => travail de lecture. Les adaptations, reprises, traductions ; l’identité littéraire, esthétique et idéologique des grandes collections Mame ; littérature sérielle et création littéraire.

– Prochaines journées de travail collectif :

  • Travail d’adaptation de la base File Maker Pro avant lancement de la «campagne» de saisie (Michel Manson-Cécile Boulaire): dès l’arrivée des CD-roms.
  • Séminaire: lundi 23 Juin (nous aurons des sujets de master possibles pour des étudiants qui démarreraient en septembre 2008)
  • Journée d’étude: mardi 13 janvier 2009: Mame et la culture catholique pour la jeunesse au XIXe siècle.

Participation à la journée d’études « Elites » du CERMAHVA : mai 2009


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *