Compte rendu du séminaire 2 – 23 juin 2008

Etaient présents:

– Mathilde Lévêque

– Michèle Piquard

– Michel Manson

– Cécile Boulaire

– Marie-Françoise Boyer-Vidal

– Marie-Pierre Litaudon

– François Fièvre

– Matthieu Bréjon de Lavergnée

– Matthieu Letourneux

– Christine Bénévent

– Michèle Prévost, conservatrice responsable du fonds patrimonial, BM de Tours

– Bérangère Rouchon-Borie, bibliothécaire responsable du fonds jeunesse, BM de Tours

– Corinne Touchelay, directrice du SCD de l’université de Tours

– Robert Beck

– Marc de Ferrière

Excusés:

– Tangi Villerbu, retenu à l’université de La Rochelle

Isabelle Saint-Martin doit rejoindre le projet ultérieurement et de manière plus ponctuelle.

1. Présentation de l’équipe / des nouveaux chercheurs associés au projet:

Présentation de François Fièvre, associé au projet Mame en tant que chercheur en contrat post-doctoral de 6 mois à compter du 1er septembre 2008. Historien de l’art, auteur d’une thèse intitulée L’illustration victorienne des contes de Grimm : George Cruikshank, Richard Doyle, Walter Crane, Arthur Rackham. (dir. Paul-Louis Rinuy), soutenue en octobre 2007 à l’université de Nantes.

2. Base de données

a. Présentation des résultats partiels déjà obtenus

Michel Manson montre que la création de cet outil de référence lui a permis de découvrir les circonstances de la « naissance » de l’édition jeunesse chez Mame, avec point de bascule entre 1834 et 1836, et le rôle supposé moteur d’Alfred, alors âgé de 23 ans.

NB: il reste à chercher (où?) quand Alfred Mame fait son « tour d’Europe » avant  de demander ses brevets à Tours. Le mémoire de N.Dinzart mentionne à ce sujet des cotes aux ADIL qu’il faut aller voir.

Recherches à mener aussi sur L.Friedel évidemment (qui traduit mais écrit aussi).

Cécile Boulaire évoque deux collections dont le recensement, via la base FMP, fait apparaître l’intérêt: la Bibliothèque de l’Enfance chrétienne, attestée à partir de 1840, paraissant en un « bloc » de 50 titres déposés sans distinction de volume au dépôt légal imprimeur (enregistrés par volume in 18 de 35 ou 36 p. en 1840, puis comme « pièce » à la BNF pour 1861); et la Bibliothèque des Petits Enfants, à partir de 1845, déposée par l’imprimeur par « lot » de 14 volumes en feuilles.

Chercher le mode de commercialisation: si vendus par lots, existait-il un coffret?… La question est celle des innovations dans le commerce du livre, qui pourraient bien apparaître dans l’édition jeunesse plus précocement que dans les autres secteurs éditoriaux.

Ne pas oublier d’enrichir la base en indiquant le prix de vente du livre (quand les catalogues permettent de le retrouver); cf. échange de correspondance Mame/Mégard: querelle sur les baisses de prix.

La base FMP a permis aussi de faire émerger la question du Gymnase moral d’éducation et de la maison Pornin (Pornin > Mame/Lehuby/Ardant).

b. développement

Une discussion s’engage sur le devenir de cette base FMP: quand la rendre publique, sous quelle forme, à quel public l’ouvrir? Michel Manson propose de se renseigner auprès de l’ANR, qui propose une rubrique « bases de données »: nous pourrions solliciter une aide complémentaire (de type logistique ou technique) pour la mise en ligne de notre corpus. Dans un premier temps, l’accès en serait modéré: une requête auprès du coordinateur du projet serait nécessaire pour obtenir les codes d’accès à l’ensemble des données, ce qui devrait éviter le pillage, nous garantir de conserver encore un peu la « primeur » sur nos découvertes, et prévenir d’éventuelles utilisations peu rigoureuses du recensement effectué.

Michèle Piquard présente l’exemple de BÉROSE, Base d’étude et de recherche sur l’organisation des savoirs ethnographiques en Europe, produite dans le cadre du programme « Sources et genèses de l’ethnologie en Europe » du LAHIC. L’outil BÉROSE est décrit ainsi par les auteurs:

« – C’est un site participatif permettant de faire fonctionner à distance un groupe de chercheurs travaillant sur le même programme.

– C’est un instrument de recherches permettant d’interroger, selon un système de requêtes élaboré dans le cadre du programme, un corpus de sources (revues et correspondances) établi en fonction des objectifs de la recherche.

– C’est un outil de mutualisation de données recueillies par les chercheurs au cours de leur travail.

– C’est enfin un mode de publication des résultats obtenus dans le cadre du programme. »

Nous pourrions nous inspirer de cette argumentation pour donner une forme plus ouverte à notre travail de recensement de données. Voir infra la solution « wiki » suggérée par Marc de Ferrière.

c. poursuite des tâches

Coordination, mise à jour, dédoublonnage: Cécile Boulaire

– Michel Manson: 1796-1860

– François Fièvre à partir de septembre 08 / Cécile Boulaire: 1861-1880

– Christine Bénévent: 1881-1914

– Matthieu Letourneux: 1918-1939 NB il faudra faire tout de même un sondage rapide sur 1914-1918

– Mathilde Lévêque: 1940-1957

– Michèle Piquard: 1958-1975

– Marie-Françoise Boyer-Vidal: fonds rouennais non entrés dans la base (1825-1947)

Nous restons sur le principe d’un dépouillement systématique préalable de quelques ressources: catalogue BNF Opale-Plus (dépôt légal éditeur), croisé si possible avec dépôt légal imprimeur (Archives départementales Indre-et-Loire). Ensuite affiner avec d’autres sources: ccfr; portail « lectura » (Rhône-Alpes); travaux d’érudition; catalogues de livres d’étrennes; collectif des bibliothèques américaines…

3. Missions

a. Etat des missions ayant eu lieu ou en cours

Tangi VILLERBU:

Dans les faits, il ne s’agit pas d’un travail de fonds régulier comme la base, mais de plongées ponctuelles en archives, suivies de traitement des dites archives quand il y en a.

La « plongée » chez La Société des Missions Etrangères fur décevante: sources très imprécises (livres de compta, sans factures), et globalement pas d’achat chez Mame car les sources ne concernent que la maison mère, le séminaire, et non les postes à l’étranger; et de surcroît la politique de la SME est de coller aux civilisation d’accueil, de traduire dans leurs langues et non d’imposer le français. c’est assez typique d’une approche des civilisations asiatiques: perçues comme développées, des civili de l’écrit, on doit s’adapter. Les choses doivent être différentes en Afrique noire, terrain qui reste à explorer. A explorer l’année prochaine.

La « plongée » suivante est donc la première semaine de juillet dans les cartons des Frères des Ecoles Chrétiennes à Lyon. La moisson est garantie copieuse.

La mission au Québec s’annonce bien: de multiples contacts pris, avec les universités de Sherbrooke, Montréal, Laval; et des dépôts à consulter, en fonction des lectures effectuées (histoire québécoise) et des renseignements pris sur place. Les Sulpiciens de Montréal sont le fonds le plus important (ils sont les créateurs de la première bibliothèque de Montréal, ancêtre de la BNQ qui possède un beau fonds Mame), mais des congrégations et le ministère de l’éducation sont également à voir. Mission en octobre-novembre.

b. missions à venir

Michèle Piquard prévoit un séjour à Lille afin de consulter les archives de l’INPI au sujet du devenir de Mame au XXe siècle.

4. nouvelles directions de recherches

a. chercheurs engagés dans le projet

Marie-Françoise Boyer-Vidal:  livres de prix/livres jeunesse, à partir des collections du MNE de Rouen (et appoint éventuel de 5 musées de l’éducation français), étude des ex-præmio.

Mathilde Lévêque: les auteurs allemands chez Mame (dont Schmid/Friedel).

Christine Bénévent: les préfaces comme lieu de création d’un modèle de réception; les femmes-auteurs de la maison Mame.

Marie-Pierre Litaudon: les abécédaires.

Michèle Piquard: Mame après-guerre (Vatican II; situation de concurrence avec les autres grands éditeurs catholiques pour la jeunesse)

Michel Manson: les débuts de Mame en littérature pour la jeunesse.

Matthieu Letourneux: la sérialité éditoriale chez Mame

Cécile Boulaire: histoire / identité des  collections, en particulier la Bibliothèque des petits enfants et la Bibliothèque de l’enfance chrétienne; recherches stylistiques sur Roy/ Champagnac/ Todière

François Fièvre: Karl Girardet, illustrateur chez Mame; étude systématique des frontispices.

Matthieu Bréjon de Lavergnée: figures chrétiennes, Panthéon catholique chez Mame. Imprimatur et approbations épiscopales. Mame et Le Play.

b. sujets à proposer à des étudiants de master

– la « communication » de la maison Mame depuis le XIXe siècle: catalogues, brochures, affiches éventuelles, gravures et programmes iconographiques, brochures nécrologiques, brochures anniversaires, participations à des expositions (expositions universelles, expositions nationales d’industrie)… Image d’une entreprise.

NB: archives municipales de Tours: catalogue de l’exposition universelle de 1877 avec double-page sur l’édition: belle gravure présentant les « stands » symétriques de Hachette et de Mame.

– la Revue Mame.

– Typographes et relieurs à Tours à l’époque de l’entreprise Mame; librairie et commerce du livre à Tours au XIXe siècle. Voir archives municipales, sous-séries 7F; listes électorales et listes de conscription qui mentionnent les professions… [possibilité de « mini »mémoires de M1 pour des étudiants qui visent le M2 pro « Patrimoine écrit »].

– la maison Pornin.

– la Bible illustrée par James Tissot.

– évolution des techniques d’impression chez Mame [et éventuellement Berthiault] (histoire de l’entreprise et innovation).

– le paternalisme local?

– les positions de Mame au sein des courants catholiques. Mame et la construction controversée de la Basilique St Martin [voir avec le Centre Saint-Martin: Christine Bousquet, Bruno Judic]

NB Jean-Luc Porhel, directeur des archives municipales de Tours a signalé que Chantal DAUCHEZ, chercheur au laboratoire CITERES de l’université de Tours travaillait aux A.M. depuis plusieurs années sur la Cité Mame, d’abord dans une perspective liée à l’histoire de l’architecture (Racine), et désormais dans une perspective urbanistique (a dépouillé à cet effet les compte-rendus de conseils municipaux). Pour l’instant, les tentatives de prise de contact sont restées vaines.

5. outils de travail et de communication

Marc de Ferrière présente à notre demande le site collaboratif sur le modèle « wikimedia » mis en place pour le projet Orhibio financé par la Région: arborescence très simple de pages thématiques, mises en ligne et modifiées librement par les membres du projet dûment identifiés. Le site dans sa version actuelle est en accès réservé sur mot de passe; au terme du projet, il passera en accès ouvert (avec modifications interdites). Il permet un échange de données en temps réel, et permettrait, dans le cas du projet Mame, de se substituer en grande partie à la base FMP « Partenaires » (ce qui éviterait le travail de dédoublonnage déjà fastidieux pour la Base corpus). Il nous permettrait des entrées par ressources, par collections, par personnes; en outre ce serait le lieu où déposer les copies/photographies de catalogues que nous souhaitons réunir de la manière la plus exhaustive possible.

Marc de Ferrière évoque aussi le logiciel PAJEK (le portail français des sciences sociales liens-socio.org le présente ainsi: « Pajek est un petit logiciel d’analyse de réseaux développé par deux chercheurs slovènes, Vladimir Batagelj and Andrej Mrvar. Il est tout petit (moins de un méga). Il est gratuit. Il permet de faire beaucoup de choses, et des graphes à la fois lisibles et esthétiques. Il est facile d’utilisation : une journée suffit pour comprendre comment faire des graphes. »), qui permet de visualiser les réseaux de sociabilité. Il pourrait être utile pour formaliser les résultats de nos recherches sur la sociabilité du réseau Mame.

Chaque chercheur reçoit sa version du logiciel Heredis, et Michel Manson montre brièvement où en sont les recherches généalogiques. Cas intéressant d’Elisabeth Thévenot, femme d’Amand Mame et mère d’Alfred, née à Saint-Domingue > on retrouve plus tard des évocations de Haïti et St Domingue dans la bibl. de la JC. Recherches à poursuivre.

Ne pas négliger les apports éventuels du Cercle Généalogique de Touraine (a recensé par exemple tous les mariages de toutes les communes d’Indre-et-Loire)

6. domaines et fonds restant  à exploiter

a. fonds

– archives chambre de commerce de  Tours

– archives diocésaines (quelques dossiers identifiés, notamment relation avec les imprimeurs Desclée en 1930; recensement de notices et articles dans les Semaines religieuses de la ville et du diocèse de Tours, environ 1866-1953)

– archives municipales de Tours (notamment photothèque) [voir L.Viera Tours il y a 100 ans: commerces et industries, Prahecq : Patrimoines et médias, 2007]

– sondage aux archives diocésaines du Maine-et-Loire?

– BM de Blois, Bourges, Orléans; Michèle Prévost propose sa médiation auprès de ses collègues conservateurs.

Eventuellement:

– bibliothèque administrative de l’Hôtel de Ville (fonds très riche sur les expositions XIXe)

b. recherches

– recherches exhaustives sur Louis Friedel

– étude de Sincère Lauly

– l’éditeur Place (la BM conserve ses petites brochures)

– Archives petits séminaire de Tours: correspondance avec Mame?…

– recensement des catalogues où qu’ils se trouvent (brochures séparées; catalogues inclus dans des volumes)

– correspondance Mame-Catenacci

–  étude systématique des lissements de collections Mame / Barbou, Ardant/Lefort

– Les auteurs abbés

– les auteurs d’Ancien régime

– Bourrassé (traducteur de Mes Prisons de Pellico)

– Collège de Pontlevoy > où les Mame envoient-ils leur enfants (où Paul Mame a-t-il fait ses études secondaires?)

7. Rédaction de l’appel à communications pour la journée du 13 janvier 2009

En accord avec Robert Beck, et a vu de l’avancement encore limité des travaux dans ce sens, nous repoussons à 2010 (janvier?) la journée conjointe autour des élites tourangelles.

La journée d’études du 13 janvier 2009 sera intitulée « Mame et la culture catholique pour la jeunesse« . Nous supprimons la mention « au XIXe siècle » pour ne pas risquer de repousser toujours en fin de projet les recherches et réflexions sur la longue durée dans l’histoire de la maison Mame.

Compte tenu de l’accroissement des membres de l’équipe Mame, nous ne procédons pour l’instant à aucun appel à contribution public – même si des initiatives individuelles peuvent être discutées collectivement, lorsque nous aurons publié le programme prévisionnel de la journée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *