Compte rendu séminaire 3 – 16 mars 2009

Etaient présents:

Michel Manson, François Fièvre, Tangi Villerbu, Christine Bénévent, Mathieu Letourneux, Robert Beck, Mathilde Lévêque, Caroline Gaume, Chantal Dauchez, Marie-Pierre Litaudon, Julien Lavergne, Cécile Boulaire Etaient excusés: Isabelle Saint-Martin, Matthieu Bréjon, Michèle Piquard, Marie-Françoise Boyer-Vidal.

Corpus

La matinée était consacrée à la question de la base de données,  à la fois le point central de notre cahier des charges pour la première année du programme, et notre outil de travail principal pour l’étude de la production éditoriale. Se posaient plusieurs question: d’une part, l’utilisation par plusieurs chercheurs, certains peu familiers de File Maker Pro, a généré la multiplication de scories dans la saisie; d’autre part, le travail de mise à jour de la base « mère » à partir des fichiers de chacun est très lourde et occasionne des erreurs (dédoublonnage). En outre, le programme prévoit à terme une mise à disposition du « catalogue virtuel » des éditions Mame pour la jeunesse, sur le web; or l’utilisation d’une base de données en format « propriétaire » comme FMP est une gêne pour un usage web.   Une longue discussion s’ensuit, dont quelques-uns regrettent qu’elle ait lieu si tard, mais qui n’aurait certainement pas été possible il y a encore quelques mois, car c’est l’usage qui a fait apparaître questions et problèmes. Il en ressort la position suivante:

1)    Michel et moi devons apporter des améliorations au « guide de la saisie sous FMP » – et les chercheurs engagés dans les travaux de saisie doivent s’astreindre à suivre ces recommandations, de sorte que la base soit réellement performante.

2)    Nous allons essayer de fusionner en un seul fichier les informations jusqu’à présent distribuées entre le ficher « corpus » et le fichier « partenaires », ce dernier recensant les auteurs-illustrateurs-graveurs. De la sorte, le même document permettra d’intégrer un livre dans la base, tout en vérifiant si l’auteur ou l’illustrateur est déjà connu de nous, et dans ce cas, quelle est la manière standardisée d’écrire son nom.

3)    Il est rappelé que la base FMP actuelle est constamment en évolution, et que le principe de saisie est le suivant: lorsque le chercheur entre un livre dans la base, il n’indique que les informations dont il dispose; s’il a la possibilité d’avoir le livre en mains, il peut alors compléter la fiche dudit livre, en s’appuyant sur les informations telles qu’elles sont précisées dans le livre, sans interpréter; s’il fait une interprétation (attribution d’une illustration, pseudonyme…), cette mention figure entre crochets droits. Cette démarche rigoureuse permet d’avoir dans la base uniquement des données fiables, toute interprétation a posteriori étant clairement donnée pour telle.

4)    Le travail de modélisation indispensable à la création, à terme, d’une base de données interrogeable sur le web, évolutive et indépendante de tout format commercial de logiciel, doit être poursuivi bien que nous ayons décidé, pour notre part et pour l’instant, de continuer à travailler sous FMP que nous connaissons. Je vais faire ce travail avec Julien Lavergne, en m’appuyant sur la nouvelle base qui résultera de la fusion de « Corpus » avec « Partenaires ».

5)    Les problèmes de doublon et de gestion des divers fichiers FMP devraient se régler assez simplement avec l’acquisition de la version « serveur » de FMP ainsi que la localisation de notre base sur un serveur distant. Je viens de faire une demande d’espace « serveur » au service informatique de l’université. Nous pourrions ainsi travailler tous ensemble sur le même fichier. NB l’existence d’un serveur nous permettrait aussi de régler la question des images des livres. Pour l’instant, il n’est pas possible de les associer aux fiches de FMP, pour des questions de poids et de gestion des données.   La discussion est très longue, mais il est évident que, si elle est soigneusement remplie, cette base est la clé des diverses conclusions que nous nous sommes engagés à présenter au terme de nos recherches.

Projets

L’après-midi est consacrée au travail à entreprendre dans les 4 semestres à venir.

Publication Il a été convenu que nous soumettions à la revue dont Frédéric Barbier est rédacteur en chef, Histoire et Civilisation du Livre une série d’articles tirés de notre journée d’études du 13 janvier dernier. Tangi ayant déjà soumis son texte à la revue canadienne Cahiers de la Société bibliographique du Canada, et François à Romantisme, l’un comme l’autre proposent de rédiger un nouveau texte pour cette publication, à partir de la « matière » explorée en janvier mais sensiblement différent de leur communication. Quant à Chantal Dauchez, qui avait proposé en janvier une approche biographique d’Alfred Mame, elle serait prête à reprendre des travaux antérieurs consacrés à la Cité  Mame. La parution des articles éventuellement retenus ne pourrait de toute façon intervenir avant 2011.

Journée(s) d’études Il est brièvement question de l’idée, déjà évoquée il y a plusieurs mois par Michel, et soulevée de nouveau par Frédéric Barbier, de travailler un jour à la circulation des textes du Chanoine Schmid à l’échelle européenne. Il faudrait une infrastructure solide permettant l’organisation d’un colloque international. Nous en reparleront ultérieurement avec F.Barbier.   Robert Beck, responsable de l’axe « élites » au sein du Cermahva, propose d’organiser une journée d’études le 14 janvier 2010 autour des Elites tourangelles, journée au sein de laquelle il pourrait bien évidemment être question de la famille Mame. Nous pourrions en profiter pour organiser, le lendemain, 15 janvier 2010, une journée plus littéraire consacrée aux publications Mame.

Voilà les pistes sur lesquelles nous nous sommes arrêtés:   Journée « élites » le 14 janvier:   Journée « littérature mineure? » le 15 janvier Nous avons aussi fait la liste, très vaste, des sujets qui méritent un traitement spécifique, soit par un des chercheurs de l’équipe, soit par un chercheur sollicité à l’extérieur, soit par un étudiant de master. J’ai essayé de remettre de l’ordre dans toutes nos suggestions, mais n’hésitez pas à me rependre, à faire des suggestions, à vous manifester pour traiter un sujet.

Sujets possibles pour un master:   – Le Journal d’Indre-et-Loire, son histoire. – les Mame et l’enseignement à Tours. – Henri Fournier, imprimeur, typographe, directeur d’imprimerie pour Mame ? [NB ce serait sans doute un sujet pur un étudiant parisien, car les sources risquent d’être à Paris: Dirigé par Michel?…] – présence de Mame aux expositions universelles + les enquêtes préalables. (sujet de master?…)

Sujets proposés par / attribués à un chercheur de l’équipe:   – l’imprimatur: Matthieu Bréjon. Voir sans doute aussi le « comité de lecture » Mame et les milieux ecclésiastiques locaux. – Hallez, Doré? > Isabelle Saint-Martin – Paul Mame et les élites parisiennes?… Chantal Dauchez – dépouillement des contrats « sous seing privé » (série Q, notamment les années 1834-36) à la recherche d’éventuels contrats de Mame avec ses collaborateurs et auteurs. > Caroline Gaume – quid du premier XXe siècle?! Marie-Pierre et Michèle – à partir des inventaires, étude matérielle des imprimeries (papier, etc) et papeteries (voir aussi correspondance des FEC), fondeurs, typo… > Christine et Caroline.   Sujets qu’il reste à attribuer, parce qu’ils présentant de l’intérêt:   – quand cesse l’activité de libraire de la maison Mame à Tours? – Louis Veuillot et Mame? Matthieu Bréjon? – John Quartley et l’atelier de graveurs? Rémy Blachon (voir François) – Rose Mame – le chanoine Bourrassé?… [M.Laurencin?] – les diffuseurs de Mame (archives notariales; courrier des FEC…) – La figure de Pescherard, associé d’Amand Mame ET agent voyer de Tours, époux d’une Lesourd. > Chantal Dauchez? – effectuer un sondage décennal au dépôt légal imprimeur pour évaluer la proportion (nombre de titres / nombre de volumes), dans les publications Mame, des livres pour la jeunesse et des livres religieux (notamment). – dépouillement de la Bibliographie de la France (Gallica), notamment le « feuilleton » qui présente des publicités. Dépouillement du Polybiblion aussi (voir thèse de Danielle Berthier). Le tout afin de consolider la base « corpus », surtout pour remplir éventuellement les rubriques « annonce » (dans la Bibiographie de la France) et « compte-rendu » (par exemple dans le Polybiblion ou encore la Bibliographie catholique). – le travail des enfants, les syndicats chez Mame (surtout après 1905) – [j’ajoute: la Revue Mame? Nous pourrions demander à Francis Marcoin]

Publication finale et colloque Je rappelle que nous nous sommes engagés à publier au terme du programme un livre qui fera autorité sur la maison Mame, et qui ne sera en tout cas pas une compilation de communications prononcées lors du colloque final.     Il va donc falloir articuler étroitement les travaux à venir (afin de ne pas laisser de « vide ») / les sollicitations extérieures pour le colloque de fin de projet (mars 2011, je vais commencer à prendre des contacts localement) / le livre lui-même. Celui-ci doit être soumis à titre de projet à un éditeur, de sorte que la parution ne tarde pas trop après la fin du projet lui-même. Par ailleurs, nous devons commencer à réfléchir à la manière de nous organiser. Je le répète, je ne suis pas favorable au modèle « un directeur de publication / 15 contributions ponctuelles », je souhaiterais au contraire que nous définissions quelques grandes parties ou vastes chapitres, chacun d’entre eux assurés intégralement par un chercheur (ou éventuellement deux, en collaboration étroite), sous la forme d’une analyse synthétique large et documentée, pas limitée par le gabarit ordinaire (30 000 signes) d’un article. Ces chapitres par ailleurs pourraient faire place ponctuellement à un focus plus précis sur un point de détail, ce qui permettrait malgré tout de faire place à des analyses ponctuelles proposées par des chercheurs extérieurs à l’équipe ou membres de l’équipe mais investis de manière plus partielle.     Nous en reparlerons dans quelques mois, mais il serait intéressant que chacun commence à réfléchir dans cette perspective.

A Tours le 17 mars 2009 Cécile Boulaire


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *