Séminaire Mame du 26 juin

Etaient présents Matthieu Letourneux, Christine Bénévent, Marie-Pierre Litaudon, Chantal Dauchez, Olivia Voisin, Agnès Boishult,Clémence Lefay, Francesca Pizzigoni, Caroline Gaume, Cécile Boulaire.

La journée commence par un rapide tour de table, notamment pour présenter les chercheurs qui rejoignent seulement maintenant l’équipe Mame :
Caroline Gaume, professeur agrégée d’Histoire au lycée Paul-Louis Courrier, qui collabore avec Christine Bénévent à l’étude matérielle de l’imprimerie Mame au XIXe d’après les inventaires détaillés conservés aux ADIL (série 3E) ;
Francesca Pizzigoni, chercheur et responsable des activités pédagogiques au Museo della scuola e del libro per l’infanzia de Turin, et qui travaille sur la S.E.I., maison d’édition catholique pour enfants fondée à Turin il y a 100 ans, sur une initiative salésienne (dans le cadre d’une thèse en co-tutelle entre les université de Caen et de Gênes) ;
Clémence Lefay , cette année étudiante en L3 de Lettres Modernes, et qui entame à la rentrée un Master ; elle souhaitait travailler sur la littérature pour la jeunesse au XIXe ou au XXe siècle, et à l’issue de cette journée nous avons convenu qu’elle allait travailler sur Hippolyte Chavannes de la Giraudière ;
Agnès Boishult, cette année en Master pro 2e année “Patrimoine écrit” au CESR, et qui souhaite entamer une thèse consacrée à l’histoire matérielle du papier ; elle rejoint l’équipe avec peut-être l’idée de prendre en charge les questions liées à la papeterie de Lahaye Descartes ;
Olivia Voisin, inscrite en thèse à l’université Paris IV, qui travaille sur peinture et théâtre de la fin des Lumières aux années romantiques ; elle est par ailleurs spécialiste d’Achille Deveria, et propose de rejoindre ponctuellement l’équipe Mame pour son expertise sur les illustrations gravées, particulièrement dans les années 1830.

Marie-Pierre Litaudon commence par faire le bilan de son contrat post-doctoral qui arrive à échéance ce mois. Son activité principale, dans un premier temps, a été la saisie de données pour notre “Corpus” sous Filemaker. Fastidieux, ce travail lui a néanmoins permis d’identifier des constantes, des phénomènes de récurrence des titres au long des décennies, remarques qui ont influé sur les choix de spécialisation de ses activités de recherche par la suite.
Elle a commencé en travaillant sur les albums de la période 1890-1930, un genre qui gagne du terrain, partant des thématiques religieuses et historiques pour s’ouvrir aux contes populaires et aux petits drames de la vie enfantine (adaptations des romans de la comtesse de Ségur) sans oublier les comptines, les albums de coloriage et les abécédaires.
Ses travaux portent désormais sur quelques « long-sellers »  nés au XIXe (récits ou romans historiques) et encore édités dans les premières décennies du XXe siècle, notamment Les Derniers Jours de Pompéi,  de Edward Bulwer-Lytton, traduit par Adrien Lemercier et diffusé par Mame & Co. aux Etats-Unis ;  et sur plusieurs récits de mission ou de voyage  (tels ceux de Lady Brassey, traduits par R.Viot). Des romans historiques aux récits missionnaires, des récits de voyage aux romans d’aventures, MPL souhaite réfléchir sur les rapports qu’entretiennent littérature et histoire chez l’éditeur Mame.

Il conviendra entre autre de revenir sur quelques points évoqués par Marie-Pierre Litaudon :

– qui est Adrien Lemercier, traducteur mais aussi auteur ? A confronter au travail que mène Mathilde Lévêque sur les traducteurs chez Mame.
– qui est R.Viot, qui traduit d’ailleurs aussi du latin ? — sachant que le nom de Viot revient à plusieurs reprises, notamment dans l’histoire matérielle de l’entreprise Mame.

– à quels choix stratégiques obéissent le choix des oeuvres éditées, parfois avec une réelle réactivité? Pourquoi Bulwer et pas Walter Scott dans les années 1840? Pourquoi les récits de Lady Brassey dans les années 1880-1890? Pourquoi aussi ceux de Karl May à la même époque ?(voir ce qu’en dit Matthieu Letourneux  lors de la journée d’études de janvier 2009).

– quelle est l’histoire précise des éditions Mame outre-Atlantique ? C’est le domaine de Tangi Villerbu.

*

Matthieu Letourneux intervient alors pour soulever une question essentielle : nous n’avons jamais abordé collectivement la question de l’éditeur comme figure littéraire (réflexion née de son travail de recherche actuel sur Tallandier, en collaboration avec Jean-Yves Mollier).
Cette réflexion supposerait bien entendu de formuler fermement de manière théorique ce que signifierait cette « auctorialité éditoriale », et ce qu’elle impliquerait en termes de sérialité éditoriale (effets de cohérence  sans intentionnalité préalable, etc…) ; mais aussi ce qui serait généré en termes d’effets de lecture : que signifie lire une œuvre de littérature générale  chez Mame (Bulwer-Lytton par exemple) ?
Matthieu se propose de commencer à réfléchir à la question, d’en faire sa contribution à notre journée d’études du mois de janvier 2010, mais de solliciter l’ensemble des littéraires de l’équipe par des “navettes” préalables permettant de créer une sorte d’atelier théorique au sein du groupe.
L’idée est très favorablement accueillie par l’équipe ; elle permettrait  notamment de donner sens à la gênante “pénurie” d’auteurs ou d’identification formelle des auteurs sous pseudonyme. En effet, de très nombreux ouvrages de fiction paraissent sans nom d’auteur, mais aucun livre ne sort des presses tourangelles sans la signature manuscrite (reproduite en fac-simile) d’Alfred Mame figurant en vis-à-vis de la page de titre intérieure…

Francesca Pizzigoni souligne que si les auteurs sont souvent anonymes chez Mame, les illustrateurs le sont plus encore —> si l’éditeur Mame est une “figure d’auteur” par défaut, ne pourrait-on pas supposer de manière parallèle que l’éditeur Mame soit une “figure d’illustrateur” par défaut ?  C’est l’éditeur qui recrute les illustrateurs et graveurs ; qui sélection, valorise les images.
Olivia Voisin renchérit en soulignant que, pour les ouvrages qu’elle a regardés (années 1830), aucune gravure n’est signée du nom de l’illustrateur (tandis que le graveur est souvent mentionné). Le seul à signer sera Karl Girardet… mais il “appartient” quasi à la maison Mame.

Christine Bénévent pose la question du rapprochement avec les logiques de collections populaires (Harlequin) dans lesquelles les noms des auteurs sont factices tandis que le nom de la collection elle-même suffit à construire l’horizon d’attente des lecteurs. Matthieu Letourneux reprend l’exemple de Tallandier : nul besoin d’un “cahier des charges” explicite. Le lancement d’une collection se fait autour d’un auteur, ou d’un genre littéraire (roman de cape et d’épée, par exemple). Par la suite, tous les auteurs souhaitant publier au sein de cette collection imitent spontanément le “modèle” implicite constitué par les premiers titres publiés. ML parle d’une “capitalisation” autour de quelques figures d’auteurs. Le gabarit de collection ensuite suffit à pré-déterminer genre et thème, voire influence en amont l’écriture elle-même dans ses choix formels — même s’il faut garder présent à l’esprit que les éditeurs catholiques pensent le livre en termes de légitimité éthique et non esthétique (cf. Loïc Artiaga, Des Torrents de Papier).

Plusieurs d’entre nous rappellent que les notices biographiques soulignent de manière récurrente le fait qu’Alfred Mame ne lit pas : en tant qu’éditeur, il ne s’intéresse pas beaucoup au livre, ne se pense pas comme lecteur. Les éventuels discours sur les livres et les choix éditoriaux sont donc à rechercher ailleurs, chez certains collaborateurs : cadres ? auteurs (Ernest Fouinet, Adrien Lemercier, Fournier lui-même…) ? archevêché ?…

*

Francesca Pizzigoni présente brièvement la Società Editrice Internazionale de Turin. La SEI est distributeur exclusif de Mame pour l’Italie (Vatican excepté). Quels livres sont distribués ? De quelle nature est la concurrence entre les deux maisons d’édition ?
Les archives de la SEI ont disparu ou ne sont pas accessibles (un déménagement est en cours). On peut supposer qu’il existe des éléments de correspondance entre l’éditeur et des illustrateurs (une trace est connue), et il serait vraiment intéressant de pouvoir accéder à ce qui est conservé. Mais un conflit entre l’actuelle SEI et les salésiens à l’origine de la fondation de cette entreprise empêche de démêler ces questions d’accès aux archives.
L’étude de cette maison, très importante au plan national, permet de connaître le développement d’une école d’illustrateurs italienne, en suivant notamment une sorte de ‘voie sicilienne’, les auteurs siciliens publiant à Turin amenant généralement son ou ses illustrateurs, eux aussi siciliens.
Il serait intéressant d’étudier les liens entre les deux éditeurs et leur réseau de libraires transfrontaliers (en étant attentif à la question des taxes douanières), peut-être sous l’angle d’une “solidarité catholique”.
Francesca Pizzigoni précise quelles sont les institutions qui ont vocation à conserver les livres pour la jeunesse en Italie :
– à Milan, la fondation Mondadori achète des fonds d’éditeurs pour les valoriser ;
– à Florence, le Musée National de l’Ecole
– l’université de Macerata achète aussi des fonds (NB elle publie la revue trilingue HECL : History of Education and Children’s Literature).

*

Chantal Dauchez évoque ses résultats et sa méthode. Elle a dépouillé le Journal d’Indre et Loire à partir de 1816 (NB : les ADIL conservent ce journal depuis la fin du XVIIIe siècle, Cécile Boulaire a commencé à dépouiller systématiquement les années antérieures à 1816). Ce journal permet d’une part de relever la politique systématique d’annonces “promotionnelles” de publications (livres édités par les Mame, parfois par des éditeurs parisiens), et d’autre part de voir se constituer les Mame en notables.
Chantal Dauchez présente aussi ses outils récapitulatifs : de simples fichiers texte, l’un récapitulant les noms propres rencontrés au cours de ses dépouillements (NB : il nous faut absolument lui communiquer une liste des auteurs de livres pour enfants sur lesquels nous ne savons encore rien), par ordre alphabétique, sous la forme d’un “dictionnaire”, l’autre chronologique, classant les actes et événements signalés dans la presse par date.
Elle signale quelques enquêtes ponctuelles qui restent à faire : dépouiller les annuaires du département de manière systématique, voire éventuellement les annuaires de la ville pour ce qui est de la Cité Mame ; s’intéresser à l’évolution du “logo” de l’entreprise Mame depuis la fondation ; l’étude systématique de la série T (section des écoles) permettrait de détailler les achats et dons de la famille Mame en matière d’institutions scolaires ; le personnage d’Olivier Romain, d’origine angevine, collaborateur de Mame au Journal d’Indre-et-Loire, doit être étudié de plus près ; les inventaires des livres au sein des divers inventaires après décès ou au moment de ventes sont à regarder de près pour comprendre la manière dont la famille évolue dans la conception de son rôle d’éditeur.
Pour ce qui est de la génération 1, Chantal Dauchez pense avoir identifié la “campagne” des Mame, dans les environs d’Angers. A la génération 2, Amand est un personnage sur lequel la chronique familiale reste étonnamment discrète. Quelques zones d’ombres persistent : nous ne connaissons pas son notaire, nous ne disposons pas de son inventaire après décès ; il semble ne pas habiter avec son fils. Quels sont réellement les liens maintenus avec la Franc-maçonnerie ? Il conviendra par ailleurs de se pencher sur les années 1825-1826. D’autre part, ses frères méritent l’attention, en particulier Charles-Matthieu. A la génération 4, l’inventaire après décès de Paul ne semble pas avoir été déposé.
Le personnage de Fournier doit être étudié de près. N’y a-t-il pas, dans la bibliographie que nous avons consultée, une confusion entre Henri Fournier, directeur des ateliers d’imprimerie de Mame, et son père ? En effet, un Traité de l’imprimerie de 1807 est déjà présent dans la bibliothèque de Vauquer. Ne s’agit-il pas du père de celui qui nous intéresse ?…
Par ailleurs, c’est l’ensemble de la profession du livre qui mérite l’attention sur cette période du démarrage et de l’ascension d’Alfred Mame. En effet, en 1808 une vente de matériel d’imprimerie a lieu à La Riche suite à une faillite : les Mame en ont-ils profité ? Légier est le prédécesseur de Mame comme imprimeur de l’évêché ; Mame lui succède dès 1822 ; est-ce en lien avec le divorce de cet imprimeur ? Vauquer, un descendant d’une des grandes familles d’imprimeurs-libraires de Tours, vend son imprimerie à Mame… Il y a donc une nébuleuse à laquelle il faut s’intéresser de près. Pour mémoire, lors de précédentes journées nous avions notamment attiré l’attention sur la figure de Pornin, inventeur de la collection “Gymnase moral d’éducation” que Mame absorbe complètement… or nous ne savons encore rien de Pornin.

Les discussions laissent apparaître le besoin d’une brève synthèse sur l’histoire du Journal d’Indre-et-Loire, qui signalerait par ailleurs les points à reprendre en détail dans la perspective de cette recherche. Il est par exemple intéressant de signaler que très tôt dans le XIXe siècle, le Journal fait paraître de longues annonces vantant la qualité de certaines pensions et maisons privées d’éducation : le souci pour l’éducation et la pédagogie se laisse ainsi sentir bien avant l’entrée d’Alfred dans la maison d’édition.
Dans le même ordre d’idées, la Revue Mame devrait faire l’objet d’une étude exhaustive. Chantal Dauchez suggère qu’on en propose le dépouillement à un étudiant de master de Lettres, car le volume, peu conséquent, en fait un corpus acceptable pour un chercheur débutant. Matthieu Letourneux objecte qu’un tel travail de dépouillement n’entre pas réellement dans les démarches ordinaires d’un étudiant de Lettres, et que par ailleurs le caractère “littéraire” des textes publiés dans la Revue en rend l’étude sans doute un peu difficile pour un jeune chercheur sans expérience de ce type de publication périodique chrétienne. Cécile Boulaire renvoie à l’article que Francis Marcoin consacre partiellement à la Revue dans une communication du volume Les presses enfantines chrétiennes au XXe siècle, sous la direction de Thierry Crépin et Françoise Hache-Bissette (Artois Presses Université) : “Trois journaux « catholiques » : La Revue Mame, Le Noël, La semaine de Suzette”. S’ensuit une discussion passionnante sur la manière dont littéraires et historiens regardent un même objet : voient-ils la même chose, en définitive ?…

Nous décidons ainsi, pour clore la journée, de faire le lien entre les deux journées de janvier 2010, l’une historique (« Elites tourangelles au XIXe siècle ») et la seconde littéraire (« Mame : une littérature “mineure” ?… ») par l’organisation d’une table ronde de réflexion entre les chercheurs sur cette question de l’approche pluridisciplinaire d’un même objet d’études.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *