Mgr Dufêtre

Dufêtre

« Tours possédait en 1833 une imprimerie modeste, d’où sortaient, outre le journal du département, quelques livres de prières et quelques ouvrages classiques, et dont deux jeunes gens pleins d’intelligence et d’activité,  MM. Ernest et Alfred Mame, venaient de prendre la direction. Frappé de la pénurie de livres d’éducation, comme de la pauvreté de la plupart des nouveaux ouvrages religieux, l’abbé Dufêtre conçut le projet de donner à cette branche si négligée de la librairie une impulsion toute à l’avantage des bonnes doctrines, et s’en ouvrit à MM.Mame, leur demandant de seconder ses vues, leur promettant son concours le plus actif, s’engageant même à leur procurer les ouvrages qui  leur manqueraient, et à recommander partout leurs publications, s’ils consentaient à détruire un certain nombre de livres édités par leurs prédécesseurs, qu’on aurait vus avec peine figurer sur leurs catalogues, et à ne publier à l’avenir que des volumes examinés et approuvés par Mgr l’archevêque de Tours. Ces propositions furent accueillies avec un généreux empressement. Dès ce jour, une librairie morale et religieuse se trouva fondée, et l’on sait à quel degré e prospérité elle s’est élevée. Depuis trente-cinq ans, en ne publiant que de bons et beaux livres, elle est devenue le premier établissement typographique non-seulement de la France, mais du monde. L’évêque de Nevers ne pouvait retirer son patronage à l’œuvre dont il avait été l’inspirateur ; il le lui conserva, affectueux et dévoué, jusqu’à son dernier jour, et cela d’une manière si complète, qu’un certain nombre de personnes supposèrent qu’il y avait un intérêt matériel. Pour les détromper, et mettre dans tout son jour l’abnégation du prélat, nous demandons à M.Alfred Mame, chef actuel de cette honorable maison qu’il continue à diriger avec son fils, la permission de  citer une lettre adressée par lui à un des amis les plus intimes du prélat, qui l’avait prié de rappeler ses souvenirs à cet égard : “… M.Dufêtre, lui écrivait-il le 18 décembre 1865, voulut bien nous diriger dans la publication de nos ivres d’éducation ; il nous rendit alors un très-grand service en organisant lui-même notre Bibliothèque de la jeunesse, en nous cherchant des auteurs, en examinant les manuscrits, et en les faisant approuver par Mgr de Montblanc. Enfin, il nous lança dans cette voie si excellente de la publication des bons livres. Il prit, à partir de cette époque, un tel intérêt à notre maison, que, dans ses retraites, il recommandait nos livres, répandait nos catalogues avec tant de zèle que bien des gens s’imaginaient, en effet, qu’il était intéressé dans nos affaires. Dieu sait cependant avec quel désintéressement il s’occupa de nous ! Il n’a jamais été payé que par notre reconnaissance pour les services immenses qu’il nous a rendus, et pour les sages conseils qu’il n’a cessé de nous donner.”

Augustin Joseph CROSNIER, Vie de Mgr Dufêtre, évêque de Nevers, Paris, Tolra et Haton, 1868.

Nous supposions depuis longtemps que l’archevêché de Tours, et en particulier le vicaire général Dominique Dufêtre (à Tours de 1824 à 1842) jouaient un rôle déterminant dans la décision prise par l’imprimerie Mame de se lancer dans l’édition destinée à la jeunesse. Cette biographie de Dufêtre, devenu en 1842 évêque de Nevers, confirme cette influence, en précisant en outre les conditions de cet accord avec les Mame. Il faut certes prendre ce texte avec précautions: contrairement à ce qu’écrit Mgr Crosnier par exemple, la maison Mame n’est pas, en 1836, une « imprimerie modeste ». Mais la citation de la lettre d’Alfred Mame, si elle est exacte, ouvre de nouvelles perspectives à notre recherche.

Il convient donc désormais d’établir avec précision la « carte » des auteurs Mame; de découvrir la nature des relations possibles de chacun à l’archevêché; d’envisager la ligne éditoriale de la Bibliothèque de la Jeunesse Chrétienne à la lumière des prescriptions de l’œuvre des Bons Livres qu’ont étudié Noë Richter et Loïc Artiaga; de dessiner enfin l’écart éventuel qui peut se glisser entre ce cadre idéologique étroit et la réalité des productions littéraires sorties des presses Mame. Elise Voïart est-elle soluble dans le concept de « Bons Livre »?…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *