Pas à pas vers PMB

Quelques mois après les premiers contacts de l’équipe Mame avec la Maison des Sciences de l’Homme de Tours, nous sommes à quelques encablures à peine de la mise en place de notre base de données. Il reste quelques travaux de « toilettage » de la base initiale, sous Filemaker Pro, et nous pourrons procéder au basculement vers PMB, notre logiciel libre SIGB, entièrement adapté à nos besoins grâce à l’aide de Stéphane LORET et de Jacques QUENTIN.

Pourtant les travaux à faire vont encore être chronophages. Il faut par exemple reprendre « à la main » les 6000 fiches de description bibliographique que nous avons déjà saisies, afin de vérifier le contenu du champ « illustrateur ». Par souci de précision et d’exhaustivité, nous avons en effet saisi dans cette case de notre modèle Filemaker TOUTES les informations qui pouvaient nous intéresser à propos des illustrateurs de nos livres: leur nom, et même plusieurs noms parfois; leurs initiales seulement, lorsque nous n’avons pas pu les identifier; la mention « sc. » (pour graveur) et « del. » (pour dessinateur) lorsqu’elle apparaissait; de temps en temps, un numéro de page accolé à un nom, pour les livres dont les illustrateurs changent à chaque hors-texte. Bref: la case est remplie, pour nous, ça a du sens… mais pour le script qui va basculer automatiquement les données d’une application dans une autre, c’est une somme d’informations totalement ingérable. Il faut donc intervenir sur chacune des fiches qui présente un champ « illustrateur » un peu trop nourri; ne laisser qu’un seul nom (celui, par exemple, du dessinateur); faire passer le reste des informations, précieuses, dans la case « Nota Bene »; puis, une fois opéré le basculement vers PMB, reprendre ces fiches une à une et créer une case « auteur » pour chaque nom trouvé, en précisant la fonction (illustrateur, dessinateur, graveur, etc…).

De semblables scories restent à traiter à la main sur plusieurs autres champs. Quelles conséquences? Pour nous, pas grand chose: juste quelques heures de travail minutieux et fastidieux, sans grand intérêt intellectuel. Pour d’autres chercheurs, qui auraient le projet d’investir leurs forces dans une recherche qui nécessite une gestion de données bibliographiques, ces quelques heures perdues pourraient servir de mise en garde: avant de créer une base de données, chacun a-t-il bien réfléchi à l’usage qui en serait fait? Au type de mise à disposition qui était prévu à terme? A la technologie dédiée à ce genre de travail?

Raphaële Mouren, dans un billet récent dédié au programme Bel 16, évoque de semblables déconvenues: malgré la mise en place d’un guide pour la saisie des informations, et bien que l’équipe Bel 16 travaille sur des livres anciens, qui ont depuis fort longtemps fait l’objet de réflexions sur les protocoles de description bibliographique, il est difficile de faire en sorte que tous les chercheurs d’un même projet saisissent les données avec la même logique, de façon rigoureuse et homogène. Tout simplement parce que les chercheurs ne sont pas des conservateurs, formés au catalogage et aguerris à la logique d' »autorités ».

La leçon que nous pourrions en tirer, pour l’avenir — et afin d’éviter aux équipes qui se mettent en place actuellement de perdre du temps et de l’argent à de fastidieux travaux de rétro-conversion et de toilettage de bases de données en fin de projet —, c’est que toute équipe projetant de gérer des données, à des fins de recherche, doit s’associer dès le début des travaux les compétences d’un documentaliste et/ou d’un informaticien capables de trouver des solutions techniques aux interrogations intellectuelles. Chacun son métier: le chercheur cherche, le documentaliste imagine des solutions de gestion des données, aidé par sa connaissance des outils qui existent sur le marché, et l’informaticien s’efforce d’adapter ces solutions aux besoins très précis des chercheurs, en tenant compte du faible niveau d’expertise en catalogage des chercheurs appelés à saisir les données. De la sorte, la base de données se pliera aux besoins des chercheurs, en termes de requêtes, mais aussi aux capacités de ces mêmes chercheurs, en termes de saisie des données et de normalisation.

Et chacun pourra passer son temps à faire de la recherche… au lieu de réviser des champs de base de données!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *