Mame, Gallica et les « digital humanities »

Gallica met à disposition des centaines d’ouvrages imprimés chez Mame. Parmi ceux-ci, signalons  Alfred Mame et Compagnie à Tours. Imprimerie librairie reliure. Notice et documents, volume in-folio publié en 1862, qui expose l’historique de la maison en mettant l’accent sur les innovations industrielles apportées par Alfred Mame, gravures à l’appui. L’équipe Mame peut aussi s’appuyer sur un corpus d’environ 250 titres d’ouvrages pour enfants, parus entre 1836 et 1927, base de travail commune aux chercheurs dispersés sur le territoire. Les mêmes chercheurs peuvent compléter leur lecture des fictions pour enfants par celle de plusieurs opuscules parus chez le même éditeur, comme Morale pratique enseignée par l’exemple à la jeunesse française, du baron de Gérando (1875), Le bon esprit : conseils aux membres des oeuvres de jeunesse, de patronage, des cercles catholiques rédigé par le frère de St Vincent de Paul Paurice Maignen (1874), ou encore L’enfant bien élevé ou pratique de la civilité chrétienne par les Frères des écoles chrétiennes (1892), tous ouvrages qui dessinent l’idéal éducatif sur lequel les auteurs des fictions sont censés s’appuyer dans l’élaboration de leurs récits, historiettes et romans. L’intérêt pour nous est bien évidemment de voir comment la forme littéraire s’accommode de ces cadres idéologiques contraignants, si les auteurs s’y plient en effet ou si l’invention narrative puis la tentation romanesque finissent par créer des tensions, et en somme à quoi ressemble, une fois dégagée de tout son appareil idéologique, « l’écriture Mame ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *