Le projet Mame : l’utopie d’un programme pluridisciplinaire ?

Entamé il y a déjà deux ans et demi, le programme de recherches Mame ambitionnait d’offrir une approche résolument pluridisciplinaire de la maison d’édition tourangelle, sous l’angle de sa production pour la jeunesse. La création de ce ‘carnet de recherches’, en janvier 2009, avait pour objectif de témoigner du quotidien de cette recherche d’équipe, qui croise en permanence historiens et littéraires, approches quantitatives et qualitatives, dépouillements d’archives et critique littéraire, histoire de l’entreprise et histoire des formes.

À plusieurs reprises, coordonner le travail d’une équipe formée initialement de 8 chercheurs, et rapidement élargie à une bonne douzaine de contributeurs, a soulevé des problèmes méthodologiques et humains attribuables en partie au « frottement » des démarches et des cultures. L’approche historique de l’entreprise devait-elle être préalable à l’analyse formelle des corpus produits ? Si cette chronologie des démarches se révélait pertinente, ne risquait-on pas pour autant d’inféoder l’approche critique des œuvres littéraires produites à un savoir prétendument positif sur les conditions matérielles et idéologiques de leur production ? L’attention, née de la « nouvelle histoire », à une production sans légitimité (ou délégitimée ultérieurement), valide aux yeux des historiens de l’équipe, n’avait-elle pas en revanche  fait retomber les littéraires de l’équipe dans un lansonisme contre lequel, tardivement, ils s’insurgeaient, réclamant de pouvoir procéder à des analyses formelles et des approches critiques partiellement an-historiques? En permanence, la richesse indéniable de la pluridisciplinarité a généré des malentendus, de menues impasses, des interrogations — au demeurant toujours fécondes. Du moins est-ce ainsi qu’en tant que coordinatrice scientifique du programme je les perçois.

Arrivés presque au terme de notre projet (il devrait officiellement se terminer en décembre 2010, même si nous espérons pouvoir bénéficier d’un trimestre supplémentaire), j’ai l’impression pour la première fois que les chemins que nous avons pris nous ont menés, finalement, exactement où nous devions aller. Mon inquiétude portait notamment sur la pertinence, ou non, de mener de front et en parallèle deux démarches qui finissaient parfois par ne plus se rencontrer : d’une part une analyse littéraire des formes et des œuvres, d’autre part une étude historique large de la famille et de l’entreprise Mame, sur une durée de deux siècles (des errements révolutionnaires du fondateur Charles-Pierre à la série de difficultés qui suivent Vatican II). Certains des chercheurs engagés dans l’aventure devaient aussi avoir le sentiment, chacun dans son domaine, que plusieurs branches de ce programme, finalement, étaient inutiles, et nous éloignaient de l’objectif initial, à savoir comprendre en profondeur l’importance qu’avait pu être la littérature pour enfants produite par la maison Mame depuis le XIXe siècle, littérature aussi abondante qu’elle était délégitimée.

Pourtant, c’est en poursuivant opiniâtrement ce double fil qu’à mes yeux  l’équipe atteint aujourd’hui une vision globale satisfaisante de l’aventure Mame, vision qui nous permettra de produire en définitive une analyse cohérente et informée de la production littéraire. Le travail des chercheurs investis dans le projet depuis ses balbutiements s’est révélé extrêmement productif — mais nous avions suffisamment confiance les uns dans les autres pour ne pas en douter.  La belle surprise, ce fut de voir d’autres chercheurs, rencontrés « en chemin », rejoindre notre équipe et venir l’enrichir non seulement de leur force de travail mais aussi de leurs compétences disciplinaires, de leurs travaux antérieurs, de leurs manies, dadas, manières de faire, habitudes méthodologiques, qui ont parfois bousculé l’ordonnancement initial du projet, et en définitive apporté une richesse réjouissante à l’approche globale.

Ainsi, il me semble que le travail que mènent Chantal Dauchez, mais aussi Michel Manson, Martin Dumont et à sa manière Stéphane Tassi, fait peu à peu émerger une figure d’Alfred Mame infiniment plus riche, documentée et complexe que ce que l’hagiographie entretenue dès le XIXe siècle nous en a livré; cette approche, dans sa vocation globalisante, permet de saisir par ricochet le sens de la production littéraire elle-même, car elle s’envisage dès lors comme un élément non pas central mais essentiel du projet de l’homme Alfred Mame, projet continué par sa descendance avec des bonheurs divers. Comprendre la naissance de la Bibliothèque de la Jeunesse Chrétienne, la structuration de son catalogue, par élargissements successifs du cercle de ses producteurs (sur le modèle, ainsi que l’a suggéré Matthieu Letourneux, des village stories étudiées par Franco Moretti); comprendre le rôle que viennent jouer par la suite la Bibliothèque des Ecoles Chrétiennes, la Bibliothèque de l’Enfance Chrétienne ou la Bibliothèque des Petits Enfants, en termes non pas économiques (assez simples à imaginer) mais formels et idéologiques, voilà quelques-uns des défis que nous nous sommes lancés il y a trois ans, et qu’une lecture critique du « projet » d’Alfred Mame  lui-même, à la lumière de ce que ces chercheurs nous en donnent à voir, va permettre à l’équipe de commencer à relever.

Il apparaît ainsi que le projet littéraire de l’entreprise Mame (dans son absence même de définition « littéraire »)  ressortit  à l’investissement d’Alfred dans tous les secteurs de la vie publique que le XIXe siècle offre à l’homme doué d’esprit d’entreprise. Alfred Mame vit dans son quotidien d’éditeur les contradictions qui affecteront aussi Frédéric Le Play au moment où il rédigera ses essais: comment concilier entreprise moderne, rationaliste et productive, avec l’impératif de la morale chrétienne? Cette problématique, centrale dans la vie publique d’Alfred Mame, est aussi ce qui forme le cœur, idéologiquement, des œuvres de la Bibliothèque de la Jeunesse Chrétienne. Ainsi l’éditeur donne à lire, par le truchement de ses « écuries » d’auteurs, les interrogations qui forment son propre cheminement d’homme public, patron philanthrope, patron et philanthrope, chrétien entrepreneur ou entrepreneur chrétien (voir par exemple Mathilde et Gabrielle, en particulier le chapitre 11). C’est la question de la modernité que pose en permanence l’homme Alfred Mame, qu’il agisse en propriétaire d’imprimerie fondant une société de papeterie, en père de famille créant une cité ouvrière pour ses typographes, en châtelain installant dans son château des Touches des serres parmi les plus modernes d’Europe, et surtout en éditeur de la plus colossale production de livres  pour enfants du siècle.

De fait, interroger simultanément la vie d’Alfred Mame et de sa dynastie, et les œuvres sorties des presses de l’imprimerie tourangelle avait non seulement du sens, mais se révélera probablement être la clé de la réussite de notre programme de recherches. Du moins peut-on à cette date l’espérer.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *