« Où sont nos navires? »

Le titre de ce billet est un hommage à la défunte chronique du quotidien Ouest France. A quelques jours de la fin « officielle » du projet Mame — si nous n’avions pas bénéficié d’une bienvenue prolongation de six mois — voici quelques nouvelles des travaux en cours et des activités de nos chercheurs.

François Fièvre, qui avait travaillé au sein du projet Mame en contrat post-doctoral la première année, a commencé le 1er octobre un contrat d’ingénieur d’études. Il travaille activement à la préparation de notre colloque final des 17 et 18 mars 2011, ainsi qu’à l’exposition qui l’accompagnera, et qui est une co-organisation entre l’équipe Mame et la Bibliothèque Municipale de Tours.

Tangi Villerbu, chargé dans notre projet de la rubrique « Mame et la propagation de la foi », est en mission aux Etats Unis du 10 au 30 octobre. L’occasion pour lui de présenter une partie des résultats de ses recherches au 63e Congrès annuel de l’Institut d’histoire de l’Amérique française à Ottawa, le samedi 23 octobre. L’occasion aussi, et surtout, de partir sur les traces de Charles Matthieu Mame, installé aux Etats-Unis au début du XIXe siècle, sans que nous sachions bien pour l’instant ce qu’il y fit.

Cécile Boulaire et Mathilde Lévêque sont du 10 au 15 octobre en formation à Aussois dans le cadre du stage « Gestion numérique des sources de la recherche en sciences humaines et sociales » proposé par le Service éditorial et publication électronique de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (SEPE, IRHT-CNRS). Il s’agira de s’assurer que nos démarches pour mettre en valeur les résultats des recherches menées depuis trois ans sont les plus appropriées, et au besoin, de faire les correctifs nécessaires, tant qu’il en est encore temps.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *