Première journée

En ouverture de la semaine de formation, Richard Walter, directeur adjoint du TGE Adonis, présente les objectifs de l’ANGD, puis le TGE Adonis lui-même, ses missions et son fonctionnement. Il rappelle l’attachement du TGE au format ouvert ainsi qu’aux démarches de standardisation qui permettent la structuration du réseau des « centres de ressources numériques » : l’objectif, en sus de la pérennisation des données réunies dans les divers programmes, est de permettre l’interopérabilité de toutes ces données.

Cela rejoint les préoccupations de l’équipe Mame, et les soucis que nous avons aujourd’hui, pour avoir pris trop à la légère les questions de norme dans la description bibliographique de nos objets de recherches. R.Walter rappelle que les données numériques, qui sont censées permettre la sauvegarde des objets concernés, sont elles-mêmes « périssables » si elles sont mal structurées et mal normées. L’exposé initial se termine sur l’idée que le chercheur ne doit « pas rester sur son île déserte ».

Les discussions entamées avec les autres stagiaires lors des repas et des moments de pause, tout autant que les ateliers et les moments plus formels de présentation plénière, remplissent très bien cet objectif : soudain, on se sent moins seul avec ses problèmes !

Le premier atelier de travail en groupe, qui nous met aux prises avec un fabuleux cas d’école, le fonds (lacunaire, hélas) de cartes postales de Marcel Virgolos, permet à la fois de découvrir les champs d’investigation des divers chercheurs présents (incroyable diversité des objets d’études), et de s’initier à une démarche rationnelle de montage de projet. Quel dommage de ne bénéficier de cette formation qu’au terme du projet Mame! Je réalise à quel niveau d’empirisme nous avons été réduits… Mais finalement, nous ne nous en sortons pas si mal.

Cet atelier, comme des échanges avec d’autres stagiaires, me confirme dans l’idée qu’un projet démarre bien avant la date de début officiel du financement : l’étape de montage est fondamentale — nous avons eu beaucoup de chance de ne pas faire plus d’erreurs fatales. Je retiens de l’après-midi une certitude humaine : les chercheurs, qui pour certains ont déjà des difficultés à travailler en groupe, doivent associer d’emblée à leurs projets des documentalistes et des informaticiens, cette cohorte des ITA et ingénieurs d’études qui ont l’expertise des outils qui nous manque — mais comment faire quand on travaille au sein d’une simple « équipe d’accueil » qui ne dispose pas de personnel en dehors des enseignants-chercheurs ? J’en retire aussi une conviction méthodologique : monter un projet, ça ne s’improvise pas. Découragement rétrospectif, en voyant les difficultés que nous aurions pu nous éviter ; mais aussi enthousiasme : le prochain projet, nous aurons les outils pour le construire rationnellement !


Une réflexion au sujet de « Première journée »

  1. Ping : Les compte rendus de la formation Gestion numérique des sources de la recherche en sciences humaines et sociales | web-1.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *