Deuxième journée: organiser*

La deuxième journée du stage est consacrée à deux étapes du montage d’un projet comportant de la numérisation de sources : « organiser » et « numériser ».

* merci à Emmanuelle Morlock Gerstenkorn qui m’a signalé mon erreur sur le titre!

« Organiser » renvoie à la question du pilotage d’un programme de recherches. Nous avons beaucoup travaillé sur la mise en place d’un cahier des charges fonctionnel préalable au lancement des travaux eux-mêmes. Si le chercheur peut se hérisser, de prime abord, devant la logique et la terminologie des outils de travail présentés (CdCF, CCTP, planning prévisionnel, reporting, working package, knowledge management), le travail en ateliers permet de découvrir l’aide que certains de ces outils méthodologiques peut apporter au coordinateur d’un projet. Ce sont, me semble-t-il, moins des outils contraignant le pilotage, que des guides pour conduire les séances de travail de l’équipe. Le « diagramme de Gantt », par exemple, oblige à expliciter les attentes de l’équipe, et à sortir du fantasme pour se poser, collectivement, les bonnes questions quant aux objets qui seront élaborés au terme du projet. La manière de formaliser un planning des diverses tâches, toujours selon ce modèle de Gantt, peut être un outil commode. On nous aiguille vers le site projet-plume.org, qui présente des logiciels ouverts adaptés aux besoins que peuvent rencontrer des chercheurs, et présentés justement par des chercheurs, qui les commentent. Une manière d’échapper au piège du logiciel propriétaire dans lequel une équipe s’enferme.

On parle donc démarches, méthodes et outils. Mais… au fil de la séance, un malaise semble s’installer. Où est donc passée la recherche dans le prévisionnel que nous établissons pour notre « cas d’école », le fonds de cartes postales du professeur Virgolos ? Il semble à quelques-uns d’entre nous que, dans le modèle théorique mis en place dans ce cadre de travail en « mode projet », la dimension exploratoire de la démarche du chercheur disparaît au profit d’une formalisation de tâches d’exécution. D’où une question purement humaine, qui resurgit naturellement à la fin de la séance : est-ce à un chercheur ou à un ingénieur de recherches de mener ce type de projet ?

Des discussions poursuivies lors des pauses, sur la terrasse ensoleillée qui donne sur les montagnes, développent ce malaise. L’incertitude, la surprise, parfois l’échec qui sont le lot du chercheur ont-ils encore leur place dans ces logiques d’ingénierie de la recherche ? N’a-t-on pas basculé d’une logique de construction intellectuelle du savoir à de la pure et simple mise en valeur de données qui ne s’interrogerait plus sur la dimension de production de ce savoir ?

Dans le planning que nous élaborons pour notre exercice, la fonction « entrer les données de la recherche » est évaluée avec le même souci de rationalité et de rentabilisation du temps de travail des chercheurs (les abominables « hommes/mois ») que la fonction « scanner les documents ». Mais dans le projet Mame, comment aurions-nous pu évaluer a priori le temps et l’étalement des tâches nécessaires pour identifier des auteurs anonymes ou publiant sous pseudonyme ? Tant pour Hippolyte Chavannes de la Giraudière que pour Just Jean Etienne Roy ou Elise Voïart, établir ces « données » a nécessité de longues, fastidieuses, érudites recherches littéraires et stylistiques, biographiques, philologiques — en somme, qualitatives. Difficiles, voire impossibles à anticiper sous l’angle d’un planning prévisionnel, d’une quantification purement matérielle. Et je ne dis rien de la découverte tardive, et quasi fortuite, de l’aventure américaine des frères Mame autour de 1809…

« Numériser »:

L’après-midi, consacré de manière plus légère à des mises en pratique, nous met dans la peau d’un prestataire chargé de scanner des documents pour une équipe, puis à l’inverse dans la peau du donneur d’ordre qui effectue le contrôle qualité. Amusante, la manipulation a, sous ses allures de jeu, le mérite de nous faire prendre conscience de la nécessite du cahier des charges techniques, dont la précision nous prémunit contre les mauvaises surprises.

La préparation du bilan intermédiaire, assez curieusement, fait revenir sur le devant des préoccupations le hiatus ITA (« compagnons de la recherche », insiste un formateur)/chercheurs, ou plus exactement, les modalités du dialogue, de la collaboration et des interactions entre les différentes catégories de participants à un projet de ce genre. Les formateurs évoquent brièvement l’existence d’une méthode « agile » permettant de piloter un programme de manière plus souple, plus réactive, permettant d’incessants allers-retours entre la recherche et la réalisation. Je reste soucieuse des questions de temporalité : la recherche n’est pas la valorisation.

Bavarder avec Mathilde, qui travaille dans un autre groupe, me rappelle qu’au fond, sur notre projet Mame, le « livrable » fondamental, celui auquel nous tenons le plus comme lieu d’exposition de notre travail de recherche, c’est le livre que nous préparons. Le site web, avec sa base de données, jouera le rôle de vitrine, et permettra, je l’espère, le prolongement des recherches. Mais dans nos disciplines, le résultat d’une recherche s’exprime encore (et sans doute pour longtemps) sous la forme d’un discours articulé. Et pour ça, le livre n’est pas un mauvais choix…


2 réflexions au sujet de « Deuxième journée: organiser* »

  1. Merci de ce compte-rendu. Je ne sais pas si le malaise dont tu parles se dissipera au cours de la semaine, mais en effet, l’élaboration d’une base de données est vraiment une phase de découpage de l’information, qui demande ensuite à être regroupée. Le hiatus entre la phase d’analyse que constitue l’élaboration d’une base de données et celle de synthèse que constitue à proprement parler l’écriture de l’article ou du livre qui permet d’en réarticuler les données de manière à leur donner du sens, ce hiatus, donc, me semble tout à fait important à signaler. Construire une base de données, c’est comme faire un catalogue, ce n’est pas (à mon sens tout du moins) faire de la recherche. Faire de la recherche, c’est en effet donner sens à une base de données ou à un catalogue, le transformer en récit (ou plus largement, comme tu le dis toi-même, en discours) cohérent. Combien de thèses catalogues, de Master base de données, ou d’anthologies faussement raisonnées viendront-ils encore masquer l’idée que le but des recherches académiques n’est pas l’accumulation, l’agrégation d’informations, mais la production d’un savoir synthétique à partir de cette agrégation?
    Je suis assez enthousiaste à l’idée de notre livre, et tout à fait d’accord avec l’idée que notre base est un moyen, et non une fin. Sans elle, nous n’aurions pas pu travailler, c’est certain, mais elle ne doit pas venir remplacer le livre.

  2. Ping : Les compte rendus de la formation Gestion numérique des sources de la recherche en sciences humaines et sociales | web-1.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *