Troisième jour: structurer

La troisième journée de stage commence par un brillant exposé de Lou Burnard sur la logique de structuration d’un texte numérisé. Quoique la TEI soit assez complexe pour un néophyte, il parvient à rendre la notion à la fois simple et presque drôle. Le schéma qui présente le rapport entre la difficulté d’encodage et le service ultérieur rendu au chercheur est particulièrement clair, et nous reviendra à l’esprit un peu plus tard dans la matinée lorsqu’il s’agira de modéliser la structure d’encodage de notre fonds de cartes postales. Une nouvelle fois, ce qui revient c’est la recherche de l’harmonie dans les relations entre chercheurs et « compagnons de la recherche », en l’occurrence ici les informaticiens. Tout devient limpide à entendre Lou Burnard, jusqu’à la présentation des différents schémas inventés par les diverses communautés utilisatrices de XML : on comprend donc bien au sein de quel ensemble s’insère la TEI.

Tout se complique évidemment quand on passe à la pratique. Où placer le curseur, quand se limiter dans l’infini des possibilités d’encodage ? Une nouvelle fois, nous sommes à la fois stimulés par ce que l’exercice comporte de gratuit — nous faisons jouer librement nos imaginations — et à la fois gênés par l’absence d’un contexte plus concret qui donnerait du sens à l’entreprise de numérisation que nous sommes censés mener. Pour qui, pour quel usage procédons-nous à la mise en valeur virtuelle de ce fonds ?… Peu importantes au fond tant que nous sommes en ateliers, où l’exercice est prétexte à apprendre, à confronter, à réfléchir, ces questions reviennent en permanence dès qu’on sort des ateliers et qu’on se remet à penser à ses propres objets, à ses propres problèmes, et à la manière de les résoudre, à la lumière des apprentissages tout neufs.

La rencontre, à table, des historiens-informaticiens-lexicomètres du PIREH, ouvre soudain de nouvelles perspectives. Ils évoquent des pratiques de mesures lexicométriques à la fois assez simples (en apparence) et efficaces appliquées à des corpus historiques (prosopographiques, par exemple), mais qui peuvent aussi être littéraires. En approfondissant la question, il semblerait que les outils qu’ils manipulent, et qu’ils nous présentent avec un dévouement tout pédagogique après le dîner, pourraient être de précieux auxiliaires dans la réflexion que nous menons sur le corpus Mame, en particulier sous l’angle formel. Depuis des mois en effet, les littéraires de l’équipe se posent la question de l’émergence d’une littérature pour enfants au sein d’un corpus qui ne s’érige, à partir de 1836, qu’en haine du roman. Nous avons émis plusieurs hypothèses, commencé à élaborer plusieurs modèles qui permettraient d’expliquer ce glissement des formes et des styles, entre les années 1830 et les années 1860, mais voilà soudain que s’ouvre  la perspective de pouvoir appliquer à un corpus préalablement numérisé (les livres de Mame présents sur Google Books et ceux qui sont numérisés par Gallica sont une bonne base de départ) des mesures systématiques guidées par nos intuitions. Approfondir un corpus, problématiser, formuler des hypothèses, trouver les démarches et techniques permettant de valider ces hypothèses: nous sommes pleinement sur nos objets, et j’ai le sentiment que nous allons repartir de ce stage avec plus de réponses encore que nous ne venions en chercher.


2 réflexions au sujet de « Troisième jour: structurer »

  1. Ping : Tweets that mention Troisième jour: structurer | Mame & fils -- Topsy.com

  2. Ping : Les compte rendus de la formation Gestion numérique des sources de la recherche en sciences humaines et sociales | web-1.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *