La collection « Pour tous »

C’est un peu avant 1910 que la maison d’édition Mame crée la collection « Pour tous », qui connaîtra quelque 320 titres publiés en 1938, avant de disparaître au début des années 1950.

La collection se présente comme un ensemble de volumes in-12 illustrés « pouvant être mis entre toutes les mains ». Une formule assez classique à l’époque pour signaler aux prescripteurs adultes que le contenu des ouvrages ne contient rien de contraire à la morale et peut donc circuler « entre les mains de la jeunesse ». Le prix raisonnable des volumes (7fr 50 en 1932), son caractère illustré, la destine à un large public. Elle se veut une bibliothèque familiale, proposant un contenu à la fois instructif et attrayant, susceptible d’intéresser tant les enfants que les parents. Nombre des premiers titres sont repris à la « collection des romans honnêtes » (Le château de la vieillesse, Anne-Marie la Providence, Contes de bonne Perrette, La Roche-qui-tue, Le Roman de l’ouvrière) et un peu plus tard à la « Bibliothèque des familles et des maisons d’éducation », où étaient parus, dans les années 1880, les premiers romans d’aventures pour la jeunesse de l’éditeur, avec des auteurs phares tel Karl May, que Mame fit connaître en France.

C’est sans doute là d’ailleurs, sur l’ensemble de la production de l’éditeur, l’originalité de cette collection. Elle regroupe en effet de très nombreux ouvrages que la maison fut la première à publier en France. L’observation vient nuancer un grief souvent fait à l’entreprise à partir des années 1870, selon lequel celle-ci se montrait plus soucieuse d’atteindre des sommets bibliophiliques que de faire connaître des auteurs contemporains. Dans le catalogue de 1932, sur 180 titres proposés dans la collection « Pour tous », 118 ont connu leur première publication grâce à la maison Mame. Beaucoup d’entre eux seront édités exclusivement par la maison … ce qui laisse néanmoins planer un doute sur la postérité littéraire des textes retenus ! Les fidèles auteurs de la collection « Pour tous » se nomment René Bazin, Henri Bordeaux, Louis Bertrand, tous trois académiciens et portés vers le récit ou le roman historique, inclination que partagent par ailleurs d’autres auteurs tels Georges Lenôtre, Charles Foleÿ, Jules Mazé ou Imbert de Saint-Amand. A noter qu’avec la Grande Guerre, récits et portraits patriotiques se multiplient.

Parallèlement à cette première veine se développe le roman populaire, domestique, social ou policier, auquel le prolifique Jean Drault apporte une note humoriste avec des titres comme Les Cent Métiers de Galupin ou Berlingot et Radingois. Mais c’est avec le roman d’aventures que la collection trouve sa pleine mesure et renouvelle la culture historique attachée aux publications de la maison. Le récit ou « souvenirs de voyage « , sous-titre qu’adopte les romans de Karl May, offre un pont entre l’histoire et la fiction que la maison Mame emprunte allègrement pour survivre au ras de marée que représente le roman à la Jules verne, qui fait de l’aventure récréative le nouveau medium du savoir encyclopédique. On y retrouve aussi les romans moins connus de Georges Price, où l’aventure maritime vient faire pendant à celle, continentale, de son modèle allemand. Avec Léon Berthaut, on saisit à quel point le roman d’aventures constitue une formule porteuse qui s’essaye à tous les styles : Le Record du tour du monde (1911) semble emprunter à Jules Verne, Le Secret de l’indien (1914) à Fenimore Cooper et Karl May, quant au Chasseur de pirates (v.1925), sous-titré « roman patriotique et historique de la guerre maritime (1915-1917) », il inscrit adroitement le roman patriotique dans l’imaginaire de la flibuste promu par Stevenson.

Le Record du tour du monde, Par L. Berthaut (1ère de couverture)

Le Record du tour du monde, Par L. Berthaut (1ère de couverture)

Enfin il faut signaler l’apparition très tôt dans la collection, de quelques textes spécifiquement destinés à l’enfance. Ce sont Les Contes de l’épée (1910) de Henri de Brisay, suivi en 1913 des Contes arabes, tirés des Mille et une nuits. Mais il faut attendre 1923 pour ce créneau littéraire connaisse un réel développement. Paraissent alors successivement Contes de bonne Perrette, souvenirs d’enfant de René Bazin (1923), Contes merveilleux de Hauff (v.1924), Contes de fées (1924), Colomba de Mérimée (1927), complétés en 1930 par les Contes d’Andersen. Puis brutalement, entre 1930 et 1931 paraissent sept romans de la comtesse de Ségur : Les Malheurs de Sophie, Un Bon Petit Diable, Les Petites Filles modèles, L’Auberge de l’ange gardien, Les Vacances, Les Mémoires d’un âne, et enfin, François le bossu. Ce brusque développement de la littérature d’enfance dans la collection (qui emprunte cette fois pour beaucoup au répertoire classique) doit être rattaché au remarquable développement que connaît à la même époque le secteur de l’album chez l’éditeur, d’une belle créativité… et où paraîtront d’ailleurs dès 1932 les titres de la comtesse de Ségur, joliment illustrés par Marie-Madeleine Franc-Nohain, à côté des contes et tableaux historiques interprétés cette fois par le talentueux Albert Uriet.

(NB : les dates données pour les ouvrages sont celles d’entrée dans la collection « Pour tous »)


3 réflexions au sujet de « La collection « Pour tous » »

  1. Ping : Recherche avec la base de données Revue.org | Sophie de Ségur

  2. Pas de véritable commentaire mais après avoir la quasi certitude que les numéros 92, 96, 103, 104, 108, 110 et 112 n’existent pas, j’aimerais bien savoir quels titres se cachent derrière les numéros 345, 346,347, 349, 373, 375, 377 et 380. Autrement, tous les autres titres ont été identifiés. Je vous remercie. Ismaël II

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *