Quatrième jour: exploiter, diffuser

Dernière journée de stage, puisque la grève des transports a contraint les organisateurs à condenser la formation, de sorte que nous puissions avoir des trains pour le retour vendredi. Il a donc fallu traiter d’une seule traite les questions d’exploitation des données et de diffusion des résultats du projet de recherches.

La présentation plénière de Richard Water met des mots sur des notions que nous avions expérimentées la veille: celle de « granularité » par exemple. Nous faisons de la prose sans le savoir… La séance d’atelier nous confronte à quelques exigences d’exploitation de données, où il est une nouvelle fois question de la frontière mouvante entre le domaine du chercheur (ses prérogatives, ses responsabilités) et l’expertise du technicien. Un chercheur contacte notre laboratoire (imaginaire) et souhaite obtenir des statistiques concernant l’expression des sentiments via notre corpus de cartes postales. Que pouvons-nous lui fournir comme niveau de données? C’est un peu rapide comme exercice, mais jubilatoire: nous sommes dans la peau du laboratoire tout entier, qui renvoie au chercheur ses propres demandes: « ça, c’est votre boulot! »

Une nouvelle session plénière, rapide aussi, mais efficace et passionnante, dans le nombre de fenêtres qu’elle ouvre, invite les représentants de plusieurs  centres de ressources à présenter leur structure. Autant en début de stage nous aurions trouvé ça rébarbatif, autant là, après quatre jours de mise en pratique, chacun note à part soi les noms des programmes auprès desquels il pourra demander un conseil technique ou un hébergement de données.

Mais auparavant, une nouvelle question, posée un peu rapidement, nous glace brièvement: était-il nécessaire, au fond, d’imaginer monter un site web, pour notre fonds de cartes postales?… Le réflexe aujourd’hui est systématique: projet de recherches = site web. Pierre Mounier a le don de nous souffler que, peut-être, dans certains cas, sous certains angles… C’est amusant: posée au terme de ce stage, la question est provocatrice. Posée à titre expérimental dans un échantillonnage d’équipes de lettres ou d’histoire, elle recevrait sans doute un accueil plus serein: immergés dans l’atmosphère des digital humanities, nous en avons peut-être oublié, l’espace de quelques jours, que nous venons de la culture du livre. Et que, pour beaucoup de nos collègues, l’aboutissement logique d’une recherche est la publication. Du tout livre au tout web, il va nous falloir trouver un équilibre.

A titre personnel, je note en rouge que j’ai négligé jusqu’à présent de me poser avec sérieux la question de l’hébergement de mes données (base de données, site web). Ou plus exactement, devant l’impavidité des services informatiques qui se renvoyaient la balle, j’ai repoussé la décision à plus tard. « Plus tard » est arrivé. Il nous faut trancher assez vite.

La dernière session de travail est consacrée à la question de la diffusion et de ses modes nombreux, qu’on souhaite convergents. Amusante mise en abyme: les ‘carnets de recherches’ Hypothèses tenus par des participants au stage sont présentés à l’écran, dont celui-ci, qui est le seul à témoigner du stage lui-même!

L’après-midi se termine par une fructueuse séance de bilan; beaucoup de stagiaires ont le regret de ne pas avoir approfondi davantage certaines notions. Pour ma part, je ressens le besoin de retourner m’immerger dans le projet que nous menons, et de discuter avec l’équipe des problèmes qui me sont apparus à l’occasion de cette formation. Les questions techniques surgiront plus tard.

La soirée se clôt sur un défi pongiste: Université 1-CNRS 0.


Une réflexion au sujet de « Quatrième jour: exploiter, diffuser »

  1. Ping : Tweets that mention Quatrième jour: exploiter, diffuser | Mame & fils -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *