Fin de projet, ouverture de chantiers

Le colloque des 17 et 18 mars a été l’occasion de présenter nos résultats au public, mais aussi, une dernière fois avant l’étape de la publication, de faire le point entre nous des travaux que nous avions accomplis, et de ceux qu’il restait à mener. Tangi Villerbu s’est chargé de faire un bilan des chantiers à ouvrir dans le domaine historique, Matthieu Letourneux s’est occupé des recherches littéraires.

Histoire

Les Mame dans la cité

  • Les origines, la première époque : une ascension familiale qui enjambe la révolution, qui doit être pensée dans ce cadre d’un questionnement sur le renouvellement social et économique révolutionnaire : en se servant de la théorie balzacienne de cette rupture sociale du fait des profits de la révolution, et en s’appuyant sur une bibliographie désormais abondante sur le renouvellement (ou non) des élites de part et d’autre de l’événement. La famille Mame est alors le témoin d’une histoire sociale de l’entreprise, de l’imprimé entre fin 18ème et début 19ème.
  • La conversion : comment Mame devient éditeur catholique, en une vingtaine d’année. Cette conversion est autant économique et politique que religieuse, et tourne autour des choix d’Amand Mame puis d’Alfred. Le contexte de la Restauration, à Tours notamment (poids de l’abbé Guillard) est à interroger.
  • La famille Mame comme élite tourangelle, économique mais aussi politique, sociale: l’insertion dans les réseaux locaux, les cercles de toutes sortes, les alliances ; le tournant de la génération Alfred/Ernest, celle des années 1830-1840, qui franchit un cap social. A remettre en contexte, en rapport à l’évolution des régimes politiques et de l’histoire religieuse. Ce croisement entre religieux et politique vaut évidemment pour l’analyse du catholicisme social et de la philanthropie Mame, à examiner à l’aune d’une histoire des régulations sociales : une famille laïque (et qui ne produit aucun prêtre) engagée sur le terrain social en fonction d’un projet de contrôle totalisant fondé sur une vision organiciste du social.

L’histoire comparée

Il reste à interroger la spécificité de Mame à tous les niveaux (longue durée familiale, stratégies éditoriales et industrielles…) en comparant la maison aux autres, laïques, catholiques françaises ou étrangères (Casterman, Desclée de Brouwer, Fides…). Réinsérer Mame dans l’histoire du livre en desserrant la focale.

Le gender : pour une histoire de la construction des identités sexuées, de la féminité et de la masculinité.

  • Dans la famille Mame : quelle place faite aux femmes dans la gestion de l’entreprise mais aussi quelle place aux figures masculines successives : en quoi Alfred est une figure patriarcale paradigmatique, un modèle de masculinité catholique ?
  • Dans le processus de production : dans le travail à l’usine et dans les bureaux, mais aussi dans le logement, il faut étudier le modèle genré promu par Mame, et donc faire une histoire sociale et culturelle des usines et de la Cité Mame.
  • Dans la diffusion d’un modèle familial et social par la littérature : qu’offre Mame comme miroir et comme but à atteindre ?

La diffusion

  • Les canaux de la diffusion : l’école (les indices sur l’école publique et Frères des écoles chrétiennes se limitent pour l’instant à la IIIème République, il faut remonter en amont et en aval), les bibliothèques, les achats privés en librairie, les éditeurs et libraires étrangers (Casterman est un cas d’école ; Jacques-Félix Lelièvre à La Nouvelle-Orléans dans les années 1830-1850…).
  • La géographie de la diffusion
    • En France : y a-t-il des régions Mame ? On peut poser comme hypothèse que les bastions catholiques (Ouest, Alsace, Flandres, marges sud du Massif Central…) sont des consommateurs de Mame, mais il faut étayer le propos.
    • Dans le monde :
      • L’espace francophone : le Canada est étudié (il demeure des zones d’ombre chez les Franco-Ontariens, les Acadiens…) mais il reste la Louisiane ou la Nouvelle-Angleterre des migrants canadiens ; l’Europe francophone : Belgique, Suisse, val d’Aoste…
      • L’espace colonial, très vaste chantier. La maison Mame s’inscrit-elle dans l’histoire missionnaire d’une part (lien avec l’Association de la Propagation de la Foi, les congrégations et sociétés missionnaires) et dans l’histoire coloniale de l’autre (les deux se rejoignant souvent, comme sous la IIIème République) ?
  • La lecture des Mame : l’appropriation et les usages par les lecteurs. Il faut en passer par les registres de bibliothèques quand ils sont conservés, ou par les écrits du for privé. C’est sans doute la partie la plus ardue mais sans elle le circuit complet du livre Mame demeurera inconnu.

Littérature

 

Etudier un éditeur pose des questions très différentes à l’historien et au littéraire. Nombreux sont les travaux d’historiens consacrés aux éditeurs – à commencer par ceux entrepris par Jean-Yves Mollier, Michel Manson, Elizabeth Parinet, etc. Les recherches s’inscrivant strictement dans une perspective littéraire (et pas seulement d’Histoire littéraire) sont beaucoup plus rares. A l’origine du projet, il y avait ce pari d’étudier un éditeur dans une telle perspective, articulant Histoire littéraire et étude des poétiques et des communications littéraires. La question devenait alors celle de l’incidence (directe ou indirecte) de l’éditeur sur la signification de l’œuvre, sur la définition de modèles esthétiques, sur les pratiques des auteurs, sur les modes de réception auxquels étaient invités les lecteurs.

Mame s’y prêtait, dans la mesure où il s’inscrivait dans un projet défini au niveau éditorial (et par-delà même, au niveau des éditeurs catholiques, et même des autorités catholiques) et déterminant en amont  écriture et pacte de lecture. Du même coup, ce projet imposait une logique sérielle, rassemblant les auteurs autour de principes d’écriture communs.

Cette perspective littéraire, nous l’avons explorée de façon variée, dont on peut dresser rapidement la liste, chacune de ces orientations ouvrant un certain nombre de chantiers.

L’éditeur comme territoire

L’un des aspects de notre réflexion a consisté à considérer la production de l’éditeur comme un territoire, déterminant un corpus cohérent, le catalogue, et nous avons interrogé cette cohérence : nous avons mis en évidence certains effets de cohérence éditoriale, à travers en particulier les collections du XIXe siècle. Il s’agissait alors de saisir les effets de sens produits par la mise en forme matérielle des textes (travail sur le support, le paratexte, les illustrations, la typographie, etc.) et leur organisation (catalogue, collections, séries, etc.).

Dans ce domaine, il resterait sans doute à systématiser notre approche pour le XXe siècle, que nous n’avons encore abordé que par isolats successifs (malgré les travaux de Stéphane Tassi et de Marie-Pierre Litaudon). De même, il y aurait des choses à dire sur la présentation matérielle des collections, cette mise en forme d’un pacte éditorial via la structuration et la rationalisation des présentations matérielles, lesquelles accompagnent sans doute l’avènement d’architextes cohérents. Comme le souligne Olivia Voisin, l’interrogation de la présentation matérielle des œuvres (souvent déclinée au XIXe siècle sous des apparences différentes correspondant à des prix et des marchés spécifiques), en particulier celle des couvertures gravées, mal connues du fait de leur fragilité, dirait beaucoup à ceux qui les questionneraient de près. De même pour l’usage de techniques spécifiques, comme la photographie, que Cécile Boulaire souhaiterait interroger de plus près, ou le choix des illustrations dans les missels qui intéresse François Fièvre. Ainsi faudrait-il repérer les effets d’unité de sens, les articulations entre présentation matérielle, illustration et collection, orientant le regard des lecteurs avant même l’appréhension du texte, car c’est aussi à ce niveau que se détermine le sens du texte.

Non-fiction

Un autre angle mort de notre recherche tient au fait que nous avons sans doute négligé un peu trop la partie considérable du catalogue, qui ne portait pas sur la fiction. C’était un choix, et il nous a sans doute permis d’éviter la dispersion et d’aboutir ainsi à des conclusions solides. Mais il marque sans doute ses limites. Comme l’a montré la communication de Christian Amalvi, l’étude des autres domaines éditoriaux (didactiques, religieux), et des écritures qui s’y rattachent (vulgarisation, mise en forme du savoir) et plus généralement du reste du catalogue, de ses objets et de leur mise en texte, nous aurait sans doute permis de mieux comprendre, par répercussion, l’évolution de nos objets. Les chercheurs en littérature ont trop tendance à limiter leurs investigations à la seule fiction, sans toujours voir que celle-ci n’existe pas dans un espace indépendant des autres productions textuelles. Ce qui est une vérité générale importe d’autant plus chez un éditeur dont Cécile Boulaire et moi-même avons vu, précisément, qu’il pensait l’autonomie du modèle littéraire comme problématique. Dès lors, s’il était nécessaire de se concentrer sur les productions littéraires au détriment des autres, un prolongement de nos travaux nécessiterait sans doute de penser le catalogue dans sa totalité, pour mettre en évidence d’autres effets de sens.

Représentations

Une autre façon d’envisager littérairement la figure de l’éditeur a consisté à considérer ce corpus comme une coupe exemplaire des représentations et des esthétiques d’un milieu à une époque : l’édition catholique pour la jeunesse. C’est ce qui nous a conduits à étudier l’esthétique de Mame, le style de Mame, les grands genres qu’il privilégiait les conceptions qu’il se faisait de l’édition pour la jeunesse et, via celle-ci, de la relation à la jeunesse, bref, du regard qu’il porte sur l’enfant. Nous avons mis en évidence des interdits, des frayeurs, une esthétique et une éthique et leur retranscription en termes d’écriture. C’est souligner que, acteur de la communication, l’éditeur produit donc un discours et que son message est le résultat des choix de textes qu’il publie.

Le chantier reste néanmoins important dans ce domaine. D’abord, comme le souligne Annette Baudron, nous n’avons encore que très imparfaitement mis en évidence les modèles éducatifs, les représentations du monde et du social que développe Mame dans ses catalogues. Y a-t-il cohérence totale, expression de postures divergentes ou originales. C’est la question des négociations entre représentations d’une époque, modèle éditorial et postures auctoriales qui se pose ici aussi. Dans ce cas, si nos travaux nous ont permis de dégager les grandes orientations des textes, il reste bien des questions à approfondir : questions de pédagogie (telles qu’elles se définissent dans les textes, reformulant certaines théories de l’époque), questions d’idéologie (celles des courants du catholicisme représentés dans les œuvres, et plus largement de l’église, de sa place et de son rôle dans la société, celles enfin de leur mise en forme dans les textes), questions politiques (celles des liens avec l’actualité, qui auraient pu être explorés plus systématiquement, dans une perspective dialogique – le littéraire comme reflet du politique, et le littéraire comme réaction au politique).

Si l’éditeur communique un message, alors il dessine une figure de destinataire. Nous n’avons que très imparfaitement su tracer son portrait et ses contradictions. Un tel questionnement suppose de confronter le lecteur idéal, pure figure spéculative constamment mise en scène dans les œuvres (le petit ange), et le lecteur modèle (l’enfant qu’on imagine réel, et auquel on s’adresse pour espérer en faire cet enfant idéal), ou encore les autres figures d’enfants qu’il s’agit de repousser, de contrôler, de canaliser. Encore faut-il compter avec les autres destinataires, dont il aurait fallu saisir l’inscription dans le texte : où, dans le texte, peut-on repérer la trace des autorités ecclésiastiques comme destinataires des textes, ou celle des institutions scolaires et des figures d’adultes ? L’analyse des destinataires adultes est un problème classique en littérature pour la jeunesse ; elle est d’autant plus importante dans notre cas que, Mame se pensant comme une maison d’éducation et d’édification, la figure de l’enfant est toujours largement médiatisée par ces destinataires seconds, visant à encadrer son regard afin de transmettre au mieux leur message. On a tort de penser simplement la littérature pour la jeunesse comme une littérature s’adressant aux enfants. Elle s’adresse bien souvent aussi, et parfois avant tout, à d’autres figures, adultes, qui sont certes des médiateurs, mais qui, comme tout média, font aussi écran. L’étude des figures de lecteurs et, plus généralement, des actes de communication dans les textes, tout comme l’analyse des paratextes auctoriaux et éditoriaux, apporteraient sans doute des éléments de réponse.

Mais la question du destinataire doit être confrontée à son double symétrique, le lecteur réel, celui qu’on sait si mal atteindre. Le pacte de lecture que Mame propose est si éloigné de nos conceptions de la littérature pour la jeunesse, qu’il nous laisse l’alternative d’une adhésion du lecteur à son modèle (ce qui revient à l’envisager comme profondément éloignés des lecteurs contemporains), ou de sa transgression, contre les réceptions codées par les auteurs. En effet, le pacte de lecture est ici très prescriptif, laissant, dans la narration comme dans la diégèse, une place très restreinte à la question du plaisir. On est obligé alors de se demander où est le fameux plaisir du texte. Se conquiert-il contre le pacte de lecture, par un de ces effets de braconnage chers à Michel de Certeau ? La chose serait possible, dans la mesure où ces usages divergents, ces braconnages, Michel de Certeau les repérait dans les pratiques des populations dominées. Or, le lecteur, et en particulier celui, guidé, encadré, façonné, que programme Mame, est pour le moins un lecteur dominé. Mais s’il a pu exister des logiques de braconnage, de quel type étaient-elles ? Et tous les textes se prêtaient-ils de la même façon à de tels braconnages ? Où se situent les interstices dans ces textes extrêmement contrôlés, permettant l’échappée du lecteur ? L’autre hypothèse serait celle d’un plaisir du texte qui ne serait pas contre le texte, une relation esthétique d’adhésion, que j’ai essayé d’imaginer, mais dont les modalités restent problématiques. Les deux postures ont pu d’ailleurs être adoptées par des lecteurs différents. La question des usages de lecture est complexe, car il y a peu de témoignages de ces lectures : la plupart de ces pseudo-témoignages sont soit des fictions contemporaines formulées par les producteurs et visant à affirmer le bien fondé de ce type d’ouvrages, mais qui sont trop artificiels pour qu’on s’y fie, éducateurs et parents disant le plaisir du lecteur sans laisser ce dernier s’exprimer. Quant aux textes plus tardifs, ils pêchent par l’effet inverse, critiquant cette littérature à partir des modèles postérieurs qui se sont imposés, mais sans chercher à en comprendre la logique de ces textes contre lesquels ils se construisent (voir ce que dit Hetzel des productions des générations précédentes).

Si l’éditeur produit un discours, celui-ci est loin d’être statique. Nous avons envisagé l’évolution de cette posture au fil du temps, sous l’effet des transformations des esthétiques, du champ éditorial, des valeurs, ou au gré des changements intervenus dans l’organigramme de la maison. C’est ce qui nous a conduits à envisager les genres, les écritures, mais aussi la présentation matérielle des livres ou les principes d’illustration dans une perspective diachronique.

Comparatisme

Dans ce domaine aussi, bien des questions restent néanmoins pendantes. Nous n’avons pas assez étudié les rapports de force auxquels était confronté l’éditeur dans l’ensemble du champ éditorial : ceux de Mame avec les autres éditeurs catholiques (sont-ils tous superposables ? Y a-t-il eu des stratégies de singularisation ?), ceux de Mame avec les laïcs pour la jeunesse, ceux de l’éditeur de province avec les Parisiens. Et surtout, nous n’avons sans doute pas cherché assez à en observer les conséquences en termes littéraires. Nous avons repéré certains effets de transformation, mais sans les formaliser assez sans doute, sans chercher toujours clairement à déterminer leurs conséquences en termes de resémantisation des textes et des architextes. Les réagencements des catalogues, et l’évolution des rapports de force dont ceux-ci sont l’expression, permettraient sans doute en partie de nous éclairer sur cette question.

D’autant que ces effets d’unité produits par le corpus, pris en masse, nous les avons surtout repérés durant les années 1840-1860, au moment où l’éditeur s’imposait dans sa solidité conquérante. Par la suite, nous avons surtout montré comment se défaisaient ces modèles sous l’effet de la marginalisation de Mame. Pourtant, la question d’un discours éditorial ne disparaît pas quand celui-ci se retrouve marginalisé. Simplement, il réinvestit les modèles dominants des concurrents, les redéfinissant à partir de ses valeurs et de sa propre tradition. Pour mettre en évidence ces effets, il nous reste à explorer les collections et les pratiques au XXe siècle, à tenter de déterminer une cohérence qui serait du même ordre que celle qui prévalait auparavant, et si on ne trouve pas d’ordre, essayer de comprendre selon quels principes s’organise ce désordre : quelles stratégies, même ébauchées, abandonnées rapidement, bricolées ici encore ? Si le catalogue s’organise en discours, quelles transformations de ce discours révèlent l’apparition de nouveaux auteurs ? Comment sont resémantisés les anciens textes (le fonds) par la réorganisation du catalogue ? Ce qu’on réédite au moment où une ligne éditoriale change dit souvent beaucoup de ces effets de redéfinitions de l’histoire d’une maison à partir des nouveaux enjeux de l’édition. Il s’agit aussi de comprendre comment se gère un héritage aussi important quand il apparaît comme manifestement désuet. Cela suppose de prolonger cette logique du « distant reading » (pour reprendre l’expression de Moretti) qu’appelle l’étude d’une maison d’édition. Cela suppose aussi de dissocier les pratiques intentionnelles des éditeurs et des producteurs, des effets de sens produits par les rapports de force, hors de toute intentionnalité. Si effets d’auctorialité il y a, ceux-ci se produisent bien souvent sans qu’une volonté déterminée en soit à l’origine.

Pour aborder ces questions, il importe sans doute de se concentrer sur un certain nombre de dates clé : l’avènement de la IIIe République, la séparation de l’église et de l’Etat, l’importance de Vatican II (dont Michèle Piquard souligne l’incidence sur l’édition de jeunesse, suggérant d’explorer les archives vaticanes), sont quelques unes de ces dates. Mais les événements éditoriaux devront sans doute aussi être abordés, comme les mutations de l’édition pour la jeunesse sous la Troisième République ou l’apparition de collections populaires au début du XXe siècle, ou celle de l’édition catholique populaire (la Bonne Presse en particulier). Cela témoigne de ce que les articulations entre perspective historique et perspective littéraire devraient être explorées plus systématiquement : incidence de l’Histoire des idées, de l’évolution des modèles esthétiques, des situations économiques, etc.

Il importe également de s’attacher aux transformations de l’organigramme de la maison d’édition, en particulier dans les périodes plus tardives que nous connaissons moins. Par delà les simples effets d’auctorialité, nous avons cherché à déterminer la part d’une intentionnalité éditoriale commandant à ces différents modèles littéraires : nous avons repéré des personnalités qui ont joué un rôle dans la structuration d’une cohérence et d’un discours éditoriaux, ainsi que des lieux où se sont jouées ces influences, etc. Mais dans ce domaine, nous connaissons encore mal l’organigramme de la fin du XIXe siècle et le XXe siècle, pourtant essentiels pour comprendre les bouleversements des politiques éditoriales.

Les auteurs

Plus généralement, nous avons cherché quel rôle jouaient les auteurs dans la production de ces effets de sens. Nous avons établi des rôles : ceux des modèles et référents historiques, souvent étrangers (Schmid, May), ceux des auteurs clé jouant un rôle éditorial (Louis Friedel, étudié par Michel Manson, Elise Voïart), les professionnels fidèles (Roy, Chavannes de La Giraudière), écrivains atypiques tentant de tirer leur épingle auctoriale du jeu sériel (comme certains illustrateurs repérés par Marie-Pierre Litaudon). L’éditeur favorise des auteurs et des écritures, dans un processus dialogique : certains écrivains influent sur les choix de l’éditeur, qui à son tour, par ses implicites prescriptifs, affecte les décisions des auteurs qui veulent être publiés.

Mais ici encore, le chantier n’est qu’ébauché. Comme le souligne Mathilde Lévêque, qui a largement défriché avec Cécile Boulaire cette question, il faudrait sans doute essayer d’établir une typologie de ces auteurs publiés chez Mame. Une telle typologie supposerait de proposer deux opérations intellectuelles contradictoires : saisir les effets d’unité, de cohérence stylistique d’une part, et repérer les singularités des romanciers d’autre part, en résistant à la tentation de dire, a priori, que tout se vaut. Ce qui est vrai des écrivains l’est aussi des autres producteurs, comme les traducteurs (dont Mathilde Lévêque souligne l’importance, remarquant que nous sommes loin de les connaître tous) ou les illustrateurs (dont certains, peu connus, intéressent François Fièvre). Il faudrait enfin repérer les stratégies diverses que les auteurs adoptent face aux contraintes sérielles (celles de l’éditeur, des genres et des écritures qu’il privilégie, des articulations spécifiques qu’il en propose dans ses différentes collections) : singularisation, resémantisation, mise en crise des conventions, logique du « McGuffin »… C’est à une véritable typologie contrastive qu’il s’agirait d’aboutir. Cela suppose en parallèle d’opérer de véritables enquêtes biographiques sur des auteurs qui, n’ayant guère eu de postérité ni de grandes ambitions de leur vivant, ont bien souvent disparu sans laisser de traces. Ces recherches sont d’autant plus importantes que, comme Cécile Boulaire a eu l’occasion de le mettre en évidence, il existe des logiques de sociabilité régionales qui prévalaient chez l’éditeur dans son choix des auteurs. Or, on le sait, le champ social, comme le champ littéraire ont une incidence sur les esthétiques, les logiques de singularisation, d’influence ou d’obédience. L’approfondissement des recherches sur les sociabilités littéraires chez Mame éclaireraient très probablement les question d’influence et de cohérence des productions littéraires. Par-delà ces questions de sociabilité, il reste énormément à dire sur les relations entre les auteurs et l’éditeur. Comment ce dernier imposait-il ces contraintes formelles : par adhésion immédiate et implicite des auteurs ? Par des effets de cahier des charges proposés en amont ? Par des va-et-vient des manuscrits en aval ? Sans archives, la chose reste difficile à dire, mais quelque descendant, quelque archive inexploitée, nous permettront peut-être de retrouver lettres et contrats éclairant ces conditions de production.

Bien des pistes restent à explorer, bien des chantiers à prolonger. La plupart du temps, nous nous sommes déjà engagés sur ces voies qui viennent d’être évoquées, preuve que ces années de recherches ont été fructueuses. Il reste néanmoins à nouer les fils, à retrouver la trame qui dessinera au mieux cette figure d’auctorialité qu’est l’éditeur, et les pratiques des auteurs qui ont travaillé pour lui.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *