Que se passe-t-il après une ANR?…

Le livre de synthèse de nos recherches étant désormais entre les mains de l’éditeur, il convient de s’atteler maintenant à la mise au point de la base de données du projet Mame, destinée à terme à être rendue publique sur le site mameetfils.univ-tours.fr, qu’ont mis en place et administrent Stéphane Loret et Maud Bouillon à la MSH de Tours.

Initialement, ce site devait héberger une « simple » base de données, copie de notre fichier FileMakerPro. Le choix technique de l’application libre Omeka nous ouvre d’infinies possibilités de valorisation des données… mais nécessite, de ce fait, une quantité encore importante de travail, afin que ces données ne soient pas simplement livrées brutes aux internautes, mais qu’elles soient pensées encore au-delà de ce que nous avions fait jusqu’à présent.

Cela nécessite encore de fastidieuses opérations de vérification des « fiches d’identité » des livres que nous avons recensés : traque des coquilles, vérification des « autorités », attribution de leur identité véritable aux anonymes et pseudonymes que nous avons identifiés, etc. Mais, bien au-delà, il s’agit de développer aussi une réflexion sur les données elles-mêmes, notamment les images des livres qui nous sont passés entre les mains, et dont nous avons photographié, selon les cas, les couvertures, reliures et cartonnages, mais aussi les ex-præmio (manuscrits ou imprimés), les pages de titres (titres gravés, titres typographiés), les images de frontispice et les gravures intérieures, parfois la préface, la table des matières, un catalogue inséré après les pages de garde…

Pour éviter que ces images ne soient qu’illustratives, rattachées chaque fois à une seule donnée (un exemplaire d’un livre ), il convient d’indexer chaque image pour la traiter elle-même comme une donnée. En effet, si un cliché de l’ex-præmio collé à l’intérieur d’un exemplaire d’un roman pour enfants a valeur illustrative pour cet ouvrage en particulier, il fait sens, aussi, au sein d’une série plus vaste, celle de tous les ex-præmio recensés dans des livres Mame. Or si nous voulons que nos collections puissent être utilisées, par exemple, dans le cadre d’une recherche large sur l’usage des livres de prix, ou sur le partage entre lectures offertes aux filles et lectures offertes aux garçons dans une perspective de gender studies, ou encore par un chercheur qui s’intéresse de manière quantitative au marché du livre au XIXe siècle, et qui aimerait savoir à quelle cadence les livres sont vendus, combien de temps après leur sortie des presses ils arrivent entre les mains des enfants… alors il nous faut indexer chaque image, pour indiquer, au-delà de son rattachement à un exemplaire d’un titre, de quoi il s’agit, de manière explicite. L’idéal est évidemment que par-delà la fin officielle du projet Mame (il s’agissait d’une simple ANR jeune chercheur », elle est close depuis avril 2011), ces collections de données puissent continuer à vivre, à s’enrichir, et surtout, qu’elles servent à des chercheurs que nous ne connaissons pas, à des recherches que nous n’avons pas imaginées.

Nous devons donc maintenir un strict équilibre entre les données que nous avons déjà emmagasinées, et qu’il s’agit simplement de mettre en ligne ; les données que nous pouvons construire à partir de l’existant, mais en tenant compte de nos forces amenuisées (puisque les crédits ANR sont épuisés) ; les données qui pourront éventuellement être apportées ultérieurement par d’autres chercheurs, d’autres programmes — ce qui nous oblige à penser notre travail de la manière la plus normée et la plus ouverte possible.

La discussion avec Stéphane Loret et Maud Bouillon a donc porté sur le devenir de cette base— et pas sur sa cloture. Notre première tâche est de réfléchir aux métadonnées que nous allons appliquer à nos centaines de fichiers images. Notre seconde tâche est… d’ordre organisationnel. La MSH de Tours a apporté son aide au projet Mame à titre gracieux : il s’agissait d’expérimenter un transfert des compétences développées au sein du centre de ressources Crévilles à des données et des projets non-liés à la thématique « villes ». Puis le budget ANR a financé une partie du travail de Maud Bouillon. Aujourd’hui, quel peut être le cadre de l’aide concrète apportée par la MSH à cette base liée à un projet échu ?…

La question est plus large encore peut-être : quel peut être l’avenir d’un site web issu d’une recherche ANR, une fois que cette ANR est terminée, que l’équipe est dispersée, les crédits dépensés ? En sciences humaines, une publication finale est un jalon traditionnel qui rend public le résultat d’une recherche collective, et nous nous sommes pliés à ce principe, dont la fécondité est évidente : notre livre sur Mame sera une somme. Mais la structure même d’un site web suppose une mise à jour. Comment organiser cette mise à jour, cette vie pérenne d’une ressource qui n’est pas un dépôt exhaustif, mais un perpétuel work in progress ?

Dans la discussion naît l’idée de faire de « mameetfils » une sorte d’atelier-école, de lieu d’expérimentation, pour une recherche en sciences humaines (et Mame sera de fait un simple exemple), de toutes les potentialités offerts par l’outil Omeka. Il s’agira pour nous de développer telle ou telle application, en fonction de tel usage possible de nos données, mais sans viser l’exhaustivité (sauf à recevoir des moyens spécifiques). Chaque expérimentation devra bien entendu se doubler d’une analyse des résultats obtenus: en quoi Omeka donne-t-il satisfaction pour tel besoin spécifiquement analysé? En quoi pourrait-il être amélioré par la communautés d’utilisateurs? Quels protocoles ont dû être mis en place, et qui pourraient être modélisés, partagés avec d’autres équipes, d’autres chercheurs?

Ce devenir “atelier” de la base mameetfils coïncide presque miraculeusement avec la création, au sein de la MSH de Tours, pour le contrat quadriennal qui débute, d’un Atelier Numérique qui verra les divers laboratoires engagés dans des entreprises de “digital humanities” réunir leurs compétences et leurs spécialités. Une affaire à suivre donc…


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

About Cécile Boulaire

Cécile Boulaire, maître de conférences à l'Université François-Rabelais de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse. De 2008 à 2011, elle a coordonné une ANR consacrée à la maison Mame, sous l'angle de sa production pour la jeunesse. Le blog 'mameetfils' était le carnet de route de ce programme de recherches. Depuis la fin de ce projet, elle se consacre de nouveau à l'étude de l'album, sous un angle esthétique aussi bien qu'historique. Le carnet 'album '50' en témoigne.
This entry was posted in base de données, méthodologie and tagged . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">