Et les albums de jeunesse ?

Alors même que la maison Mame s’est souciée très tôt de publier des récits à destination de l’enfance et de la jeunesse, elle s’est longtemps montrée méfiante à l’égard de l’album, un genre qui connaît pourtant à partir des années 1860, un fort développement. Souvent de format in 4, inférieur à 100 pages, l’album accorde une place déterminante à l’image qui vient au fil des pages se conjuguer au texte.

Les premiers du genre à paraître chez l’éditeur, en 1887 et 1889, sont respectivement l’Alphabet de l’enfant Jésus et La Très Sainte Bible à l’usage de l’enfance. Il s’agit à l’évidence, face à la laïcisation croissante de la société, d’encourager une instruction religieuse dès le plus jeune âge, en adoptant les recettes qui font le succès des publications concurrentes. En 1896, paraît Les Mots historiques du pays de France, illustré par Job, célèbre peintre des scènes militaires. Il illustrera encore pour l’éditeur, au sortir de la guerre, un recueil de poèmes patriotiques composé par Jean Richepin, Allons enfants de la Patrie ! (1920) ; et, un an plus tard, ABC petits contes composé par un autre académicien, Jules Lemaître.

Les années 1920 sont pour la maison Mame une période charnière de réajustement de sa stratégie. Prenant modèle sur la maison Hachette, qui depuis le début du XXe siècle développe de façon exponentielle ses publications dans le secteur de l’album jeunesse, l’éditeur catholique poursuit ses essais dans ce domaine et noue de nouveaux contacts. Les textes classiques que sont les Contes de Perrault et Le Robinson suisse, remaniés et abrégés, deviennent le prétexte à de spectaculaires mises en images, aux couleurs chatoyantes et à la ligne résolument moderne. Raymond de la Nézière, illustrateur prolixe de la maison Hachette, interprète le premier titre en 1921 ; Albert Uriet le second en 1925. Désormais, le mouvement est lancé et l’on retrouvera souvent ces deux figures pour illustrer la gamme d’albums qui fera jusqu’à l’après-guerre, la gloire des éditions Mame.

Albert Uriet, qui avait un temps travaillé comme dessinateur pour les fonderies Deberny-Peignot (1918-1920), tient entre 1925 et 1930 une pension de famille. Il met cette période à profit pour illustrer Le Grand Meaulne (édité par la Société des médecins bibliophiles) ainsi que fort probablement plusieurs albums Mame. En effet, en 1930 paraissent trois titres dont il signe les planches : Don Quichotte de la Manche, Histoire de Napoléon et Robinson Crusoe. C’est à cette époque qu’il intègre la maison Mame en tant que directeur artistique, poste qu’il assumera pendant une vingtaine d’années. Compte tenu du remarquable développement de l’album de jeunesse chez l’éditeur durant cette période, on peut légitimement supposer qu’il en fut, sinon l’instigateur, du moins le principal maître d’oeuvre. Peut-être est-il aussi à l’origine de la longue collaboration qui s’établira entre la maison Mame et l’illustratrice Marie-Madeleine Franc-Nohain. Le style de cette dernière, très inspiré par celui de Boutet de Monvel, explique qu’elle ait connu, dans le sillage de son modèle, un notable succès aux Etats-Unis et en Angleterre1. Les éditeurs G. P. Putman’s Sons et Williams & Norgate reprendront en effet à partir de 1936, sous le titre The Misfortunes of Sophy, les illustrations de l’artiste parues quelques années plus tôt dans l’album Mame Les Malheurs de Sophie. A la différence  cependant de l’ouvrage français qui paraît en un seul volume, les éditions anglo-américaines optent pour une série de 4 albums d’une cinquantaine de pages, série qui connaîtra une réimpression après guerre…

Quoiqu’il en soit, dès le début des années 1930, l’éditeur est en mesure de proposer une large gamme d’ouvrages susceptible de s’ajuster à toutes les bourses. Les prix s’échelonnent entre 30 fr et 4.50 fr. Les albums à 25 et 30 fr connaissent des tirages de luxe accompagnés de dessins originaux. Réservés aux bibliophiles, ces ouvrages sont alors vendus entre 75 et 150 fr. Si les différentes collections d’albums se déclinent en fonction des prix, des formats, du nombre et de la qualité des illustrations, de l’impression et de la reliure, le contenu lui aussi se diversifie. A côté des ouvrages historiques ou religieux figurent désormais des contes, des récits d’aventures, de même que, de façon plus novatrice pour la maison, des albums consacrés aux sports, aux jeux et aux chansons, des abécédaires dédiés aux loisirs enfantins et savoureusement illustrés par R. de la Nézière, des albums de coloriage… voire même un peu plus tard un recueil de planches humoristiques (Le petit humoriste, 1934).

Sous l’influence artistique d’Albert Uriet, les collections pour la jeunesse de la maison Mame acquièrent une identité visuelle forte, autour d’illustrateurs talentueux qui l’on retrouve parfois des albums aux volumes de la collection pour « Pour tous », lorsque l’éditeur décline sous plusieurs formules les classiques de la littérature de jeunesse : contes ou romans.

(1) : Cette réussite internationale tient aussi aux relations nouées par Alfred Mame. Avant de reprendre la direction de la maison familiale, celui-ci a fait au début des années 1930 de nombreux séjours à l’étranger et croisé à cette occasion plusieurs éditeurs américains, canadiens et anglais.

A suivre, gros plans sur quelques illustrateurs….


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *