A propos France Nerlich

France Nerlich est maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’université François Rabelais de Tours. Ses travaux et publications portent sur l’art européen du XIXe siècle et plus particulièrement sur les relations artistiques transnationales (XVIIIe-XIXe siècle), le marché de l’art, l’histoire du goût et des collections, la critique d’art et l’histoire de l’histoire de l’art. Elle a notamment publié La peinture française en Allemagne (1815-1870) aux éditions de la Maison des Sciences de l’Homme en 2010. Elle dirige actuellement deux projets de recherche : l’un, avec Bénédicte Savoy, financé par l'ANR et la DFG, sur la formation des peintres allemands en France (1793-1870) ; l’autre sur les ateliers privés de peinture à Paris (1793-1863).

Ouverture de chantiers en histoire de l’art

Le projet Mame et fils, dirigé par Cécile Boulaire, a non seulement permis de poser les jalons indispensables à la reconstruction de l’histoire d’une maison d’édition de premier ordre, mais il ouvre un champ absolument passionnant pour l’histoire de l’art. Le corpus réuni par l’équipe, répertorié dans une base de données très utile, offre en effet la possibilité de se pencher de plus près sur toute une production d’albums et de livres illustrés jusqu’à maintenant peu, voire pas du tout, étudiés. Or, même si l’on a pu lire des commentaires parfois acerbes sur les livres Mame, il s’avère que la maison d’édition a eu un rôle considérable dans la production d’ouvrages illustrés de grande, voire de très grande valeur, à l’instar des Bibles illustrées par Gustave Doré ou James Tissot, sur lesquels l’historienne de l’art Isabelle Saint-Martin va se pencher de plus près. Ces ouvrages très largement diffusés, considérés comme des chefs-d’œuvre dès leur publication, furent commentés et admirés au-delà des frontières nationales. Ils contribuèrent à la fois à la renommée des artistes et de la maison d’édition, louée pour la splendeur de ses ouvrages.

Cette réputation, qui rayonna dans le monde, doit rappeler les réseaux dans lesquels étaient réalisés les livres illustrés. Bien loin de l’image d’une maison d’édition de « province », il apparaît que la maison Mame était bien inscrite dans un paysage éditorial international, jouissant d’une grande visibilité aux Expositions universelles, et se faisant très tôt interprète entre les cultures par le biais de traductions d’auteurs étrangers. Le caractère inter- voire transnational se retrouve aussi dans l’identité des illustrateurs et artistes engagés par Mame : Gustave Doré travaillait aussi pour des maisons d’éditions à l’étranger, en particulier à Leipzig, plaque tournante majeure de l’édition et de la librairie au XIXe siècle. Les frères Charles, Edouard et Paul Girardet, suisses d’origine, prussiens de nationalité, français d’adoption, furent des peintres, graveurs et illustrateurs recherchés, aussi par la maison d’édition Mame. Ils faisaient circuler des images françaises, allemandes, suisses, anglaises par le biais de la gravure, reproduisant tous les genres, mais ils proposaient aussi des scènes pittoresques originales ou des paysages exotiques, suisses ou orientaux…

C’est aussi dans cette histoire de l’art extraordinairement complexe, à la fois transnationale et intermédiale, que nous plongent les ouvrages illustrés de la maison Mame. C’est cette histoire qu’il faut à présent retracer dans le détail, en consacrant des études approfondies aux albums, aux planches, aux frontispices, pour comprendre d’où viennent ces images, comment elles ont pu circuler entre la peinture et la gravure, entre les mondes de représentation français et étrangers, comment elles ont su répondre aux exigences d’un éditeur soucieux de la diffusion de ses ouvrages et aux enjeux de l’illustration, comment elles ont relevé ce défi de la translation du texte à l’image et contribué à l’essor d’un langage visuel autonome.

Tous les livres illustrés de Mame ne sont pas exceptionnels, beaucoup relèvent de plus de ce que l’on appelle la littérature populaire : ils ne font pas partie de ce canon auquel appartiennent les Bibles de Doré ou Tissot. Mais c’est là aussi une problématique à laquelle les historiens d’art doivent se confronter, sans nécessairement faire « seulement » de l’histoire culturelle : analyser les images de ces ouvrages populaires de divertissement édifiant, souvent destinés à de jeunes publics, avec les outils de l’histoire de l’art permet d’aller au-delà d’une simple description de leur efficacité ou de leur qualité et d’interroger les fondements même de nos hiérarchies conventionnelles. La migration des formes entre différents médias, la circulation des motifs et la reprise des styles, l’invention de solutions formelles inédites ou le recours à des modes en apparence anachroniques, tout cela entre dans le champ de nos futures investigations.

Ainsi le cas de Louis Joseph Hallez, dont on dit qu’il fut élève du Nazaréen allemand Johann Friedrich Overbeck, doit faire l’objet d’études plus poussées : les frontispices et dessins réalisés entre autres pour différentes éditions de L’imitation de Jésus-Christ relèvent d’un style et d’une esthétique a priori atemporels et pourtant très révélateurs des enjeux de l’art religieux de la deuxième moitié du XIXe siècle. Ces ouvrages, souvent traduits d’auteurs espagnols, italiens des XVIe et XVIIe siècles, comme Francisco Arias, Nicolas Avancini, ou français anciens et contemporains comme Jérôme de Gonnelieu ou Lamennais, offrent nombre de problématiques croisées, entre les époques, les lieux, les « images » offertes par le texte et les gravures. La longévité de certaines éditions qui paraissent jusqu’au XXe siècle montre bien une temporalité singulière qu’il s’agit là aussi de reconsidérer plus sérieusement.

Le projet « Mame et fils » ouvre donc de nombreuses pistes pour les historiens d’art, dans une perspective ostensiblement diachronique, allant des livres enluminés du moyen-âge aux livres d’artistes du XXe siècle. Le caractère interdisciplinaire imprimé à ce projet ANR doit guider les futurs chercheurs dans leur approche de ces objets complexes que sont les livres illustrés, à l’instar de la convergence des approches qui a été esquissée lors du colloque final, entre l’histoire des réseaux économiques de production, de l’interaction entre les différents acteurs (de l’auteur au traducteur, de l’éditeur à l’imprimeur), l’analyse philologique des textes et de leurs traductions, l’étude des répertoires et des qualités littéraires, les enquêtes sur les lecteurs et les pratiques de lecture.