A propos Marie-Pierre Litaudon

Docteur en littératures comparées. Université Rennes 2 Membre du laboratoire CELLAM Chercheur associé à l'Institut Mémoires de l'Édition Contemporaine (IMEC)

Compte rendu de la journée d’études Le Play du 12 juin 2009 (3e session)

« Le Play : La réforme sociale et sa postérité dans les milieux catholiques »

journée d’études organisée par Matthieu Brejon de Lavergnée (CERMAHVA), avec la collaboration du Projet ANR Mame

La session de l’après midi est consacrée aux « relais sociologiques d’une pensée »:

Séverine BLENNER (Amiens) : « Les relais institutionnels d’une pensée sociale : le rôle de l’épiscopat »

Antoine SAVOYE (Paris VIII) : « Le clergé leplaysien du diocèse de Paris (1875-1890) »

Matthieu BREJON DE LAVERGNEE (Fondation Thiers) : « Débat intellectuel et propagande élitaire : le rôle des jésuites dans la diffusion de la pensée de Le Play »

Lire la suite

Compte rendu de la journée d’études Le Play du 12 juin 2009 (2e session)

« Le Play : La Réforme sociale et sa postérité dans les milieux catholiques »

organisée par Matthieu Brejon de Lavergnée ( CERMAHVA), avec la collaboration du Projet ANR Mame

La deuxième session de la matinée, intitulée « approche européenne, expériences locales », rassemblait les interventions de :

Jan de Maeyer (Louvain) : « La pensée leplaysienne et les milieux catholiques belges »

Maria-Rosa Protasi (Rome) : « Leplaysisme et revues catholiques en Italie des années 1880 au début du XXe siècle. Autour de trois exemples » (non présentée ici)

Lire la suite

Compte rendu de la journée d’études LE PLAY du 12 juin 2009 (1ère session)

Le Play : La Réforme sociale et sa postérité dans les milieux catholiques

Journée d’études organisée par Matthieu Brejon de Lavergnée (CERMAHVA), avec la collaboration du Projet ANR Mame

La journée s’est ouverte sur la présentation de Frédéric Le Play, polytechnicien, ingénieur des mines et sociologue précurseur, que l’on regarde trop souvent comme un « contre-révolutionnaire » porte-parole des catholiques. Pour Matthieu Brejon de Lavergnée, il faut se débarrasser de ces fausses représentations. L’homme n’était guère pratiquant et son confesseur a pu dire de lui qu’il n’avait rien d’un mystique. Le Play lui-même, commentant son œuvre, affirmait que sa recherche s’appuyait exclusivement sur des principes d’observation scientifiques et qu’en aucun cas il n’aurait hésité à critiquer la religion si celle-ci s’était révélée contraire aux objectifs de paix sociale qui fondaient sa démarche. Cette journée d’étude cherche à cerner la nature exacte des relations que Frédéric Le Play a entretenues avec les milieux catholiques. La 1ère session est consacrée aux « échanges et confrontations ».

J. Coronel de Boissezon (Paris X): « Loi morale contre loi écrite? L’influence de Le Play sur les juristes catholiques »

Maguelone Nouvel (Montpellier III): « Une chaire leplaysienne? Les conférences de Notre-Dame, du carme Hyacinthe Loyson »

Robert Beck (Tours): « Le lieu de la synthèse? La Ligue populaire pour le repos du dimanche »

Lire la suite

La famille Mame au regard de ses contemporains

Les grandes figures de la famille Mame, et notamment celle d’Alfred Mame (1811-1893), qui a donné à l’entreprise familiale une dimension industrielle et internationale, n’ont pas échappé au regard de leurs contemporains. On ne peut attendre de ces témoignages d’amis ou de collaborateurs une vison objective et détachée sur les hommes et les faits. Néanmoins, ces portraits apportent un éclairage précieux sur la personnalité de chacun. Ils sont aussi une source d’informations non négligeable pour préciser l’histoire de la maison d’édition. C’est notamment le cas de la notice de François Grille, bibliothécaire à Angers; et du texte du jésuite Etienne Cornut, qui nous livre un portrait  aussi saisissant que minutieusement informé d’Alfred Mame .

(Pour accéder aux textes , une fois sur Gallica, indiquer dans le champ « Aller page », le numéro de page du début de l’article)

  • Charles-Pierre Mame (1747-1825), imprimeur-libraire et fondateur de la « dynastie Mame », et ses 5 enfants. Par François-Joseph Grille (1782-1853), Le Bric-à-brac, avec son catalogue raisonné. Paris, Ledoyen, 1853, p.175-179. (Source: Gallica)

http://visualiseur.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k95435s

  • Alfred Mame (1811-1893), petit-fils de Charles-Pierre Mame. Par Etienne Cornut, in Etudes religieuses, philosophiques, historiques et littéraires, t.61, 1894. (Source: Gallica)

1er article, p.121-147: « Alfred Mame: L’industriel »

2ème article, p.266-287: « Alfred Mame: le patron »

3ème article, p.500-525: « Alfred Mame: le chrétien »

http://visualiseur.bnf.fr/CadresFenetre?O=NUMM-113635&M=chemindefer

.

Les travaux de Frédéric Le Play accessibles en ligne

Pour ceux que les travaux de Le Play intéressent,  Internet archive propose la consultation en ligne de plusieurs de ses ouvrages, édités par Mame:

  • L’organisation du travail selon la coutume des ateliers et la loi du décalogue: avec un précis d’observations comparées sur la distinction du bien et du mal dans le régime du travail, les causes du mal actuel et les moyens de réforme, les objections et les réponses, les difficultés et les solutions. Tours, A. Mame & fils/ Paris, Dentu, 1870

https://www.archive.org/details/lorganisationdu02playgoog

  • La Réforme sociale en France, déduite de l’observation comparée des peuples européens. Tours, A. Mame & fils, 1878

https://www.archive.org/details/larformesociale01goog T.1 (Livres 1 et 2)

https://www.archive.org/details/larformesociale03goog T. 2 (Livres 3, 4 et 5, 1ère partie)

https://www.archive.org/details/larformesociale02goog T.3 (Livre 5, 2ème partie et livre 6)

https://www.archive.org/details/larformesociale00goog T.4 (Livre 7 et conclusion)

  • Les ouvriers européens. Tours, A. Mame & fils, 1878

https://www.archive.org/details/lesouvrierseuro02playgoog

La journée d’études « Le Play, La réforme sociale et sa postérité dans les milieux catholiques », qui se déroulera à Tours vendredi 12 juin, fera l’objet d’un compte-rendu sur le blog Mame & fils.

Et les albums de jeunesse ?

Alors même que la maison Mame s’est souciée très tôt de publier des récits à destination de l’enfance et de la jeunesse, elle s’est longtemps montrée méfiante à l’égard de l’album, un genre qui connaît pourtant à partir des années 1860, un fort développement. Souvent de format in 4, inférieur à 100 pages, l’album accorde une place déterminante à l’image qui vient au fil des pages se conjuguer au texte.

Les premiers du genre à paraître chez l’éditeur, en 1887 et 1889, sont respectivement l’Alphabet de l’enfant Jésus et La Très Sainte Bible à l’usage de l’enfance. Il s’agit à l’évidence, face à la laïcisation croissante de la société, d’encourager une instruction religieuse dès le plus jeune âge, en adoptant les recettes qui font le succès des publications concurrentes. En 1896, paraît Les Mots historiques du pays de France, illustré par Job, célèbre peintre des scènes militaires. Il illustrera encore pour l’éditeur, au sortir de la guerre, un recueil de poèmes patriotiques composé par Jean Richepin, Allons enfants de la Patrie ! (1920) ; et, un an plus tard, ABC petits contes composé par un autre académicien, Jules Lemaître.

Les années 1920 sont pour la maison Mame une période charnière de réajustement de sa stratégie. Prenant modèle sur la maison Hachette, qui depuis le début du XXe siècle développe de façon exponentielle ses publications dans le secteur de l’album jeunesse, l’éditeur catholique poursuit ses essais dans ce domaine et noue de nouveaux contacts. Les textes classiques que sont les Contes de Perrault et Le Robinson suisse, remaniés et abrégés, deviennent le prétexte à de spectaculaires mises en images, aux couleurs chatoyantes et à la ligne résolument moderne. Raymond de la Nézière, illustrateur prolixe de la maison Hachette, interprète le premier titre en 1921 ; Albert Uriet le second en 1925. Désormais, le mouvement est lancé et l’on retrouvera souvent ces deux figures pour illustrer la gamme d’albums qui fera jusqu’à l’après-guerre, la gloire des éditions Mame.

Albert Uriet, qui avait un temps travaillé comme dessinateur pour les fonderies Deberny-Peignot (1918-1920), tient entre 1925 et 1930 une pension de famille. Il met cette période à profit pour illustrer Le Grand Meaulne (édité par la Société des médecins bibliophiles) ainsi que fort probablement plusieurs albums Mame. En effet, en 1930 paraissent trois titres dont il signe les planches : Don Quichotte de la Manche, Histoire de Napoléon et Robinson Crusoe. C’est à cette époque qu’il intègre la maison Mame en tant que directeur artistique, poste qu’il assumera pendant une vingtaine d’années. Compte tenu du remarquable développement de l’album de jeunesse chez l’éditeur durant cette période, on peut légitimement supposer qu’il en fut, sinon l’instigateur, du moins le principal maître d’oeuvre. Peut-être est-il aussi à l’origine de la longue collaboration qui s’établira entre la maison Mame et l’illustratrice Marie-Madeleine Franc-Nohain. Le style de cette dernière, très inspiré par celui de Boutet de Monvel, explique qu’elle ait connu, dans le sillage de son modèle, un notable succès aux Etats-Unis et en Angleterre1. Les éditeurs G. P. Putman’s Sons et Williams & Norgate reprendront en effet à partir de 1936, sous le titre The Misfortunes of Sophy, les illustrations de l’artiste parues quelques années plus tôt dans l’album Mame Les Malheurs de Sophie. A la différence  cependant de l’ouvrage français qui paraît en un seul volume, les éditions anglo-américaines optent pour une série de 4 albums d’une cinquantaine de pages, série qui connaîtra une réimpression après guerre…

Quoiqu’il en soit, dès le début des années 1930, l’éditeur est en mesure de proposer une large gamme d’ouvrages susceptible de s’ajuster à toutes les bourses. Les prix s’échelonnent entre 30 fr et 4.50 fr. Les albums à 25 et 30 fr connaissent des tirages de luxe accompagnés de dessins originaux. Réservés aux bibliophiles, ces ouvrages sont alors vendus entre 75 et 150 fr. Si les différentes collections d’albums se déclinent en fonction des prix, des formats, du nombre et de la qualité des illustrations, de l’impression et de la reliure, le contenu lui aussi se diversifie. A côté des ouvrages historiques ou religieux figurent désormais des contes, des récits d’aventures, de même que, de façon plus novatrice pour la maison, des albums consacrés aux sports, aux jeux et aux chansons, des abécédaires dédiés aux loisirs enfantins et savoureusement illustrés par R. de la Nézière, des albums de coloriage… voire même un peu plus tard un recueil de planches humoristiques (Le petit humoriste, 1934).

Sous l’influence artistique d’Albert Uriet, les collections pour la jeunesse de la maison Mame acquièrent une identité visuelle forte, autour d’illustrateurs talentueux qui l’on retrouve parfois des albums aux volumes de la collection pour « Pour tous », lorsque l’éditeur décline sous plusieurs formules les classiques de la littérature de jeunesse : contes ou romans.

(1) : Cette réussite internationale tient aussi aux relations nouées par Alfred Mame. Avant de reprendre la direction de la maison familiale, celui-ci a fait au début des années 1930 de nombreux séjours à l’étranger et croisé à cette occasion plusieurs éditeurs américains, canadiens et anglais.

A suivre, gros plans sur quelques illustrateurs….

La collection « Pour tous »

C’est un peu avant 1910 que la maison d’édition Mame crée la collection « Pour tous », qui connaîtra quelque 320 titres publiés en 1938, avant de disparaître au début des années 1950.

La collection se présente comme un ensemble de volumes in-12 illustrés « pouvant être mis entre toutes les mains ». Une formule assez classique à l’époque pour signaler aux prescripteurs adultes que le contenu des ouvrages ne contient rien de contraire à la morale et peut donc circuler « entre les mains de la jeunesse ». Le prix raisonnable des volumes (7fr 50 en 1932), son caractère illustré, la destine à un large public. Elle se veut une bibliothèque familiale, proposant un contenu à la fois instructif et attrayant, susceptible d’intéresser tant les enfants que les parents. Nombre des premiers titres sont repris à la « collection des romans honnêtes » (Le château de la vieillesse, Anne-Marie la Providence, Contes de bonne Perrette, La Roche-qui-tue, Le Roman de l’ouvrière) et un peu plus tard à la « Bibliothèque des familles et des maisons d’éducation », où étaient parus, dans les années 1880, les premiers romans d’aventures pour la jeunesse de l’éditeur, avec des auteurs phares tel Karl May, que Mame fit connaître en France.

C’est sans doute là d’ailleurs, sur l’ensemble de la production de l’éditeur, l’originalité de cette collection. Elle regroupe en effet de très nombreux ouvrages que la maison fut la première à publier en France. L’observation vient nuancer un grief souvent fait à l’entreprise à partir des années 1870, selon lequel celle-ci se montrait plus soucieuse d’atteindre des sommets bibliophiliques que de faire connaître des auteurs contemporains. Dans le catalogue de 1932, sur 180 titres proposés dans la collection « Pour tous », 118 ont connu leur première publication grâce à la maison Mame. Beaucoup d’entre eux seront édités exclusivement par la maison … ce qui laisse néanmoins planer un doute sur la postérité littéraire des textes retenus ! Les fidèles auteurs de la collection « Pour tous » se nomment René Bazin, Henri Bordeaux, Louis Bertrand, tous trois académiciens et portés vers le récit ou le roman historique, inclination que partagent par ailleurs d’autres auteurs tels Georges Lenôtre, Charles Foleÿ, Jules Mazé ou Imbert de Saint-Amand. A noter qu’avec la Grande Guerre, récits et portraits patriotiques se multiplient.

Parallèlement à cette première veine se développe le roman populaire, domestique, social ou policier, auquel le prolifique Jean Drault apporte une note humoriste avec des titres comme Les Cent Métiers de Galupin ou Berlingot et Radingois. Mais c’est avec le roman d’aventures que la collection trouve sa pleine mesure et renouvelle la culture historique attachée aux publications de la maison. Le récit ou « souvenirs de voyage « , sous-titre qu’adopte les romans de Karl May, offre un pont entre l’histoire et la fiction que la maison Mame emprunte allègrement pour survivre au ras de marée que représente le roman à la Jules verne, qui fait de l’aventure récréative le nouveau medium du savoir encyclopédique. On y retrouve aussi les romans moins connus de Georges Price, où l’aventure maritime vient faire pendant à celle, continentale, de son modèle allemand. Avec Léon Berthaut, on saisit à quel point le roman d’aventures constitue une formule porteuse qui s’essaye à tous les styles : Le Record du tour du monde (1911) semble emprunter à Jules Verne, Le Secret de l’indien (1914) à Fenimore Cooper et Karl May, quant au Chasseur de pirates (v.1925), sous-titré « roman patriotique et historique de la guerre maritime (1915-1917) », il inscrit adroitement le roman patriotique dans l’imaginaire de la flibuste promu par Stevenson.

Le Record du tour du monde, Par L. Berthaut (1ère de couverture)

Le Record du tour du monde, Par L. Berthaut (1ère de couverture)

Enfin il faut signaler l’apparition très tôt dans la collection, de quelques textes spécifiquement destinés à l’enfance. Ce sont Les Contes de l’épée (1910) de Henri de Brisay, suivi en 1913 des Contes arabes, tirés des Mille et une nuits. Mais il faut attendre 1923 pour ce créneau littéraire connaisse un réel développement. Paraissent alors successivement Contes de bonne Perrette, souvenirs d’enfant de René Bazin (1923), Contes merveilleux de Hauff (v.1924), Contes de fées (1924), Colomba de Mérimée (1927), complétés en 1930 par les Contes d’Andersen. Puis brutalement, entre 1930 et 1931 paraissent sept romans de la comtesse de Ségur : Les Malheurs de Sophie, Un Bon Petit Diable, Les Petites Filles modèles, L’Auberge de l’ange gardien, Les Vacances, Les Mémoires d’un âne, et enfin, François le bossu. Ce brusque développement de la littérature d’enfance dans la collection (qui emprunte cette fois pour beaucoup au répertoire classique) doit être rattaché au remarquable développement que connaît à la même époque le secteur de l’album chez l’éditeur, d’une belle créativité… et où paraîtront d’ailleurs dès 1932 les titres de la comtesse de Ségur, joliment illustrés par Marie-Madeleine Franc-Nohain, à côté des contes et tableaux historiques interprétés cette fois par le talentueux Albert Uriet.

(NB : les dates données pour les ouvrages sont celles d’entrée dans la collection « Pour tous »)

Compte rendu séminaire 3 – 16 mars 2009

Etaient présents:

Michel Manson, François Fièvre, Tangi Villerbu, Christine Bénévent, Mathieu Letourneux, Robert Beck, Mathilde Lévêque, Caroline Gaume, Chantal Dauchez, Marie-Pierre Litaudon, Julien Lavergne, Cécile Boulaire Etaient excusés: Isabelle Saint-Martin, Matthieu Bréjon, Michèle Piquard, Marie-Françoise Boyer-Vidal.

Corpus

La matinée était consacrée à la question de la base de données,  à la fois le point central de notre cahier des charges pour la première année du programme, et notre outil de travail principal pour l’étude de la production éditoriale. Se posaient plusieurs question: d’une part, l’utilisation par plusieurs chercheurs, certains peu familiers de File Maker Pro, a généré la multiplication de scories dans la saisie; d’autre part, le travail de mise à jour de la base « mère » à partir des fichiers de chacun est très lourde et occasionne des erreurs (dédoublonnage). En outre, le programme prévoit à terme une mise à disposition du « catalogue virtuel » des éditions Mame pour la jeunesse, sur le web; or l’utilisation d’une base de données en format « propriétaire » comme FMP est une gêne pour un usage web.   Une longue discussion s’ensuit, dont quelques-uns regrettent qu’elle ait lieu si tard, mais qui n’aurait certainement pas été possible il y a encore quelques mois, car c’est l’usage qui a fait apparaître questions et problèmes. Il en ressort la position suivante:

1)    Michel et moi devons apporter des améliorations au « guide de la saisie sous FMP » – et les chercheurs engagés dans les travaux de saisie doivent s’astreindre à suivre ces recommandations, de sorte que la base soit réellement performante.

2)    Nous allons essayer de fusionner en un seul fichier les informations jusqu’à présent distribuées entre le ficher « corpus » et le fichier « partenaires », ce dernier recensant les auteurs-illustrateurs-graveurs. De la sorte, le même document permettra d’intégrer un livre dans la base, tout en vérifiant si l’auteur ou l’illustrateur est déjà connu de nous, et dans ce cas, quelle est la manière standardisée d’écrire son nom.

3)    Il est rappelé que la base FMP actuelle est constamment en évolution, et que le principe de saisie est le suivant: lorsque le chercheur entre un livre dans la base, il n’indique que les informations dont il dispose; s’il a la possibilité d’avoir le livre en mains, il peut alors compléter la fiche dudit livre, en s’appuyant sur les informations telles qu’elles sont précisées dans le livre, sans interpréter; s’il fait une interprétation (attribution d’une illustration, pseudonyme…), cette mention figure entre crochets droits. Cette démarche rigoureuse permet d’avoir dans la base uniquement des données fiables, toute interprétation a posteriori étant clairement donnée pour telle.

4)    Le travail de modélisation indispensable à la création, à terme, d’une base de données interrogeable sur le web, évolutive et indépendante de tout format commercial de logiciel, doit être poursuivi bien que nous ayons décidé, pour notre part et pour l’instant, de continuer à travailler sous FMP que nous connaissons. Je vais faire ce travail avec Julien Lavergne, en m’appuyant sur la nouvelle base qui résultera de la fusion de « Corpus » avec « Partenaires ».

5)    Les problèmes de doublon et de gestion des divers fichiers FMP devraient se régler assez simplement avec l’acquisition de la version « serveur » de FMP ainsi que la localisation de notre base sur un serveur distant. Je viens de faire une demande d’espace « serveur » au service informatique de l’université. Nous pourrions ainsi travailler tous ensemble sur le même fichier. NB l’existence d’un serveur nous permettrait aussi de régler la question des images des livres. Pour l’instant, il n’est pas possible de les associer aux fiches de FMP, pour des questions de poids et de gestion des données.   La discussion est très longue, mais il est évident que, si elle est soigneusement remplie, cette base est la clé des diverses conclusions que nous nous sommes engagés à présenter au terme de nos recherches.

Projets

L’après-midi est consacrée au travail à entreprendre dans les 4 semestres à venir.

Publication Il a été convenu que nous soumettions à la revue dont Frédéric Barbier est rédacteur en chef, Histoire et Civilisation du Livre une série d’articles tirés de notre journée d’études du 13 janvier dernier. Tangi ayant déjà soumis son texte à la revue canadienne Cahiers de la Société bibliographique du Canada, et François à Romantisme, l’un comme l’autre proposent de rédiger un nouveau texte pour cette publication, à partir de la « matière » explorée en janvier mais sensiblement différent de leur communication. Quant à Chantal Dauchez, qui avait proposé en janvier une approche biographique d’Alfred Mame, elle serait prête à reprendre des travaux antérieurs consacrés à la Cité  Mame. La parution des articles éventuellement retenus ne pourrait de toute façon intervenir avant 2011.

Journée(s) d’études Il est brièvement question de l’idée, déjà évoquée il y a plusieurs mois par Michel, et soulevée de nouveau par Frédéric Barbier, de travailler un jour à la circulation des textes du Chanoine Schmid à l’échelle européenne. Il faudrait une infrastructure solide permettant l’organisation d’un colloque international. Nous en reparleront ultérieurement avec F.Barbier.   Robert Beck, responsable de l’axe « élites » au sein du Cermahva, propose d’organiser une journée d’études le 14 janvier 2010 autour des Elites tourangelles, journée au sein de laquelle il pourrait bien évidemment être question de la famille Mame. Nous pourrions en profiter pour organiser, le lendemain, 15 janvier 2010, une journée plus littéraire consacrée aux publications Mame.

Voilà les pistes sur lesquelles nous nous sommes arrêtés:   Journée « élites » le 14 janvier:   Journée « littérature mineure? » le 15 janvier Nous avons aussi fait la liste, très vaste, des sujets qui méritent un traitement spécifique, soit par un des chercheurs de l’équipe, soit par un chercheur sollicité à l’extérieur, soit par un étudiant de master. J’ai essayé de remettre de l’ordre dans toutes nos suggestions, mais n’hésitez pas à me rependre, à faire des suggestions, à vous manifester pour traiter un sujet.

Sujets possibles pour un master:   – Le Journal d’Indre-et-Loire, son histoire. – les Mame et l’enseignement à Tours. – Henri Fournier, imprimeur, typographe, directeur d’imprimerie pour Mame ? [NB ce serait sans doute un sujet pur un étudiant parisien, car les sources risquent d’être à Paris: Dirigé par Michel?…] – présence de Mame aux expositions universelles + les enquêtes préalables. (sujet de master?…)

Sujets proposés par / attribués à un chercheur de l’équipe:   – l’imprimatur: Matthieu Bréjon. Voir sans doute aussi le « comité de lecture » Mame et les milieux ecclésiastiques locaux. – Hallez, Doré? > Isabelle Saint-Martin – Paul Mame et les élites parisiennes?… Chantal Dauchez – dépouillement des contrats « sous seing privé » (série Q, notamment les années 1834-36) à la recherche d’éventuels contrats de Mame avec ses collaborateurs et auteurs. > Caroline Gaume – quid du premier XXe siècle?! Marie-Pierre et Michèle – à partir des inventaires, étude matérielle des imprimeries (papier, etc) et papeteries (voir aussi correspondance des FEC), fondeurs, typo… > Christine et Caroline.   Sujets qu’il reste à attribuer, parce qu’ils présentant de l’intérêt:   – quand cesse l’activité de libraire de la maison Mame à Tours? – Louis Veuillot et Mame? Matthieu Bréjon? – John Quartley et l’atelier de graveurs? Rémy Blachon (voir François) – Rose Mame – le chanoine Bourrassé?… [M.Laurencin?] – les diffuseurs de Mame (archives notariales; courrier des FEC…) – La figure de Pescherard, associé d’Amand Mame ET agent voyer de Tours, époux d’une Lesourd. > Chantal Dauchez? – effectuer un sondage décennal au dépôt légal imprimeur pour évaluer la proportion (nombre de titres / nombre de volumes), dans les publications Mame, des livres pour la jeunesse et des livres religieux (notamment). – dépouillement de la Bibliographie de la France (Gallica), notamment le « feuilleton » qui présente des publicités. Dépouillement du Polybiblion aussi (voir thèse de Danielle Berthier). Le tout afin de consolider la base « corpus », surtout pour remplir éventuellement les rubriques « annonce » (dans la Bibiographie de la France) et « compte-rendu » (par exemple dans le Polybiblion ou encore la Bibliographie catholique). – le travail des enfants, les syndicats chez Mame (surtout après 1905) – [j’ajoute: la Revue Mame? Nous pourrions demander à Francis Marcoin]

Publication finale et colloque Je rappelle que nous nous sommes engagés à publier au terme du programme un livre qui fera autorité sur la maison Mame, et qui ne sera en tout cas pas une compilation de communications prononcées lors du colloque final.     Il va donc falloir articuler étroitement les travaux à venir (afin de ne pas laisser de « vide ») / les sollicitations extérieures pour le colloque de fin de projet (mars 2011, je vais commencer à prendre des contacts localement) / le livre lui-même. Celui-ci doit être soumis à titre de projet à un éditeur, de sorte que la parution ne tarde pas trop après la fin du projet lui-même. Par ailleurs, nous devons commencer à réfléchir à la manière de nous organiser. Je le répète, je ne suis pas favorable au modèle « un directeur de publication / 15 contributions ponctuelles », je souhaiterais au contraire que nous définissions quelques grandes parties ou vastes chapitres, chacun d’entre eux assurés intégralement par un chercheur (ou éventuellement deux, en collaboration étroite), sous la forme d’une analyse synthétique large et documentée, pas limitée par le gabarit ordinaire (30 000 signes) d’un article. Ces chapitres par ailleurs pourraient faire place ponctuellement à un focus plus précis sur un point de détail, ce qui permettrait malgré tout de faire place à des analyses ponctuelles proposées par des chercheurs extérieurs à l’équipe ou membres de l’équipe mais investis de manière plus partielle.     Nous en reparlerons dans quelques mois, mais il serait intéressant que chacun commence à réfléchir dans cette perspective.

A Tours le 17 mars 2009 Cécile Boulaire

La saisie dans File Maker Pro: premières interrogations

Voilà maintenant un peu plus d’un mois que j’ai intégré l’équipe du projet « Mame ». Mon travail consiste pour moitié à répertorier les titres publiés par la maison sur la période 1900-1945 afin d’en proposer une description succincte dans la base File Maker Pro créée à cet effet.

Je fais le point ici sur ma méthode de travail afin de mettre à plat les difficultés que je rencontre.

Je préfère partir des catalogues de vente conservés à la BnF sous la cote Q10B et Q10C. Ceux-ci sont peu nombreux pour la maison Mame, mais leur consultation peut être utilement complétée par celle des catalogues d’étrennes (tous éditeurs confondus cette fois), référencés dans la Bibliographie de la France [cote BnF : 4-Q-42 (LIVRES D’ETRENNES)]. Ces catalogues offrent une liste assurée de titres qu’il est aisé ensuite de rechercher sur le catalogue BN-Opale plus. On est ainsi en mesure de relever les exemplaires « manquants » dans les collections de la BnF et de chercher éventuellement s’il n’en existerait pas un exemplaire ailleurs. J’ai ainsi retrouvé à la Bibliothèque des Arts décoratifs un exemplaire des Fables de la Fontaine (1897), illustré par Vimar, introuvable à la BnF. Avant de considérer le titre comme manquant, j’ai bien sûr épuisé sur Bn-Opale plus toutes les formes de recherche « simple » ou « avancée », par titre, éditeur, auteur, illustrateur, collection.

Actuellement, je procède donc très simplement en suivant la liste des titres proposés dans le catalogue de 1934. Lorsque je recherche un titre sur Bn-Opale plus, il m’arrive de trouver pour celui-ci un nombre impressionnant de fiches ! A titre d’exemple, pour Jeanne d’Arc de Marius Sepet, proposé dans deux séries différentes en 1934, j’ai trouvé plus de 90 fiches sur BN-Opale plus… presque toutes correspondent à des publications de Mame, chez qui la 1ère édition remonte à 1869 ! Plutôt que de laisser de côté les fiches qui ne relèvent pas de ma période, j’ai préféré tout répertorier et tenter un classement des différentes éditions. Un travail extrêmement difficile et qui reste en l’état purement indicatif. Je m’en explique.

Mame décline fréquemment un même titre en différentes séries qui se distinguent d’abord par un format, voire aussi par un nombre de pages, la présence plus ou moins importante d’illustrations. En 1869, Jeanne d’Arc est publiée en trois séries différentes (format in 8, in 12 et in 18) qui peuvent être toutes trois considérées comme des « premières éditions ». Mais suivre leurs rééditions respectives devient rapidement un casse-tête, car la mention d’une énième réédition par l’éditeur en page de titre, ne correspond pas forcément au classement établi par le catalogue Bn-opale plus… pas plus qu’il ne correspond parfois à celui que l’on obtient soi-même quand on tente l’exercice !! D’où la question centrale : sur quels critères communs s’appuyer pour établir qu’il y a (ou non) réédition d’un ouvrage ?

J’ai relevé cinq critères utiles mais qui ne sont pas toujours aisés à manier :

  • Le format : c’est me semble-t-il, le critère n°1 pour identifier une filiation des éditions. Le problème, c’est que l’appréciation du format est sujette sur BN-Opale plus à flottement. Entre un grand in 8° et un in 4°, on a parfois à faire au même livre !
  • La date de dépôt légal : évidemment…
  • Le nombre de pages : en général, le changement de format s’accompagne d’une modification du nombre de pages. En cas de doute sur le format, celui-ci peut donner un indice utile. Reste que pour un même format, le nombre de pages peut légèrement fluctuer d’une édition à l’autre (à une ou deux dizaines de pages près). Où placer la limite entre une réédition légèrement remaniée et une nouvelle édition qui doit être regardée comme une « 1ère édition » ?
  • La collection : elle n’est pas souvent mentionnée sur BN-opale plus. Chaque fois qu’elle l’est, j’ai considéré que lorsqu’un titre changeait de collection, il fallait redémarrer la numérotation et considérer que l’on avait à faire à une « première édition ».
  • Illustrations : même raisonnement lorsque l’on passe pour un même format d’une publication non illustrée à une publication illustrée.

Mes hésitations personnelles doivent être aussi celles de chaque membre de l’équipe.

Marie-Pierre Litaudon

Compte rendu du séminaire 2 – 23 juin 2008

Etaient présents:

– Mathilde Lévêque

– Michèle Piquard

– Michel Manson

– Cécile Boulaire

– Marie-Françoise Boyer-Vidal

– Marie-Pierre Litaudon

– François Fièvre

– Matthieu Bréjon de Lavergnée

– Matthieu Letourneux

– Christine Bénévent

– Michèle Prévost, conservatrice responsable du fonds patrimonial, BM de Tours

– Bérangère Rouchon-Borie, bibliothécaire responsable du fonds jeunesse, BM de Tours

– Corinne Touchelay, directrice du SCD de l’université de Tours

– Robert Beck

– Marc de Ferrière

Excusés:

– Tangi Villerbu, retenu à l’université de La Rochelle

Isabelle Saint-Martin doit rejoindre le projet ultérieurement et de manière plus ponctuelle.

1. Présentation de l’équipe / des nouveaux chercheurs associés au projet:

Présentation de François Fièvre, associé au projet Mame en tant que chercheur en contrat post-doctoral de 6 mois à compter du 1er septembre 2008. Historien de l’art, auteur d’une thèse intitulée L’illustration victorienne des contes de Grimm : George Cruikshank, Richard Doyle, Walter Crane, Arthur Rackham. (dir. Paul-Louis Rinuy), soutenue en octobre 2007 à l’université de Nantes.

2. Base de données

a. Présentation des résultats partiels déjà obtenus

Michel Manson montre que la création de cet outil de référence lui a permis de découvrir les circonstances de la « naissance » de l’édition jeunesse chez Mame, avec point de bascule entre 1834 et 1836, et le rôle supposé moteur d’Alfred, alors âgé de 23 ans.

NB: il reste à chercher (où?) quand Alfred Mame fait son « tour d’Europe » avant  de demander ses brevets à Tours. Le mémoire de N.Dinzart mentionne à ce sujet des cotes aux ADIL qu’il faut aller voir.

Recherches à mener aussi sur L.Friedel évidemment (qui traduit mais écrit aussi).

Cécile Boulaire évoque deux collections dont le recensement, via la base FMP, fait apparaître l’intérêt: la Bibliothèque de l’Enfance chrétienne, attestée à partir de 1840, paraissant en un « bloc » de 50 titres déposés sans distinction de volume au dépôt légal imprimeur (enregistrés par volume in 18 de 35 ou 36 p. en 1840, puis comme « pièce » à la BNF pour 1861); et la Bibliothèque des Petits Enfants, à partir de 1845, déposée par l’imprimeur par « lot » de 14 volumes en feuilles.

Chercher le mode de commercialisation: si vendus par lots, existait-il un coffret?… La question est celle des innovations dans le commerce du livre, qui pourraient bien apparaître dans l’édition jeunesse plus précocement que dans les autres secteurs éditoriaux.

Ne pas oublier d’enrichir la base en indiquant le prix de vente du livre (quand les catalogues permettent de le retrouver); cf. échange de correspondance Mame/Mégard: querelle sur les baisses de prix.

La base FMP a permis aussi de faire émerger la question du Gymnase moral d’éducation et de la maison Pornin (Pornin > Mame/Lehuby/Ardant).

b. développement

Une discussion s’engage sur le devenir de cette base FMP: quand la rendre publique, sous quelle forme, à quel public l’ouvrir? Michel Manson propose de se renseigner auprès de l’ANR, qui propose une rubrique « bases de données »: nous pourrions solliciter une aide complémentaire (de type logistique ou technique) pour la mise en ligne de notre corpus. Dans un premier temps, l’accès en serait modéré: une requête auprès du coordinateur du projet serait nécessaire pour obtenir les codes d’accès à l’ensemble des données, ce qui devrait éviter le pillage, nous garantir de conserver encore un peu la « primeur » sur nos découvertes, et prévenir d’éventuelles utilisations peu rigoureuses du recensement effectué.

Michèle Piquard présente l’exemple de BÉROSE, Base d’étude et de recherche sur l’organisation des savoirs ethnographiques en Europe, produite dans le cadre du programme « Sources et genèses de l’ethnologie en Europe » du LAHIC. L’outil BÉROSE est décrit ainsi par les auteurs:

« – C’est un site participatif permettant de faire fonctionner à distance un groupe de chercheurs travaillant sur le même programme.

– C’est un instrument de recherches permettant d’interroger, selon un système de requêtes élaboré dans le cadre du programme, un corpus de sources (revues et correspondances) établi en fonction des objectifs de la recherche.

– C’est un outil de mutualisation de données recueillies par les chercheurs au cours de leur travail.

– C’est enfin un mode de publication des résultats obtenus dans le cadre du programme. »

Nous pourrions nous inspirer de cette argumentation pour donner une forme plus ouverte à notre travail de recensement de données. Voir infra la solution « wiki » suggérée par Marc de Ferrière.

c. poursuite des tâches

Coordination, mise à jour, dédoublonnage: Cécile Boulaire

– Michel Manson: 1796-1860

– François Fièvre à partir de septembre 08 / Cécile Boulaire: 1861-1880

– Christine Bénévent: 1881-1914

– Matthieu Letourneux: 1918-1939 NB il faudra faire tout de même un sondage rapide sur 1914-1918

– Mathilde Lévêque: 1940-1957

– Michèle Piquard: 1958-1975

– Marie-Françoise Boyer-Vidal: fonds rouennais non entrés dans la base (1825-1947)

Nous restons sur le principe d’un dépouillement systématique préalable de quelques ressources: catalogue BNF Opale-Plus (dépôt légal éditeur), croisé si possible avec dépôt légal imprimeur (Archives départementales Indre-et-Loire). Ensuite affiner avec d’autres sources: ccfr; portail « lectura » (Rhône-Alpes); travaux d’érudition; catalogues de livres d’étrennes; collectif des bibliothèques américaines…

3. Missions

a. Etat des missions ayant eu lieu ou en cours

Tangi VILLERBU:

Dans les faits, il ne s’agit pas d’un travail de fonds régulier comme la base, mais de plongées ponctuelles en archives, suivies de traitement des dites archives quand il y en a.

La « plongée » chez La Société des Missions Etrangères fur décevante: sources très imprécises (livres de compta, sans factures), et globalement pas d’achat chez Mame car les sources ne concernent que la maison mère, le séminaire, et non les postes à l’étranger; et de surcroît la politique de la SME est de coller aux civilisation d’accueil, de traduire dans leurs langues et non d’imposer le français. c’est assez typique d’une approche des civilisations asiatiques: perçues comme développées, des civili de l’écrit, on doit s’adapter. Les choses doivent être différentes en Afrique noire, terrain qui reste à explorer. A explorer l’année prochaine.

La « plongée » suivante est donc la première semaine de juillet dans les cartons des Frères des Ecoles Chrétiennes à Lyon. La moisson est garantie copieuse.

La mission au Québec s’annonce bien: de multiples contacts pris, avec les universités de Sherbrooke, Montréal, Laval; et des dépôts à consulter, en fonction des lectures effectuées (histoire québécoise) et des renseignements pris sur place. Les Sulpiciens de Montréal sont le fonds le plus important (ils sont les créateurs de la première bibliothèque de Montréal, ancêtre de la BNQ qui possède un beau fonds Mame), mais des congrégations et le ministère de l’éducation sont également à voir. Mission en octobre-novembre.

b. missions à venir

Michèle Piquard prévoit un séjour à Lille afin de consulter les archives de l’INPI au sujet du devenir de Mame au XXe siècle.

4. nouvelles directions de recherches

a. chercheurs engagés dans le projet

Marie-Françoise Boyer-Vidal:  livres de prix/livres jeunesse, à partir des collections du MNE de Rouen (et appoint éventuel de 5 musées de l’éducation français), étude des ex-præmio.

Mathilde Lévêque: les auteurs allemands chez Mame (dont Schmid/Friedel).

Christine Bénévent: les préfaces comme lieu de création d’un modèle de réception; les femmes-auteurs de la maison Mame.

Marie-Pierre Litaudon: les abécédaires.

Michèle Piquard: Mame après-guerre (Vatican II; situation de concurrence avec les autres grands éditeurs catholiques pour la jeunesse)

Michel Manson: les débuts de Mame en littérature pour la jeunesse.

Matthieu Letourneux: la sérialité éditoriale chez Mame

Cécile Boulaire: histoire / identité des  collections, en particulier la Bibliothèque des petits enfants et la Bibliothèque de l’enfance chrétienne; recherches stylistiques sur Roy/ Champagnac/ Todière

François Fièvre: Karl Girardet, illustrateur chez Mame; étude systématique des frontispices.

Matthieu Bréjon de Lavergnée: figures chrétiennes, Panthéon catholique chez Mame. Imprimatur et approbations épiscopales. Mame et Le Play.

b. sujets à proposer à des étudiants de master

– la « communication » de la maison Mame depuis le XIXe siècle: catalogues, brochures, affiches éventuelles, gravures et programmes iconographiques, brochures nécrologiques, brochures anniversaires, participations à des expositions (expositions universelles, expositions nationales d’industrie)… Image d’une entreprise.

NB: archives municipales de Tours: catalogue de l’exposition universelle de 1877 avec double-page sur l’édition: belle gravure présentant les « stands » symétriques de Hachette et de Mame.

– la Revue Mame.

– Typographes et relieurs à Tours à l’époque de l’entreprise Mame; librairie et commerce du livre à Tours au XIXe siècle. Voir archives municipales, sous-séries 7F; listes électorales et listes de conscription qui mentionnent les professions… [possibilité de « mini »mémoires de M1 pour des étudiants qui visent le M2 pro « Patrimoine écrit »].

– la maison Pornin.

– la Bible illustrée par James Tissot.

– évolution des techniques d’impression chez Mame [et éventuellement Berthiault] (histoire de l’entreprise et innovation).

– le paternalisme local?

– les positions de Mame au sein des courants catholiques. Mame et la construction controversée de la Basilique St Martin [voir avec le Centre Saint-Martin: Christine Bousquet, Bruno Judic]

NB Jean-Luc Porhel, directeur des archives municipales de Tours a signalé que Chantal DAUCHEZ, chercheur au laboratoire CITERES de l’université de Tours travaillait aux A.M. depuis plusieurs années sur la Cité Mame, d’abord dans une perspective liée à l’histoire de l’architecture (Racine), et désormais dans une perspective urbanistique (a dépouillé à cet effet les compte-rendus de conseils municipaux). Pour l’instant, les tentatives de prise de contact sont restées vaines.

5. outils de travail et de communication

Marc de Ferrière présente à notre demande le site collaboratif sur le modèle « wikimedia » mis en place pour le projet Orhibio financé par la Région: arborescence très simple de pages thématiques, mises en ligne et modifiées librement par les membres du projet dûment identifiés. Le site dans sa version actuelle est en accès réservé sur mot de passe; au terme du projet, il passera en accès ouvert (avec modifications interdites). Il permet un échange de données en temps réel, et permettrait, dans le cas du projet Mame, de se substituer en grande partie à la base FMP « Partenaires » (ce qui éviterait le travail de dédoublonnage déjà fastidieux pour la Base corpus). Il nous permettrait des entrées par ressources, par collections, par personnes; en outre ce serait le lieu où déposer les copies/photographies de catalogues que nous souhaitons réunir de la manière la plus exhaustive possible.

Marc de Ferrière évoque aussi le logiciel PAJEK (le portail français des sciences sociales liens-socio.org le présente ainsi: « Pajek est un petit logiciel d’analyse de réseaux développé par deux chercheurs slovènes, Vladimir Batagelj and Andrej Mrvar. Il est tout petit (moins de un méga). Il est gratuit. Il permet de faire beaucoup de choses, et des graphes à la fois lisibles et esthétiques. Il est facile d’utilisation : une journée suffit pour comprendre comment faire des graphes. »), qui permet de visualiser les réseaux de sociabilité. Il pourrait être utile pour formaliser les résultats de nos recherches sur la sociabilité du réseau Mame.

Chaque chercheur reçoit sa version du logiciel Heredis, et Michel Manson montre brièvement où en sont les recherches généalogiques. Cas intéressant d’Elisabeth Thévenot, femme d’Amand Mame et mère d’Alfred, née à Saint-Domingue > on retrouve plus tard des évocations de Haïti et St Domingue dans la bibl. de la JC. Recherches à poursuivre.

Ne pas négliger les apports éventuels du Cercle Généalogique de Touraine (a recensé par exemple tous les mariages de toutes les communes d’Indre-et-Loire)

6. domaines et fonds restant  à exploiter

a. fonds

– archives chambre de commerce de  Tours

– archives diocésaines (quelques dossiers identifiés, notamment relation avec les imprimeurs Desclée en 1930; recensement de notices et articles dans les Semaines religieuses de la ville et du diocèse de Tours, environ 1866-1953)

– archives municipales de Tours (notamment photothèque) [voir L.Viera Tours il y a 100 ans: commerces et industries, Prahecq : Patrimoines et médias, 2007]

– sondage aux archives diocésaines du Maine-et-Loire?

– BM de Blois, Bourges, Orléans; Michèle Prévost propose sa médiation auprès de ses collègues conservateurs.

Eventuellement:

– bibliothèque administrative de l’Hôtel de Ville (fonds très riche sur les expositions XIXe)

b. recherches

– recherches exhaustives sur Louis Friedel

– étude de Sincère Lauly

– l’éditeur Place (la BM conserve ses petites brochures)

– Archives petits séminaire de Tours: correspondance avec Mame?…

– recensement des catalogues où qu’ils se trouvent (brochures séparées; catalogues inclus dans des volumes)

– correspondance Mame-Catenacci

–  étude systématique des lissements de collections Mame / Barbou, Ardant/Lefort

– Les auteurs abbés

– les auteurs d’Ancien régime

– Bourrassé (traducteur de Mes Prisons de Pellico)

– Collège de Pontlevoy > où les Mame envoient-ils leur enfants (où Paul Mame a-t-il fait ses études secondaires?)

7. Rédaction de l’appel à communications pour la journée du 13 janvier 2009

En accord avec Robert Beck, et a vu de l’avancement encore limité des travaux dans ce sens, nous repoussons à 2010 (janvier?) la journée conjointe autour des élites tourangelles.

La journée d’études du 13 janvier 2009 sera intitulée « Mame et la culture catholique pour la jeunesse« . Nous supprimons la mention « au XIXe siècle » pour ne pas risquer de repousser toujours en fin de projet les recherches et réflexions sur la longue durée dans l’histoire de la maison Mame.

Compte tenu de l’accroissement des membres de l’équipe Mame, nous ne procédons pour l’instant à aucun appel à contribution public – même si des initiatives individuelles peuvent être discutées collectivement, lorsque nous aurons publié le programme prévisionnel de la journée.