Le livre de religion et de littérature religieuse pour l’enfance en Europe

livre de religionOrganisé les 12 et 13 avril 2013 à la MSH de Caen, ce colloque s’inscrit dans le cadre du programme de recherche « Enfance, livre et culture » de l’équipe ERLIS EA 4254. À partir de la Réforme jusqu’à nos jours, il met en regard cette production dans plusieurs aires géographiques et culturelles d’Europe, et s’interroge sur ses formes et ses genres. Il réunit des historiens spécialistes des catéchismes et des manuels de religion, et des littéraires spécialistes de littérature enfantine, et ente ouvrir un dialogue fécond entre les uns et les autres. Lire la suite

Roy et Töpffer : modernes malgré eux

Töpffer, Autoportrait (vers 1844), collection baron E. de Geer, Genève

Tandis que se prépare la publication du recueil qui couronnera le projet Mame, certains des éléments qui vont pour la première fois s’y trouver rassemblés commencent déjà à essaimer et désignent, parfois par simple rapprochement, les trajets des recherches qui pourraient s’ouvrir dans le sillage de cet énorme chantier. A titre d’exemple de cette fécondité, voici rapidement esquissée une analogie inattendue qui s’enracine dans les travaux issus du projet Mame : l’étude prosopographique1 que Cécile Boulaire consacre dans le recueil à Just-Jean-Étienne Roy, fidèle fournisseur de fictions pour les collections de Mame à partir de 1840, dessine le portrait d’un « soutier » du roman catholique qui, paradoxalement, n’est pas sans rappeler la figure d’un de ses stricts contemporains, peut-être plus connu : Rodolphe Töpffer. Lire la suite

  1. Cécile Boulaire, « Just-Jean-Étienne Roy, un polygraphe au service de Mame », in Cécile Boulaire (dir.), La Maison Mame à Tours (1796-1975) : deux siècles d’édition pour la jeunesse, Rennes, PUR, 2011 (à paraître). []

Mgr Dufêtre

Dufêtre

« Tours possédait en 1833 une imprimerie modeste, d’où sortaient, outre le journal du département, quelques livres de prières et quelques ouvrages classiques, et dont deux jeunes gens pleins d’intelligence et d’activité,  MM. Ernest et Alfred Mame, venaient de prendre la direction. Frappé de la pénurie de livres d’éducation, comme de la pauvreté de la plupart des nouveaux ouvrages religieux, l’abbé Dufêtre conçut le projet de donner à cette branche si négligée de la librairie une impulsion toute à l’avantage des bonnes doctrines, et s’en ouvrit à MM.Mame, leur demandant de seconder ses vues, leur promettant son concours le plus actif, s’engageant même à leur procurer les ouvrages qui  leur manqueraient, et à recommander partout leurs publications, s’ils consentaient à détruire un certain nombre de livres édités par leurs prédécesseurs, qu’on aurait vus avec peine figurer sur leurs catalogues, et à ne publier à l’avenir que des volumes examinés et approuvés par Mgr l’archevêque de Tours. Ces propositions furent accueillies avec un généreux empressement. Dès ce jour, une librairie morale et religieuse se trouva fondée, et l’on sait à quel degré e prospérité elle s’est élevée. Depuis trente-cinq ans, en ne publiant que de bons et beaux livres, elle est devenue le premier établissement typographique non-seulement de la France, mais du monde. L’évêque de Nevers ne pouvait retirer son patronage à l’œuvre dont il avait été l’inspirateur ; il le lui conserva, affectueux et dévoué, jusqu’à son dernier jour, et cela d’une manière si complète, qu’un certain nombre de personnes supposèrent qu’il y avait un intérêt matériel. Pour les détromper, et mettre dans tout son jour l’abnégation du prélat, nous demandons à M.Alfred Mame, chef actuel de cette honorable maison qu’il continue à diriger avec son fils, la permission de  citer une lettre adressée par lui à un des amis les plus intimes du prélat, qui l’avait prié de rappeler ses souvenirs à cet égard : “… M.Dufêtre, lui écrivait-il le 18 décembre 1865, voulut bien nous diriger dans la publication de nos ivres d’éducation ; il nous rendit alors un très-grand service en organisant lui-même notre Bibliothèque de la jeunesse, en nous cherchant des auteurs, en examinant les manuscrits, et en les faisant approuver par Mgr de Montblanc. Enfin, il nous lança dans cette voie si excellente de la publication des bons livres. Il prit, à partir de cette époque, un tel intérêt à notre maison, que, dans ses retraites, il recommandait nos livres, répandait nos catalogues avec tant de zèle que bien des gens s’imaginaient, en effet, qu’il était intéressé dans nos affaires. Dieu sait cependant avec quel désintéressement il s’occupa de nous ! Il n’a jamais été payé que par notre reconnaissance pour les services immenses qu’il nous a rendus, et pour les sages conseils qu’il n’a cessé de nous donner.”

Augustin Joseph CROSNIER, Vie de Mgr Dufêtre, évêque de Nevers, Paris, Tolra et Haton, 1868.

Nous supposions depuis longtemps que l’archevêché de Tours, et en particulier le vicaire général Dominique Dufêtre (à Tours de 1824 à 1842) jouaient un rôle déterminant dans la décision prise par l’imprimerie Mame de se lancer dans l’édition destinée à la jeunesse. Cette biographie de Dufêtre, devenu en 1842 évêque de Nevers, confirme cette influence, en précisant en outre les conditions de cet accord avec les Mame. Il faut certes prendre ce texte avec précautions: contrairement à ce qu’écrit Mgr Crosnier par exemple, la maison Mame n’est pas, en 1836, une « imprimerie modeste ». Mais la citation de la lettre d’Alfred Mame, si elle est exacte, ouvre de nouvelles perspectives à notre recherche.

Il convient donc désormais d’établir avec précision la « carte » des auteurs Mame; de découvrir la nature des relations possibles de chacun à l’archevêché; d’envisager la ligne éditoriale de la Bibliothèque de la Jeunesse Chrétienne à la lumière des prescriptions de l’œuvre des Bons Livres qu’ont étudié Noë Richter et Loïc Artiaga; de dessiner enfin l’écart éventuel qui peut se glisser entre ce cadre idéologique étroit et la réalité des productions littéraires sorties des presses Mame. Elise Voïart est-elle soluble dans le concept de « Bons Livre »?…

Compte rendu du séminaire 2 – 23 juin 2008

Etaient présents:

– Mathilde Lévêque

– Michèle Piquard

– Michel Manson

– Cécile Boulaire

– Marie-Françoise Boyer-Vidal

– Marie-Pierre Litaudon

– François Fièvre

– Matthieu Bréjon de Lavergnée

– Matthieu Letourneux

– Christine Bénévent

– Michèle Prévost, conservatrice responsable du fonds patrimonial, BM de Tours

– Bérangère Rouchon-Borie, bibliothécaire responsable du fonds jeunesse, BM de Tours

– Corinne Touchelay, directrice du SCD de l’université de Tours

– Robert Beck

– Marc de Ferrière

Excusés:

– Tangi Villerbu, retenu à l’université de La Rochelle

Isabelle Saint-Martin doit rejoindre le projet ultérieurement et de manière plus ponctuelle.

1. Présentation de l’équipe / des nouveaux chercheurs associés au projet:

Présentation de François Fièvre, associé au projet Mame en tant que chercheur en contrat post-doctoral de 6 mois à compter du 1er septembre 2008. Historien de l’art, auteur d’une thèse intitulée L’illustration victorienne des contes de Grimm : George Cruikshank, Richard Doyle, Walter Crane, Arthur Rackham. (dir. Paul-Louis Rinuy), soutenue en octobre 2007 à l’université de Nantes.

2. Base de données

a. Présentation des résultats partiels déjà obtenus

Michel Manson montre que la création de cet outil de référence lui a permis de découvrir les circonstances de la « naissance » de l’édition jeunesse chez Mame, avec point de bascule entre 1834 et 1836, et le rôle supposé moteur d’Alfred, alors âgé de 23 ans.

NB: il reste à chercher (où?) quand Alfred Mame fait son « tour d’Europe » avant  de demander ses brevets à Tours. Le mémoire de N.Dinzart mentionne à ce sujet des cotes aux ADIL qu’il faut aller voir.

Recherches à mener aussi sur L.Friedel évidemment (qui traduit mais écrit aussi).

Cécile Boulaire évoque deux collections dont le recensement, via la base FMP, fait apparaître l’intérêt: la Bibliothèque de l’Enfance chrétienne, attestée à partir de 1840, paraissant en un « bloc » de 50 titres déposés sans distinction de volume au dépôt légal imprimeur (enregistrés par volume in 18 de 35 ou 36 p. en 1840, puis comme « pièce » à la BNF pour 1861); et la Bibliothèque des Petits Enfants, à partir de 1845, déposée par l’imprimeur par « lot » de 14 volumes en feuilles.

Chercher le mode de commercialisation: si vendus par lots, existait-il un coffret?… La question est celle des innovations dans le commerce du livre, qui pourraient bien apparaître dans l’édition jeunesse plus précocement que dans les autres secteurs éditoriaux.

Ne pas oublier d’enrichir la base en indiquant le prix de vente du livre (quand les catalogues permettent de le retrouver); cf. échange de correspondance Mame/Mégard: querelle sur les baisses de prix.

La base FMP a permis aussi de faire émerger la question du Gymnase moral d’éducation et de la maison Pornin (Pornin > Mame/Lehuby/Ardant).

b. développement

Une discussion s’engage sur le devenir de cette base FMP: quand la rendre publique, sous quelle forme, à quel public l’ouvrir? Michel Manson propose de se renseigner auprès de l’ANR, qui propose une rubrique « bases de données »: nous pourrions solliciter une aide complémentaire (de type logistique ou technique) pour la mise en ligne de notre corpus. Dans un premier temps, l’accès en serait modéré: une requête auprès du coordinateur du projet serait nécessaire pour obtenir les codes d’accès à l’ensemble des données, ce qui devrait éviter le pillage, nous garantir de conserver encore un peu la « primeur » sur nos découvertes, et prévenir d’éventuelles utilisations peu rigoureuses du recensement effectué.

Michèle Piquard présente l’exemple de BÉROSE, Base d’étude et de recherche sur l’organisation des savoirs ethnographiques en Europe, produite dans le cadre du programme « Sources et genèses de l’ethnologie en Europe » du LAHIC. L’outil BÉROSE est décrit ainsi par les auteurs:

« – C’est un site participatif permettant de faire fonctionner à distance un groupe de chercheurs travaillant sur le même programme.

– C’est un instrument de recherches permettant d’interroger, selon un système de requêtes élaboré dans le cadre du programme, un corpus de sources (revues et correspondances) établi en fonction des objectifs de la recherche.

– C’est un outil de mutualisation de données recueillies par les chercheurs au cours de leur travail.

– C’est enfin un mode de publication des résultats obtenus dans le cadre du programme. »

Nous pourrions nous inspirer de cette argumentation pour donner une forme plus ouverte à notre travail de recensement de données. Voir infra la solution « wiki » suggérée par Marc de Ferrière.

c. poursuite des tâches

Coordination, mise à jour, dédoublonnage: Cécile Boulaire

– Michel Manson: 1796-1860

– François Fièvre à partir de septembre 08 / Cécile Boulaire: 1861-1880

– Christine Bénévent: 1881-1914

– Matthieu Letourneux: 1918-1939 NB il faudra faire tout de même un sondage rapide sur 1914-1918

– Mathilde Lévêque: 1940-1957

– Michèle Piquard: 1958-1975

– Marie-Françoise Boyer-Vidal: fonds rouennais non entrés dans la base (1825-1947)

Nous restons sur le principe d’un dépouillement systématique préalable de quelques ressources: catalogue BNF Opale-Plus (dépôt légal éditeur), croisé si possible avec dépôt légal imprimeur (Archives départementales Indre-et-Loire). Ensuite affiner avec d’autres sources: ccfr; portail « lectura » (Rhône-Alpes); travaux d’érudition; catalogues de livres d’étrennes; collectif des bibliothèques américaines…

3. Missions

a. Etat des missions ayant eu lieu ou en cours

Tangi VILLERBU:

Dans les faits, il ne s’agit pas d’un travail de fonds régulier comme la base, mais de plongées ponctuelles en archives, suivies de traitement des dites archives quand il y en a.

La « plongée » chez La Société des Missions Etrangères fur décevante: sources très imprécises (livres de compta, sans factures), et globalement pas d’achat chez Mame car les sources ne concernent que la maison mère, le séminaire, et non les postes à l’étranger; et de surcroît la politique de la SME est de coller aux civilisation d’accueil, de traduire dans leurs langues et non d’imposer le français. c’est assez typique d’une approche des civilisations asiatiques: perçues comme développées, des civili de l’écrit, on doit s’adapter. Les choses doivent être différentes en Afrique noire, terrain qui reste à explorer. A explorer l’année prochaine.

La « plongée » suivante est donc la première semaine de juillet dans les cartons des Frères des Ecoles Chrétiennes à Lyon. La moisson est garantie copieuse.

La mission au Québec s’annonce bien: de multiples contacts pris, avec les universités de Sherbrooke, Montréal, Laval; et des dépôts à consulter, en fonction des lectures effectuées (histoire québécoise) et des renseignements pris sur place. Les Sulpiciens de Montréal sont le fonds le plus important (ils sont les créateurs de la première bibliothèque de Montréal, ancêtre de la BNQ qui possède un beau fonds Mame), mais des congrégations et le ministère de l’éducation sont également à voir. Mission en octobre-novembre.

b. missions à venir

Michèle Piquard prévoit un séjour à Lille afin de consulter les archives de l’INPI au sujet du devenir de Mame au XXe siècle.

4. nouvelles directions de recherches

a. chercheurs engagés dans le projet

Marie-Françoise Boyer-Vidal:  livres de prix/livres jeunesse, à partir des collections du MNE de Rouen (et appoint éventuel de 5 musées de l’éducation français), étude des ex-præmio.

Mathilde Lévêque: les auteurs allemands chez Mame (dont Schmid/Friedel).

Christine Bénévent: les préfaces comme lieu de création d’un modèle de réception; les femmes-auteurs de la maison Mame.

Marie-Pierre Litaudon: les abécédaires.

Michèle Piquard: Mame après-guerre (Vatican II; situation de concurrence avec les autres grands éditeurs catholiques pour la jeunesse)

Michel Manson: les débuts de Mame en littérature pour la jeunesse.

Matthieu Letourneux: la sérialité éditoriale chez Mame

Cécile Boulaire: histoire / identité des  collections, en particulier la Bibliothèque des petits enfants et la Bibliothèque de l’enfance chrétienne; recherches stylistiques sur Roy/ Champagnac/ Todière

François Fièvre: Karl Girardet, illustrateur chez Mame; étude systématique des frontispices.

Matthieu Bréjon de Lavergnée: figures chrétiennes, Panthéon catholique chez Mame. Imprimatur et approbations épiscopales. Mame et Le Play.

b. sujets à proposer à des étudiants de master

– la « communication » de la maison Mame depuis le XIXe siècle: catalogues, brochures, affiches éventuelles, gravures et programmes iconographiques, brochures nécrologiques, brochures anniversaires, participations à des expositions (expositions universelles, expositions nationales d’industrie)… Image d’une entreprise.

NB: archives municipales de Tours: catalogue de l’exposition universelle de 1877 avec double-page sur l’édition: belle gravure présentant les « stands » symétriques de Hachette et de Mame.

– la Revue Mame.

– Typographes et relieurs à Tours à l’époque de l’entreprise Mame; librairie et commerce du livre à Tours au XIXe siècle. Voir archives municipales, sous-séries 7F; listes électorales et listes de conscription qui mentionnent les professions… [possibilité de « mini »mémoires de M1 pour des étudiants qui visent le M2 pro « Patrimoine écrit »].

– la maison Pornin.

– la Bible illustrée par James Tissot.

– évolution des techniques d’impression chez Mame [et éventuellement Berthiault] (histoire de l’entreprise et innovation).

– le paternalisme local?

– les positions de Mame au sein des courants catholiques. Mame et la construction controversée de la Basilique St Martin [voir avec le Centre Saint-Martin: Christine Bousquet, Bruno Judic]

NB Jean-Luc Porhel, directeur des archives municipales de Tours a signalé que Chantal DAUCHEZ, chercheur au laboratoire CITERES de l’université de Tours travaillait aux A.M. depuis plusieurs années sur la Cité Mame, d’abord dans une perspective liée à l’histoire de l’architecture (Racine), et désormais dans une perspective urbanistique (a dépouillé à cet effet les compte-rendus de conseils municipaux). Pour l’instant, les tentatives de prise de contact sont restées vaines.

5. outils de travail et de communication

Marc de Ferrière présente à notre demande le site collaboratif sur le modèle « wikimedia » mis en place pour le projet Orhibio financé par la Région: arborescence très simple de pages thématiques, mises en ligne et modifiées librement par les membres du projet dûment identifiés. Le site dans sa version actuelle est en accès réservé sur mot de passe; au terme du projet, il passera en accès ouvert (avec modifications interdites). Il permet un échange de données en temps réel, et permettrait, dans le cas du projet Mame, de se substituer en grande partie à la base FMP « Partenaires » (ce qui éviterait le travail de dédoublonnage déjà fastidieux pour la Base corpus). Il nous permettrait des entrées par ressources, par collections, par personnes; en outre ce serait le lieu où déposer les copies/photographies de catalogues que nous souhaitons réunir de la manière la plus exhaustive possible.

Marc de Ferrière évoque aussi le logiciel PAJEK (le portail français des sciences sociales liens-socio.org le présente ainsi: « Pajek est un petit logiciel d’analyse de réseaux développé par deux chercheurs slovènes, Vladimir Batagelj and Andrej Mrvar. Il est tout petit (moins de un méga). Il est gratuit. Il permet de faire beaucoup de choses, et des graphes à la fois lisibles et esthétiques. Il est facile d’utilisation : une journée suffit pour comprendre comment faire des graphes. »), qui permet de visualiser les réseaux de sociabilité. Il pourrait être utile pour formaliser les résultats de nos recherches sur la sociabilité du réseau Mame.

Chaque chercheur reçoit sa version du logiciel Heredis, et Michel Manson montre brièvement où en sont les recherches généalogiques. Cas intéressant d’Elisabeth Thévenot, femme d’Amand Mame et mère d’Alfred, née à Saint-Domingue > on retrouve plus tard des évocations de Haïti et St Domingue dans la bibl. de la JC. Recherches à poursuivre.

Ne pas négliger les apports éventuels du Cercle Généalogique de Touraine (a recensé par exemple tous les mariages de toutes les communes d’Indre-et-Loire)

6. domaines et fonds restant  à exploiter

a. fonds

– archives chambre de commerce de  Tours

– archives diocésaines (quelques dossiers identifiés, notamment relation avec les imprimeurs Desclée en 1930; recensement de notices et articles dans les Semaines religieuses de la ville et du diocèse de Tours, environ 1866-1953)

– archives municipales de Tours (notamment photothèque) [voir L.Viera Tours il y a 100 ans: commerces et industries, Prahecq : Patrimoines et médias, 2007]

– sondage aux archives diocésaines du Maine-et-Loire?

– BM de Blois, Bourges, Orléans; Michèle Prévost propose sa médiation auprès de ses collègues conservateurs.

Eventuellement:

– bibliothèque administrative de l’Hôtel de Ville (fonds très riche sur les expositions XIXe)

b. recherches

– recherches exhaustives sur Louis Friedel

– étude de Sincère Lauly

– l’éditeur Place (la BM conserve ses petites brochures)

– Archives petits séminaire de Tours: correspondance avec Mame?…

– recensement des catalogues où qu’ils se trouvent (brochures séparées; catalogues inclus dans des volumes)

– correspondance Mame-Catenacci

–  étude systématique des lissements de collections Mame / Barbou, Ardant/Lefort

– Les auteurs abbés

– les auteurs d’Ancien régime

– Bourrassé (traducteur de Mes Prisons de Pellico)

– Collège de Pontlevoy > où les Mame envoient-ils leur enfants (où Paul Mame a-t-il fait ses études secondaires?)

7. Rédaction de l’appel à communications pour la journée du 13 janvier 2009

En accord avec Robert Beck, et a vu de l’avancement encore limité des travaux dans ce sens, nous repoussons à 2010 (janvier?) la journée conjointe autour des élites tourangelles.

La journée d’études du 13 janvier 2009 sera intitulée « Mame et la culture catholique pour la jeunesse« . Nous supprimons la mention « au XIXe siècle » pour ne pas risquer de repousser toujours en fin de projet les recherches et réflexions sur la longue durée dans l’histoire de la maison Mame.

Compte tenu de l’accroissement des membres de l’équipe Mame, nous ne procédons pour l’instant à aucun appel à contribution public – même si des initiatives individuelles peuvent être discutées collectivement, lorsque nous aurons publié le programme prévisionnel de la journée.

Compte-rendu du séminaire 1 – 15 janvier 2008

Préambule : autant que possible, au terme des trois années, nous devons aboutir à un « résultat-livre » qui ne soit pas une compilation hétérogène d’approches spécialisées, mais un continuum sans hiatus, où la pluridisciplinarité prenne tout son sens.

Les deux axes majeurs, non pas concurrents mais complémentaires et indissociablement liés l’un à l’autre, sont exposés par Matthieu Letourneux et Michel Manson :

Matthieu Letourneux (ML) pose la question de l’approche littéraire d’un éditeur (à partir de son travail actuel sur Tallandier, avec J.Y.Mollier), qui suppose de se démarquer de l’approche historique. Le caractère sériel, répétitif, qui ferait la faiblesse littéraire, est en fait la force en termes d’analyse littéraire d’un éditeur. La sérialité elle-même impose un regard particulier : est-ce que l’éditeur impose des formes ? des supports de diffusion spécifiques induisent-ils ou traduisent-ils des préoccupations de contenu spécifique ? y a-t-il incidence sur l’écriture en amont ? (voir Ellen Constans.Ouvrières des lettres. Limoges : PULIM, 2007.) De même incidence en aval : lit-on des livres de Mame de la même façon que des livres d’un autre éditeur ?

Dans cette réception, l’éditeur  joue un grand rôle texte > l’éditeur comme AUTEUR, c’est à dire figure d’autorité derrière un auteur.

A nous d’inventer une façon littéraire de réfléchir à Mame.

Michel Manson (MM) : il faut resituer cela dans le système éditorial des éditeurs catholiques, qui se font une concurrence terrible (cf lettres entre Mégard et Mame, car l’un a baissé son prix d’un ou 2 centimes) Ce qu’il faut parvenir à savoir auparavant : y a-t-il des auteurs maison ?  des auteurs spécifiquement catholiques ? de quelle façon est composé le « cheptel » des maisons comme Mame ? (cf  Mégard : auteurs d’Ancien Régime / auteurs du premier tiers XIXe, domaine public > deviennent communs à tous les cathos / auteurs locaux) Cela implique de faire toutes les recherches sur les auteurs (leur part de régionalisme). Quantité de femmes, qui sont soutien de famille.

Nous devrions parvenir à un rééquilibrage réel des lectures enfantines (≠ livres pour enfants) : tout le monde ne lisait pas les auteurs « pour la jeunesse », en France rurale les lectures sont celles des éditeurs catholiques de province.

> voir comment ce type de lecture forme la jeunesse. Epistémologie de notre sujet, plusieurs enjeux importants : modifier la perspective en faveur des lectures de la jeunesse au XIXe, en montrant ce que proposent les éditeurs catholiques, pas aussi médiocres que ce que dit Hetzel. Rééquilibrer la connaissance des auteurs et des genres, en faveur de la province.

-> nécessité d’établir une base de données pour :

1. constituer le corpus

2. établir les fiches-auteurs

1. travail sur le corpus > la base de données File Maker Pro

Sur le modèle du travail mené par Michel Manson à Rouen, nous décidons de créer trois fichiers au moins:

Livres / Partenaires (auteurs, illustrateurs) / E.L.I. (éditeur libraires imprimeurs)

Le fichier « Partenaire » pourra en outre être doublé d’une base spécifique pour l’iconographie (Illustrateurs, graveurs), dans laquelle nous inclurons des images numérisées des cartonnages, gravures, illustrations. Dans le cas d’un illustrateur ayant travaillé à plusieurs livres, il conviendra de créer un dossier à part, permettant de ne pas mélanger des images provenant de publications distinctes.

Sources d’information pour établir ce catalogue-corpus :

– les archives départementales  [NB : il faut bien mentionner l’imprimeur sur chaque fiche, car c’est l’imprimeur qui fait le dépôt légal] : 5 exemplaires de tout livre sont envoyés par l’imprimeur à la préfecture (> versés aux archives départementales), qui fait suivre à la B.N. (> versés aux Archives nationales, série  F18, librairie et édition) où les références sont saisies dans un grand registre. Procédure qui vaut pour tout le XIXe ;failles à la fin du siècle, quand le surveillance de l’édition se relâche. Nous obtiendrons de la sorte des informations précieuses sur le tirage de chaque livre.

Voir D. Gallet-Guerne, Les sources de l’histoire littéraire aux Archives nationales. Paris, 1961, in-8°, p. 99-105 (Ministère chargé des Affaires culturelles. Direction des Archives de France).

Voir le détail de la série F18 aux Archives nationales à cette adresse :

http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/fonds/edi/sm/F/EDIF18.html

Matériel : base de données File Maker Pro, avec une licence pour chacun

Licence PC pour Matthieu Letourneux, Christine Bénévent, Tangi Villerbu.

Licence Mac pour Cécile Boulaire,  Michel Manson.

Mathilde Lévêque, Michèle Piquard : à voir.

Michel Manson propose à l’équipe de travailler sur la fiche-type qu’il a élaborée pour le travail de saisie au Musée National de l’Education à Rouen. Il apporte en outre les 370 premières fiches Mame, déjà contenues dans son fichier personnel. Lorsque nous aurons acquis les licences, une séance de travail (Michel, Cécile) sera consacrée à l’adaptation de la fiche-type ainsi qu’à la relecture du protocole de saisie déjà rédigé pour Rouen. Les divers documents (application avec licence ; fiche-type ; protocole) seront alors envoyés à chacun.

Nous convenons d’emblée de ne pas procéder à des modifications de fiches existantes, afin d’éviter un fastidieux travail de dédoublonnage. Les modifications suggérées seront rédigées sur une feuille libre, et soumises à l’administrateur de la base, qui procédera seul à ces modifications. Pour inclure de nouvelles fiches en revanche, aucune difficulté : il suffit de sélectionner les fiches créées à partir de la date de la dernière mise à jour. La date de création s’inscrit automatiquement sur une fiche.

Il faudra entrer les dimensions de chaque livre, ce qui permet de voir l’image du livre de jeunesse et la transformation des formats (mesurer le livre « hors tout » ; entre 2 relieurs, il y a des dimensions différentes). NB une case précise si le livre a été « pas vu / vu / lu »

L’unité de base est l’objet livre. Il y a une case « doublon » (« D ? » = exemplaires différents d’un livre de la même édition > permet de voir plusieurs présentations matérielles du même titre). Mais une recherche permet d’éliminer les doublons, si on en a besoin. Un retirage est un autre livre. Une réédition a fortiori. Un rebrochage ultérieur ou un changement de couverture est à noter, mais n’est pas une autre édition. Des exemplaires qui n’existeraient plus aujourd’hui sont tout de même saisis : par exemple, ouvrages annoncés par des annonces, compte-rendus, etc… même si aucun exemplaire n’est conservé. Il faut le noter car on peut ensuite découvrir le livre matériellement.

Pour les cartonnages romantiques : FMP fonctionne avec du numérique, on peut inclure une photo de la couv, du cartonnage.  / lorsque les documents iconographiques sont très nombreux, il faut passer à une banque d’images. Tout fonds local permet de prendre des photos. Les fiches BN ne donnent jamais les noms de graveurs qui figurent sur la gravure elle-même, alors que partir de ces noms permet de retrouver des illustrateurs locaux : ces informations valent pour nous.

Quelques petites cases en bas de la fiche remettent les informations principales dans un ordre normé (par ex. « Mame (Ad.) & Cie »)

Attention aux livres imprimés par Mame pour des éditeurs extérieurs ! (ex : des livres imprimés par Mame à Angers pour un éditeur de livres pour enfants parisien en 1804). Cela permet de comprendre comment Mame en vient à publier des livres pour enfants, après en avoir imprimé et/ou vendu.

Voir : FELKAY, Nicole. Les trois faillites de Louis Mame. L’Année balzacienne, 1973, p.155.

Remarque de Michel Manson : nous manquons d’un lieu pour conserver des dossiers de documents …

2. travail sur la famille et ses réseaux > logiciel Heredis

Michel Manson présente le logiciel de généalogie Hérédis, qui va être acquis pour chaque chercheur de l’équipe. Il permet référence aux archives : intégrer des actes numérisés ou photographiés.

= outil qui nous permettra de faire l’histoire de la famille, de retrouver les liens de sociabilité, et les liens commerciaux (> retrouver des archives sur les partenaires).

Michel Manson sera l’administrateur de la base généalogique ; mais tous seront utilisateurs, et contribueront selon les fonds dépouillés.

3. partage des tâches

Pour la constitution de la base-corpus, nous nous partageons les tâches différemment de notre prévisionnel (cf. arrivée plus tardive de Michèle Piquard et grossesse de Mathilde Lévêque), à savoir :

Michel Manson:        du début à 1860

Cécile     Boulaire :        1861-1880

Christine Bénévent :        1881-1918

Matthieu Letourneux :    1919-1939

Mathilde Lévêque et Michèle Piquard prendront la suite chronologique des recherches (ou nous referons un partage selon le degré d’avancement du dépouillement) au moment où elles rejoindront l’équipe.

4. fonds à explorer et missions

  • Catalogues d’éditeurs: cote Q10 à la BNF (Cécile Boulaire)
  • Archives diocésaines Angers (Tangi Villerbu)
  • Archives diocésaines Tours (Cécile Boulaire; Robert Beck propose de venir aussi rencontrer l’archiviste)
  • Archives Départementales d’Indre-et-Loire:

o    Les sous-séries 1-4 T (enseignement, imprimerie, presse) avec cette mention réjouissante :

2 T – Imprimerie, librairie, presse (1815-1951). « La sous-série 2 T comprend pour l’essentiel des brevets d’imprimeurs et de libraires, des autorisations de publication et des dossiers relatifs à la surveillance de la presse, de la librairie et du colportage. On y trouve également des documents relatifs au dépôt légal des ouvrages institué en 1810. A noter les déclarations et bulletins de dépôt de l’imprimerie Mame à Tours . »

o    Archives notariales , notamment la série Q (domaines, enregistrement, hypothèques)

NB le répertoire numérique de la sous-série 2C concernant les actes de notaire pour les XVIIe et XVIIIe siècles, établi par les ADIL, ne signale pas de documents déposés pour la période qui nous intéresse (arrivée du premier Mame à Tours en 1796).

o    Administration générale et économique :

8 M 1-138 (provisoire) – Commerce et tourisme (1764-1948). La sous-série 8 M, représentant 13 ml, comporte des informations sur la Chambre de commerce de Tours, les foires et marchés, les poids et mesures, les expositions et le tourisme.

9 M 1-72 (provisoire) – Industrie (an IX-1942). La sous-série 9 M, représentant 9 ml, comporte des archives sur la Chambre de métiers et ses élections, sur les fabriques et sur les différentes industries existant dans le département, sur les brevets d’invention, l’apprentissage et l’enseignement technique.

10 M 1-178 (provisoire) – Travail et main-d’oeuvre (1806-1940, en cours de classement). La sous-série 10 M, représentant 22 ml, comprend le fonds de la préfecture, celui de l’Office départemental de la main d’oeuvre agricole et celui de l’Inspection régionale du travail. Elle se rapporte à toute l’organisation et la réglementation du travail : placement de la main-d’oeuvre tant française qu’étrangère, conventions collectives, conflits sociaux avec une partie spécifique relative à la préparation et à l’organisation de la main d’oeuvre en temps de guerre.

o    Pour étudier l’installation de Mame à Tours, voir

AUDIN (P.), « La Révolution au jour le jour en Val de l’Indre : III. Les années 1794-1799 », L.V.I. 17, 2005, pp. 31-37.  cote 998 PERU 2

« Des « annales » locales existent enfin, soit indépendantes (Loches), soit inclues dans des

monographies aux bornes chronologiques plus larges (Sainte-Maure-de-Touraine par exemple) :

voir à la rubrique « Communes ». On dispose enfin d’utiles « calendriers » thématiques : troubles et

émotions populaires (voir à la rubrique « Police » le travail de N. Vallée), fêtes révolutionnaires (voir à

la rubrique « Communes », entrée « Tours », l’étude de C. Marchon-Marceau). » (source : site des ADIL)

d’une manière générale, de précieuses références sont contenues dans la brichure téléchargeable sur le site des ADIL La Révolution en Indre-et-Loire (1789 – an VIII) : Orientation bibliographique.

o    Justice série U (éventuelles failllites, scellés de concurrents de Mame à Tours ; contrats avec sous-traitants)

o    Famille Mame: voir

LAURENCIN (M.), Dictionnaire biographique de Touraine, Chambray-lès-Tours, C.L.D., 1990, 607 p. et généalogies.  Cote 4° 1112, usuels B

Et pour répondre à une question que nous nous sommes posée :

FENEANT (J.), Les Francs-Maçons de Touraine de 1745 à 1847. Supplément à l’histoire de la franc-maçonnerie en Touraine. Index onomastique, Tours, C.G.D.T., 1982, 20 p.  cote  4° Bh 717

  • Fonds religieux divers en Indre-et-Loire (voir brochure Guide des sources de l’histoire du culte catholique en

Indre-et-Loire, 1801-1905, téléchargeable sur le site des ADIL)

  • Archives des Frères des Ecoles Chrétiennes (Lyon): Tangi Villerbu. Mission à prévoir (début juillet 2008)
  • Archives de congrégations au Québac: Montréal, Québec, Sherbrooke (Tangi Villerbu). Ce sera l’occasion de nouer des liens avec les chercheurs de l’université de Sherbrooke notamment.

5. collaborations extérieures

A. à l’université de Tours

  • Sylvie Aprile propose sa contribution: comme chercheur; comme intermédiaire avec des équipes constituées (cf. les spécialistes de Le Play: Stéphane Baciocchi, Antoine Savoye); comme directrice de travaux d’étudiants, dans le domaine de l’histoire urbaine, économique et sociale (cite notamment PETIT Virginie, Insalubrité et hygiène urbaine à Tours (1835-1851), 1994, (Brelot) n° 370), mais aussi par exemple autour des traductrices et «adaptatrices» chez Mame (rejoint les préoccupations politiques et sociales). Elle évoque les travaux de Claire Fredj; un doctorant sur St Vincent de Paul.
  • Jean-Pierre Corbeau (sociologue, CERMAHVA): connaît la génération des Mame qui a vécu à Tours. Propose de nous mettre en contact avec les membres de ce «réseau» local, culturel et… culinaire. Cécile Boulaire propose de s’entretenir précisément avec lui sur ces questions.
  • Robert Beck, responsable de l’axe «élites» au CEHVI / CERMAHVA, nous rejoint pour travailler avec vous sur la première ébauche de l’arbre généalogique des Mame sur Heredis, permettant de formaliser peu à peu le réseau de sociabilité (matrimonial; professionnel) de la famille Mame. Il nous propose d’intervenir dans le cadre d’un ejournée d’études prévue au printemps 2009 sur les élites en Indre-et-Loire.
  • L’accès aux archives difficile. Mémoire de master sur Ernest. Aimerait qu’on travaille en parallèle. Organisation en 2008-2009 d’une journée d’étude sur les élites en Touraine au XIXe. Michel montre de nouveau le logiciel Heredis de généalogie et le travail sur les réseaux: montre à partir de Charles-Pierre les liens professionnels. Instrument de travail pour les historiens. Avec Jean-Marc Largeaud. Plutôt printemps 2009. Il évoque une thèse qui devrait démarrer en 2008 sur les réseaux à Tours (Caroline Gauvin, auteur d’un master sur le jardin botanique:

Caroline GAUVIN, Lieu de loisir, lieu de pédagogie : le jardin botanique de Tours (Beck), 2004. n°577

Nous convenons que les historiens du CERMAHVA sont invités à la journée d’études de juin.

  • Annette Baudron, qui termine une thèse sur Arnaud Berquin, propose de nous rejoindre une fois la rédaction de sa thèse terminée (et le corpus constitué) pour travailler sur les éditions de Berquin par Mame.

B. à l’extérieur

La faiblesse de notre équipe concerne le domaine colonial : Afrique du Nord, Afrique Noire, Asie du Sud-Est. Tangi Villerbu propose de faire le répertoire des recherches coloniales ; les Missions Etrangères de Paris n’ayant jamais répondu aux courriers, il faut y aller voir en personne. Les Pères Blancs n’ont pas beaucoup d’archives semble-t-il. Quant aux Frères des Ecoles Chrétiennes, une mission est prévue à Lyon pour aller étudier les cartons d’archives annoncés. Sylvie Aprile propose aussi son aide pour mettre en contact avec des spécialistes de la culture coloniale (la « bibliothèque coloniale »).

6. Bilan et synthèse

– Les axes de notre recherche sont confirmés :

  • Mame propagateur de la Foi
  • Mame industriel de la librairie, Mame inventeur (?) de la logique de collection
  • Mame, éditeur de l’enfance: petite fabrique des lectures enfantines au XIXe siècle
  • Mame éditeur de beaux livres (cartonnages, reliures, gravures)
  • Mame dans la ville (histoire sociale et urbaine) (en collaboration avec l’axe «Ville» du CERMAHVA)
  • La famille Mame, une élite tourangelle (en collaboration avec l’axe «élites» du CERMAHVA)

– Le profil du contrat de post-doc (NB : 1er septembre 2008-31 août 2009) sera littéraire, son recrutement correspond au moment où le travail d’élaboration de la base-corpus aura donné suffisamment de résultats pour qu’une approche littéraire soit possible. => travail de lecture. Les adaptations, reprises, traductions ; l’identité littéraire, esthétique et idéologique des grandes collections Mame ; littérature sérielle et création littéraire.

– Prochaines journées de travail collectif :

  • Travail d’adaptation de la base File Maker Pro avant lancement de la «campagne» de saisie (Michel Manson-Cécile Boulaire): dès l’arrivée des CD-roms.
  • Séminaire: lundi 23 Juin (nous aurons des sujets de master possibles pour des étudiants qui démarreraient en septembre 2008)
  • Journée d’étude: mardi 13 janvier 2009: Mame et la culture catholique pour la jeunesse au XIXe siècle.

Participation à la journée d’études « Elites » du CERMAHVA : mai 2009