Omeka: ça redémarre

mutualheritageDepuis la fin du projet ANR Mame, et surtout la reconfiguration de l’équipe de « l’atelier numérique » de la MSH Orléans-Tours, la base de données Mame et fils est en sommeil.

Les informations liées au projet Icono Réseau sont désormais en ligne sur le carnet de recherches iconorezo.hypotheses.org. Lire la suite

Première exposition virtuelle: les albums Mame de l’entre-deux-guerres

Quelques semaines à peine après la sortie du livre Mame: deux siècles d’édition pour la jeunesse, l’équipe Mame, et en particulier Marie-Pierre Litaudon, a le plaisir d’annoncer la mise en ligne de la première exposition virtuelle issue des travaux des membres de l’équipe, et en particulier des efforts pour mettre en ordre, puis mettre en ligne, les descriptions des livres de Mame que nous avons consultés pendant ces années de travaux.

Consacrée aux Albums Mame dans l’entre-deux-guerres, cette exposition croise histoire de l’édition et analyse littéraire et picturale. Elle envisage les efforts déployés par l’entreprise Mame pour investir le secteur de l’album à cette période cruciale de l’édition pour la jeunesse. C’est l’occasion pour Marie-Pierre Litaudon de présenter en détail le parcours et la personnalité du directeur artistique engagé par les éditions Mame, Albert Uriet, mais aussi les figures marquantes de ces quelques décennies de publications illustrées, notamment celles de Marie-Madeleine Franc-Nohain, d’André Boursier-Mougenot ou de Raymond de la Nézière. Lire la suite

Que se passe-t-il après une ANR?…

Le livre de synthèse de nos recherches étant désormais entre les mains de l’éditeur, il convient de s’atteler maintenant à la mise au point de la base de données du projet Mame, destinée à terme à être rendue publique sur le site mameetfils.univ-tours.fr, qu’ont mis en place et administrent Stéphane Loret et Maud Bouillon à la MSH de Tours.

Initialement, ce site devait héberger une « simple » base de données, copie de notre fichier FileMakerPro. Le choix technique de l’application libre Omeka nous ouvre d’infinies possibilités de valorisation des données… mais nécessite, de ce fait, une quantité encore importante de travail, afin que ces données ne soient pas simplement livrées brutes aux internautes, mais qu’elles soient pensées encore au-delà de ce que nous avions fait jusqu’à présent.

Cela nécessite encore de fastidieuses opérations de vérification des « fiches d’identité » des livres que nous avons recensés : traque des coquilles, vérification des « autorités », attribution de leur identité véritable aux anonymes et pseudonymes que nous avons identifiés, etc. Mais, bien au-delà, il s’agit de développer aussi une réflexion sur les données elles-mêmes, notamment les images des livres qui nous sont passés entre les mains, et dont nous avons photographié, selon les cas, les couvertures, reliures et cartonnages, mais aussi les ex-præmio (manuscrits ou imprimés), les pages de titres (titres gravés, titres typographiés), les images de frontispice et les gravures intérieures, parfois la préface, la table des matières, un catalogue inséré après les pages de garde…

Pour éviter que ces images ne soient qu’illustratives, rattachées chaque fois à une seule donnée (un exemplaire d’un livre ), il convient d’indexer chaque image pour la traiter elle-même comme une donnée. En effet, si un cliché de l’ex-præmio collé à l’intérieur d’un exemplaire d’un roman pour enfants a valeur illustrative pour cet ouvrage en particulier, il fait sens, aussi, au sein d’une série plus vaste, celle de tous les ex-præmio recensés dans des livres Mame. Or si nous voulons que nos collections puissent être utilisées, par exemple, dans le cadre d’une recherche large sur l’usage des livres de prix, ou sur le partage entre lectures offertes aux filles et lectures offertes aux garçons dans une perspective de gender studies, ou encore par un chercheur qui s’intéresse de manière quantitative au marché du livre au XIXe siècle, et qui aimerait savoir à quelle cadence les livres sont vendus, combien de temps après leur sortie des presses ils arrivent entre les mains des enfants… alors il nous faut indexer chaque image, pour indiquer, au-delà de son rattachement à un exemplaire d’un titre, de quoi il s’agit, de manière explicite. L’idéal est évidemment que par-delà la fin officielle du projet Mame (il s’agissait d’une simple ANR jeune chercheur », elle est close depuis avril 2011), ces collections de données puissent continuer à vivre, à s’enrichir, et surtout, qu’elles servent à des chercheurs que nous ne connaissons pas, à des recherches que nous n’avons pas imaginées.

Nous devons donc maintenir un strict équilibre entre les données que nous avons déjà emmagasinées, et qu’il s’agit simplement de mettre en ligne ; les données que nous pouvons construire à partir de l’existant, mais en tenant compte de nos forces amenuisées (puisque les crédits ANR sont épuisés) ; les données qui pourront éventuellement être apportées ultérieurement par d’autres chercheurs, d’autres programmes — ce qui nous oblige à penser notre travail de la manière la plus normée et la plus ouverte possible.

La discussion avec Stéphane Loret et Maud Bouillon a donc porté sur le devenir de cette base— et pas sur sa cloture. Notre première tâche est de réfléchir aux métadonnées que nous allons appliquer à nos centaines de fichiers images. Notre seconde tâche est… d’ordre organisationnel. La MSH de Tours a apporté son aide au projet Mame à titre gracieux : il s’agissait d’expérimenter un transfert des compétences développées au sein du centre de ressources Crévilles à des données et des projets non-liés à la thématique « villes ». Puis le budget ANR a financé une partie du travail de Maud Bouillon. Aujourd’hui, quel peut être le cadre de l’aide concrète apportée par la MSH à cette base liée à un projet échu ?…

La question est plus large encore peut-être : quel peut être l’avenir d’un site web issu d’une recherche ANR, une fois que cette ANR est terminée, que l’équipe est dispersée, les crédits dépensés ? En sciences humaines, une publication finale est un jalon traditionnel qui rend public le résultat d’une recherche collective, et nous nous sommes pliés à ce principe, dont la fécondité est évidente : notre livre sur Mame sera une somme. Mais la structure même d’un site web suppose une mise à jour. Comment organiser cette mise à jour, cette vie pérenne d’une ressource qui n’est pas un dépôt exhaustif, mais un perpétuel work in progress ?

Dans la discussion naît l’idée de faire de « mameetfils » une sorte d’atelier-école, de lieu d’expérimentation, pour une recherche en sciences humaines (et Mame sera de fait un simple exemple), de toutes les potentialités offerts par l’outil Omeka. Il s’agira pour nous de développer telle ou telle application, en fonction de tel usage possible de nos données, mais sans viser l’exhaustivité (sauf à recevoir des moyens spécifiques). Chaque expérimentation devra bien entendu se doubler d’une analyse des résultats obtenus: en quoi Omeka donne-t-il satisfaction pour tel besoin spécifiquement analysé? En quoi pourrait-il être amélioré par la communautés d’utilisateurs? Quels protocoles ont dû être mis en place, et qui pourraient être modélisés, partagés avec d’autres équipes, d’autres chercheurs?

Ce devenir « atelier » de la base mameetfils coïncide presque miraculeusement avec la création, au sein de la MSH de Tours, pour le contrat quadriennal qui débute, d’un Atelier Numérique qui verra les divers laboratoires engagés dans des entreprises de « digital humanities » réunir leurs compétences et leurs spécialités. Une affaire à suivre donc…

Site Mame en version “bêta”

L’équipe de la MSH de Tours a développé en version bêta ce qui va devenir le site final du projet Mame. Omeka se révèle un outil extrêmement puissant, mais aussi très maniable. Nous pourrons mettre en valeur l’immense travail de recensement auquel s’est livrée l’équipe Mame dans son ensemble depuis trois ans, mais aussi les collections de livres qui ont été patiemment amassées à l’occasion de ce projet. Nous avons encore beaucoup de travail, mais les principaux obstacles techniques sont levés et c’est un grand soulagement. Merci à Jacques Quentin, Stéphane Loret et Maud Bouillon!

Omeka, rampe de lancement

Nos recensements bibliographiques stockés jusqu’à présent sous Filemaker sont passés hier sous format Omeka, grâce au travail de Stéphane Loret (MSH de Tours). Il faut maintenant examiner en détail la manière dont les fiches sont « passées par la moulinette », puis adapter l’interface. Nous allons donc pouvoir très vite reprendre la saisie, et intégrer les images des livres que nous avons recensés!

De PMB vers Omeka?…

Nouvel épisode dans les aventures de rétroconversion de notre base de données bibliographique commencée sur Filemaker Pro en usage interne, et qui cherche depuis des mois une porte de sortie vers le web… Tout était quasi prêt pour un basculement de l’ensemble des données amassées par l’équipe vers une solution SIGB via PMB. Mais dans les dernières étapes du travail, il s’est avéré que le champ « illustrateur », celui que nous avions le plus enrichi, notamment grâce à la collaboration active de François Fièvre et Olivia Voisin,  était… trop riche pour basculer vers PMB, dont le fonctionnement sous format Marc s’accorde mal avec la manière parfois un peu désinvolte dont nous avons procédé, nous, chercheurs, peu habitués aux normes bibliothéconomiques. Impossible donc de rester sur l’hypothèse PMB.

L’équipe de la Maison des Sciences de l’Homme de Tours, chargée notamment du portail Crévilles, qui se dévoue depuis des mois à notre base de données, nous propose désormais d’intégrer nos données sous Omeka, qui nous permettra à la fois de remplir la fonction « base de donénes », et de présenter sur une interface web très simple des images correspondant aux livres dont nous parlons. Crévilles utilise Omeka pour « Casamémoire », association de sauvegarde du patrimoine architectural du XXe siècle au Maroc.


La solution paraît souple, nous avons établi la concordance des champs de notre base Filemaker avec les champs Dublin Core étendu utilisés par Omeka, et Stéphane Loret a créé des champs « Item Type Metadata » pour les champs qui ne trouvaient pas de correspondance Dublin Core. Le basculement devrait donc s’opérer dans les jours qui viennent… si aucun contretemps ne surgit!

Pas à pas vers PMB

Quelques mois après les premiers contacts de l’équipe Mame avec la Maison des Sciences de l’Homme de Tours, nous sommes à quelques encablures à peine de la mise en place de notre base de données. Il reste quelques travaux de « toilettage » de la base initiale, sous Filemaker Pro, et nous pourrons procéder au basculement vers PMB, notre logiciel libre SIGB, entièrement adapté à nos besoins grâce à l’aide de Stéphane LORET et de Jacques QUENTIN.

Pourtant les travaux à faire vont encore être chronophages. Il faut par exemple reprendre « à la main » les 6000 fiches de description bibliographique que nous avons déjà saisies, afin de vérifier le contenu du champ « illustrateur ». Par souci de précision et d’exhaustivité, nous avons en effet saisi dans cette case de notre modèle Filemaker TOUTES les informations qui pouvaient nous intéresser à propos des illustrateurs de nos livres: leur nom, et même plusieurs noms parfois; leurs initiales seulement, lorsque nous n’avons pas pu les identifier; la mention « sc. » (pour graveur) et « del. » (pour dessinateur) lorsqu’elle apparaissait; de temps en temps, un numéro de page accolé à un nom, pour les livres dont les illustrateurs changent à chaque hors-texte. Bref: la case est remplie, pour nous, ça a du sens… mais pour le script qui va basculer automatiquement les données d’une application dans une autre, c’est une somme d’informations totalement ingérable. Il faut donc intervenir sur chacune des fiches qui présente un champ « illustrateur » un peu trop nourri; ne laisser qu’un seul nom (celui, par exemple, du dessinateur); faire passer le reste des informations, précieuses, dans la case « Nota Bene »; puis, une fois opéré le basculement vers PMB, reprendre ces fiches une à une et créer une case « auteur » pour chaque nom trouvé, en précisant la fonction (illustrateur, dessinateur, graveur, etc…).

De semblables scories restent à traiter à la main sur plusieurs autres champs. Quelles conséquences? Pour nous, pas grand chose: juste quelques heures de travail minutieux et fastidieux, sans grand intérêt intellectuel. Pour d’autres chercheurs, qui auraient le projet d’investir leurs forces dans une recherche qui nécessite une gestion de données bibliographiques, ces quelques heures perdues pourraient servir de mise en garde: avant de créer une base de données, chacun a-t-il bien réfléchi à l’usage qui en serait fait? Au type de mise à disposition qui était prévu à terme? A la technologie dédiée à ce genre de travail?

Raphaële Mouren, dans un billet récent dédié au programme Bel 16, évoque de semblables déconvenues: malgré la mise en place d’un guide pour la saisie des informations, et bien que l’équipe Bel 16 travaille sur des livres anciens, qui ont depuis fort longtemps fait l’objet de réflexions sur les protocoles de description bibliographique, il est difficile de faire en sorte que tous les chercheurs d’un même projet saisissent les données avec la même logique, de façon rigoureuse et homogène. Tout simplement parce que les chercheurs ne sont pas des conservateurs, formés au catalogage et aguerris à la logique d' »autorités ».

La leçon que nous pourrions en tirer, pour l’avenir — et afin d’éviter aux équipes qui se mettent en place actuellement de perdre du temps et de l’argent à de fastidieux travaux de rétro-conversion et de toilettage de bases de données en fin de projet —, c’est que toute équipe projetant de gérer des données, à des fins de recherche, doit s’associer dès le début des travaux les compétences d’un documentaliste et/ou d’un informaticien capables de trouver des solutions techniques aux interrogations intellectuelles. Chacun son métier: le chercheur cherche, le documentaliste imagine des solutions de gestion des données, aidé par sa connaissance des outils qui existent sur le marché, et l’informaticien s’efforce d’adapter ces solutions aux besoins très précis des chercheurs, en tenant compte du faible niveau d’expertise en catalogage des chercheurs appelés à saisir les données. De la sorte, la base de données se pliera aux besoins des chercheurs, en termes de requêtes, mais aussi aux capacités de ces mêmes chercheurs, en termes de saisie des données et de normalisation.

Et chacun pourra passer son temps à faire de la recherche… au lieu de réviser des champs de base de données!

Compte rendu séminaire 3 – 16 mars 2009

Etaient présents:

Michel Manson, François Fièvre, Tangi Villerbu, Christine Bénévent, Mathieu Letourneux, Robert Beck, Mathilde Lévêque, Caroline Gaume, Chantal Dauchez, Marie-Pierre Litaudon, Julien Lavergne, Cécile Boulaire Etaient excusés: Isabelle Saint-Martin, Matthieu Bréjon, Michèle Piquard, Marie-Françoise Boyer-Vidal.

Corpus

La matinée était consacrée à la question de la base de données,  à la fois le point central de notre cahier des charges pour la première année du programme, et notre outil de travail principal pour l’étude de la production éditoriale. Se posaient plusieurs question: d’une part, l’utilisation par plusieurs chercheurs, certains peu familiers de File Maker Pro, a généré la multiplication de scories dans la saisie; d’autre part, le travail de mise à jour de la base « mère » à partir des fichiers de chacun est très lourde et occasionne des erreurs (dédoublonnage). En outre, le programme prévoit à terme une mise à disposition du « catalogue virtuel » des éditions Mame pour la jeunesse, sur le web; or l’utilisation d’une base de données en format « propriétaire » comme FMP est une gêne pour un usage web.   Une longue discussion s’ensuit, dont quelques-uns regrettent qu’elle ait lieu si tard, mais qui n’aurait certainement pas été possible il y a encore quelques mois, car c’est l’usage qui a fait apparaître questions et problèmes. Il en ressort la position suivante:

1)    Michel et moi devons apporter des améliorations au « guide de la saisie sous FMP » – et les chercheurs engagés dans les travaux de saisie doivent s’astreindre à suivre ces recommandations, de sorte que la base soit réellement performante.

2)    Nous allons essayer de fusionner en un seul fichier les informations jusqu’à présent distribuées entre le ficher « corpus » et le fichier « partenaires », ce dernier recensant les auteurs-illustrateurs-graveurs. De la sorte, le même document permettra d’intégrer un livre dans la base, tout en vérifiant si l’auteur ou l’illustrateur est déjà connu de nous, et dans ce cas, quelle est la manière standardisée d’écrire son nom.

3)    Il est rappelé que la base FMP actuelle est constamment en évolution, et que le principe de saisie est le suivant: lorsque le chercheur entre un livre dans la base, il n’indique que les informations dont il dispose; s’il a la possibilité d’avoir le livre en mains, il peut alors compléter la fiche dudit livre, en s’appuyant sur les informations telles qu’elles sont précisées dans le livre, sans interpréter; s’il fait une interprétation (attribution d’une illustration, pseudonyme…), cette mention figure entre crochets droits. Cette démarche rigoureuse permet d’avoir dans la base uniquement des données fiables, toute interprétation a posteriori étant clairement donnée pour telle.

4)    Le travail de modélisation indispensable à la création, à terme, d’une base de données interrogeable sur le web, évolutive et indépendante de tout format commercial de logiciel, doit être poursuivi bien que nous ayons décidé, pour notre part et pour l’instant, de continuer à travailler sous FMP que nous connaissons. Je vais faire ce travail avec Julien Lavergne, en m’appuyant sur la nouvelle base qui résultera de la fusion de « Corpus » avec « Partenaires ».

5)    Les problèmes de doublon et de gestion des divers fichiers FMP devraient se régler assez simplement avec l’acquisition de la version « serveur » de FMP ainsi que la localisation de notre base sur un serveur distant. Je viens de faire une demande d’espace « serveur » au service informatique de l’université. Nous pourrions ainsi travailler tous ensemble sur le même fichier. NB l’existence d’un serveur nous permettrait aussi de régler la question des images des livres. Pour l’instant, il n’est pas possible de les associer aux fiches de FMP, pour des questions de poids et de gestion des données.   La discussion est très longue, mais il est évident que, si elle est soigneusement remplie, cette base est la clé des diverses conclusions que nous nous sommes engagés à présenter au terme de nos recherches.

Projets

L’après-midi est consacrée au travail à entreprendre dans les 4 semestres à venir.

Publication Il a été convenu que nous soumettions à la revue dont Frédéric Barbier est rédacteur en chef, Histoire et Civilisation du Livre une série d’articles tirés de notre journée d’études du 13 janvier dernier. Tangi ayant déjà soumis son texte à la revue canadienne Cahiers de la Société bibliographique du Canada, et François à Romantisme, l’un comme l’autre proposent de rédiger un nouveau texte pour cette publication, à partir de la « matière » explorée en janvier mais sensiblement différent de leur communication. Quant à Chantal Dauchez, qui avait proposé en janvier une approche biographique d’Alfred Mame, elle serait prête à reprendre des travaux antérieurs consacrés à la Cité  Mame. La parution des articles éventuellement retenus ne pourrait de toute façon intervenir avant 2011.

Journée(s) d’études Il est brièvement question de l’idée, déjà évoquée il y a plusieurs mois par Michel, et soulevée de nouveau par Frédéric Barbier, de travailler un jour à la circulation des textes du Chanoine Schmid à l’échelle européenne. Il faudrait une infrastructure solide permettant l’organisation d’un colloque international. Nous en reparleront ultérieurement avec F.Barbier.   Robert Beck, responsable de l’axe « élites » au sein du Cermahva, propose d’organiser une journée d’études le 14 janvier 2010 autour des Elites tourangelles, journée au sein de laquelle il pourrait bien évidemment être question de la famille Mame. Nous pourrions en profiter pour organiser, le lendemain, 15 janvier 2010, une journée plus littéraire consacrée aux publications Mame.

Voilà les pistes sur lesquelles nous nous sommes arrêtés:   Journée « élites » le 14 janvier:   Journée « littérature mineure? » le 15 janvier Nous avons aussi fait la liste, très vaste, des sujets qui méritent un traitement spécifique, soit par un des chercheurs de l’équipe, soit par un chercheur sollicité à l’extérieur, soit par un étudiant de master. J’ai essayé de remettre de l’ordre dans toutes nos suggestions, mais n’hésitez pas à me rependre, à faire des suggestions, à vous manifester pour traiter un sujet.

Sujets possibles pour un master:   – Le Journal d’Indre-et-Loire, son histoire. – les Mame et l’enseignement à Tours. – Henri Fournier, imprimeur, typographe, directeur d’imprimerie pour Mame ? [NB ce serait sans doute un sujet pur un étudiant parisien, car les sources risquent d’être à Paris: Dirigé par Michel?…] – présence de Mame aux expositions universelles + les enquêtes préalables. (sujet de master?…)

Sujets proposés par / attribués à un chercheur de l’équipe:   – l’imprimatur: Matthieu Bréjon. Voir sans doute aussi le « comité de lecture » Mame et les milieux ecclésiastiques locaux. – Hallez, Doré? > Isabelle Saint-Martin – Paul Mame et les élites parisiennes?… Chantal Dauchez – dépouillement des contrats « sous seing privé » (série Q, notamment les années 1834-36) à la recherche d’éventuels contrats de Mame avec ses collaborateurs et auteurs. > Caroline Gaume – quid du premier XXe siècle?! Marie-Pierre et Michèle – à partir des inventaires, étude matérielle des imprimeries (papier, etc) et papeteries (voir aussi correspondance des FEC), fondeurs, typo… > Christine et Caroline.   Sujets qu’il reste à attribuer, parce qu’ils présentant de l’intérêt:   – quand cesse l’activité de libraire de la maison Mame à Tours? – Louis Veuillot et Mame? Matthieu Bréjon? – John Quartley et l’atelier de graveurs? Rémy Blachon (voir François) – Rose Mame – le chanoine Bourrassé?… [M.Laurencin?] – les diffuseurs de Mame (archives notariales; courrier des FEC…) – La figure de Pescherard, associé d’Amand Mame ET agent voyer de Tours, époux d’une Lesourd. > Chantal Dauchez? – effectuer un sondage décennal au dépôt légal imprimeur pour évaluer la proportion (nombre de titres / nombre de volumes), dans les publications Mame, des livres pour la jeunesse et des livres religieux (notamment). – dépouillement de la Bibliographie de la France (Gallica), notamment le « feuilleton » qui présente des publicités. Dépouillement du Polybiblion aussi (voir thèse de Danielle Berthier). Le tout afin de consolider la base « corpus », surtout pour remplir éventuellement les rubriques « annonce » (dans la Bibiographie de la France) et « compte-rendu » (par exemple dans le Polybiblion ou encore la Bibliographie catholique). – le travail des enfants, les syndicats chez Mame (surtout après 1905) – [j’ajoute: la Revue Mame? Nous pourrions demander à Francis Marcoin]

Publication finale et colloque Je rappelle que nous nous sommes engagés à publier au terme du programme un livre qui fera autorité sur la maison Mame, et qui ne sera en tout cas pas une compilation de communications prononcées lors du colloque final.     Il va donc falloir articuler étroitement les travaux à venir (afin de ne pas laisser de « vide ») / les sollicitations extérieures pour le colloque de fin de projet (mars 2011, je vais commencer à prendre des contacts localement) / le livre lui-même. Celui-ci doit être soumis à titre de projet à un éditeur, de sorte que la parution ne tarde pas trop après la fin du projet lui-même. Par ailleurs, nous devons commencer à réfléchir à la manière de nous organiser. Je le répète, je ne suis pas favorable au modèle « un directeur de publication / 15 contributions ponctuelles », je souhaiterais au contraire que nous définissions quelques grandes parties ou vastes chapitres, chacun d’entre eux assurés intégralement par un chercheur (ou éventuellement deux, en collaboration étroite), sous la forme d’une analyse synthétique large et documentée, pas limitée par le gabarit ordinaire (30 000 signes) d’un article. Ces chapitres par ailleurs pourraient faire place ponctuellement à un focus plus précis sur un point de détail, ce qui permettrait malgré tout de faire place à des analyses ponctuelles proposées par des chercheurs extérieurs à l’équipe ou membres de l’équipe mais investis de manière plus partielle.     Nous en reparlerons dans quelques mois, mais il serait intéressant que chacun commence à réfléchir dans cette perspective.

A Tours le 17 mars 2009 Cécile Boulaire