Vers une base de données « sur mesures »

Notre base File Maker Pro, hébergée en « local » sur chacune des machines des chercheurs de cette équipe, montre actuellement ses limites, en termes d’ergonomie comme de partage des données.

Les premières discussions entre utilisateurs de la base d’une part (notamment sur ce Carnet de Recherches), et avec Julien Lavergne, l’informaticien que nous avons sollicité, d’autre part, permettent de faire avancer la réflexion.

Notre base ne doit pas être un simple décalque de ce que pourrait être un catalogue de bibliothèque dédié aux productions de Mame; elle doit faire apparaître en effet notre expertise en ce qui concerne ces ouvrages. C’est en partie pour ces raisons qu’il ne me semble pas opportun de recourir aux frbr (Functional requirements for bibliographic records) utiles au catalogage de bibliothèque. Nos besoins en effet dépassent le nombre et la nature des informations proposées sur ce type de catalogue, de sorte qu’il est plus simple de créer une base « sur mesures ».

Pour autant, nous ne devons pas inventer un outil fermé: il est important que nous puissions importer des données bibliographiques afin d’incrémenter notre base (par exemple, en utilisant BN-Opale plus); il est tout aussi important que les données incluses dans notre base puissent àmoyen terme être réutilisées sous un autre format, pour un éventuel autre usage, sans qu’il soit nécessaire de procéder à de trop importantes modifications de structure. Le balisage des informations est donc une étape préalable absolument cruciale.

Les premières discussions avec Julien Lavergne soulèvent des questions que nous devons examiner colelctivement: quel est l’élément « minimal » de notre base de données, celui qui n’est pas fractionnable en unités plus petites? quelles sont les « tables » que nous allons créer, qui structureront l’agencement des données?

Puis, en entrant dans le détail:

  • Un livre a-t-il toujours le même titre? (non: il arrive que dans son parcours éditorial un même texte paraisse sous deux titres différents)
  • Un auteur porte-til toujours le même nom? (non: nous avons abondance de pseudonymes, des femmes qui changent de nom en se mariant, des anonymes difficiles à identifier)
  • Un livre a-t-il parfois plusieurs auteurs? (oui, puisque nous soulevons en permanence la question du traducteur-adaptateur)

Après discussion, je propose que l’unité minimale, en-deçà de laquelle il n’y a pas de fractionnement, soit le « récit » ou l' »historiette ». En effet, un livre chez Mame porte souvent le titre d’une des historiettes qui le compose, sans mentionner forcément la présence d’une ou plusieurs autres historiettes. Par ailleurs, il arrive qu’un recueil de trois ou autre même historiettes paraisse pendant quelques décennies sous le titre d’un de ces récits (Le Fantôme, par Mme de la R***, par exemple), puis semble « disparaître » des catalogues, alors qu’il reste présent dans un autre volume réunissant les mêms historiettes que précédemment, mais avec pour titre général l’intitulé d’une autre historiette (Madame Marcadel, par Mme de la R***).

Nous aurions ainsi un emboîtement de niveaux permettant d’aboutir à l’exemplaire:

Récit  > Ouvrage  >  Edition  >  Exemplaire

L’unité de base est le récit… mais nous pouvons imaginer des cas où l’unité de base sera directement l’ouvrage: Rome et Lorette de Louis Veuillot par exemple. Descendre jusqu’au niveau de l’historiette permet d’adapter notre base à la spécificité de ce corpus de livres pour enfants.

Un Récit peut donner lieu, seul ou regroupé avec d’autres, à un Ouvrage — cet ouvrage est l’unité minimale d’un catalogue de bibliothèque comme Opale-plus. L’ouvrage s’actualise en diverses Editions (manifestées par une date précise, un format précis, l’appartenance à une collectionprécise), laquelle enfin donne lieu à des Exemplaires: soit réimpressions, soit diverses variantes de présentation (livre broché, cartonné, relié…), soit encore divers exemplaires matériels formant « doublons » d’un format identique, mais différant par la présence d’un ex-praemio, d’un ex-dono…

Pour résumer, le niveau « Ouvrage » correspond peu ou prou à l’unité qui permet l’établissement d’une fiche dans Opale-plus; c’est un élément intéressant un bibliothécaire. Les niveaux ultérieurs, « Edition » et « Exemplaire », sont davantage tournés vers le bibliophile. Le niveau antérieur, « Récit », concerne plus le littéraire, soucieux de génétique des textes.

Il nous faut déterminer les éléments qui, pour nous, composent chacun de ces niveaux. C’est ce que Julien Lavergne appelle des « tables »; une table réunit un ensemble de « champs ». Je fais ici quelques suggestions, qui sont à affiner.

  • Récit

– Titre

– (Titre alternatif)

– Auteur

– Traducteur / Adaptateur

– Date de première publication

  • Ouvrage

– Auteur

– Traducteur / Adaptateur

– Illustrateur (dans le cas où l’illustrateur est étroitement lié àl’existence de l’ouvrage lui-même: albums en particulier)

– Titre

– (Titre alternatif)

– Récits contenus dans l’ouvrage

– Date de première publication

– Editeur

– Imprimeur

– (Tirage cumulé?)

– Genre

– Annonces publiées

  • Edition

– Date d’édition

– Collection, éventuellement série

– Approbation épiscopale

– Format

– Nombre de pages

– Illustration

– Couverture / Reliure

– Prix

  • Exemplaire

– Date d’impression (si différente de date d’édition)

– Format

– Nombre de pages

– Illustrations

– Couverture / Reliure

– Localisation, Cote

– Prix

– Tirage

– Ex praemio

– Ex dono

Il va de soi que tout ceci ne constitue qu’une première salve de suggestions. Tous commentaires sont les bienvenus. Nous affinerons ce travail lors de notre journée du 16 mars.

Cécile Boulaire

La saisie dans File Maker Pro: premières interrogations

Voilà maintenant un peu plus d’un mois que j’ai intégré l’équipe du projet « Mame ». Mon travail consiste pour moitié à répertorier les titres publiés par la maison sur la période 1900-1945 afin d’en proposer une description succincte dans la base File Maker Pro créée à cet effet.

Je fais le point ici sur ma méthode de travail afin de mettre à plat les difficultés que je rencontre.

Je préfère partir des catalogues de vente conservés à la BnF sous la cote Q10B et Q10C. Ceux-ci sont peu nombreux pour la maison Mame, mais leur consultation peut être utilement complétée par celle des catalogues d’étrennes (tous éditeurs confondus cette fois), référencés dans la Bibliographie de la France [cote BnF : 4-Q-42 (LIVRES D’ETRENNES)]. Ces catalogues offrent une liste assurée de titres qu’il est aisé ensuite de rechercher sur le catalogue BN-Opale plus. On est ainsi en mesure de relever les exemplaires « manquants » dans les collections de la BnF et de chercher éventuellement s’il n’en existerait pas un exemplaire ailleurs. J’ai ainsi retrouvé à la Bibliothèque des Arts décoratifs un exemplaire des Fables de la Fontaine (1897), illustré par Vimar, introuvable à la BnF. Avant de considérer le titre comme manquant, j’ai bien sûr épuisé sur Bn-Opale plus toutes les formes de recherche « simple » ou « avancée », par titre, éditeur, auteur, illustrateur, collection.

Actuellement, je procède donc très simplement en suivant la liste des titres proposés dans le catalogue de 1934. Lorsque je recherche un titre sur Bn-Opale plus, il m’arrive de trouver pour celui-ci un nombre impressionnant de fiches ! A titre d’exemple, pour Jeanne d’Arc de Marius Sepet, proposé dans deux séries différentes en 1934, j’ai trouvé plus de 90 fiches sur BN-Opale plus… presque toutes correspondent à des publications de Mame, chez qui la 1ère édition remonte à 1869 ! Plutôt que de laisser de côté les fiches qui ne relèvent pas de ma période, j’ai préféré tout répertorier et tenter un classement des différentes éditions. Un travail extrêmement difficile et qui reste en l’état purement indicatif. Je m’en explique.

Mame décline fréquemment un même titre en différentes séries qui se distinguent d’abord par un format, voire aussi par un nombre de pages, la présence plus ou moins importante d’illustrations. En 1869, Jeanne d’Arc est publiée en trois séries différentes (format in 8, in 12 et in 18) qui peuvent être toutes trois considérées comme des « premières éditions ». Mais suivre leurs rééditions respectives devient rapidement un casse-tête, car la mention d’une énième réédition par l’éditeur en page de titre, ne correspond pas forcément au classement établi par le catalogue Bn-opale plus… pas plus qu’il ne correspond parfois à celui que l’on obtient soi-même quand on tente l’exercice !! D’où la question centrale : sur quels critères communs s’appuyer pour établir qu’il y a (ou non) réédition d’un ouvrage ?

J’ai relevé cinq critères utiles mais qui ne sont pas toujours aisés à manier :

  • Le format : c’est me semble-t-il, le critère n°1 pour identifier une filiation des éditions. Le problème, c’est que l’appréciation du format est sujette sur BN-Opale plus à flottement. Entre un grand in 8° et un in 4°, on a parfois à faire au même livre !
  • La date de dépôt légal : évidemment…
  • Le nombre de pages : en général, le changement de format s’accompagne d’une modification du nombre de pages. En cas de doute sur le format, celui-ci peut donner un indice utile. Reste que pour un même format, le nombre de pages peut légèrement fluctuer d’une édition à l’autre (à une ou deux dizaines de pages près). Où placer la limite entre une réédition légèrement remaniée et une nouvelle édition qui doit être regardée comme une « 1ère édition » ?
  • La collection : elle n’est pas souvent mentionnée sur BN-opale plus. Chaque fois qu’elle l’est, j’ai considéré que lorsqu’un titre changeait de collection, il fallait redémarrer la numérotation et considérer que l’on avait à faire à une « première édition ».
  • Illustrations : même raisonnement lorsque l’on passe pour un même format d’une publication non illustrée à une publication illustrée.

Mes hésitations personnelles doivent être aussi celles de chaque membre de l’équipe.

Marie-Pierre Litaudon

« L’Art et la Mesure »: réflexions pour une base de données

En décembre dernier, François Fièvre s’est rendu  pour l’équipe Mame au colloque «L’Art et la Mesure, Histoire de l’art et approches quantitatives Sources, outils, méthodes » (Colloque international Ecole normale supérieure, 3-5 décembre 2008 45 rue d’Ulm, Paris Salle Dussane. Organisé par Béatrice Joyeux-Prunel). Il en a fait le compte-rendu ci-dessous, prélude à une réflexion collective sur notre base de données consacrée aux livres pour la jeunesse de la maison Mame:

“Organisé sur trois jours, le colloque avait pour but d’analyser les apports et les limites des outils et méthodes d’analyse quantitative dans le domaine de l’histoire des arts. La première journée (mercredi 3 décembre), intitulée « De la sociologie à l’histoire de l’art », était consacrée à la question de l’application des méthodes sociologiques et statistiques à l’histoire des arts, concernant notamment le problème du marché de l’art ou des réseaux artistiques. La seconde journée (jeudi 4 décembre) était intitulée « L’approche quantitative changera-t-elle l’histoire de l’art ? », et était consacrée en grande partie aux bases de données, et aux résistances de la discipline à se voir investir par les méthodes d’analyse quantitative. Au cours de la troisième journée (vendredi 5 décembre), intitulée « Défis pour l’approche métrique », on a pu assister plus largement à des interventions qui concernaient l’histoire du goût d’une part, et la question de la mesure quantitative de la qualité artistique d’autre part.

Je n’ai personnellement assisté qu’à la demi-journée sur les bases de données, à la fois par manque de temps et parce que c’était la question qui nous préoccupe le plus concernant le projet Mame.
La première table ronde de la matinée, de loin la plus intéressante pour ce qui nous concerne, était significativement intitulée « Qu’est-ce qu’une bonne base de données ? ». Elle comportait des interventions de créateurs ou de gestionnaires de bases de données de tous les domaines, et pas seulement celui de l’histoire de l’art : histoire littéraire (base Ciel sur les auteurs belges francophones), histoire musicale (base Chronopera sur les représentations de l’Opéra de Paris, avec Solveig SERRE-BARRUCAND), histoire de l’art (intervention de Laurent CHASTEL, créateur de nombreuses bases sous FMP), ou encore histoire généraliste (intervention de Pierre VERNUS, historien du SyMoGIH, Lyon-II).
Laurent Chastel insiste sur trois règles d’or :
– La base ne peut fonctionner qu’avec et pour les utilisateurs ; elle est morte quand elle n’est pas utilisée, ou quand elle n’est utilisable que par un nombre très limité de personnes – (par ses créateurs, notamment). De même, une base est inutile quand son fonctionnement est dicté par un technicien (un informaticien), si celui-ci ne prend pas en compte les exigences de l’utilisateur.
– Il faut faire simple : il faut résister à la tentation de vouloir tout faire et tout décrire, et se concentrer sur ce dont on a réellement besoin. Quitte à anticiper sur les besoins futurs, mais de manière raisonnable et surtout simple à informer.
– Il faut impérativement choisir un système informatique qui permette une exportation des données : les logiciels ne sont pas éternels, et tout ce qui a été fait peut être perdu. FMP est un bon logiciel sur ce point précis.
Pierre Vernus, de son côté, insite sur la nécessité d’une modélisation préalable des informations et des rapports entre elles : avant de créer une base de données, il faut savoir ce que l’on veut y mettre, et quelles seront ses applications possibles. Notamment si l’on veut en tirer des données quantitatives, mais pas uniquement.

Pierre Vernus propose ainsi des structures formelles de modélisation d’information historique, applicables à tous types d’évènements ou d’informations historiques, ce qui lui a permis, au sein de son laboratoire, de mettre en rapport, voire en commun, des bases sur des sujets totalement différents, comme l’histoire du patronat français et celle des réseaux artistiques en Italie. Cette mise en commun a été rendue possible par des dictionnaires communs (de noms propres, de lieux, etc.), mais aussi par un effort de modélisation commune. Ce travail de modélisation préalable a pour but de définir 1/ les éléments ; 2/ les champs dans lesquels s’inscrivent ces éléments ; 3/ les liens entre ces champs.
Une discussion entre Laurent Chastel et Pierre Vernus permet de dégager une certaine dissenssion de méthode : Laurent Chastel estime que cet effort de structuration préalable est une perte de temps, et que FMP permet, par sa souplesse, d’adapter la structure de la base au fur et à mesure de sa constitution, ce qui la rend au final plus utile, car en correspondance directe avec les attentes de son utilisateur. Pierre Vernus réplique que la modélisation dont il parle est générale et abstraite, et ce faisant est tout à fait souple et adaptable. Il ne s’agit pas d’imposer une structure préalable dans laquelle toutes les informations devront rentrer coûte que coûte, mais de proposer une structure suffisamment pertinente dès le départ pour gagner du temps par la suite. Quitte à la modifier par la suite. Laurent Chastel termine ce bref débat en disant que, à tout prendre, il préfère évidemment ce type de base ultra-formalisée à une base qui ne ferait aucun effort de formalisation concernant la structuration des informations.
Voilà pour les interventions les plus « théoriques », les autres communications ayant peu ou prou consisté à présenter des bases de données, la manière dont elles fonctionnent, leurs finalités respectives.

Ce qui se dégage d’emblée de ces bases de données, que ce soit Chronopera, Ciel ou autres, c’est l’extrême atomisation, l’extrême morcellement des informations : plus une information est morcellée, plus la base de données trouve son utilité. Mieux vaut remplir 5 champs différents avec 5 mots que remplir un seul champ avec les 5 informations réunies : cela permet d’une part de mieux distinguer, dans un champ donné (par exemple les réseaux littéraires), différents types d’information (pour le même exemple, les lieux de sociabilité, les prix littéraires, les lieux de résidence, les lieux de formation, les noms de profession, les noms d’institutions académiques auxquels sont rattachés les écrivains, etc.) ; et d’autre part cela permet un plus grand nombre d’applications statistiques. L’exemple de la base Ciel a montré qu’en rentrant les noms d’établissements secondaires où ont été formés les écrivains belges francophones, on a pu vérifier, par voie statistique, la doxa selon laquelle la majorité avaient été éduqués chez les jésuites.
Un tel travail de morcellement exige de remplir la base de manière simple et normée, ceci dans le but d’éviter les erreurs ou les confusions de retranscription au cours de son alimentation : la recherche se trouve facilitée s’il n’est acceptée qu’une orthographe d’un même nom, quitte à donner les autres orthographes possibles dans une table indépendante. On pourrait appliquer le même raisonnement pour les pseudonymes, les noms d’œuvres, etc.

Concernant l’interface, qu’elle soit web ou logicielle, elle doit être 1/ agréable visuellement ; 2/ ergonomique ; 3/ de circulation simple, surtout quand il s’agit de naviguer entre les tables. Une navigation par liens hypertextes est notamment très agréable quand on veut une base que tout le monde puisse utiliser. Eviter, donc, une base dans laquelle la circulation demande un niveau d’expertise trop élevé. Solveig Serre-Barrucand propose, dans sa base Chronopera, deux types d’interface : simple (pour l’utilisateur lambda) et experte (pour celui qui l’alimente).
Une note également concernant la sauvegarde des données : la base Ciel propose un type de sauvegarde relativement classique, mais très efficace. C’est une base de données accessible par internet sur mot de passe, qui est copiée toutes les nuits sur un serveur différent afin d’être mise à la disposition du public. Ce qui revient à dire qu’il y a deux bases : une sur laquelle on peut interagir, accessible aux personnes choisies, et l’autre qui n’est disponible que sur consultation, accessible à tout le monde, et qui est actualisée quotidiennement.
La discussion avec le public fait apparaître un dernier point essentiel de la pertinence et de l’efficacité d’une base de données. Dans l’impossibilité de faire rentrer toutes les données, dans la mesure où souvent les sources sont incomplètes et les informations absentes, il faut absolument laisser une possibilité de faire apparaître les données manquantes. Ceci permettant de les identifier, éventuellement de les quantifier, afin d’une part de voir en quoi telle étude, statistique ou non, est fidèle ou non à la totalité du phénomène étudié, et d’autre part de dégager les pistes de recherche futures. Il est nécessaire, ajouterions-nous, de laisser la place également aux informations approximatives : entre deux livres notés « sd », il serait très utile de pouvoir faire la différence entre un livre paru en période romantique et un livre paru au début du XXe siècle.

La seconde partie de la matinée concernait plus spécifiquement les bases de données en histoire de l’art, et notamment les questions de l’accessibilité des images, des droits d’utilisation pédagogique de ces images, etc. On notera notamment deux bases très intéressantes : la base allemande Prometheus, d’accès payant, qui met à disposition plus de 550000 images, et la base françise Videomuseum, qui est plus précise dans la mesure où elle est consacrée à l’art moderne dans les collections muséales françaises. Est également présenté le projet AGORHA de l’INHA, qui se veut une méta-base de données qui permettrait d’effectuer des recherches dans l’ensembles des bases de données des institutions hébergées par l’INHA. Le projet est en cours de construction, et aucune application n’a donc pu être montrée. Je ne m’étends pas sur cette partie de la journée, elle nous concerne moins.

Pour conclure, je voudrais simplement faire remarquer quelques défauts de la base Mame sur laquelle nous travaillons actuellement, présentés selon un ordre décroissant d’urgence :
L’information gagnerait à être davantage modélisée : ainsi, on devrait pouvoir faire la différence entre trois niveaux, celui du titre, de l’édition et de l’exemplaire, alors que pour l’instant le recensement ne se fait qu’à l’échelle de l’exemplaire. Ce travail de structuration permettrait d’une part la création d’applications quantitatives, mais surtout, d’autre part, une plus grande facilité de circulation dans la base. Si la base venait à devenir publique, il me semble que ce travail de hiérarchisation des éléments devrait impérativement être effectué.
– Malgré une certaine séparation des informations, la base gagnerait à être davantage atomisée. Pour prendre seulement trois exemples, il faudrait notamment séparer les noms d’auteur de ceux de traducteur et d’adaptateur ; idem pour les noms de graveur et d’illustrateur ; enfin atomiser les informations du champ de description de couverture afin qu’elles soient plus aisément utilisables. Ainsi, cocher une case « cuir » ou « percaline » ou « tissu » ou « papier » ou « carton » permettrait de dégager des statistiques concernant les matériaux de couverture des livres, et d’autre part de remplir les fiches de manière plus rapide. Dans l’absolu, sauf concernant bien sûr le champ des remarques diverses et connexes, un champ de base de données ne devrait jamais contenir de phrase conjuguée, mais seulement des mots, des éléments d’information. La structure de la base de données est là pour recréer le lien syntaxique perdu au cours du travail de morcellement de l’information.
L’information gagnerait à être davantage standardisée : ainsi concernant notamment les noms d’auteur, ou même les titres. Elaborer de véritables dictionnaires d’auteurs, de lieux (pour les ex-praemio notamment), d’œuvres…
– Enfin, revoir l’ergonomie et peut-être l’interface visuelle de la base. Mais ce n’est pas là le travail le plus urgent.

– Une question ouverte, enfin. Si à terme l’on disposait d’une image de l’exemplaire (couverture, frontispice ou page de titre, voire les trois), serait-il utile ou pertinent de la rendre disponible dans la base de données ? Cela soulève le problème de la lourdeur de la base, mais aussi des droits d’utilisation des images, qui dépendent en grande partie de l’usage qui en est fait. Les avantages sont bien sûr l’enrichissement de la base (l’image est une information en soi) ainsi que l’agrément visuel.”

Ce compte-rendu et les pistes qu’il ouvre pourraient être le support à une réflexion commune sur l’évolution de cette base, actuellement sous File Maker Pro.

Compte rendu du séminaire 2 – 23 juin 2008

Etaient présents:

– Mathilde Lévêque

– Michèle Piquard

– Michel Manson

– Cécile Boulaire

– Marie-Françoise Boyer-Vidal

– Marie-Pierre Litaudon

– François Fièvre

– Matthieu Bréjon de Lavergnée

– Matthieu Letourneux

– Christine Bénévent

– Michèle Prévost, conservatrice responsable du fonds patrimonial, BM de Tours

– Bérangère Rouchon-Borie, bibliothécaire responsable du fonds jeunesse, BM de Tours

– Corinne Touchelay, directrice du SCD de l’université de Tours

– Robert Beck

– Marc de Ferrière

Excusés:

– Tangi Villerbu, retenu à l’université de La Rochelle

Isabelle Saint-Martin doit rejoindre le projet ultérieurement et de manière plus ponctuelle.

1. Présentation de l’équipe / des nouveaux chercheurs associés au projet:

Présentation de François Fièvre, associé au projet Mame en tant que chercheur en contrat post-doctoral de 6 mois à compter du 1er septembre 2008. Historien de l’art, auteur d’une thèse intitulée L’illustration victorienne des contes de Grimm : George Cruikshank, Richard Doyle, Walter Crane, Arthur Rackham. (dir. Paul-Louis Rinuy), soutenue en octobre 2007 à l’université de Nantes.

2. Base de données

a. Présentation des résultats partiels déjà obtenus

Michel Manson montre que la création de cet outil de référence lui a permis de découvrir les circonstances de la « naissance » de l’édition jeunesse chez Mame, avec point de bascule entre 1834 et 1836, et le rôle supposé moteur d’Alfred, alors âgé de 23 ans.

NB: il reste à chercher (où?) quand Alfred Mame fait son « tour d’Europe » avant  de demander ses brevets à Tours. Le mémoire de N.Dinzart mentionne à ce sujet des cotes aux ADIL qu’il faut aller voir.

Recherches à mener aussi sur L.Friedel évidemment (qui traduit mais écrit aussi).

Cécile Boulaire évoque deux collections dont le recensement, via la base FMP, fait apparaître l’intérêt: la Bibliothèque de l’Enfance chrétienne, attestée à partir de 1840, paraissant en un « bloc » de 50 titres déposés sans distinction de volume au dépôt légal imprimeur (enregistrés par volume in 18 de 35 ou 36 p. en 1840, puis comme « pièce » à la BNF pour 1861); et la Bibliothèque des Petits Enfants, à partir de 1845, déposée par l’imprimeur par « lot » de 14 volumes en feuilles.

Chercher le mode de commercialisation: si vendus par lots, existait-il un coffret?… La question est celle des innovations dans le commerce du livre, qui pourraient bien apparaître dans l’édition jeunesse plus précocement que dans les autres secteurs éditoriaux.

Ne pas oublier d’enrichir la base en indiquant le prix de vente du livre (quand les catalogues permettent de le retrouver); cf. échange de correspondance Mame/Mégard: querelle sur les baisses de prix.

La base FMP a permis aussi de faire émerger la question du Gymnase moral d’éducation et de la maison Pornin (Pornin > Mame/Lehuby/Ardant).

b. développement

Une discussion s’engage sur le devenir de cette base FMP: quand la rendre publique, sous quelle forme, à quel public l’ouvrir? Michel Manson propose de se renseigner auprès de l’ANR, qui propose une rubrique « bases de données »: nous pourrions solliciter une aide complémentaire (de type logistique ou technique) pour la mise en ligne de notre corpus. Dans un premier temps, l’accès en serait modéré: une requête auprès du coordinateur du projet serait nécessaire pour obtenir les codes d’accès à l’ensemble des données, ce qui devrait éviter le pillage, nous garantir de conserver encore un peu la « primeur » sur nos découvertes, et prévenir d’éventuelles utilisations peu rigoureuses du recensement effectué.

Michèle Piquard présente l’exemple de BÉROSE, Base d’étude et de recherche sur l’organisation des savoirs ethnographiques en Europe, produite dans le cadre du programme « Sources et genèses de l’ethnologie en Europe » du LAHIC. L’outil BÉROSE est décrit ainsi par les auteurs:

« – C’est un site participatif permettant de faire fonctionner à distance un groupe de chercheurs travaillant sur le même programme.

– C’est un instrument de recherches permettant d’interroger, selon un système de requêtes élaboré dans le cadre du programme, un corpus de sources (revues et correspondances) établi en fonction des objectifs de la recherche.

– C’est un outil de mutualisation de données recueillies par les chercheurs au cours de leur travail.

– C’est enfin un mode de publication des résultats obtenus dans le cadre du programme. »

Nous pourrions nous inspirer de cette argumentation pour donner une forme plus ouverte à notre travail de recensement de données. Voir infra la solution « wiki » suggérée par Marc de Ferrière.

c. poursuite des tâches

Coordination, mise à jour, dédoublonnage: Cécile Boulaire

– Michel Manson: 1796-1860

– François Fièvre à partir de septembre 08 / Cécile Boulaire: 1861-1880

– Christine Bénévent: 1881-1914

– Matthieu Letourneux: 1918-1939 NB il faudra faire tout de même un sondage rapide sur 1914-1918

– Mathilde Lévêque: 1940-1957

– Michèle Piquard: 1958-1975

– Marie-Françoise Boyer-Vidal: fonds rouennais non entrés dans la base (1825-1947)

Nous restons sur le principe d’un dépouillement systématique préalable de quelques ressources: catalogue BNF Opale-Plus (dépôt légal éditeur), croisé si possible avec dépôt légal imprimeur (Archives départementales Indre-et-Loire). Ensuite affiner avec d’autres sources: ccfr; portail « lectura » (Rhône-Alpes); travaux d’érudition; catalogues de livres d’étrennes; collectif des bibliothèques américaines…

3. Missions

a. Etat des missions ayant eu lieu ou en cours

Tangi VILLERBU:

Dans les faits, il ne s’agit pas d’un travail de fonds régulier comme la base, mais de plongées ponctuelles en archives, suivies de traitement des dites archives quand il y en a.

La « plongée » chez La Société des Missions Etrangères fur décevante: sources très imprécises (livres de compta, sans factures), et globalement pas d’achat chez Mame car les sources ne concernent que la maison mère, le séminaire, et non les postes à l’étranger; et de surcroît la politique de la SME est de coller aux civilisation d’accueil, de traduire dans leurs langues et non d’imposer le français. c’est assez typique d’une approche des civilisations asiatiques: perçues comme développées, des civili de l’écrit, on doit s’adapter. Les choses doivent être différentes en Afrique noire, terrain qui reste à explorer. A explorer l’année prochaine.

La « plongée » suivante est donc la première semaine de juillet dans les cartons des Frères des Ecoles Chrétiennes à Lyon. La moisson est garantie copieuse.

La mission au Québec s’annonce bien: de multiples contacts pris, avec les universités de Sherbrooke, Montréal, Laval; et des dépôts à consulter, en fonction des lectures effectuées (histoire québécoise) et des renseignements pris sur place. Les Sulpiciens de Montréal sont le fonds le plus important (ils sont les créateurs de la première bibliothèque de Montréal, ancêtre de la BNQ qui possède un beau fonds Mame), mais des congrégations et le ministère de l’éducation sont également à voir. Mission en octobre-novembre.

b. missions à venir

Michèle Piquard prévoit un séjour à Lille afin de consulter les archives de l’INPI au sujet du devenir de Mame au XXe siècle.

4. nouvelles directions de recherches

a. chercheurs engagés dans le projet

Marie-Françoise Boyer-Vidal:  livres de prix/livres jeunesse, à partir des collections du MNE de Rouen (et appoint éventuel de 5 musées de l’éducation français), étude des ex-præmio.

Mathilde Lévêque: les auteurs allemands chez Mame (dont Schmid/Friedel).

Christine Bénévent: les préfaces comme lieu de création d’un modèle de réception; les femmes-auteurs de la maison Mame.

Marie-Pierre Litaudon: les abécédaires.

Michèle Piquard: Mame après-guerre (Vatican II; situation de concurrence avec les autres grands éditeurs catholiques pour la jeunesse)

Michel Manson: les débuts de Mame en littérature pour la jeunesse.

Matthieu Letourneux: la sérialité éditoriale chez Mame

Cécile Boulaire: histoire / identité des  collections, en particulier la Bibliothèque des petits enfants et la Bibliothèque de l’enfance chrétienne; recherches stylistiques sur Roy/ Champagnac/ Todière

François Fièvre: Karl Girardet, illustrateur chez Mame; étude systématique des frontispices.

Matthieu Bréjon de Lavergnée: figures chrétiennes, Panthéon catholique chez Mame. Imprimatur et approbations épiscopales. Mame et Le Play.

b. sujets à proposer à des étudiants de master

– la « communication » de la maison Mame depuis le XIXe siècle: catalogues, brochures, affiches éventuelles, gravures et programmes iconographiques, brochures nécrologiques, brochures anniversaires, participations à des expositions (expositions universelles, expositions nationales d’industrie)… Image d’une entreprise.

NB: archives municipales de Tours: catalogue de l’exposition universelle de 1877 avec double-page sur l’édition: belle gravure présentant les « stands » symétriques de Hachette et de Mame.

– la Revue Mame.

– Typographes et relieurs à Tours à l’époque de l’entreprise Mame; librairie et commerce du livre à Tours au XIXe siècle. Voir archives municipales, sous-séries 7F; listes électorales et listes de conscription qui mentionnent les professions… [possibilité de « mini »mémoires de M1 pour des étudiants qui visent le M2 pro « Patrimoine écrit »].

– la maison Pornin.

– la Bible illustrée par James Tissot.

– évolution des techniques d’impression chez Mame [et éventuellement Berthiault] (histoire de l’entreprise et innovation).

– le paternalisme local?

– les positions de Mame au sein des courants catholiques. Mame et la construction controversée de la Basilique St Martin [voir avec le Centre Saint-Martin: Christine Bousquet, Bruno Judic]

NB Jean-Luc Porhel, directeur des archives municipales de Tours a signalé que Chantal DAUCHEZ, chercheur au laboratoire CITERES de l’université de Tours travaillait aux A.M. depuis plusieurs années sur la Cité Mame, d’abord dans une perspective liée à l’histoire de l’architecture (Racine), et désormais dans une perspective urbanistique (a dépouillé à cet effet les compte-rendus de conseils municipaux). Pour l’instant, les tentatives de prise de contact sont restées vaines.

5. outils de travail et de communication

Marc de Ferrière présente à notre demande le site collaboratif sur le modèle « wikimedia » mis en place pour le projet Orhibio financé par la Région: arborescence très simple de pages thématiques, mises en ligne et modifiées librement par les membres du projet dûment identifiés. Le site dans sa version actuelle est en accès réservé sur mot de passe; au terme du projet, il passera en accès ouvert (avec modifications interdites). Il permet un échange de données en temps réel, et permettrait, dans le cas du projet Mame, de se substituer en grande partie à la base FMP « Partenaires » (ce qui éviterait le travail de dédoublonnage déjà fastidieux pour la Base corpus). Il nous permettrait des entrées par ressources, par collections, par personnes; en outre ce serait le lieu où déposer les copies/photographies de catalogues que nous souhaitons réunir de la manière la plus exhaustive possible.

Marc de Ferrière évoque aussi le logiciel PAJEK (le portail français des sciences sociales liens-socio.org le présente ainsi: « Pajek est un petit logiciel d’analyse de réseaux développé par deux chercheurs slovènes, Vladimir Batagelj and Andrej Mrvar. Il est tout petit (moins de un méga). Il est gratuit. Il permet de faire beaucoup de choses, et des graphes à la fois lisibles et esthétiques. Il est facile d’utilisation : une journée suffit pour comprendre comment faire des graphes. »), qui permet de visualiser les réseaux de sociabilité. Il pourrait être utile pour formaliser les résultats de nos recherches sur la sociabilité du réseau Mame.

Chaque chercheur reçoit sa version du logiciel Heredis, et Michel Manson montre brièvement où en sont les recherches généalogiques. Cas intéressant d’Elisabeth Thévenot, femme d’Amand Mame et mère d’Alfred, née à Saint-Domingue > on retrouve plus tard des évocations de Haïti et St Domingue dans la bibl. de la JC. Recherches à poursuivre.

Ne pas négliger les apports éventuels du Cercle Généalogique de Touraine (a recensé par exemple tous les mariages de toutes les communes d’Indre-et-Loire)

6. domaines et fonds restant  à exploiter

a. fonds

– archives chambre de commerce de  Tours

– archives diocésaines (quelques dossiers identifiés, notamment relation avec les imprimeurs Desclée en 1930; recensement de notices et articles dans les Semaines religieuses de la ville et du diocèse de Tours, environ 1866-1953)

– archives municipales de Tours (notamment photothèque) [voir L.Viera Tours il y a 100 ans: commerces et industries, Prahecq : Patrimoines et médias, 2007]

– sondage aux archives diocésaines du Maine-et-Loire?

– BM de Blois, Bourges, Orléans; Michèle Prévost propose sa médiation auprès de ses collègues conservateurs.

Eventuellement:

– bibliothèque administrative de l’Hôtel de Ville (fonds très riche sur les expositions XIXe)

b. recherches

– recherches exhaustives sur Louis Friedel

– étude de Sincère Lauly

– l’éditeur Place (la BM conserve ses petites brochures)

– Archives petits séminaire de Tours: correspondance avec Mame?…

– recensement des catalogues où qu’ils se trouvent (brochures séparées; catalogues inclus dans des volumes)

– correspondance Mame-Catenacci

–  étude systématique des lissements de collections Mame / Barbou, Ardant/Lefort

– Les auteurs abbés

– les auteurs d’Ancien régime

– Bourrassé (traducteur de Mes Prisons de Pellico)

– Collège de Pontlevoy > où les Mame envoient-ils leur enfants (où Paul Mame a-t-il fait ses études secondaires?)

7. Rédaction de l’appel à communications pour la journée du 13 janvier 2009

En accord avec Robert Beck, et a vu de l’avancement encore limité des travaux dans ce sens, nous repoussons à 2010 (janvier?) la journée conjointe autour des élites tourangelles.

La journée d’études du 13 janvier 2009 sera intitulée « Mame et la culture catholique pour la jeunesse« . Nous supprimons la mention « au XIXe siècle » pour ne pas risquer de repousser toujours en fin de projet les recherches et réflexions sur la longue durée dans l’histoire de la maison Mame.

Compte tenu de l’accroissement des membres de l’équipe Mame, nous ne procédons pour l’instant à aucun appel à contribution public – même si des initiatives individuelles peuvent être discutées collectivement, lorsque nous aurons publié le programme prévisionnel de la journée.