Roy et Töpffer : modernes malgré eux

Töpffer, Autoportrait (vers 1844), collection baron E. de Geer, Genève

Tandis que se prépare la publication du recueil qui couronnera le projet Mame, certains des éléments qui vont pour la première fois s’y trouver rassemblés commencent déjà à essaimer et désignent, parfois par simple rapprochement, les trajets des recherches qui pourraient s’ouvrir dans le sillage de cet énorme chantier. A titre d’exemple de cette fécondité, voici rapidement esquissée une analogie inattendue qui s’enracine dans les travaux issus du projet Mame : l’étude prosopographique1 que Cécile Boulaire consacre dans le recueil à Just-Jean-Étienne Roy, fidèle fournisseur de fictions pour les collections de Mame à partir de 1840, dessine le portrait d’un « soutier » du roman catholique qui, paradoxalement, n’est pas sans rappeler la figure d’un de ses stricts contemporains, peut-être plus connu : Rodolphe Töpffer. Lire la suite

  1. Cécile Boulaire, « Just-Jean-Étienne Roy, un polygraphe au service de Mame », in Cécile Boulaire (dir.), La Maison Mame à Tours (1796-1975) : deux siècles d’édition pour la jeunesse, Rennes, PUR, 2011 (à paraître). []

Exposition et catalogue

Photographie BM de Tours, François JOLY

L’exposition La Maison Mame: deux siècles d’édition à Tours, qui s’est tenue au Château de Tours, a fermé ses portes à la fin du mois d’avril, après avoir accueilli plus de 4300 visiteurs. Fruit d’une étroite collaboration entre l’équipe ANR Mame et la Bibliothèque Municipale de Tours, elle nous a permis de faire partager au plus grand nombre une partie des résultats de nos recherches, et des richesses de la BM, auxquelles se sont ajoutées de nombreuses pièces empruntées aux institutions locales ou plus lointaines. Ces quelques photographies, réalisées par François Joly pour la BM de Tours, témoignent de la variété des pièces qui ont pu être présentées au public.

Quelques affiches de faillites imprimées par Armand Mame. BM de Tours, photographie François Joly

Portraits photographiques, affiche électorale. BM de Tours, photographie François Joly

Photographies de la construction de la nouvelle usine, années 1950. BM de Tours, photographie François Joly

Documents liés à la fondation tourangelle de la dynastie. BM de Tours, photographie François Joly

Collection de cartonnages romantiques. BM de Tours, photographie François Joly

Une logique de collections. BM de Tours, photographie François Joly

Albums pour enfants dans l'entre-deux guerres. BM de Tours, photographie François Joly

Investir le champ des sciences humaines après Vatican II. BM de Tours, photographie François Joly

Le catalogue La Maison Mame, deux siècles d’édition à Tours, rédigé par François Fièvre et édité par Silvana Editoriale (EAN 9788836619856, 18 euros), est désormais en vente dans toutes les bonnes librairies.

L’exposition était constituée notamment de 24 panneaux souples, qui peuvent être prêtés gratuitement par la Bibliothèque Municipale de Tours aux institutions qui lui en feraient la demande.

Fin de projet, ouverture de chantiers

Le colloque des 17 et 18 mars a été l’occasion de présenter nos résultats au public, mais aussi, une dernière fois avant l’étape de la publication, de faire le point entre nous des travaux que nous avions accomplis, et de ceux qu’il restait à mener. Tangi Villerbu s’est chargé de faire un bilan des chantiers à ouvrir dans le domaine historique, Matthieu Letourneux s’est occupé des recherches littéraires. Lire la suite

Colloque Mame

Le programme du colloque Mame est désormais quasi bouclé, même si les affiches et visuels doivent encore attendre quelques jours. Voilà donc de quoi se composeront les journées des 17 et 18 mars 2011:

La maison Mame à Tours (1796-1975) :

deux siècles d’édition pour la jeunesse

17 et 18 mars 2011

Hôtel de Ville de Tours, salle des mariages

Lire la suite

Perdues, puis retrouvées!

Des lettres écrites par le fondateur de la lignée d’éditeur, Charles-Pierre Mame, alors installé à Angers, à son ami et ancien patron Charles-Bonaventure Billault revenu vivre à Tours, viennent de nous apprendre quelques détails intéressants, et surtout très vivants sur les conditions de l’installation de la 2e génération Mame à Tours. Ces lettres, dont nous connaissions l’existence car elles avaient déjà été consultées par plusieurs historiens de la maison Mame, étaient introuvables depuis le début de nos recherches. Elles sont désormais consultables et nous nous en réjouissons.

C’est l’occasion, au passage, de remercier toutes les institutions de conservation qui, depuis le début de ce programme ANR, nous facilitent grandement la tâche, en mettant à notre disposition et en acquérant même des fonds utiles à nos recherches: la Bibliothèque Municipale de Tours, les Archives Municipales de Tours, les Archives Diocésaines de Tours, les Archives Départementales de Tours et de Chambray-lès-Tours, la Bibliothèque Universitaire de Tours, le CNLJ-BNF.

Merci à tous leurs conservateurs.

Le projet Mame : l’utopie d’un programme pluridisciplinaire ?

Entamé il y a déjà deux ans et demi, le programme de recherches Mame ambitionnait d’offrir une approche résolument pluridisciplinaire de la maison d’édition tourangelle, sous l’angle de sa production pour la jeunesse. La création de ce ‘carnet de recherches’, en janvier 2009, avait pour objectif de témoigner du quotidien de cette recherche d’équipe, qui croise en permanence historiens et littéraires, approches quantitatives et qualitatives, dépouillements d’archives et critique littéraire, histoire de l’entreprise et histoire des formes.

À plusieurs reprises, coordonner le travail d’une équipe formée initialement de 8 chercheurs, et rapidement élargie à une bonne douzaine de contributeurs, a soulevé des problèmes méthodologiques et humains attribuables en partie au « frottement » des démarches et des cultures. L’approche historique de l’entreprise devait-elle être préalable à l’analyse formelle des corpus produits ? Si cette chronologie des démarches se révélait pertinente, ne risquait-on pas pour autant d’inféoder l’approche critique des œuvres littéraires produites à un savoir prétendument positif sur les conditions matérielles et idéologiques de leur production ? L’attention, née de la « nouvelle histoire », à une production sans légitimité (ou délégitimée ultérieurement), valide aux yeux des historiens de l’équipe, n’avait-elle pas en revanche  fait retomber les littéraires de l’équipe dans un lansonisme contre lequel, tardivement, ils s’insurgeaient, réclamant de pouvoir procéder à des analyses formelles et des approches critiques partiellement an-historiques? En permanence, la richesse indéniable de la pluridisciplinarité a généré des malentendus, de menues impasses, des interrogations — au demeurant toujours fécondes. Du moins est-ce ainsi qu’en tant que coordinatrice scientifique du programme je les perçois.

Arrivés presque au terme de notre projet (il devrait officiellement se terminer en décembre 2010, même si nous espérons pouvoir bénéficier d’un trimestre supplémentaire), j’ai l’impression pour la première fois que les chemins que nous avons pris nous ont menés, finalement, exactement où nous devions aller. Mon inquiétude portait notamment sur la pertinence, ou non, de mener de front et en parallèle deux démarches qui finissaient parfois par ne plus se rencontrer : d’une part une analyse littéraire des formes et des œuvres, d’autre part une étude historique large de la famille et de l’entreprise Mame, sur une durée de deux siècles (des errements révolutionnaires du fondateur Charles-Pierre à la série de difficultés qui suivent Vatican II). Certains des chercheurs engagés dans l’aventure devaient aussi avoir le sentiment, chacun dans son domaine, que plusieurs branches de ce programme, finalement, étaient inutiles, et nous éloignaient de l’objectif initial, à savoir comprendre en profondeur l’importance qu’avait pu être la littérature pour enfants produite par la maison Mame depuis le XIXe siècle, littérature aussi abondante qu’elle était délégitimée.

Pourtant, c’est en poursuivant opiniâtrement ce double fil qu’à mes yeux  l’équipe atteint aujourd’hui une vision globale satisfaisante de l’aventure Mame, vision qui nous permettra de produire en définitive une analyse cohérente et informée de la production littéraire. Le travail des chercheurs investis dans le projet depuis ses balbutiements s’est révélé extrêmement productif — mais nous avions suffisamment confiance les uns dans les autres pour ne pas en douter.  La belle surprise, ce fut de voir d’autres chercheurs, rencontrés « en chemin », rejoindre notre équipe et venir l’enrichir non seulement de leur force de travail mais aussi de leurs compétences disciplinaires, de leurs travaux antérieurs, de leurs manies, dadas, manières de faire, habitudes méthodologiques, qui ont parfois bousculé l’ordonnancement initial du projet, et en définitive apporté une richesse réjouissante à l’approche globale.

Ainsi, il me semble que le travail que mènent Chantal Dauchez, mais aussi Michel Manson, Martin Dumont et à sa manière Stéphane Tassi, fait peu à peu émerger une figure d’Alfred Mame infiniment plus riche, documentée et complexe que ce que l’hagiographie entretenue dès le XIXe siècle nous en a livré; cette approche, dans sa vocation globalisante, permet de saisir par ricochet le sens de la production littéraire elle-même, car elle s’envisage dès lors comme un élément non pas central mais essentiel du projet de l’homme Alfred Mame, projet continué par sa descendance avec des bonheurs divers. Comprendre la naissance de la Bibliothèque de la Jeunesse Chrétienne, la structuration de son catalogue, par élargissements successifs du cercle de ses producteurs (sur le modèle, ainsi que l’a suggéré Matthieu Letourneux, des village stories étudiées par Franco Moretti); comprendre le rôle que viennent jouer par la suite la Bibliothèque des Ecoles Chrétiennes, la Bibliothèque de l’Enfance Chrétienne ou la Bibliothèque des Petits Enfants, en termes non pas économiques (assez simples à imaginer) mais formels et idéologiques, voilà quelques-uns des défis que nous nous sommes lancés il y a trois ans, et qu’une lecture critique du « projet » d’Alfred Mame  lui-même, à la lumière de ce que ces chercheurs nous en donnent à voir, va permettre à l’équipe de commencer à relever.

Il apparaît ainsi que le projet littéraire de l’entreprise Mame (dans son absence même de définition « littéraire »)  ressortit  à l’investissement d’Alfred dans tous les secteurs de la vie publique que le XIXe siècle offre à l’homme doué d’esprit d’entreprise. Alfred Mame vit dans son quotidien d’éditeur les contradictions qui affecteront aussi Frédéric Le Play au moment où il rédigera ses essais: comment concilier entreprise moderne, rationaliste et productive, avec l’impératif de la morale chrétienne? Cette problématique, centrale dans la vie publique d’Alfred Mame, est aussi ce qui forme le cœur, idéologiquement, des œuvres de la Bibliothèque de la Jeunesse Chrétienne. Ainsi l’éditeur donne à lire, par le truchement de ses « écuries » d’auteurs, les interrogations qui forment son propre cheminement d’homme public, patron philanthrope, patron et philanthrope, chrétien entrepreneur ou entrepreneur chrétien (voir par exemple Mathilde et Gabrielle, en particulier le chapitre 11). C’est la question de la modernité que pose en permanence l’homme Alfred Mame, qu’il agisse en propriétaire d’imprimerie fondant une société de papeterie, en père de famille créant une cité ouvrière pour ses typographes, en châtelain installant dans son château des Touches des serres parmi les plus modernes d’Europe, et surtout en éditeur de la plus colossale production de livres  pour enfants du siècle.

De fait, interroger simultanément la vie d’Alfred Mame et de sa dynastie, et les œuvres sorties des presses de l’imprimerie tourangelle avait non seulement du sens, mais se révélera probablement être la clé de la réussite de notre programme de recherches. Du moins peut-on à cette date l’espérer.

Séminaire Mame du 26 juin

Etaient présents Matthieu Letourneux, Christine Bénévent, Marie-Pierre Litaudon, Chantal Dauchez, Olivia Voisin, Agnès Boishult,Clémence Lefay, Francesca Pizzigoni, Caroline Gaume, Cécile Boulaire.

La journée commence par un rapide tour de table, notamment pour présenter les chercheurs qui rejoignent seulement maintenant l’équipe Mame :
Caroline Gaume, professeur agrégée d’Histoire au lycée Paul-Louis Courrier, qui collabore avec Christine Bénévent à l’étude matérielle de l’imprimerie Mame au XIXe d’après les inventaires détaillés conservés aux ADIL (série 3E) ;
Francesca Pizzigoni, chercheur et responsable des activités pédagogiques au Museo della scuola e del libro per l’infanzia de Turin, et qui travaille sur la S.E.I., maison d’édition catholique pour enfants fondée à Turin il y a 100 ans, sur une initiative salésienne (dans le cadre d’une thèse en co-tutelle entre les université de Caen et de Gênes) ;
Clémence Lefay , cette année étudiante en L3 de Lettres Modernes, et qui entame à la rentrée un Master ; elle souhaitait travailler sur la littérature pour la jeunesse au XIXe ou au XXe siècle, et à l’issue de cette journée nous avons convenu qu’elle allait travailler sur Hippolyte Chavannes de la Giraudière ;
Agnès Boishult, cette année en Master pro 2e année “Patrimoine écrit” au CESR, et qui souhaite entamer une thèse consacrée à l’histoire matérielle du papier ; elle rejoint l’équipe avec peut-être l’idée de prendre en charge les questions liées à la papeterie de Lahaye Descartes ;
Olivia Voisin, inscrite en thèse à l’université Paris IV, qui travaille sur peinture et théâtre de la fin des Lumières aux années romantiques ; elle est par ailleurs spécialiste d’Achille Deveria, et propose de rejoindre ponctuellement l’équipe Mame pour son expertise sur les illustrations gravées, particulièrement dans les années 1830.

Lire la suite

La famille Mame au regard de ses contemporains

Les grandes figures de la famille Mame, et notamment celle d’Alfred Mame (1811-1893), qui a donné à l’entreprise familiale une dimension industrielle et internationale, n’ont pas échappé au regard de leurs contemporains. On ne peut attendre de ces témoignages d’amis ou de collaborateurs une vison objective et détachée sur les hommes et les faits. Néanmoins, ces portraits apportent un éclairage précieux sur la personnalité de chacun. Ils sont aussi une source d’informations non négligeable pour préciser l’histoire de la maison d’édition. C’est notamment le cas de la notice de François Grille, bibliothécaire à Angers; et du texte du jésuite Etienne Cornut, qui nous livre un portrait  aussi saisissant que minutieusement informé d’Alfred Mame .

(Pour accéder aux textes , une fois sur Gallica, indiquer dans le champ « Aller page », le numéro de page du début de l’article)

  • Charles-Pierre Mame (1747-1825), imprimeur-libraire et fondateur de la « dynastie Mame », et ses 5 enfants. Par François-Joseph Grille (1782-1853), Le Bric-à-brac, avec son catalogue raisonné. Paris, Ledoyen, 1853, p.175-179. (Source: Gallica)

http://visualiseur.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k95435s

  • Alfred Mame (1811-1893), petit-fils de Charles-Pierre Mame. Par Etienne Cornut, in Etudes religieuses, philosophiques, historiques et littéraires, t.61, 1894. (Source: Gallica)

1er article, p.121-147: « Alfred Mame: L’industriel »

2ème article, p.266-287: « Alfred Mame: le patron »

3ème article, p.500-525: « Alfred Mame: le chrétien »

http://visualiseur.bnf.fr/CadresFenetre?O=NUMM-113635&M=chemindefer

.

Serenant et Illuminant

img_4458-bis

A Turin, la S.E.I. (Società Editrice Internazionale) fête ses 100 années d’existence. Créée à l’initiative des frères salésiens, la société d’édition est le prolongement de la « Società per la diffusione della Buona Stampa »,  fondée par le père Don Bosco en 1859, sur un modèle qu’on retrouve aussi en France: la Maison de la Bonne Presse est fondée par les Assomptionnistes en 1873.

Francesca Pizzigoni, qui fait actuellement une thèse sur la SEI à l’Université de Caen, et Fabio Targhetta qui étudie les éditeurs scolaires catholiques à Turin, ont eu la gentillesse de nous faire parvenir les deux volumes consacrés à cette maison d’édition, à l’occasion de son centenaire. Mame avait des relations commerciales avec ces éditeurs italiens, et nous serions heureux de pouvoir associer ces deux chercheurs à notre étude.

img_3683-detailimg_3684-detail


Mame et son réseau de libraires

Nous avons longtemps pensé que la disparition des archives de l’entreprise Mame dans l’incendie de 1940 nous laisserait sans sources exploitables. Or chaque étape de la recherche fait émerger des gisements d’informations potentielles.

Un exemple récent: la question des libraires. Il semble acquis que la maison Mame disposait d’un réseau assez dense de « libraires-commissionnaires », en France et aussi sans aucun doute à l’étranger, qui diffusaient ses publications sur l’ensemble du territoire. Comment en retrouver la trace?

Hervé Watier, PUPH de médecine engagé dans des recherches sur les médecins tourangeaux au XIXe siècle, suggère tout simplement d’avoir recours aux sites de vente en ligne destinés aux philatélistes. Recherchées par les collectionneurs, les enveloppes timbrées et portant cachet sont pour nous une source imprévue d’informations, puisque nous découvrons à la fois le nom de l’expéditeur (grâce au cachet « Alfred Mame »), et le nom et la raison sociale du destinataire.

Une source à explorer de manière systématique dans les mois à venir!