Le livre de religion et de littérature religieuse pour l’enfance en Europe

livre de religionOrganisé les 12 et 13 avril 2013 à la MSH de Caen, ce colloque s’inscrit dans le cadre du programme de recherche « Enfance, livre et culture » de l’équipe ERLIS EA 4254. À partir de la Réforme jusqu’à nos jours, il met en regard cette production dans plusieurs aires géographiques et culturelles d’Europe, et s’interroge sur ses formes et ses genres. Il réunit des historiens spécialistes des catéchismes et des manuels de religion, et des littéraires spécialistes de littérature enfantine, et ente ouvrir un dialogue fécond entre les uns et les autres. Lire la suite

Les livres Mame lus au Canada

La dernière livraison de la revue canadienne en ligne Mémoires du livre  / Studies in Book Culture publie un article de Pascal Brissette qui, dans le prolongement des travaux menés par Tangi Villerbu sur le succès qu’eurent les livres de Mame au Canada, évoque un cas singulier: l’impression durable que fit sur l’imagination des jeunes canadiens le récit de l’abbé Pinard, Gilbert ou le pète malheureux, publié dans la Bibliothèque de la jeunesse chrétienne en 1840.

On peut notamment y lire ce stimulant comparatif entre le roman du curé Pinard et les Illusions perdues de Balzac, qui lui est contemporain:

Contemporain d’Illusions perdues de Balzac, l’ouvrage de l’abbé Pinard met également en scène un jeune homme lettré et pauvre, en qui sa famille place toutes ses espérances, qu’elle chérit au point de tout sacrifier pour lui assurer sa subsistance matérielle dans la capitale, et qui perd une à une ses illusions poétiques au contact du monde intellectuel. Là s’arrête cependant la similitude : alors que Balzac conçoit son roman comme une vaste fresque montrant l’exploitation de l’homme d’imagination (Lucien de Rubempré et David Séchard) par le Journal et le monde de l’édition au moment où la littérature fait son entrée dans l’économie de marché, l’abbé Pinard propose un roman d’édification simpliste où un jeune homme de coeur, un poète catholique décidant de combattre seul l’impiété du dix-huitième siècle, est écrasé par des hommes plus puissants que lui, les « philosophes ». Contrairement à Lucien de Rubempré qui, dans Illusions perdues, trahira ses amis du Cénacle de la rue des Quatre-Vents et jouera la palinodie même au sein du monde journalistique, Gilbert, dans le livre de l’abbé Pinard, reste inébranlable et fidèle à sa foi, et résiste aux offres que des hommes puissants lui font pour qu’il joigne « la ligue puissante […] formée pour détruire la religion ».

Fin de projet, ouverture de chantiers

Le colloque des 17 et 18 mars a été l’occasion de présenter nos résultats au public, mais aussi, une dernière fois avant l’étape de la publication, de faire le point entre nous des travaux que nous avions accomplis, et de ceux qu’il restait à mener. Tangi Villerbu s’est chargé de faire un bilan des chantiers à ouvrir dans le domaine historique, Matthieu Letourneux s’est occupé des recherches littéraires. Lire la suite

Colloque Mame

Le programme du colloque Mame est désormais quasi bouclé, même si les affiches et visuels doivent encore attendre quelques jours. Voilà donc de quoi se composeront les journées des 17 et 18 mars 2011:

La maison Mame à Tours (1796-1975) :

deux siècles d’édition pour la jeunesse

17 et 18 mars 2011

Hôtel de Ville de Tours, salle des mariages

Lire la suite

Et les albums de jeunesse ?

Alors même que la maison Mame s’est souciée très tôt de publier des récits à destination de l’enfance et de la jeunesse, elle s’est longtemps montrée méfiante à l’égard de l’album, un genre qui connaît pourtant à partir des années 1860, un fort développement. Souvent de format in 4, inférieur à 100 pages, l’album accorde une place déterminante à l’image qui vient au fil des pages se conjuguer au texte.

Les premiers du genre à paraître chez l’éditeur, en 1887 et 1889, sont respectivement l’Alphabet de l’enfant Jésus et La Très Sainte Bible à l’usage de l’enfance. Il s’agit à l’évidence, face à la laïcisation croissante de la société, d’encourager une instruction religieuse dès le plus jeune âge, en adoptant les recettes qui font le succès des publications concurrentes. En 1896, paraît Les Mots historiques du pays de France, illustré par Job, célèbre peintre des scènes militaires. Il illustrera encore pour l’éditeur, au sortir de la guerre, un recueil de poèmes patriotiques composé par Jean Richepin, Allons enfants de la Patrie ! (1920) ; et, un an plus tard, ABC petits contes composé par un autre académicien, Jules Lemaître.

Les années 1920 sont pour la maison Mame une période charnière de réajustement de sa stratégie. Prenant modèle sur la maison Hachette, qui depuis le début du XXe siècle développe de façon exponentielle ses publications dans le secteur de l’album jeunesse, l’éditeur catholique poursuit ses essais dans ce domaine et noue de nouveaux contacts. Les textes classiques que sont les Contes de Perrault et Le Robinson suisse, remaniés et abrégés, deviennent le prétexte à de spectaculaires mises en images, aux couleurs chatoyantes et à la ligne résolument moderne. Raymond de la Nézière, illustrateur prolixe de la maison Hachette, interprète le premier titre en 1921 ; Albert Uriet le second en 1925. Désormais, le mouvement est lancé et l’on retrouvera souvent ces deux figures pour illustrer la gamme d’albums qui fera jusqu’à l’après-guerre, la gloire des éditions Mame.

Albert Uriet, qui avait un temps travaillé comme dessinateur pour les fonderies Deberny-Peignot (1918-1920), tient entre 1925 et 1930 une pension de famille. Il met cette période à profit pour illustrer Le Grand Meaulne (édité par la Société des médecins bibliophiles) ainsi que fort probablement plusieurs albums Mame. En effet, en 1930 paraissent trois titres dont il signe les planches : Don Quichotte de la Manche, Histoire de Napoléon et Robinson Crusoe. C’est à cette époque qu’il intègre la maison Mame en tant que directeur artistique, poste qu’il assumera pendant une vingtaine d’années. Compte tenu du remarquable développement de l’album de jeunesse chez l’éditeur durant cette période, on peut légitimement supposer qu’il en fut, sinon l’instigateur, du moins le principal maître d’oeuvre. Peut-être est-il aussi à l’origine de la longue collaboration qui s’établira entre la maison Mame et l’illustratrice Marie-Madeleine Franc-Nohain. Le style de cette dernière, très inspiré par celui de Boutet de Monvel, explique qu’elle ait connu, dans le sillage de son modèle, un notable succès aux Etats-Unis et en Angleterre1. Les éditeurs G. P. Putman’s Sons et Williams & Norgate reprendront en effet à partir de 1936, sous le titre The Misfortunes of Sophy, les illustrations de l’artiste parues quelques années plus tôt dans l’album Mame Les Malheurs de Sophie. A la différence  cependant de l’ouvrage français qui paraît en un seul volume, les éditions anglo-américaines optent pour une série de 4 albums d’une cinquantaine de pages, série qui connaîtra une réimpression après guerre…

Quoiqu’il en soit, dès le début des années 1930, l’éditeur est en mesure de proposer une large gamme d’ouvrages susceptible de s’ajuster à toutes les bourses. Les prix s’échelonnent entre 30 fr et 4.50 fr. Les albums à 25 et 30 fr connaissent des tirages de luxe accompagnés de dessins originaux. Réservés aux bibliophiles, ces ouvrages sont alors vendus entre 75 et 150 fr. Si les différentes collections d’albums se déclinent en fonction des prix, des formats, du nombre et de la qualité des illustrations, de l’impression et de la reliure, le contenu lui aussi se diversifie. A côté des ouvrages historiques ou religieux figurent désormais des contes, des récits d’aventures, de même que, de façon plus novatrice pour la maison, des albums consacrés aux sports, aux jeux et aux chansons, des abécédaires dédiés aux loisirs enfantins et savoureusement illustrés par R. de la Nézière, des albums de coloriage… voire même un peu plus tard un recueil de planches humoristiques (Le petit humoriste, 1934).

Sous l’influence artistique d’Albert Uriet, les collections pour la jeunesse de la maison Mame acquièrent une identité visuelle forte, autour d’illustrateurs talentueux qui l’on retrouve parfois des albums aux volumes de la collection pour « Pour tous », lorsque l’éditeur décline sous plusieurs formules les classiques de la littérature de jeunesse : contes ou romans.

(1) : Cette réussite internationale tient aussi aux relations nouées par Alfred Mame. Avant de reprendre la direction de la maison familiale, celui-ci a fait au début des années 1930 de nombreux séjours à l’étranger et croisé à cette occasion plusieurs éditeurs américains, canadiens et anglais.

A suivre, gros plans sur quelques illustrateurs….

La collection « Pour tous »

C’est un peu avant 1910 que la maison d’édition Mame crée la collection « Pour tous », qui connaîtra quelque 320 titres publiés en 1938, avant de disparaître au début des années 1950.

La collection se présente comme un ensemble de volumes in-12 illustrés « pouvant être mis entre toutes les mains ». Une formule assez classique à l’époque pour signaler aux prescripteurs adultes que le contenu des ouvrages ne contient rien de contraire à la morale et peut donc circuler « entre les mains de la jeunesse ». Le prix raisonnable des volumes (7fr 50 en 1932), son caractère illustré, la destine à un large public. Elle se veut une bibliothèque familiale, proposant un contenu à la fois instructif et attrayant, susceptible d’intéresser tant les enfants que les parents. Nombre des premiers titres sont repris à la « collection des romans honnêtes » (Le château de la vieillesse, Anne-Marie la Providence, Contes de bonne Perrette, La Roche-qui-tue, Le Roman de l’ouvrière) et un peu plus tard à la « Bibliothèque des familles et des maisons d’éducation », où étaient parus, dans les années 1880, les premiers romans d’aventures pour la jeunesse de l’éditeur, avec des auteurs phares tel Karl May, que Mame fit connaître en France.

C’est sans doute là d’ailleurs, sur l’ensemble de la production de l’éditeur, l’originalité de cette collection. Elle regroupe en effet de très nombreux ouvrages que la maison fut la première à publier en France. L’observation vient nuancer un grief souvent fait à l’entreprise à partir des années 1870, selon lequel celle-ci se montrait plus soucieuse d’atteindre des sommets bibliophiliques que de faire connaître des auteurs contemporains. Dans le catalogue de 1932, sur 180 titres proposés dans la collection « Pour tous », 118 ont connu leur première publication grâce à la maison Mame. Beaucoup d’entre eux seront édités exclusivement par la maison … ce qui laisse néanmoins planer un doute sur la postérité littéraire des textes retenus ! Les fidèles auteurs de la collection « Pour tous » se nomment René Bazin, Henri Bordeaux, Louis Bertrand, tous trois académiciens et portés vers le récit ou le roman historique, inclination que partagent par ailleurs d’autres auteurs tels Georges Lenôtre, Charles Foleÿ, Jules Mazé ou Imbert de Saint-Amand. A noter qu’avec la Grande Guerre, récits et portraits patriotiques se multiplient.

Parallèlement à cette première veine se développe le roman populaire, domestique, social ou policier, auquel le prolifique Jean Drault apporte une note humoriste avec des titres comme Les Cent Métiers de Galupin ou Berlingot et Radingois. Mais c’est avec le roman d’aventures que la collection trouve sa pleine mesure et renouvelle la culture historique attachée aux publications de la maison. Le récit ou « souvenirs de voyage « , sous-titre qu’adopte les romans de Karl May, offre un pont entre l’histoire et la fiction que la maison Mame emprunte allègrement pour survivre au ras de marée que représente le roman à la Jules verne, qui fait de l’aventure récréative le nouveau medium du savoir encyclopédique. On y retrouve aussi les romans moins connus de Georges Price, où l’aventure maritime vient faire pendant à celle, continentale, de son modèle allemand. Avec Léon Berthaut, on saisit à quel point le roman d’aventures constitue une formule porteuse qui s’essaye à tous les styles : Le Record du tour du monde (1911) semble emprunter à Jules Verne, Le Secret de l’indien (1914) à Fenimore Cooper et Karl May, quant au Chasseur de pirates (v.1925), sous-titré « roman patriotique et historique de la guerre maritime (1915-1917) », il inscrit adroitement le roman patriotique dans l’imaginaire de la flibuste promu par Stevenson.

Le Record du tour du monde, Par L. Berthaut (1ère de couverture)

Le Record du tour du monde, Par L. Berthaut (1ère de couverture)

Enfin il faut signaler l’apparition très tôt dans la collection, de quelques textes spécifiquement destinés à l’enfance. Ce sont Les Contes de l’épée (1910) de Henri de Brisay, suivi en 1913 des Contes arabes, tirés des Mille et une nuits. Mais il faut attendre 1923 pour ce créneau littéraire connaisse un réel développement. Paraissent alors successivement Contes de bonne Perrette, souvenirs d’enfant de René Bazin (1923), Contes merveilleux de Hauff (v.1924), Contes de fées (1924), Colomba de Mérimée (1927), complétés en 1930 par les Contes d’Andersen. Puis brutalement, entre 1930 et 1931 paraissent sept romans de la comtesse de Ségur : Les Malheurs de Sophie, Un Bon Petit Diable, Les Petites Filles modèles, L’Auberge de l’ange gardien, Les Vacances, Les Mémoires d’un âne, et enfin, François le bossu. Ce brusque développement de la littérature d’enfance dans la collection (qui emprunte cette fois pour beaucoup au répertoire classique) doit être rattaché au remarquable développement que connaît à la même époque le secteur de l’album chez l’éditeur, d’une belle créativité… et où paraîtront d’ailleurs dès 1932 les titres de la comtesse de Ségur, joliment illustrés par Marie-Madeleine Franc-Nohain, à côté des contes et tableaux historiques interprétés cette fois par le talentueux Albert Uriet.

(NB : les dates données pour les ouvrages sont celles d’entrée dans la collection « Pour tous »)