Communication à Ottawa

Tangi VILLERBU, membre de l’équipe Mame, fera une intervention intitulée « «Encourager l’initiative et le talent»: la Bibliothèque des enfants d’Hochelaga, 1936- 1966 » lors du 63e Congrès annuel de l’Institut d’histoire de l’Amérique française, à l’Université d’Otawa, du 21 au 23 octobre 2010. Ladite bibliothèque, dont l’existence n’était pas connue des historiens, est en grande partie composée d’ouvrages Mame.

Enregistrements de la journée d’études du 15 janvier

Les communications prononcées lors de la journées d’études du 15 janvier 2010, « Mame: une littérature mineure? » sont désormais disponibles en écoute sur le site web de l’Université François-Rabelais.  Ces propositions orales constituent  une étape importante du travail de l’équipe, de la même  manière que celles qui avaient été prononcées en janvier 2009. Toutes seront reprises, sous une forme plus élaborée, dans la publication finale qui aura lieu après la clôture du programme de recherches, en 2011.

Journées d’études

Les 14 et 15 janvier 2010, deux journées d’études permettront de faire un point sur l’avancée des travaux autour de la maison Mame.

La journée du 14 janvier, intitulée Les Elites tourangelles à l’époque des Mame (XIXe siècle – début du XXe siècle), est organisée par le CERMAHVA (EA 4247). Contact : cermahva@univ-tours.fr

Julie d’ANDURAIN (Paris IV)
Le Général Henri Gouraud (1867-1946)

Claire MARCHAND (Tours)
Le Docteur Chaumier (1853-1931)

François TAUTY (Tours)
« Lex nostra, publica salus » : la Société médicale d’Indre-et-Loire au XIXe siècle

Nicolas RADUGUET (Tours)
Camille Chautemps, élu tourangeau de 1912 à 1928

Michel MANSON (Université Paris 13)
La valse tourangelle des trois « pères » : Balzac, Mame, Gouraud (1795-1815)

Robert BECK (Tours)
Un Centre de notabilité tourangelle : la Société Archéologique de Touraine, de 1840 au début des années 1870

La journée du vendredi 15 janvier est organisée par l’équipe ANR Mame (EA 2115, Histoire des repréentations), et s’intitule Mame : une littérature mineure ? entrée libre sur inscription: cecile.boulaire@univ-tours.fr

Il est de bon ton de suivre les réquisitoires que prononce l’éditeur parisien Pierre-Jules Hetzel à la fin du XIXe siècle, lorsqu’il vante les mérites des textes qu’il publie en les comparant à la «tisane littéraire» éditée par ses prédécesseurs catholiques provinciaux favorisés par les lois scolaires des années 1830-1850. Mais qu’en est-il exactement, sous l’angle littéraire, des textes et des auteurs publiés par la maison Mame au cours du XIXe siècle, et dans la première moitié du XXe siècle?

Matthieu LETOURNEUX (Université Paris X Ouest)
L’éditeur comme figure auctoriale.
En littérature pour la jeunesse, comme en littérature populaire, l’éditeur apparaît comme un maillon fondamental de la production du sens. Il peut agir en amont comme en aval de l’écrivain, et imposer, à travers son interprétation du texte, un nouveau pacte de lecture avec celui à qui il destine l’œuvre. Dès lors, on peut se demander si cette figure d’auctorialité ne pourrait pas laisser une place à une analyse littéraire qui ne se développerait plus au niveau de l’auteur, mais à celui de l’éditeur et des effets de sens sériels qu’il engendre. C’est cette question que nous voudrions nous poser à partir de la production de Mame et, en étendant nos réflexions, par-delà ce cas particulier, à l’édition pour la jeunesse.

Marie-Pierre LITAUDON (Université Rennes 2/ université François-Rabelais)
Dominique Dufêtre et la cause des bons livres. Quelques pistes d’approche d’un ‘évêque missionnaire’ hors norme
Le prêtre Dominique Dufêtre, vicaire général de l’évêché de Tours de 1824 à 1842, puis évêque de Nevers de 1843 à sa mort, a joué un rôle majeur dans la réussite commerciale de l’éditeur tourangeau Alfred Mame, en favorisant ses débuts et en contribuant à lui assurer jusqu’en 1860 un marché du livre d’éducation en rapide expansion.
Mgr Dufêtre est un homme d’une exceptionnelle envergure dont l’action se veut celle d’un « soldat de Dieu ». Son arme à l’endroit de la jeunesse réside dans l’éducation et le livre. Dans cette croisade, il se montre très tôt visionnaire. Son ambition, sa poigne de fer, ses qualités remarquables d’organisateur tout autant que de prédicateur, le hissent parmi les acteurs incontournables de la propagation de la foi. Mais il n’est pas seul à s’atteler à cette tâche. La Chartreuse de Lyon, au sein de laquelle il a suivi une formation de missionnaire, lui a permis de tisser un réseau de relations que réunit un même engagement religieux – proche parfois d’une forme de franc-maçonnerie – que la promotion hiérarchique permet plus tard de mettre en œuvre.
Nous proposerons ici quelques pistes d’approche de ce réseau pour cerner comment l’entreprise ‘missionnaire’ de Mgr Dufêtre a pu servir le destin de la maison Mame.

Olivia VOISIN (Doctorante Université Paris IV)
Mame et l’illustration (1830-1850) : des ambitions romantiques ?
Depuis les années 1815-1820, les éditeurs parisiens ont progressivement fait du livre un support mixte où l’illustration, en hors-texte ou en in-texte, développe des enjeux à la fois esthétiques et théoriques, avant d’apparaître à partir des années 1830 comme un atout commercial. Il s’agira d’étudier les choix iconographiques faits dans des éditions Mame des années 1830 à 1850 afin de définir tant le rôle donné à l’image au sein des ouvrages que la position que souhaite acquérir Mame dans le champ de l’édition.

Mathilde LÉVÊQUE    (Université Paris 13 Nord)
Mame en quête d’un genre nouveau? fiction, histoire et religion au temps de l’Algérie coloniale.
Dès les années 1830, l’Algérie fait son apparition dans le champ de la littérature pour la jeunesse. Coïncidence heureuse ou judicieuse intuition, c’est en 1836 que l’Algérie apparaît dans un récit pour la jeunesse édité par Mame, au moment même où commence à se mettre en place la Bibliothèque de la jeunesse chrétienne. Comment Mame fait-il entrer ce nouvel objet littéraire et culturel dans ses collections pour la jeunesse? Entre livres d’histoire, souvenirs réels ou inventés, récits de fiction très fortement marqués par le catholicisme, l’Algérie coloniale cherche sa place chez un éditeur qui semble comprendre la nécessité d’investir ce territoire tout en cherchant les modalités d’une écriture en train de s’inventer, l’écriture coloniale pour la jeunesse.

Clémence LEFAY (Etudiante en master. Université de Tours)
Hippolyte de Chavannes de la Giraudière: un auteur Mame.
Membre de la société d’agriculture d’Indre-et-Loire et lié à l’activité de sériculture qui se relance au XIXe siècle dans la région, Hippolyte Chavannes de la Giraudière écrit également pour l’éditeur Alfred Mame: vers 1840-1845, Chavannes commence à apporter sa contribution à la Bibliothèque de la Jeunesse Chrétienne.
Aux ouvrages de vulgarisation, notamment agricole, s’ajoutent de nombreux textes de fiction destinés à la jeunesse qui s’inscrivent dans le projet éducatif de la maison Mame. Dès lors, s’intégrant à ce projet d’ensemble, son oeuvre permet-elle néanmoins de distinguer une figure auctoriale sous-jacente?

Cécile BOULAIRE (Université de Tours)
Just-Jean-Etienne Roy: un modèle de polygraphe voué aux éditions Mame.
Né pendant la Révolution, professeur au collège de Pontlevoy dans les années 1830, Just-Jean-Etienne Roy est l’auteur de centaines de livres publiés chez Mame, mais aussi chez ses concurrents directs Lefort (Lille) et Ardant (Paris et Limoges). Il écrit par ailleurs sous une dizaine de pseudonymes, changeant d’identité lorsqu’il passe de la vulgarisation historique à la berquinade. Auteur et adaptateur prolifique, dissimulant son identité pour mieux laisser fonctionner la logique sérielle des collections et titres génériques, Roy est le prototype du polygraphe voué aux livres d’éducation d’obédience catholique, pendant le tiers central du XIXe siècle. Il s’agira ici d’étudier en détail la stratégie d’un auteur qui, sans se lier à un éditeur, Alfred Mame, épouse cependant la trajectoire ascendante de la maison tourangelle. A quoi ressemble la littérature lorsqu’on écrit dans ce contexte contraint de la librairie d’éducation, de l’institution catholique et d’un milieu local érudit et vigilant ?

Stéphane TASSI (Collège de Monts – Association des Amis des Livres)
Les « séries » Mame de 1914 à 1940 : ébauche historique,typologique et littéraire.
A partir de 1914, Mame renouvelle la dénomination de ses anciennes séries. En quoi les numéros qui s’affichent désormais en parallèle de la mention classique des différents formats se veulent-ils signes de modernité éditoriale? Comment reconstituer le catalogue Mame 1914-1940 à partir des données partielles qui subsistent de ces nouvelles séries numérotées? Quels choix de cartonnage et de brochage pour cette période? Comment caractériser les quelque 330 écrivains Mame  qui constituent ce catalogue de l’entre-deux guerres? Peut-on dégager de nouvelles thématiques dans ces séries qui perdureront jusqu’en 1940?


Nouvelles orientations de recherches

En cette rentrée 2009, la moitié de notre parcours étant derrière nous, nous avons ré-envisagé l’implication de chacun dans les recherches ouvertes autour de la maison Mame. La recherche offrant souvent bien des surprises, les orientations actuelles sont parfois assez loin des pistes que nous nous étions données en début de programme. Par ailleurs, la masse énorme de documentation à traiter nous a conduits à élargir l’équipe à de nombreux chercheurs dont l’apport est précieux. Ils sont tous présentés ci-dessous.

Christine BÉNÉVENT a toujours le projet de s’intéresser aux préfaces des ouvrages pour enfants de Mame, dans une perspective qui rejoint les intuitions de Matthieu Letourneux.

Cécile BOULAIRE s’est consacrée dernièrement au premier Mame de la lignée, Charles-Pierre, qui s’installe à Angers dans les années 1760, et en particulier aux liens sociaux qu’il développe dans la société angevine, très proche par bien des aspects de la société tourangelle : investissement dans la vie politique ; relations avec le clergé ; franc-maçonnerie. Elle s’intéresse notamment aux relations récurrentes que nouent les Mame avec les « Américains », ces familles du Val de Loire qui ont tenté l’aventure du sucre ou du café à Saint-Domingue — et qui reviennent en masse à la faveur des événements révolutionnaires de 1791. Charles-Pierre Mame est ainsi très proche de la famille Milscent à Angers ; Jacques-Marie Plas, le mari d’Emilie Mame,  sa fille aînée, a eu pour parrain Jacques-Marie Pays de Lathan, dont la famille est célèbre pour avoir fait fortune à Saint-Domingue; enfin son fils Amant, notre tourangeau, épouse une jeune femme dont les parents exploitaient le café à Saint-Domingue. Par ailleurs elle souhaite approfondir l’historique des collections commencé à l’occasion de la Bibliothèque des Petits Enfants, dans la lignée de la réflexion de Michel Manson. C’est dans ce cadre qu’elle étudie Pornin et son Gymnase Moral d’Education. Dans le cadre de cette approche “locale”, elle s’intéresse aussi à la figure intrigante du vicaire général de Tours, Dominique Dufêtre, et au rôle qu’il a pu jouer dans les décision d’Alfred. Enfin elle souhaite se consacrer aussi à des analyses plus littéraires : le “cas” Just-Jean-Etienne Roy, ce polygraphe qui commet des dizaines de volumes pour Mame ; l’image de l’enfant au travail, et celle de l’instituteur (en parallèle avec la réflexion que mène Chantal, de manière historique, sur la réalité du travail des mineurs dans l’entreprise Mame); enfin, avec Mathilde Lévêque, Elise Voïart.

Marie-Françoise BOYER-VIDAL continue à cataloguer tous les livres de l’INRP qui possèdent un ex præmio, et contribue ainsi à alimenter notre base de données.

Matthieu BREJON DE LAVERGNÉE, dans la foulée de la journée d’études consacrée à Frédéric Le Play, qui est en cours de publication, s’intéresse aus liens entre les deux hommes, Mame et Le Play. Il aimerait avoir le temps d’étudier de plus près les relations de la famille Mame et du clergé tourangeau.

Chantal DAUCHEZ continue à travailler dans une perspective biographique, et elle se charge des quatre Mame du XIXe siècle, à savoir Amand (le premier à s’installer à Tours), Alfred, Paul et enfin Edmond. Elle se chargera aussi de la partie tourangelle de la vie des frères Mame “parisiens”, Louis-Charles, Charles-Matthieu et même Philippe-Auguste, mère d’Ernest. Chantal Dauchez abordera aussi la maison Mame au XIXe siècle sous l’angle social (puisqu’elle s’est déjà chargée de la Cité Mame et des autres institutions sociales), et s’intéressant au travail des enfants. Enfin elle propose de poursuivre, pour la papeterie de la Haye-Descartes, le travail sur les œuvres sociales, c’est à dire en l’occurrence sur la cité ouvrière. Il restera peut-être à s’attacher à l’entreprise de papeterie elle-même, pur laquelle nous avons des documents importants.

François FIÈVRE continue à travailler à partir des recherches qu’il avait développées l’an dernier sur les illustrateurs des livres pour enfants, “autour de” Girardet.

Caroline GAUME se charge de l’histoire matérielle et technique de l’entreprise d’imprimerie (éventuellement papeterie), à partir des sources que sont les nombreux inventaires détaillés des biens familliaux tout au long du XIXe siècle.

Clémence LEFAY, étudiante en Master 1 de littérature, vient d’entamer un mémoire consacré à un de nos auteurs, Hippolyte Chavannes de la Giraudière. Elle procédera au repérage de tous ses livres, et pourra porter un regard de littéraire sur l’ensemble de sa production, qui se partage entre fictions (historiettes, petits romans) et ouvrages de vulgarisation.

Matthieu LETOURNEUX nous avait proposé, en juin dernier, de se pencher sur la notion d’“auctorialité éditoriale”, et d’envisager ainsi la manière dont l’existence de la maison Mame elle-même conditionne d’une certaine manière la forme des textes qui lui sont soumis, sous l’angle moral évidemment, mais sans doute aussi sous l’angle narratif et stylistique, ce qui est plus intéressant.

Mathilde LÉVÊQUE continue à aborder les productions pour enfants des Mame sous l’angle de la traduction d’une part ; et elle poursuit une recherche monographique sur Elise Voïart d’autre part. Elle travaille aussi plus précisément sur les traductions des contes de Schmid: elle prépare pour les Cahiers d’Études germaniques un article intitulé “le chanoine Schmid, auteur canonique pour la jeunesse”. Dans cette perspective, elle compare les différentes traductions ; évidemment Mame et Louis Friedel y ont une place importante. Elle étudie en outre les traductions chez Mame dans la perspective de l’Histoire de la traduction en langue francaise (XIXe siècle, chapitre Littérature de jeunesse), un programme ANR en cours auquel participent aussi Marie-Pierre Litaudon et Matthieu Letourneux. Un autre de ses axes de recherches concerne la littérature coloniale pour la jeunesse ; elle y retrouve les ouvrages publiés par Mame, notamment ceux qui évoquent l’Algérie. Enfin elle persiste à traquer les “fausses vraies traductions” et les “vraies fausses traductions” parues dans les diverses collections de la maison Mame. C’est dans ce cadre qu’elle est sur les traces du toujours mystérieux C.G.

Marie-Pierre LITAUDON oriente ses recherches dans deux directions.  Il s’agit d’une part de cerner les relations qu’entretiennent  littérature et histoire au sein des « Bibliothèque de la jeunesse chrétienne » et « Bibliothèque des familles et des maisons. Quelles formes romanesques emprunte l’Histoire chez l’éditeur Mame? Pourquoi et comment? L’hypothèse émise est qu’il existe une relation entre procédés de fiction et pragmatisme historique, relation que l’on peut suivre au cours du siècle à travers l’évolution des genres. Dans ce cadre, Marie-Pierre Litaudon s’interroge entre autres sur la réactivité de Mame à l’égard de certaines publications étrangères. Les Derniers jours de Pompéï (adapté par  Lemercier en 1840) et les Voyages de la famille Brassey (traduits par Viot dans les années 1880-1890) sont, fait plutôt rare chez l’éditeur, des ouvrages que la maison est le première à proposer pour la jeunesse en France, à l’instar des romans de Karl May. Cet opportunisme éditorial ne sert-il pas un projet idéologique et un réseau de relations internationales particulier? Quel intérêt y a-t-il, pour la maison Mame, à publier les Voyages en mer de Lady Brassey? A la vogue certaine que connaît ce type de récit  ne s’ajoute-t-il pas l’ambition de donner en modèle le portrait d’une famille unie et exemplaire, véritable noyau social (non sans quelque ajustement du contenu religieux). On est en droit de se le demander lorsqu’on sait que Lord Brassey est un influent homme politique britannique qui défend les idées de Le Play (édité par Mame). D’autre part, Marie-Pierre Litaudon s’intéresse au domaine de l’album. La maison Mame lance les premiers à la toute fin des années 1880 et leur place ira grandissant. Durant les années 1930 ils deviennent la vitrine de l’éditeur. Autour d’Albert Uriet, qui est alors directeur artistique, s’adjoignent des illustrateurs de talent: Raymond de la Nézière, Marie-Madeleine Franc-Nohain mais aussi André Boursier-Mougenot. Les albums de ces années-là manifestent un véritable « style enfantin » qui tranche avec les productions du siècle précédent. Il s’agira d’en rendre compte.

Michel MANSON avait avancé des hypothèses sur un des premiers auteurs “maison”, le dénommé Martin Logeais. Il poursuit l’enquête sur les auteurs des “premiers temps” de la Bibliothèque de la Jeunesse Chrétienne. Par ailleurs, il se charge de reprendre les dossiers des frères Mame qui avaient tenté l’aventure parisienne (Louis-Charles et Charles-Matthieu, ainsi que leur beau-frère Delaunay), au cas où Nicole Felkay aurait laissé échapper des informations qui intéresseraient notre projet. Enfin il s’intéresse à Julie Gouraud, et d’une manière générale à l’atmosphère des Lettres tourangelles des années 1830.

Michèle PIQUARD va étudier l’histoire de l’entreprise d’imprimerie-édition sous un angle économique pour la fin du XIXe et le XXe siècle, à partir notamment d’une documentation qui est en cours de recensement (Archives départementales, séries U, et Greffe du tribunal de commerce de Tours). Sa période débute officiellement en 1899, quand à la mort d’Edmond la société est de nouveau déposée avec une nouvelle constitution. Elle s’occupera donc d’Armand Mame (fils de Paul, frère d’Edmond, petit-fils d’Alfred), puis de la période pendant laquelle l’entreprise est administrée par divers gendres et beaux-frères (les factures des Frères des Ecoles Chrétiennes en témoignent), puis des années de la Guerre, puis des années gérées par le Alfred dit « cadet » que nous avons rencontré, jusqu’au milieu des années 1970 où la société est définitivement vendue.

Isabelle SAINT-MARTIN devrait pouvoir consacrer un peu de temps au fonds du graveur et dessinateur Louis Hallez, qui est conservé aux ADIL, ainsi qu’à quelques autres ouvrages de bibliophilie importants.

Elisabeth VERDURE, spécialiste du cartonnage romantique, a accepté de consulter pour nous les parties “matériel de reliure” de ces inventaires pour tenter une reconstitution de la manière dont on travaillait dans les ateliers de reliure chez Mame.

Tangi VILLERBU poursuit ses recherches sur les relations entre Mame et le Canada ; une seconde mission, en cours actuellement, devrait lui permettre de faire l’historique détaillé d’une bibliothèque pour enfants de Montréal.

Séminaire Mame du 26 juin

Etaient présents Matthieu Letourneux, Christine Bénévent, Marie-Pierre Litaudon, Chantal Dauchez, Olivia Voisin, Agnès Boishult,Clémence Lefay, Francesca Pizzigoni, Caroline Gaume, Cécile Boulaire.

La journée commence par un rapide tour de table, notamment pour présenter les chercheurs qui rejoignent seulement maintenant l’équipe Mame :
Caroline Gaume, professeur agrégée d’Histoire au lycée Paul-Louis Courrier, qui collabore avec Christine Bénévent à l’étude matérielle de l’imprimerie Mame au XIXe d’après les inventaires détaillés conservés aux ADIL (série 3E) ;
Francesca Pizzigoni, chercheur et responsable des activités pédagogiques au Museo della scuola e del libro per l’infanzia de Turin, et qui travaille sur la S.E.I., maison d’édition catholique pour enfants fondée à Turin il y a 100 ans, sur une initiative salésienne (dans le cadre d’une thèse en co-tutelle entre les université de Caen et de Gênes) ;
Clémence Lefay , cette année étudiante en L3 de Lettres Modernes, et qui entame à la rentrée un Master ; elle souhaitait travailler sur la littérature pour la jeunesse au XIXe ou au XXe siècle, et à l’issue de cette journée nous avons convenu qu’elle allait travailler sur Hippolyte Chavannes de la Giraudière ;
Agnès Boishult, cette année en Master pro 2e année “Patrimoine écrit” au CESR, et qui souhaite entamer une thèse consacrée à l’histoire matérielle du papier ; elle rejoint l’équipe avec peut-être l’idée de prendre en charge les questions liées à la papeterie de Lahaye Descartes ;
Olivia Voisin, inscrite en thèse à l’université Paris IV, qui travaille sur peinture et théâtre de la fin des Lumières aux années romantiques ; elle est par ailleurs spécialiste d’Achille Deveria, et propose de rejoindre ponctuellement l’équipe Mame pour son expertise sur les illustrations gravées, particulièrement dans les années 1830.

Lire la suite

Compte rendu de la journée d’études Le Play du 12 juin 2009 (3e session)

« Le Play : La réforme sociale et sa postérité dans les milieux catholiques »

journée d’études organisée par Matthieu Brejon de Lavergnée (CERMAHVA), avec la collaboration du Projet ANR Mame

La session de l’après midi est consacrée aux « relais sociologiques d’une pensée »:

Séverine BLENNER (Amiens) : « Les relais institutionnels d’une pensée sociale : le rôle de l’épiscopat »

Antoine SAVOYE (Paris VIII) : « Le clergé leplaysien du diocèse de Paris (1875-1890) »

Matthieu BREJON DE LAVERGNEE (Fondation Thiers) : « Débat intellectuel et propagande élitaire : le rôle des jésuites dans la diffusion de la pensée de Le Play »

Lire la suite

Compte rendu de la journée d’études Le Play du 12 juin 2009 (2e session)

« Le Play : La Réforme sociale et sa postérité dans les milieux catholiques »

organisée par Matthieu Brejon de Lavergnée ( CERMAHVA), avec la collaboration du Projet ANR Mame

La deuxième session de la matinée, intitulée « approche européenne, expériences locales », rassemblait les interventions de :

Jan de Maeyer (Louvain) : « La pensée leplaysienne et les milieux catholiques belges »

Maria-Rosa Protasi (Rome) : « Leplaysisme et revues catholiques en Italie des années 1880 au début du XXe siècle. Autour de trois exemples » (non présentée ici)

Lire la suite

Compte rendu de la journée d’études LE PLAY du 12 juin 2009 (1ère session)

Le Play : La Réforme sociale et sa postérité dans les milieux catholiques

Journée d’études organisée par Matthieu Brejon de Lavergnée (CERMAHVA), avec la collaboration du Projet ANR Mame

La journée s’est ouverte sur la présentation de Frédéric Le Play, polytechnicien, ingénieur des mines et sociologue précurseur, que l’on regarde trop souvent comme un « contre-révolutionnaire » porte-parole des catholiques. Pour Matthieu Brejon de Lavergnée, il faut se débarrasser de ces fausses représentations. L’homme n’était guère pratiquant et son confesseur a pu dire de lui qu’il n’avait rien d’un mystique. Le Play lui-même, commentant son œuvre, affirmait que sa recherche s’appuyait exclusivement sur des principes d’observation scientifiques et qu’en aucun cas il n’aurait hésité à critiquer la religion si celle-ci s’était révélée contraire aux objectifs de paix sociale qui fondaient sa démarche. Cette journée d’étude cherche à cerner la nature exacte des relations que Frédéric Le Play a entretenues avec les milieux catholiques. La 1ère session est consacrée aux « échanges et confrontations ».

J. Coronel de Boissezon (Paris X): « Loi morale contre loi écrite? L’influence de Le Play sur les juristes catholiques »

Maguelone Nouvel (Montpellier III): « Une chaire leplaysienne? Les conférences de Notre-Dame, du carme Hyacinthe Loyson »

Robert Beck (Tours): « Le lieu de la synthèse? La Ligue populaire pour le repos du dimanche »

Lire la suite

Frédéric Le Play

Matthieu Brejon de Lavergnée, associé au projet Mame, organise à la Maison des Sciences de l’Homme de Tours le 12 juin 2009, en collaboration avec le Cermahva, une journée d’études consacrée à Frédéric Le Play, dont Mame était l’éditeur:  Le Play. La réforme sociale et sa postérité dans les milieux catholiques.

Affiche Le Play

« L’historiographie leplaysienne connaît un profond renouvellement dont témoigne le colloque tenu en 2006 à l’École des mines à l’occasion du bicentenaire de la naissance de Frédéric Le Play (Antoine Savoye, Fabien Cardoni (dir.), Frédéric Le Play. Parcours, audience, héritage, Paris, École des mines, 2007)

Cette journée continue d’explorer des voies nouvelles en s’intéressant à la réception de la pensée de Le Play dans les milieux croyants. Les historiens du religieux « croisent » en effet sans cesse la figure de Le Play et de ses disciples sans que l’on dispose véritablement d’études un peu fouillées et systématiques sur le sujet. Fautes d’archives (et en particulier de correspondances), les relations entre Mame et Le Play n’ont jamais été explorées. Mame fut plus qu’un éditeur pour Le Play ; son imprimerie lui apparaît, par la pratique de la « coutume des ateliers », comme un modèle de paix sociale (L’organisation du travail, 1870).

Plusieurs questions se posent. Pourquoi la pensée de Le Play a-t-elle connu une telle fortune, en particulier dans les milieux catholiques après la Commune ? À quelles stratégies la « récupération » des idées leplaysiennes correspond-elle ? Le Play y a-t-il lui-même travaillé ? Peut-on discerner des moments clefs, des contextes locaux ou sociologiques porteurs (en France comme à l’étranger) ?

Entre histoire « intellectuelle » qui s’intéresse au débat d’idées et histoire « sociale » plus sensible aux réseaux et relais de diffusion, les dix communications se proposent de faire un premier point.
Le dossier sera publié dans la revue Les Études sociales. »

Matthieu Brejon de Lavergnée
bdelavergnee@hotmail.com