Omeka: ça redémarre

mutualheritageDepuis la fin du projet ANR Mame, et surtout la reconfiguration de l’équipe de « l’atelier numérique » de la MSH Orléans-Tours, la base de données Mame et fils est en sommeil.

Les informations liées au projet Icono Réseau sont désormais en ligne sur le carnet de recherches iconorezo.hypotheses.org. Lire la suite

Que se passe-t-il après une ANR?…

Le livre de synthèse de nos recherches étant désormais entre les mains de l’éditeur, il convient de s’atteler maintenant à la mise au point de la base de données du projet Mame, destinée à terme à être rendue publique sur le site mameetfils.univ-tours.fr, qu’ont mis en place et administrent Stéphane Loret et Maud Bouillon à la MSH de Tours.

Initialement, ce site devait héberger une « simple » base de données, copie de notre fichier FileMakerPro. Le choix technique de l’application libre Omeka nous ouvre d’infinies possibilités de valorisation des données… mais nécessite, de ce fait, une quantité encore importante de travail, afin que ces données ne soient pas simplement livrées brutes aux internautes, mais qu’elles soient pensées encore au-delà de ce que nous avions fait jusqu’à présent.

Cela nécessite encore de fastidieuses opérations de vérification des « fiches d’identité » des livres que nous avons recensés : traque des coquilles, vérification des « autorités », attribution de leur identité véritable aux anonymes et pseudonymes que nous avons identifiés, etc. Mais, bien au-delà, il s’agit de développer aussi une réflexion sur les données elles-mêmes, notamment les images des livres qui nous sont passés entre les mains, et dont nous avons photographié, selon les cas, les couvertures, reliures et cartonnages, mais aussi les ex-præmio (manuscrits ou imprimés), les pages de titres (titres gravés, titres typographiés), les images de frontispice et les gravures intérieures, parfois la préface, la table des matières, un catalogue inséré après les pages de garde…

Pour éviter que ces images ne soient qu’illustratives, rattachées chaque fois à une seule donnée (un exemplaire d’un livre ), il convient d’indexer chaque image pour la traiter elle-même comme une donnée. En effet, si un cliché de l’ex-præmio collé à l’intérieur d’un exemplaire d’un roman pour enfants a valeur illustrative pour cet ouvrage en particulier, il fait sens, aussi, au sein d’une série plus vaste, celle de tous les ex-præmio recensés dans des livres Mame. Or si nous voulons que nos collections puissent être utilisées, par exemple, dans le cadre d’une recherche large sur l’usage des livres de prix, ou sur le partage entre lectures offertes aux filles et lectures offertes aux garçons dans une perspective de gender studies, ou encore par un chercheur qui s’intéresse de manière quantitative au marché du livre au XIXe siècle, et qui aimerait savoir à quelle cadence les livres sont vendus, combien de temps après leur sortie des presses ils arrivent entre les mains des enfants… alors il nous faut indexer chaque image, pour indiquer, au-delà de son rattachement à un exemplaire d’un titre, de quoi il s’agit, de manière explicite. L’idéal est évidemment que par-delà la fin officielle du projet Mame (il s’agissait d’une simple ANR jeune chercheur », elle est close depuis avril 2011), ces collections de données puissent continuer à vivre, à s’enrichir, et surtout, qu’elles servent à des chercheurs que nous ne connaissons pas, à des recherches que nous n’avons pas imaginées.

Nous devons donc maintenir un strict équilibre entre les données que nous avons déjà emmagasinées, et qu’il s’agit simplement de mettre en ligne ; les données que nous pouvons construire à partir de l’existant, mais en tenant compte de nos forces amenuisées (puisque les crédits ANR sont épuisés) ; les données qui pourront éventuellement être apportées ultérieurement par d’autres chercheurs, d’autres programmes — ce qui nous oblige à penser notre travail de la manière la plus normée et la plus ouverte possible.

La discussion avec Stéphane Loret et Maud Bouillon a donc porté sur le devenir de cette base— et pas sur sa cloture. Notre première tâche est de réfléchir aux métadonnées que nous allons appliquer à nos centaines de fichiers images. Notre seconde tâche est… d’ordre organisationnel. La MSH de Tours a apporté son aide au projet Mame à titre gracieux : il s’agissait d’expérimenter un transfert des compétences développées au sein du centre de ressources Crévilles à des données et des projets non-liés à la thématique « villes ». Puis le budget ANR a financé une partie du travail de Maud Bouillon. Aujourd’hui, quel peut être le cadre de l’aide concrète apportée par la MSH à cette base liée à un projet échu ?…

La question est plus large encore peut-être : quel peut être l’avenir d’un site web issu d’une recherche ANR, une fois que cette ANR est terminée, que l’équipe est dispersée, les crédits dépensés ? En sciences humaines, une publication finale est un jalon traditionnel qui rend public le résultat d’une recherche collective, et nous nous sommes pliés à ce principe, dont la fécondité est évidente : notre livre sur Mame sera une somme. Mais la structure même d’un site web suppose une mise à jour. Comment organiser cette mise à jour, cette vie pérenne d’une ressource qui n’est pas un dépôt exhaustif, mais un perpétuel work in progress ?

Dans la discussion naît l’idée de faire de « mameetfils » une sorte d’atelier-école, de lieu d’expérimentation, pour une recherche en sciences humaines (et Mame sera de fait un simple exemple), de toutes les potentialités offerts par l’outil Omeka. Il s’agira pour nous de développer telle ou telle application, en fonction de tel usage possible de nos données, mais sans viser l’exhaustivité (sauf à recevoir des moyens spécifiques). Chaque expérimentation devra bien entendu se doubler d’une analyse des résultats obtenus: en quoi Omeka donne-t-il satisfaction pour tel besoin spécifiquement analysé? En quoi pourrait-il être amélioré par la communautés d’utilisateurs? Quels protocoles ont dû être mis en place, et qui pourraient être modélisés, partagés avec d’autres équipes, d’autres chercheurs?

Ce devenir « atelier » de la base mameetfils coïncide presque miraculeusement avec la création, au sein de la MSH de Tours, pour le contrat quadriennal qui débute, d’un Atelier Numérique qui verra les divers laboratoires engagés dans des entreprises de « digital humanities » réunir leurs compétences et leurs spécialités. Une affaire à suivre donc…

Quatrième jour: exploiter, diffuser

Dernière journée de stage, puisque la grève des transports a contraint les organisateurs à condenser la formation, de sorte que nous puissions avoir des trains pour le retour vendredi. Il a donc fallu traiter d’une seule traite les questions d’exploitation des données et de diffusion des résultats du projet de recherches.

La présentation plénière de Richard Water met des mots sur des notions que nous avions expérimentées la veille: celle de « granularité » par exemple. Nous faisons de la prose sans le savoir… La séance d’atelier nous confronte à quelques exigences d’exploitation de données, où il est une nouvelle fois question de la frontière mouvante entre le domaine du chercheur (ses prérogatives, ses responsabilités) et l’expertise du technicien. Un chercheur contacte notre laboratoire (imaginaire) et souhaite obtenir des statistiques concernant l’expression des sentiments via notre corpus de cartes postales. Que pouvons-nous lui fournir comme niveau de données? C’est un peu rapide comme exercice, mais jubilatoire: nous sommes dans la peau du laboratoire tout entier, qui renvoie au chercheur ses propres demandes: « ça, c’est votre boulot! »

Une nouvelle session plénière, rapide aussi, mais efficace et passionnante, dans le nombre de fenêtres qu’elle ouvre, invite les représentants de plusieurs  centres de ressources à présenter leur structure. Autant en début de stage nous aurions trouvé ça rébarbatif, autant là, après quatre jours de mise en pratique, chacun note à part soi les noms des programmes auprès desquels il pourra demander un conseil technique ou un hébergement de données.

Mais auparavant, une nouvelle question, posée un peu rapidement, nous glace brièvement: était-il nécessaire, au fond, d’imaginer monter un site web, pour notre fonds de cartes postales?… Le réflexe aujourd’hui est systématique: projet de recherches = site web. Pierre Mounier a le don de nous souffler que, peut-être, dans certains cas, sous certains angles… C’est amusant: posée au terme de ce stage, la question est provocatrice. Posée à titre expérimental dans un échantillonnage d’équipes de lettres ou d’histoire, elle recevrait sans doute un accueil plus serein: immergés dans l’atmosphère des digital humanities, nous en avons peut-être oublié, l’espace de quelques jours, que nous venons de la culture du livre. Et que, pour beaucoup de nos collègues, l’aboutissement logique d’une recherche est la publication. Du tout livre au tout web, il va nous falloir trouver un équilibre.

A titre personnel, je note en rouge que j’ai négligé jusqu’à présent de me poser avec sérieux la question de l’hébergement de mes données (base de données, site web). Ou plus exactement, devant l’impavidité des services informatiques qui se renvoyaient la balle, j’ai repoussé la décision à plus tard. « Plus tard » est arrivé. Il nous faut trancher assez vite.

La dernière session de travail est consacrée à la question de la diffusion et de ses modes nombreux, qu’on souhaite convergents. Amusante mise en abyme: les ‘carnets de recherches’ Hypothèses tenus par des participants au stage sont présentés à l’écran, dont celui-ci, qui est le seul à témoigner du stage lui-même!

L’après-midi se termine par une fructueuse séance de bilan; beaucoup de stagiaires ont le regret de ne pas avoir approfondi davantage certaines notions. Pour ma part, je ressens le besoin de retourner m’immerger dans le projet que nous menons, et de discuter avec l’équipe des problèmes qui me sont apparus à l’occasion de cette formation. Les questions techniques surgiront plus tard.

La soirée se clôt sur un défi pongiste: Université 1-CNRS 0.

Troisième jour: structurer

La troisième journée de stage commence par un brillant exposé de Lou Burnard sur la logique de structuration d’un texte numérisé. Quoique la TEI soit assez complexe pour un néophyte, il parvient à rendre la notion à la fois simple et presque drôle. Le schéma qui présente le rapport entre la difficulté d’encodage et le service ultérieur rendu au chercheur est particulièrement clair, et nous reviendra à l’esprit un peu plus tard dans la matinée lorsqu’il s’agira de modéliser la structure d’encodage de notre fonds de cartes postales. Une nouvelle fois, ce qui revient c’est la recherche de l’harmonie dans les relations entre chercheurs et « compagnons de la recherche », en l’occurrence ici les informaticiens. Tout devient limpide à entendre Lou Burnard, jusqu’à la présentation des différents schémas inventés par les diverses communautés utilisatrices de XML : on comprend donc bien au sein de quel ensemble s’insère la TEI.

Tout se complique évidemment quand on passe à la pratique. Où placer le curseur, quand se limiter dans l’infini des possibilités d’encodage ? Une nouvelle fois, nous sommes à la fois stimulés par ce que l’exercice comporte de gratuit — nous faisons jouer librement nos imaginations — et à la fois gênés par l’absence d’un contexte plus concret qui donnerait du sens à l’entreprise de numérisation que nous sommes censés mener. Pour qui, pour quel usage procédons-nous à la mise en valeur virtuelle de ce fonds ?… Peu importantes au fond tant que nous sommes en ateliers, où l’exercice est prétexte à apprendre, à confronter, à réfléchir, ces questions reviennent en permanence dès qu’on sort des ateliers et qu’on se remet à penser à ses propres objets, à ses propres problèmes, et à la manière de les résoudre, à la lumière des apprentissages tout neufs.

La rencontre, à table, des historiens-informaticiens-lexicomètres du PIREH, ouvre soudain de nouvelles perspectives. Ils évoquent des pratiques de mesures lexicométriques à la fois assez simples (en apparence) et efficaces appliquées à des corpus historiques (prosopographiques, par exemple), mais qui peuvent aussi être littéraires. En approfondissant la question, il semblerait que les outils qu’ils manipulent, et qu’ils nous présentent avec un dévouement tout pédagogique après le dîner, pourraient être de précieux auxiliaires dans la réflexion que nous menons sur le corpus Mame, en particulier sous l’angle formel. Depuis des mois en effet, les littéraires de l’équipe se posent la question de l’émergence d’une littérature pour enfants au sein d’un corpus qui ne s’érige, à partir de 1836, qu’en haine du roman. Nous avons émis plusieurs hypothèses, commencé à élaborer plusieurs modèles qui permettraient d’expliquer ce glissement des formes et des styles, entre les années 1830 et les années 1860, mais voilà soudain que s’ouvre  la perspective de pouvoir appliquer à un corpus préalablement numérisé (les livres de Mame présents sur Google Books et ceux qui sont numérisés par Gallica sont une bonne base de départ) des mesures systématiques guidées par nos intuitions. Approfondir un corpus, problématiser, formuler des hypothèses, trouver les démarches et techniques permettant de valider ces hypothèses: nous sommes pleinement sur nos objets, et j’ai le sentiment que nous allons repartir de ce stage avec plus de réponses encore que nous ne venions en chercher.

Deuxième journée: organiser*

La deuxième journée du stage est consacrée à deux étapes du montage d’un projet comportant de la numérisation de sources : « organiser » et « numériser ».

* merci à Emmanuelle Morlock Gerstenkorn qui m’a signalé mon erreur sur le titre!

« Organiser » renvoie à la question du pilotage d’un programme de recherches. Nous avons beaucoup travaillé sur la mise en place d’un cahier des charges fonctionnel préalable au lancement des travaux eux-mêmes. Si le chercheur peut se hérisser, de prime abord, devant la logique et la terminologie des outils de travail présentés (CdCF, CCTP, planning prévisionnel, reporting, working package, knowledge management), le travail en ateliers permet de découvrir l’aide que certains de ces outils méthodologiques peut apporter au coordinateur d’un projet. Ce sont, me semble-t-il, moins des outils contraignant le pilotage, que des guides pour conduire les séances de travail de l’équipe. Le « diagramme de Gantt », par exemple, oblige à expliciter les attentes de l’équipe, et à sortir du fantasme pour se poser, collectivement, les bonnes questions quant aux objets qui seront élaborés au terme du projet. La manière de formaliser un planning des diverses tâches, toujours selon ce modèle de Gantt, peut être un outil commode. On nous aiguille vers le site projet-plume.org, qui présente des logiciels ouverts adaptés aux besoins que peuvent rencontrer des chercheurs, et présentés justement par des chercheurs, qui les commentent. Une manière d’échapper au piège du logiciel propriétaire dans lequel une équipe s’enferme.

On parle donc démarches, méthodes et outils. Mais… au fil de la séance, un malaise semble s’installer. Où est donc passée la recherche dans le prévisionnel que nous établissons pour notre « cas d’école », le fonds de cartes postales du professeur Virgolos ? Il semble à quelques-uns d’entre nous que, dans le modèle théorique mis en place dans ce cadre de travail en « mode projet », la dimension exploratoire de la démarche du chercheur disparaît au profit d’une formalisation de tâches d’exécution. D’où une question purement humaine, qui resurgit naturellement à la fin de la séance : est-ce à un chercheur ou à un ingénieur de recherches de mener ce type de projet ?

Des discussions poursuivies lors des pauses, sur la terrasse ensoleillée qui donne sur les montagnes, développent ce malaise. L’incertitude, la surprise, parfois l’échec qui sont le lot du chercheur ont-ils encore leur place dans ces logiques d’ingénierie de la recherche ? N’a-t-on pas basculé d’une logique de construction intellectuelle du savoir à de la pure et simple mise en valeur de données qui ne s’interrogerait plus sur la dimension de production de ce savoir ?

Dans le planning que nous élaborons pour notre exercice, la fonction « entrer les données de la recherche » est évaluée avec le même souci de rationalité et de rentabilisation du temps de travail des chercheurs (les abominables « hommes/mois ») que la fonction « scanner les documents ». Mais dans le projet Mame, comment aurions-nous pu évaluer a priori le temps et l’étalement des tâches nécessaires pour identifier des auteurs anonymes ou publiant sous pseudonyme ? Tant pour Hippolyte Chavannes de la Giraudière que pour Just Jean Etienne Roy ou Elise Voïart, établir ces « données » a nécessité de longues, fastidieuses, érudites recherches littéraires et stylistiques, biographiques, philologiques — en somme, qualitatives. Difficiles, voire impossibles à anticiper sous l’angle d’un planning prévisionnel, d’une quantification purement matérielle. Et je ne dis rien de la découverte tardive, et quasi fortuite, de l’aventure américaine des frères Mame autour de 1809…

« Numériser »:

L’après-midi, consacré de manière plus légère à des mises en pratique, nous met dans la peau d’un prestataire chargé de scanner des documents pour une équipe, puis à l’inverse dans la peau du donneur d’ordre qui effectue le contrôle qualité. Amusante, la manipulation a, sous ses allures de jeu, le mérite de nous faire prendre conscience de la nécessite du cahier des charges techniques, dont la précision nous prémunit contre les mauvaises surprises.

La préparation du bilan intermédiaire, assez curieusement, fait revenir sur le devant des préoccupations le hiatus ITA (« compagnons de la recherche », insiste un formateur)/chercheurs, ou plus exactement, les modalités du dialogue, de la collaboration et des interactions entre les différentes catégories de participants à un projet de ce genre. Les formateurs évoquent brièvement l’existence d’une méthode « agile » permettant de piloter un programme de manière plus souple, plus réactive, permettant d’incessants allers-retours entre la recherche et la réalisation. Je reste soucieuse des questions de temporalité : la recherche n’est pas la valorisation.

Bavarder avec Mathilde, qui travaille dans un autre groupe, me rappelle qu’au fond, sur notre projet Mame, le « livrable » fondamental, celui auquel nous tenons le plus comme lieu d’exposition de notre travail de recherche, c’est le livre que nous préparons. Le site web, avec sa base de données, jouera le rôle de vitrine, et permettra, je l’espère, le prolongement des recherches. Mais dans nos disciplines, le résultat d’une recherche s’exprime encore (et sans doute pour longtemps) sous la forme d’un discours articulé. Et pour ça, le livre n’est pas un mauvais choix…

Première journée

En ouverture de la semaine de formation, Richard Walter, directeur adjoint du TGE Adonis, présente les objectifs de l’ANGD, puis le TGE Adonis lui-même, ses missions et son fonctionnement. Il rappelle l’attachement du TGE au format ouvert ainsi qu’aux démarches de standardisation qui permettent la structuration du réseau des « centres de ressources numériques » : l’objectif, en sus de la pérennisation des données réunies dans les divers programmes, est de permettre l’interopérabilité de toutes ces données.

Cela rejoint les préoccupations de l’équipe Mame, et les soucis que nous avons aujourd’hui, pour avoir pris trop à la légère les questions de norme dans la description bibliographique de nos objets de recherches. R.Walter rappelle que les données numériques, qui sont censées permettre la sauvegarde des objets concernés, sont elles-mêmes « périssables » si elles sont mal structurées et mal normées. L’exposé initial se termine sur l’idée que le chercheur ne doit « pas rester sur son île déserte ».

Les discussions entamées avec les autres stagiaires lors des repas et des moments de pause, tout autant que les ateliers et les moments plus formels de présentation plénière, remplissent très bien cet objectif : soudain, on se sent moins seul avec ses problèmes !

Le premier atelier de travail en groupe, qui nous met aux prises avec un fabuleux cas d’école, le fonds (lacunaire, hélas) de cartes postales de Marcel Virgolos, permet à la fois de découvrir les champs d’investigation des divers chercheurs présents (incroyable diversité des objets d’études), et de s’initier à une démarche rationnelle de montage de projet. Quel dommage de ne bénéficier de cette formation qu’au terme du projet Mame! Je réalise à quel niveau d’empirisme nous avons été réduits… Mais finalement, nous ne nous en sortons pas si mal.

Cet atelier, comme des échanges avec d’autres stagiaires, me confirme dans l’idée qu’un projet démarre bien avant la date de début officiel du financement : l’étape de montage est fondamentale — nous avons eu beaucoup de chance de ne pas faire plus d’erreurs fatales. Je retiens de l’après-midi une certitude humaine : les chercheurs, qui pour certains ont déjà des difficultés à travailler en groupe, doivent associer d’emblée à leurs projets des documentalistes et des informaticiens, cette cohorte des ITA et ingénieurs d’études qui ont l’expertise des outils qui nous manque — mais comment faire quand on travaille au sein d’une simple « équipe d’accueil » qui ne dispose pas de personnel en dehors des enseignants-chercheurs ? J’en retire aussi une conviction méthodologique : monter un projet, ça ne s’improvise pas. Découragement rétrospectif, en voyant les difficultés que nous aurions pu nous éviter ; mais aussi enthousiasme : le prochain projet, nous aurons les outils pour le construire rationnellement !

Le projet Mame : l’utopie d’un programme pluridisciplinaire ?

Entamé il y a déjà deux ans et demi, le programme de recherches Mame ambitionnait d’offrir une approche résolument pluridisciplinaire de la maison d’édition tourangelle, sous l’angle de sa production pour la jeunesse. La création de ce ‘carnet de recherches’, en janvier 2009, avait pour objectif de témoigner du quotidien de cette recherche d’équipe, qui croise en permanence historiens et littéraires, approches quantitatives et qualitatives, dépouillements d’archives et critique littéraire, histoire de l’entreprise et histoire des formes.

À plusieurs reprises, coordonner le travail d’une équipe formée initialement de 8 chercheurs, et rapidement élargie à une bonne douzaine de contributeurs, a soulevé des problèmes méthodologiques et humains attribuables en partie au « frottement » des démarches et des cultures. L’approche historique de l’entreprise devait-elle être préalable à l’analyse formelle des corpus produits ? Si cette chronologie des démarches se révélait pertinente, ne risquait-on pas pour autant d’inféoder l’approche critique des œuvres littéraires produites à un savoir prétendument positif sur les conditions matérielles et idéologiques de leur production ? L’attention, née de la « nouvelle histoire », à une production sans légitimité (ou délégitimée ultérieurement), valide aux yeux des historiens de l’équipe, n’avait-elle pas en revanche  fait retomber les littéraires de l’équipe dans un lansonisme contre lequel, tardivement, ils s’insurgeaient, réclamant de pouvoir procéder à des analyses formelles et des approches critiques partiellement an-historiques? En permanence, la richesse indéniable de la pluridisciplinarité a généré des malentendus, de menues impasses, des interrogations — au demeurant toujours fécondes. Du moins est-ce ainsi qu’en tant que coordinatrice scientifique du programme je les perçois.

Arrivés presque au terme de notre projet (il devrait officiellement se terminer en décembre 2010, même si nous espérons pouvoir bénéficier d’un trimestre supplémentaire), j’ai l’impression pour la première fois que les chemins que nous avons pris nous ont menés, finalement, exactement où nous devions aller. Mon inquiétude portait notamment sur la pertinence, ou non, de mener de front et en parallèle deux démarches qui finissaient parfois par ne plus se rencontrer : d’une part une analyse littéraire des formes et des œuvres, d’autre part une étude historique large de la famille et de l’entreprise Mame, sur une durée de deux siècles (des errements révolutionnaires du fondateur Charles-Pierre à la série de difficultés qui suivent Vatican II). Certains des chercheurs engagés dans l’aventure devaient aussi avoir le sentiment, chacun dans son domaine, que plusieurs branches de ce programme, finalement, étaient inutiles, et nous éloignaient de l’objectif initial, à savoir comprendre en profondeur l’importance qu’avait pu être la littérature pour enfants produite par la maison Mame depuis le XIXe siècle, littérature aussi abondante qu’elle était délégitimée.

Pourtant, c’est en poursuivant opiniâtrement ce double fil qu’à mes yeux  l’équipe atteint aujourd’hui une vision globale satisfaisante de l’aventure Mame, vision qui nous permettra de produire en définitive une analyse cohérente et informée de la production littéraire. Le travail des chercheurs investis dans le projet depuis ses balbutiements s’est révélé extrêmement productif — mais nous avions suffisamment confiance les uns dans les autres pour ne pas en douter.  La belle surprise, ce fut de voir d’autres chercheurs, rencontrés « en chemin », rejoindre notre équipe et venir l’enrichir non seulement de leur force de travail mais aussi de leurs compétences disciplinaires, de leurs travaux antérieurs, de leurs manies, dadas, manières de faire, habitudes méthodologiques, qui ont parfois bousculé l’ordonnancement initial du projet, et en définitive apporté une richesse réjouissante à l’approche globale.

Ainsi, il me semble que le travail que mènent Chantal Dauchez, mais aussi Michel Manson, Martin Dumont et à sa manière Stéphane Tassi, fait peu à peu émerger une figure d’Alfred Mame infiniment plus riche, documentée et complexe que ce que l’hagiographie entretenue dès le XIXe siècle nous en a livré; cette approche, dans sa vocation globalisante, permet de saisir par ricochet le sens de la production littéraire elle-même, car elle s’envisage dès lors comme un élément non pas central mais essentiel du projet de l’homme Alfred Mame, projet continué par sa descendance avec des bonheurs divers. Comprendre la naissance de la Bibliothèque de la Jeunesse Chrétienne, la structuration de son catalogue, par élargissements successifs du cercle de ses producteurs (sur le modèle, ainsi que l’a suggéré Matthieu Letourneux, des village stories étudiées par Franco Moretti); comprendre le rôle que viennent jouer par la suite la Bibliothèque des Ecoles Chrétiennes, la Bibliothèque de l’Enfance Chrétienne ou la Bibliothèque des Petits Enfants, en termes non pas économiques (assez simples à imaginer) mais formels et idéologiques, voilà quelques-uns des défis que nous nous sommes lancés il y a trois ans, et qu’une lecture critique du « projet » d’Alfred Mame  lui-même, à la lumière de ce que ces chercheurs nous en donnent à voir, va permettre à l’équipe de commencer à relever.

Il apparaît ainsi que le projet littéraire de l’entreprise Mame (dans son absence même de définition « littéraire »)  ressortit  à l’investissement d’Alfred dans tous les secteurs de la vie publique que le XIXe siècle offre à l’homme doué d’esprit d’entreprise. Alfred Mame vit dans son quotidien d’éditeur les contradictions qui affecteront aussi Frédéric Le Play au moment où il rédigera ses essais: comment concilier entreprise moderne, rationaliste et productive, avec l’impératif de la morale chrétienne? Cette problématique, centrale dans la vie publique d’Alfred Mame, est aussi ce qui forme le cœur, idéologiquement, des œuvres de la Bibliothèque de la Jeunesse Chrétienne. Ainsi l’éditeur donne à lire, par le truchement de ses « écuries » d’auteurs, les interrogations qui forment son propre cheminement d’homme public, patron philanthrope, patron et philanthrope, chrétien entrepreneur ou entrepreneur chrétien (voir par exemple Mathilde et Gabrielle, en particulier le chapitre 11). C’est la question de la modernité que pose en permanence l’homme Alfred Mame, qu’il agisse en propriétaire d’imprimerie fondant une société de papeterie, en père de famille créant une cité ouvrière pour ses typographes, en châtelain installant dans son château des Touches des serres parmi les plus modernes d’Europe, et surtout en éditeur de la plus colossale production de livres  pour enfants du siècle.

De fait, interroger simultanément la vie d’Alfred Mame et de sa dynastie, et les œuvres sorties des presses de l’imprimerie tourangelle avait non seulement du sens, mais se révélera probablement être la clé de la réussite de notre programme de recherches. Du moins peut-on à cette date l’espérer.

Mame, Gallica et les « digital humanities »

Gallica met à disposition des centaines d’ouvrages imprimés chez Mame. Parmi ceux-ci, signalons  Alfred Mame et Compagnie à Tours. Imprimerie librairie reliure. Notice et documents, volume in-folio publié en 1862, qui expose l’historique de la maison en mettant l’accent sur les innovations industrielles apportées par Alfred Mame, gravures à l’appui. L’équipe Mame peut aussi s’appuyer sur un corpus d’environ 250 titres d’ouvrages pour enfants, parus entre 1836 et 1927, base de travail commune aux chercheurs dispersés sur le territoire. Les mêmes chercheurs peuvent compléter leur lecture des fictions pour enfants par celle de plusieurs opuscules parus chez le même éditeur, comme Morale pratique enseignée par l’exemple à la jeunesse française, du baron de Gérando (1875), Le bon esprit : conseils aux membres des oeuvres de jeunesse, de patronage, des cercles catholiques rédigé par le frère de St Vincent de Paul Paurice Maignen (1874), ou encore L’enfant bien élevé ou pratique de la civilité chrétienne par les Frères des écoles chrétiennes (1892), tous ouvrages qui dessinent l’idéal éducatif sur lequel les auteurs des fictions sont censés s’appuyer dans l’élaboration de leurs récits, historiettes et romans. L’intérêt pour nous est bien évidemment de voir comment la forme littéraire s’accommode de ces cadres idéologiques contraignants, si les auteurs s’y plient en effet ou si l’invention narrative puis la tentation romanesque finissent par créer des tensions, et en somme à quoi ressemble, une fois dégagée de tout son appareil idéologique, « l’écriture Mame ».