Projection du film de Simon-Pierre Coftier: Mame, l’épreuve des temps

mameLe mardi 24 novembre 2015, le service culturel de l’Université François-Rabelais propose une projection du film de Simon-Pierre Coftier, Mame, l’épreuve des temps, à 1H, amphithéâtre Thélème. La soirée se poursuivra par une visite du site de l’ancienne usine, reconverti récemment et accueillant désormais l’école des Beaux-Arts. Tous les détails sur les pages web du service culturel.

Ouverture de chantiers en histoire de l’art

Le projet Mame et fils, dirigé par Cécile Boulaire, a non seulement permis de poser les jalons indispensables à la reconstruction de l’histoire d’une maison d’édition de premier ordre, mais il ouvre un champ absolument passionnant pour l’histoire de l’art. Le corpus réuni par l’équipe, répertorié dans une base de données très utile, offre en effet la possibilité de se pencher de plus près sur toute une production d’albums et de livres illustrés jusqu’à maintenant peu, voire pas du tout, étudiés. Or, même si l’on a pu lire des commentaires parfois acerbes sur les livres Mame, il s’avère que la maison d’édition a eu un rôle considérable dans la production d’ouvrages illustrés de grande, voire de très grande valeur, à l’instar des Bibles illustrées par Gustave Doré ou James Tissot, sur lesquels l’historienne de l’art Isabelle Saint-Martin va se pencher de plus près. Ces ouvrages très largement diffusés, considérés comme des chefs-d’œuvre dès leur publication, furent commentés et admirés au-delà des frontières nationales. Ils contribuèrent à la fois à la renommée des artistes et de la maison d’édition, louée pour la splendeur de ses ouvrages.

Cette réputation, qui rayonna dans le monde, doit rappeler les réseaux dans lesquels étaient réalisés les livres illustrés. Bien loin de l’image d’une maison d’édition de « province », il apparaît que la maison Mame était bien inscrite dans un paysage éditorial international, jouissant d’une grande visibilité aux Expositions universelles, et se faisant très tôt interprète entre les cultures par le biais de traductions d’auteurs étrangers. Le caractère inter- voire transnational se retrouve aussi dans l’identité des illustrateurs et artistes engagés par Mame : Gustave Doré travaillait aussi pour des maisons d’éditions à l’étranger, en particulier à Leipzig, plaque tournante majeure de l’édition et de la librairie au XIXe siècle. Les frères Charles, Edouard et Paul Girardet, suisses d’origine, prussiens de nationalité, français d’adoption, furent des peintres, graveurs et illustrateurs recherchés, aussi par la maison d’édition Mame. Ils faisaient circuler des images françaises, allemandes, suisses, anglaises par le biais de la gravure, reproduisant tous les genres, mais ils proposaient aussi des scènes pittoresques originales ou des paysages exotiques, suisses ou orientaux…

C’est aussi dans cette histoire de l’art extraordinairement complexe, à la fois transnationale et intermédiale, que nous plongent les ouvrages illustrés de la maison Mame. C’est cette histoire qu’il faut à présent retracer dans le détail, en consacrant des études approfondies aux albums, aux planches, aux frontispices, pour comprendre d’où viennent ces images, comment elles ont pu circuler entre la peinture et la gravure, entre les mondes de représentation français et étrangers, comment elles ont su répondre aux exigences d’un éditeur soucieux de la diffusion de ses ouvrages et aux enjeux de l’illustration, comment elles ont relevé ce défi de la translation du texte à l’image et contribué à l’essor d’un langage visuel autonome.

Tous les livres illustrés de Mame ne sont pas exceptionnels, beaucoup relèvent de plus de ce que l’on appelle la littérature populaire : ils ne font pas partie de ce canon auquel appartiennent les Bibles de Doré ou Tissot. Mais c’est là aussi une problématique à laquelle les historiens d’art doivent se confronter, sans nécessairement faire « seulement » de l’histoire culturelle : analyser les images de ces ouvrages populaires de divertissement édifiant, souvent destinés à de jeunes publics, avec les outils de l’histoire de l’art permet d’aller au-delà d’une simple description de leur efficacité ou de leur qualité et d’interroger les fondements même de nos hiérarchies conventionnelles. La migration des formes entre différents médias, la circulation des motifs et la reprise des styles, l’invention de solutions formelles inédites ou le recours à des modes en apparence anachroniques, tout cela entre dans le champ de nos futures investigations.

Ainsi le cas de Louis Joseph Hallez, dont on dit qu’il fut élève du Nazaréen allemand Johann Friedrich Overbeck, doit faire l’objet d’études plus poussées : les frontispices et dessins réalisés entre autres pour différentes éditions de L’imitation de Jésus-Christ relèvent d’un style et d’une esthétique a priori atemporels et pourtant très révélateurs des enjeux de l’art religieux de la deuxième moitié du XIXe siècle. Ces ouvrages, souvent traduits d’auteurs espagnols, italiens des XVIe et XVIIe siècles, comme Francisco Arias, Nicolas Avancini, ou français anciens et contemporains comme Jérôme de Gonnelieu ou Lamennais, offrent nombre de problématiques croisées, entre les époques, les lieux, les « images » offertes par le texte et les gravures. La longévité de certaines éditions qui paraissent jusqu’au XXe siècle montre bien une temporalité singulière qu’il s’agit là aussi de reconsidérer plus sérieusement.

Le projet « Mame et fils » ouvre donc de nombreuses pistes pour les historiens d’art, dans une perspective ostensiblement diachronique, allant des livres enluminés du moyen-âge aux livres d’artistes du XXe siècle. Le caractère interdisciplinaire imprimé à ce projet ANR doit guider les futurs chercheurs dans leur approche de ces objets complexes que sont les livres illustrés, à l’instar de la convergence des approches qui a été esquissée lors du colloque final, entre l’histoire des réseaux économiques de production, de l’interaction entre les différents acteurs (de l’auteur au traducteur, de l’éditeur à l’imprimeur), l’analyse philologique des textes et de leurs traductions, l’étude des répertoires et des qualités littéraires, les enquêtes sur les lecteurs et les pratiques de lecture.

Mgr Dufêtre

Dufêtre

« Tours possédait en 1833 une imprimerie modeste, d’où sortaient, outre le journal du département, quelques livres de prières et quelques ouvrages classiques, et dont deux jeunes gens pleins d’intelligence et d’activité,  MM. Ernest et Alfred Mame, venaient de prendre la direction. Frappé de la pénurie de livres d’éducation, comme de la pauvreté de la plupart des nouveaux ouvrages religieux, l’abbé Dufêtre conçut le projet de donner à cette branche si négligée de la librairie une impulsion toute à l’avantage des bonnes doctrines, et s’en ouvrit à MM.Mame, leur demandant de seconder ses vues, leur promettant son concours le plus actif, s’engageant même à leur procurer les ouvrages qui  leur manqueraient, et à recommander partout leurs publications, s’ils consentaient à détruire un certain nombre de livres édités par leurs prédécesseurs, qu’on aurait vus avec peine figurer sur leurs catalogues, et à ne publier à l’avenir que des volumes examinés et approuvés par Mgr l’archevêque de Tours. Ces propositions furent accueillies avec un généreux empressement. Dès ce jour, une librairie morale et religieuse se trouva fondée, et l’on sait à quel degré e prospérité elle s’est élevée. Depuis trente-cinq ans, en ne publiant que de bons et beaux livres, elle est devenue le premier établissement typographique non-seulement de la France, mais du monde. L’évêque de Nevers ne pouvait retirer son patronage à l’œuvre dont il avait été l’inspirateur ; il le lui conserva, affectueux et dévoué, jusqu’à son dernier jour, et cela d’une manière si complète, qu’un certain nombre de personnes supposèrent qu’il y avait un intérêt matériel. Pour les détromper, et mettre dans tout son jour l’abnégation du prélat, nous demandons à M.Alfred Mame, chef actuel de cette honorable maison qu’il continue à diriger avec son fils, la permission de  citer une lettre adressée par lui à un des amis les plus intimes du prélat, qui l’avait prié de rappeler ses souvenirs à cet égard : “… M.Dufêtre, lui écrivait-il le 18 décembre 1865, voulut bien nous diriger dans la publication de nos ivres d’éducation ; il nous rendit alors un très-grand service en organisant lui-même notre Bibliothèque de la jeunesse, en nous cherchant des auteurs, en examinant les manuscrits, et en les faisant approuver par Mgr de Montblanc. Enfin, il nous lança dans cette voie si excellente de la publication des bons livres. Il prit, à partir de cette époque, un tel intérêt à notre maison, que, dans ses retraites, il recommandait nos livres, répandait nos catalogues avec tant de zèle que bien des gens s’imaginaient, en effet, qu’il était intéressé dans nos affaires. Dieu sait cependant avec quel désintéressement il s’occupa de nous ! Il n’a jamais été payé que par notre reconnaissance pour les services immenses qu’il nous a rendus, et pour les sages conseils qu’il n’a cessé de nous donner.”

Augustin Joseph CROSNIER, Vie de Mgr Dufêtre, évêque de Nevers, Paris, Tolra et Haton, 1868.

Nous supposions depuis longtemps que l’archevêché de Tours, et en particulier le vicaire général Dominique Dufêtre (à Tours de 1824 à 1842) jouaient un rôle déterminant dans la décision prise par l’imprimerie Mame de se lancer dans l’édition destinée à la jeunesse. Cette biographie de Dufêtre, devenu en 1842 évêque de Nevers, confirme cette influence, en précisant en outre les conditions de cet accord avec les Mame. Il faut certes prendre ce texte avec précautions: contrairement à ce qu’écrit Mgr Crosnier par exemple, la maison Mame n’est pas, en 1836, une « imprimerie modeste ». Mais la citation de la lettre d’Alfred Mame, si elle est exacte, ouvre de nouvelles perspectives à notre recherche.

Il convient donc désormais d’établir avec précision la « carte » des auteurs Mame; de découvrir la nature des relations possibles de chacun à l’archevêché; d’envisager la ligne éditoriale de la Bibliothèque de la Jeunesse Chrétienne à la lumière des prescriptions de l’œuvre des Bons Livres qu’ont étudié Noë Richter et Loïc Artiaga; de dessiner enfin l’écart éventuel qui peut se glisser entre ce cadre idéologique étroit et la réalité des productions littéraires sorties des presses Mame. Elise Voïart est-elle soluble dans le concept de « Bons Livre »?…

Couplets pour la fête de Charles-Pierre MAME

Extrait des Affiches d’Angers, 7 janvier 1785:

“Couplets chantés à la fête de monsieur Charles-Pierre M…, par ses enfants.
Air: Avec les jeux dans le Village.

Sa Fille aînée

Des mains de votre fille aînée,
Papa, recevez ce bouquet.
Agréez, dans cette soirée,
Mes sentiments &  mon couplet.
C’est notre ami, c’est notre Père,
Offrons-lui nos vœux et nos fleurs,
Que cette fête nous est chère,
Oui, c’est la Fête de nos coeurs.

Son fils cadet

Le Dieu qui préside à la rime
N’est point connu de vos enfants;
Mais la tendresse les anime
Et le coeur dirige leurs chants;
Faut-il donc pour chanter un Père
Chercher du secours loin de soi,
Quant à l’exemple de ma mère
De l’amour nous suivons la loi.

Son troisième fils

Excusez, Papa, ma jeunesse;
Je n’ai que de foibles accents,
Pour vous exprimer ma tendresse:
Mais vous savez ce que je sens:
Tous mes désirs sont de vous plaire,
Et vous chérir fait mon bonheur;
Si je dis moins bien que mon frère,
Je vous aime autant que ma soeur.

Son quatrième fils

Et moi, dont la bouche enfantine
Tenterait en vain de chanter
Cher Papa, mon coeur se chagrine
Je voudrais aussi vous fêter;
Je sens que ma voix expire,
Voilà mon coeur et mon bouquet
Et je vais, afin de mieux dire,
Dans vos bras finir mon couplet.

Son fils aîné, tenant sa jeune soeur et son petit frère par la main

Venez ma Soeur, et vous mon Frère,
Faisons un trio de nos coeurs;
Bientôt pour fêter notre père
Vous joindrez vos chants à vos fleurs:
Allons acquitter notre dette,
Par nos caresses dans ce jour,
Et que chacun de nous répète:
Oui, c’est la Fête de l’amour.

Couplet Impromptu, d’un Spectateur de la Fête

Aux voeux d’une famille tendre
Je veux aussi mêler mes chants;
Payer le plaisir de l’entendre
En partageant ses sentiments.
Heureux enfants! heureuse mère!
Et vous bon papa, bon mari,
Quand on ne vous a pas pour père,
Heureux qui vous a pour ami.

Par M.G…, vicaire de S.M.”

Notes quant à l’air:
La mélodie « Avec les jeux dans le village » est de l’époque de ces couplets. Ainsi Frédéric Derne écrit-il dans La chanson, « arme » révolutionnaire et chambre d’écho de la société en Auvergne “Les airs chéris des républicains font l’objet d’abondantes parodies (respectivement 19 et 9 reprises de La Marseillaise et du Chant du Départ . C’est du répertoire des théâtres lyriques que les chantres de la Révolution tirent une bonne part de leurs emprunts, la plupart postérieurs à 1780 comme Avec les jeux dans le village  de Piis, l’Air des dettes de Champein (1787), celui de La croisée de l’avocat Ducray-Duminil. ” [http://ahrf.revues.org/document1608.html

L’air provient donc des Amours d’été, Divertissement en vaudevilles en 1 acte, Livret de Pierre-Yvon Barré et Pierre-Antoine-Augustin de Piis, Musique parodiée de divers compositeurs et vaudevilles. 25 septembre 1781 (Hôtel de Bourgogne).

Quelques sources suggèrent un lien entre cet air et la romance (mais à ma connaissance pas mise en musique) de Berquin dans l’historiette Le Nid de fauvettes.

NB: dans les Robinsons suisses de Wyss (version française de 1824) Ernest chantera un air à sa mère sur cette même mélodie…

Quelqu’un peut-il nous indiquer comment retrouver la mélodie Avec les jeux dans le village?