Le livre de religion et de littérature religieuse pour l’enfance en Europe

livre de religionOrganisé les 12 et 13 avril 2013 à la MSH de Caen, ce colloque s’inscrit dans le cadre du programme de recherche « Enfance, livre et culture » de l’équipe ERLIS EA 4254. À partir de la Réforme jusqu’à nos jours, il met en regard cette production dans plusieurs aires géographiques et culturelles d’Europe, et s’interroge sur ses formes et ses genres. Il réunit des historiens spécialistes des catéchismes et des manuels de religion, et des littéraires spécialistes de littérature enfantine, et ente ouvrir un dialogue fécond entre les uns et les autres. Lire la suite

Reliures Mame dans Arts & métiers du livre

La revue Arts et métiers du livre consacre, dans son n°293 de novembre-décembre 2012, un très long article d’Olivier Maupin, directeur du CRFPE aux livres et surtout aux reliures et percalines Mame, dans une perspective technique passionnante, qui ne recoupe pas du tout ce que nous avons pu écrire dans notre ouvrage de synthèse, et fait la preuve, une nouvelle fois, qu’un important chantier reste à mener sur cette production tourangelle. Merci à Anne Guérineau de m’avoir transmis cette référence.

Les livres Mame lus au Canada

La dernière livraison de la revue canadienne en ligne Mémoires du livre  / Studies in Book Culture publie un article de Pascal Brissette qui, dans le prolongement des travaux menés par Tangi Villerbu sur le succès qu’eurent les livres de Mame au Canada, évoque un cas singulier: l’impression durable que fit sur l’imagination des jeunes canadiens le récit de l’abbé Pinard, Gilbert ou le pète malheureux, publié dans la Bibliothèque de la jeunesse chrétienne en 1840.

On peut notamment y lire ce stimulant comparatif entre le roman du curé Pinard et les Illusions perdues de Balzac, qui lui est contemporain:

Contemporain d’Illusions perdues de Balzac, l’ouvrage de l’abbé Pinard met également en scène un jeune homme lettré et pauvre, en qui sa famille place toutes ses espérances, qu’elle chérit au point de tout sacrifier pour lui assurer sa subsistance matérielle dans la capitale, et qui perd une à une ses illusions poétiques au contact du monde intellectuel. Là s’arrête cependant la similitude : alors que Balzac conçoit son roman comme une vaste fresque montrant l’exploitation de l’homme d’imagination (Lucien de Rubempré et David Séchard) par le Journal et le monde de l’édition au moment où la littérature fait son entrée dans l’économie de marché, l’abbé Pinard propose un roman d’édification simpliste où un jeune homme de coeur, un poète catholique décidant de combattre seul l’impiété du dix-huitième siècle, est écrasé par des hommes plus puissants que lui, les « philosophes ». Contrairement à Lucien de Rubempré qui, dans Illusions perdues, trahira ses amis du Cénacle de la rue des Quatre-Vents et jouera la palinodie même au sein du monde journalistique, Gilbert, dans le livre de l’abbé Pinard, reste inébranlable et fidèle à sa foi, et résiste aux offres que des hommes puissants lui font pour qu’il joigne « la ligue puissante […] formée pour détruire la religion ».

Première exposition virtuelle: les albums Mame de l’entre-deux-guerres

Quelques semaines à peine après la sortie du livre Mame: deux siècles d’édition pour la jeunesse, l’équipe Mame, et en particulier Marie-Pierre Litaudon, a le plaisir d’annoncer la mise en ligne de la première exposition virtuelle issue des travaux des membres de l’équipe, et en particulier des efforts pour mettre en ordre, puis mettre en ligne, les descriptions des livres de Mame que nous avons consultés pendant ces années de travaux.

Consacrée aux Albums Mame dans l’entre-deux-guerres, cette exposition croise histoire de l’édition et analyse littéraire et picturale. Elle envisage les efforts déployés par l’entreprise Mame pour investir le secteur de l’album à cette période cruciale de l’édition pour la jeunesse. C’est l’occasion pour Marie-Pierre Litaudon de présenter en détail le parcours et la personnalité du directeur artistique engagé par les éditions Mame, Albert Uriet, mais aussi les figures marquantes de ces quelques décennies de publications illustrées, notamment celles de Marie-Madeleine Franc-Nohain, d’André Boursier-Mougenot ou de Raymond de la Nézière. Lire la suite

Notre livre est paru!

L’ouvrage Mame: deux siècles d’édition pour la jeunesse, fruit des quatre années de recherches de l’équipe ANR Mame, est enfin paru; il sera très bientôt en librairie. Publié conjointement par les Presses Universitaires de Rennes et les Presses Universitaires François-Rabelais, il offre une synthèse très complète des travaux pluridisciplinaires que nous avons menés tout au long de cette aventure.

Jusqu’au 30 avril, avant la sortie en librairie, le livre est disponible au prix de souscription de 20 euros (au lieu de 24) en commandant directement aux Presses Universitaires François-Rabelais. Il est possible aussi de télécharger ici le Bon de souscription.

 

Cet ouvrage présente les résultats d’un programme de recherches de trois ans (2008-2011), financé par l’Agence Nationale de la Recherche, dans le cadre des appels à projets « jeunes chercheurs ». Il réunissait initialement des littéraire, des historiens et des historiens d’art : Cécile Boulaire, Matthieu Letourneux, Mathilde Lévêque, Michel Manson, Michèle Piquard, Isabelle Saint-Martin, Tangi Villerbu. Sont venus s’ajouter à cette équipe initiale deux chercheurs en contrat post-doctoral : Marie-Pierre Litaudon, François Fièvre — qui a assuré notamment le commissariat de l’exposition La Maison Mame : deux siècles d’édition à Tours (Château de Tours, 18 mars – 30 avril 2011) ainsi que la rédaction du catalogue. À ce noyau initial se sont agrégés des chercheurs intéressés par la dimension historique du projet (Chantal Dauchez, Martin Dumont, Caroline Gaume), par la dimension d’histoire du livre et de l’édition (Stéphane Tassi, Marie-Françoise Boyer-Vidal, Élisabeth Verdure, Olivia Voisin) ou par les réflexions qu’ils développaient sur la littérature pour la jeunesse (Clémence Lefay, Annette Baudron). Enfin quelques chercheurs nous ont fait l’honneur de participer à notre colloque final, et leurs contributions s’intègrent à ce volume : Christian Amalvi, Christine Desmoulins, Francis Marcoin. Nous publions par ailleurs ici un texte inédit de Rémi Blachon, qui nous l’avait remis au début du projet, avait encouragé nos travaux mais est décédé avant de les voir aboutir. Les différentes parties de cet ouvrage ont été coordonnées par Michel Manson, Tangi Villerbu, Cécile Boulaire, Matthieu Letourneux, Mathilde Lévêque et François Fièvre ; Caroline Gaume s’est chargée de la préparation des textes. La coordination générale du projet de recherches et de l’ouvrage final a été assurée par Cécile Boulaire.

Ce livre est dédié aux hommes et aux femmes qui, de 1796 à juin 2011, ont fait des livres chez Mame à Tours. Lire la suite

Que se passe-t-il après une ANR?…

Le livre de synthèse de nos recherches étant désormais entre les mains de l’éditeur, il convient de s’atteler maintenant à la mise au point de la base de données du projet Mame, destinée à terme à être rendue publique sur le site mameetfils.univ-tours.fr, qu’ont mis en place et administrent Stéphane Loret et Maud Bouillon à la MSH de Tours.

Initialement, ce site devait héberger une « simple » base de données, copie de notre fichier FileMakerPro. Le choix technique de l’application libre Omeka nous ouvre d’infinies possibilités de valorisation des données… mais nécessite, de ce fait, une quantité encore importante de travail, afin que ces données ne soient pas simplement livrées brutes aux internautes, mais qu’elles soient pensées encore au-delà de ce que nous avions fait jusqu’à présent.

Cela nécessite encore de fastidieuses opérations de vérification des « fiches d’identité » des livres que nous avons recensés : traque des coquilles, vérification des « autorités », attribution de leur identité véritable aux anonymes et pseudonymes que nous avons identifiés, etc. Mais, bien au-delà, il s’agit de développer aussi une réflexion sur les données elles-mêmes, notamment les images des livres qui nous sont passés entre les mains, et dont nous avons photographié, selon les cas, les couvertures, reliures et cartonnages, mais aussi les ex-præmio (manuscrits ou imprimés), les pages de titres (titres gravés, titres typographiés), les images de frontispice et les gravures intérieures, parfois la préface, la table des matières, un catalogue inséré après les pages de garde…

Pour éviter que ces images ne soient qu’illustratives, rattachées chaque fois à une seule donnée (un exemplaire d’un livre ), il convient d’indexer chaque image pour la traiter elle-même comme une donnée. En effet, si un cliché de l’ex-præmio collé à l’intérieur d’un exemplaire d’un roman pour enfants a valeur illustrative pour cet ouvrage en particulier, il fait sens, aussi, au sein d’une série plus vaste, celle de tous les ex-præmio recensés dans des livres Mame. Or si nous voulons que nos collections puissent être utilisées, par exemple, dans le cadre d’une recherche large sur l’usage des livres de prix, ou sur le partage entre lectures offertes aux filles et lectures offertes aux garçons dans une perspective de gender studies, ou encore par un chercheur qui s’intéresse de manière quantitative au marché du livre au XIXe siècle, et qui aimerait savoir à quelle cadence les livres sont vendus, combien de temps après leur sortie des presses ils arrivent entre les mains des enfants… alors il nous faut indexer chaque image, pour indiquer, au-delà de son rattachement à un exemplaire d’un titre, de quoi il s’agit, de manière explicite. L’idéal est évidemment que par-delà la fin officielle du projet Mame (il s’agissait d’une simple ANR jeune chercheur », elle est close depuis avril 2011), ces collections de données puissent continuer à vivre, à s’enrichir, et surtout, qu’elles servent à des chercheurs que nous ne connaissons pas, à des recherches que nous n’avons pas imaginées.

Nous devons donc maintenir un strict équilibre entre les données que nous avons déjà emmagasinées, et qu’il s’agit simplement de mettre en ligne ; les données que nous pouvons construire à partir de l’existant, mais en tenant compte de nos forces amenuisées (puisque les crédits ANR sont épuisés) ; les données qui pourront éventuellement être apportées ultérieurement par d’autres chercheurs, d’autres programmes — ce qui nous oblige à penser notre travail de la manière la plus normée et la plus ouverte possible.

La discussion avec Stéphane Loret et Maud Bouillon a donc porté sur le devenir de cette base— et pas sur sa cloture. Notre première tâche est de réfléchir aux métadonnées que nous allons appliquer à nos centaines de fichiers images. Notre seconde tâche est… d’ordre organisationnel. La MSH de Tours a apporté son aide au projet Mame à titre gracieux : il s’agissait d’expérimenter un transfert des compétences développées au sein du centre de ressources Crévilles à des données et des projets non-liés à la thématique « villes ». Puis le budget ANR a financé une partie du travail de Maud Bouillon. Aujourd’hui, quel peut être le cadre de l’aide concrète apportée par la MSH à cette base liée à un projet échu ?…

La question est plus large encore peut-être : quel peut être l’avenir d’un site web issu d’une recherche ANR, une fois que cette ANR est terminée, que l’équipe est dispersée, les crédits dépensés ? En sciences humaines, une publication finale est un jalon traditionnel qui rend public le résultat d’une recherche collective, et nous nous sommes pliés à ce principe, dont la fécondité est évidente : notre livre sur Mame sera une somme. Mais la structure même d’un site web suppose une mise à jour. Comment organiser cette mise à jour, cette vie pérenne d’une ressource qui n’est pas un dépôt exhaustif, mais un perpétuel work in progress ?

Dans la discussion naît l’idée de faire de « mameetfils » une sorte d’atelier-école, de lieu d’expérimentation, pour une recherche en sciences humaines (et Mame sera de fait un simple exemple), de toutes les potentialités offerts par l’outil Omeka. Il s’agira pour nous de développer telle ou telle application, en fonction de tel usage possible de nos données, mais sans viser l’exhaustivité (sauf à recevoir des moyens spécifiques). Chaque expérimentation devra bien entendu se doubler d’une analyse des résultats obtenus: en quoi Omeka donne-t-il satisfaction pour tel besoin spécifiquement analysé? En quoi pourrait-il être amélioré par la communautés d’utilisateurs? Quels protocoles ont dû être mis en place, et qui pourraient être modélisés, partagés avec d’autres équipes, d’autres chercheurs?

Ce devenir « atelier » de la base mameetfils coïncide presque miraculeusement avec la création, au sein de la MSH de Tours, pour le contrat quadriennal qui débute, d’un Atelier Numérique qui verra les divers laboratoires engagés dans des entreprises de « digital humanities » réunir leurs compétences et leurs spécialités. Une affaire à suivre donc…

Mame aux Etats-Unis

En 2010, Tangi Villerbu était parti à New York sur les traces de Charles Mame. Une partie des résultats de cette enquête va paraître:

« Entre monde Atlantique et Jeune République: Charles Mame et la librairie française à New York au début du 19eme siecle »

à paraître dans le Canadian Journal of History/Annales canadiennes d’histoire,  spring/summer 2012 issue: volume 47, number 1.

Livre final

Les Presses Universitaires de Rennes viennent de donner leur accord pour publier les résultats de notre programme de recherches sous la forme d’un gros ouvrage de synthèse, abondamment illustré, qui paraîtra en mars 2012 dans la collection « Histoire », en co-édition avec les Presses Universitaires François-Rabelais, sous le titre  Mame. Deux siècles d’édition pour la jeunesse.

La fin d’une longue histoire

<p>TMV n° 22, semaine du 21 au 27 septembre, p. 10.</p>

 

Les hasards du calendrier sont parfois sinistres. Alors que nous ouvrions le colloque consacré à Mame, en mars dernier, l’entreprise d’imprimerie du même nom, héritière des deux siècles d’histoire auxquels nous venions de consacrer nos recherches, passait devant le tribunal administratif, en quête désespérée d’un repreneur. Cette semaine, notre livre, réunissant les conclusions ultimes de ce programme de recherche, est parti en lecture chez l’éditeur; les ex-salariés de Mame, eux, cherchent juste à se faire payer de leur travail. Il y a quelque chose d’amer à célébrer, dans un travail de synthèse académique, la longévité d’une entreprise qui, au même moment, met fin à son activité, privant de travail plus de 200 employés.