Roy et Töpffer : modernes malgré eux

Töpffer, Autoportrait (vers 1844), collection baron E. de Geer, Genève

Tandis que se prépare la publication du recueil qui couronnera le projet Mame, certains des éléments qui vont pour la première fois s’y trouver rassemblés commencent déjà à essaimer et désignent, parfois par simple rapprochement, les trajets des recherches qui pourraient s’ouvrir dans le sillage de cet énorme chantier. A titre d’exemple de cette fécondité, voici rapidement esquissée une analogie inattendue qui s’enracine dans les travaux issus du projet Mame : l’étude prosopographique1 que Cécile Boulaire consacre dans le recueil à Just-Jean-Étienne Roy, fidèle fournisseur de fictions pour les collections de Mame à partir de 1840, dessine le portrait d’un « soutier » du roman catholique qui, paradoxalement, n’est pas sans rappeler la figure d’un de ses stricts contemporains, peut-être plus connu : Rodolphe Töpffer. Lire la suite

  1. Cécile Boulaire, « Just-Jean-Étienne Roy, un polygraphe au service de Mame », in Cécile Boulaire (dir.), La Maison Mame à Tours (1796-1975) : deux siècles d’édition pour la jeunesse, Rennes, PUR, 2011 (à paraître). []

Exposition et catalogue

Photographie BM de Tours, François JOLY

L’exposition La Maison Mame: deux siècles d’édition à Tours, qui s’est tenue au Château de Tours, a fermé ses portes à la fin du mois d’avril, après avoir accueilli plus de 4300 visiteurs. Fruit d’une étroite collaboration entre l’équipe ANR Mame et la Bibliothèque Municipale de Tours, elle nous a permis de faire partager au plus grand nombre une partie des résultats de nos recherches, et des richesses de la BM, auxquelles se sont ajoutées de nombreuses pièces empruntées aux institutions locales ou plus lointaines. Ces quelques photographies, réalisées par François Joly pour la BM de Tours, témoignent de la variété des pièces qui ont pu être présentées au public.

Quelques affiches de faillites imprimées par Armand Mame. BM de Tours, photographie François Joly

Portraits photographiques, affiche électorale. BM de Tours, photographie François Joly

Photographies de la construction de la nouvelle usine, années 1950. BM de Tours, photographie François Joly

Documents liés à la fondation tourangelle de la dynastie. BM de Tours, photographie François Joly

Collection de cartonnages romantiques. BM de Tours, photographie François Joly

Une logique de collections. BM de Tours, photographie François Joly

Albums pour enfants dans l'entre-deux guerres. BM de Tours, photographie François Joly

Investir le champ des sciences humaines après Vatican II. BM de Tours, photographie François Joly

Le catalogue La Maison Mame, deux siècles d’édition à Tours, rédigé par François Fièvre et édité par Silvana Editoriale (EAN 9788836619856, 18 euros), est désormais en vente dans toutes les bonnes librairies.

L’exposition était constituée notamment de 24 panneaux souples, qui peuvent être prêtés gratuitement par la Bibliothèque Municipale de Tours aux institutions qui lui en feraient la demande.

Ouverture de chantiers en histoire de l’art

Le projet Mame et fils, dirigé par Cécile Boulaire, a non seulement permis de poser les jalons indispensables à la reconstruction de l’histoire d’une maison d’édition de premier ordre, mais il ouvre un champ absolument passionnant pour l’histoire de l’art. Le corpus réuni par l’équipe, répertorié dans une base de données très utile, offre en effet la possibilité de se pencher de plus près sur toute une production d’albums et de livres illustrés jusqu’à maintenant peu, voire pas du tout, étudiés. Or, même si l’on a pu lire des commentaires parfois acerbes sur les livres Mame, il s’avère que la maison d’édition a eu un rôle considérable dans la production d’ouvrages illustrés de grande, voire de très grande valeur, à l’instar des Bibles illustrées par Gustave Doré ou James Tissot, sur lesquels l’historienne de l’art Isabelle Saint-Martin va se pencher de plus près. Ces ouvrages très largement diffusés, considérés comme des chefs-d’œuvre dès leur publication, furent commentés et admirés au-delà des frontières nationales. Ils contribuèrent à la fois à la renommée des artistes et de la maison d’édition, louée pour la splendeur de ses ouvrages.

Cette réputation, qui rayonna dans le monde, doit rappeler les réseaux dans lesquels étaient réalisés les livres illustrés. Bien loin de l’image d’une maison d’édition de « province », il apparaît que la maison Mame était bien inscrite dans un paysage éditorial international, jouissant d’une grande visibilité aux Expositions universelles, et se faisant très tôt interprète entre les cultures par le biais de traductions d’auteurs étrangers. Le caractère inter- voire transnational se retrouve aussi dans l’identité des illustrateurs et artistes engagés par Mame : Gustave Doré travaillait aussi pour des maisons d’éditions à l’étranger, en particulier à Leipzig, plaque tournante majeure de l’édition et de la librairie au XIXe siècle. Les frères Charles, Edouard et Paul Girardet, suisses d’origine, prussiens de nationalité, français d’adoption, furent des peintres, graveurs et illustrateurs recherchés, aussi par la maison d’édition Mame. Ils faisaient circuler des images françaises, allemandes, suisses, anglaises par le biais de la gravure, reproduisant tous les genres, mais ils proposaient aussi des scènes pittoresques originales ou des paysages exotiques, suisses ou orientaux…

C’est aussi dans cette histoire de l’art extraordinairement complexe, à la fois transnationale et intermédiale, que nous plongent les ouvrages illustrés de la maison Mame. C’est cette histoire qu’il faut à présent retracer dans le détail, en consacrant des études approfondies aux albums, aux planches, aux frontispices, pour comprendre d’où viennent ces images, comment elles ont pu circuler entre la peinture et la gravure, entre les mondes de représentation français et étrangers, comment elles ont su répondre aux exigences d’un éditeur soucieux de la diffusion de ses ouvrages et aux enjeux de l’illustration, comment elles ont relevé ce défi de la translation du texte à l’image et contribué à l’essor d’un langage visuel autonome.

Tous les livres illustrés de Mame ne sont pas exceptionnels, beaucoup relèvent de plus de ce que l’on appelle la littérature populaire : ils ne font pas partie de ce canon auquel appartiennent les Bibles de Doré ou Tissot. Mais c’est là aussi une problématique à laquelle les historiens d’art doivent se confronter, sans nécessairement faire « seulement » de l’histoire culturelle : analyser les images de ces ouvrages populaires de divertissement édifiant, souvent destinés à de jeunes publics, avec les outils de l’histoire de l’art permet d’aller au-delà d’une simple description de leur efficacité ou de leur qualité et d’interroger les fondements même de nos hiérarchies conventionnelles. La migration des formes entre différents médias, la circulation des motifs et la reprise des styles, l’invention de solutions formelles inédites ou le recours à des modes en apparence anachroniques, tout cela entre dans le champ de nos futures investigations.

Ainsi le cas de Louis Joseph Hallez, dont on dit qu’il fut élève du Nazaréen allemand Johann Friedrich Overbeck, doit faire l’objet d’études plus poussées : les frontispices et dessins réalisés entre autres pour différentes éditions de L’imitation de Jésus-Christ relèvent d’un style et d’une esthétique a priori atemporels et pourtant très révélateurs des enjeux de l’art religieux de la deuxième moitié du XIXe siècle. Ces ouvrages, souvent traduits d’auteurs espagnols, italiens des XVIe et XVIIe siècles, comme Francisco Arias, Nicolas Avancini, ou français anciens et contemporains comme Jérôme de Gonnelieu ou Lamennais, offrent nombre de problématiques croisées, entre les époques, les lieux, les « images » offertes par le texte et les gravures. La longévité de certaines éditions qui paraissent jusqu’au XXe siècle montre bien une temporalité singulière qu’il s’agit là aussi de reconsidérer plus sérieusement.

Le projet « Mame et fils » ouvre donc de nombreuses pistes pour les historiens d’art, dans une perspective ostensiblement diachronique, allant des livres enluminés du moyen-âge aux livres d’artistes du XXe siècle. Le caractère interdisciplinaire imprimé à ce projet ANR doit guider les futurs chercheurs dans leur approche de ces objets complexes que sont les livres illustrés, à l’instar de la convergence des approches qui a été esquissée lors du colloque final, entre l’histoire des réseaux économiques de production, de l’interaction entre les différents acteurs (de l’auteur au traducteur, de l’éditeur à l’imprimeur), l’analyse philologique des textes et de leurs traductions, l’étude des répertoires et des qualités littéraires, les enquêtes sur les lecteurs et les pratiques de lecture.

Fin de projet, ouverture de chantiers

Le colloque des 17 et 18 mars a été l’occasion de présenter nos résultats au public, mais aussi, une dernière fois avant l’étape de la publication, de faire le point entre nous des travaux que nous avions accomplis, et de ceux qu’il restait à mener. Tangi Villerbu s’est chargé de faire un bilan des chantiers à ouvrir dans le domaine historique, Matthieu Letourneux s’est occupé des recherches littéraires. Lire la suite

Echos du projet Mame

Le colloque Mame est derrière nous — un compte-rendu en sera présenté sur ce carnet de recherches d’ici quelques jours —, l’exposition Mame, co-organisée avec la BM de Tours, bat son plein jusque fin avril, et ici ou là quelques échos de notre travail.

A la radio par exemple: Aligre FM, qui émet sur la région parisienne, consacre une émission hebdomadaire à la culture enfantine, « Ecoute, il y a un éléphant dans le jardin ». Animée par véronique Soulé, cette émission fait place une fois par mois à l’actualité de la recherche en littérature pour la jeunesse. Mathilde Lévêque, qui assure cette chronique mensuelle pour l’Association française de recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance, a souhaité que le 16 février dernier il soit question de Mame. L’émission peut s’écouter ici.

Le monde du livre ancien s’intéresse aussi à Mame. Jean-Etienne Huret, libraire à Paris, et fondateur du Centre de documentation des livres à plats historiés, consacre deux numéros de son bulletin aux plats historiés produits par la maison tourangelle. On peut se le procurer à la librairie Jean-Etienne HURET, 9 rue de la Pompe, 75116 Paris (jehuret@wanadoo.fr).

Colloque Mame

Le programme du colloque Mame est désormais quasi bouclé, même si les affiches et visuels doivent encore attendre quelques jours. Voilà donc de quoi se composeront les journées des 17 et 18 mars 2011:

La maison Mame à Tours (1796-1975) :

deux siècles d’édition pour la jeunesse

17 et 18 mars 2011

Hôtel de Ville de Tours, salle des mariages

Lire la suite

Exposition Mame

La Bibliothèque Municipale de Tours, en collaboration avec l’équipe du projet ANR Mame, organise une exposition, qui se tiendra au Château de Tours du 18 mars au 30 avril. Michèle Prévost, Bérangère Rouchon-Borie pour la BM, François Fièvre pour l’équipe Mame, y travaillent d’arrache-pied; les textes du catalogue ont été rédigés par François, avec la collaboration de l’ensemble des chercheurs de l’équipe, que je remercie tout spécialement.

Cette exposition sera l’occasion de vulgariser une partie des résultats de nos travaux, et de mettre en valeur les richesses de la Bibliothèque, ainsi que des nombreux fonds d’archives qui nous ont permis de travailler. Elle sera inaugurée le soir du colloque de clôture de l’ANR Mame… dont le programme sera bouclé d’ici quelques jours.

L’année finale

photo J.-E. Huret

L’année 2011 sera pour l’équipe Mame celle des résultats. Nous venons d’obtenir de la famille Mame l’autorisation d’utiliser le nom de l’entreprise dans l’URL de notre site web final. Les textes de notre ouvrage de synthèse se mettent en place. Maud Bouillon et Stéphane Loret travaillent désormais quotidiennement sur notre base Omeka et y intègrent les centaines d’images que nous avons accumulées, tout en nous interrogeant de manière permanente sur les critères de sélection, les mots-clés et les catégories que nous avons employés tout au long de la recherche. François Fièvre travaille d’arrache-pied aux textes des panneaux de l’exposition du Château de Tours, et à ceux du catalogue, tandis que Michèle Prévost et Bérangère Rouchon-Borie, à la Bibliothèque Municipale, s’affairent autour des pièces exposables, celles de la BM, mais aussi celles qu’il va falloir emprunter. Pour cette exposition, le fonds Mame de la BM de Tours s’est enrichi de plusieurs pièces spectaculaires, notamment un magnifique exemplaire de La Vie de Notre Seigneur Jésus-Christ de James Tissot, dont je présente ci-dessus le boitage d’origine. L’entreprise Mame Imprimeurs (un grand merci à Madame Sylvie Moriset!) a même retrouvé, quelques jours avant Noël, un lot de plusieurs centaines de photographies des années 1950 qui viennent compléter de manière parfaite les 13 boites d’archives de la préfecture décrivant les longues étapes de la reconstruction, mises à la disposition de notre équipe par les Archives Départementales d’Indre-et-Loire à partir de novembre, et dépouillées par Caroline Gaume. Le travail à fournir reste immense, et les délais se raccourcissent, mais nous pouvons honnêtement considérer que nous sommes en bonne voie…