Elise Voïart, perdue et retrouvée

La découverte d’Elise Voïart par Cécile Boulaire est une trouvaille précieuse. Dans son étude de la « Bibliothèque des Petits Enfants », collection créée par Mame en 1845, Cécile Boulaire a mis en avant la figure de cet écrivain pour enfants oublié aujourd’hui, mais dont les récits témoignent d’un réel talent de plume tout autant que d’une attention précise portée sur le monde des plus petits, sur leurs habitudes quotidiennes, sur leurs capacités de lecteurs débutants.

Cette découverte nous ouvre des pistes de recherches insoupçonnées. Elise Voïart est en effet aussi une traductrice, de récits allemands et anglais, et là encore ses talents montrent la modernité de son point de vue. Traduisant Les petits livres couleur de rose de Jacob Glatz pour Levrault en 1832, elle s’adresse à ses jeunes lecteurs dans une préface, démarche rare en littérature de jeunesse en ce début du XIXe siècle, a fortiori de la part d’un traducteur : refusant d’adapter totalement les récits au contexte français, elle conserve délibérément les noms et spécificités allemandes, confiante dans la curiosité et les capacités intellectuelles de ses petits lecteurs, âgés de six à douze ans.

En cherchant à en savoir un peu plus sur la vie de cet écrivain, on constate qu’elle est un auteur pour enfants et pour adultes assez reconnue en son temps. Oubliée aujourd’hui, Elise Voïart mérite indéniablement qu’on s’intéresse de nouveau à elle et à ses œuvres. Née à Nancy en 1786 dans une famille modeste mais attentive à l’instruction, Elise Petit-Pain arrive à Paris vers l’âge de 20 ans pour faire partie des dames de compagnie de l’impératrice Joséphine. Ce projet échoue et elle rencontre alors Jacques-Philippe Voíart, un veuf de trente ans son aîné, père de deux jeunes enfants ; ils se marient en 1806. Rapidement, en raison de la santé fragile de la petite Amable, fille de Voïart, la famille décide de s’installer à la campagne, non loin de Paris, à Choisy-le-Roi, dans une belle propriété, au 4, rue des Vertus. Cette « retraite » devient bientôt une sorte de salon intellectuel et artistique ; Jacques Voïart peint, Elise écrit et traduit, Amable fait des vers, Béranger, David d’Angers, entre autres, font partie de leur cercle d’amis.

C’est là que la recherche, l’Histoire et la toute petite histoire se rencontrent : il se trouve en effet que j’habite moi-même à Choisy-le-Roi, commune du Val-de-Marne dont je suis originaire ainsi que toute ma famille paternelle. Une visite aux archives municipales m’a rapidement permis de trouver l’adresse des Voïart, au 4 rue des Vertus, où ils ont vécu entre 1811 et 1842. Par un heureux hasard, cette maison existe toujours, pour une raison très précise : il s’agit de la maison où est mort en juin 1836 le grand homme de Choisy, Rouget de l’Isle. Si la mémoire locale n’a pas oublié l’auteur de « La Marseillaise » ni sa dernière demeure, le nom des Voïart était en revanche tombé dans l’oubli, alors que ce sont eux qui ont recueilli Rouget de l’Isle et qui l’ont assisté jusqu’à son dernier soupir.

Un auteur de Mame, amie de l’auteur d’un des chants révolutionnaires les plus sanglants qui soit ? Le rapprochement existe bel et bien. Selon Pierre Mollier, archiviste de la Franc-Maçonnerie, le lien entre Voïart et Rouget de l’Isle s’explique par la réalité d’une solidarité franc-maçonne. Or, les fondateurs de l’entreprise Mame, Charles puis Amand, membre de la loge Parfaite Union de Tours, sont franc-maçons. En revanche, Ernest et Alfred ne le sont plus. Des liens subsistent-ils néanmoins ? Henri Fournier, qui vient travailler chez Mame en 1845, propose probablement à Alfred Mame d’éditer les textes d’Elise Voïart, qu’il a lui-même publiée peu de temps auparavant. Est-il lui aussi franc-maçon ? Comment connaît-il Elise ? Quels sont précisément les cercles intellectuels et littéraires qu’elle fréquente ? Telles sont les principales questions qui se posent aujourd’hui, à l’aube de cette entreprise de re-connaissance d’un écrivain tombé, peut-être injustement, dans l’ombre profonde de l’histoire littéraire.

Mathilde Lévêque