“L’Art et la Mesure”: réflexions pour une base de données

En décembre dernier, François Fièvre s’est rendu  pour l’équipe Mame au colloque «L’Art et la Mesure, Histoire de l’art et approches quantitatives Sources, outils, méthodes » (Colloque international Ecole normale supérieure, 3-5 décembre 2008 45 rue d’Ulm, Paris Salle Dussane. Organisé par Béatrice Joyeux-Prunel). Il en a fait le compte-rendu ci-dessous, prélude à une réflexion collective sur notre base de données consacrée aux livres pour la jeunesse de la maison Mame:

“Organisé sur trois jours, le colloque avait pour but d’analyser les apports et les limites des outils et méthodes d’analyse quantitative dans le domaine de l’histoire des arts. La première journée (mercredi 3 décembre), intitulée « De la sociologie à l’histoire de l’art », était consacrée à la question de l’application des méthodes sociologiques et statistiques à l’histoire des arts, concernant notamment le problème du marché de l’art ou des réseaux artistiques. La seconde journée (jeudi 4 décembre) était intitulée « L’approche quantitative changera-t-elle l’histoire de l’art ? », et était consacrée en grande partie aux bases de données, et aux résistances de la discipline à se voir investir par les méthodes d’analyse quantitative. Au cours de la troisième journée (vendredi 5 décembre), intitulée « Défis pour l’approche métrique », on a pu assister plus largement à des interventions qui concernaient l’histoire du goût d’une part, et la question de la mesure quantitative de la qualité artistique d’autre part.

Je n’ai personnellement assisté qu’à la demi-journée sur les bases de données, à la fois par manque de temps et parce que c’était la question qui nous préoccupe le plus concernant le projet Mame.
La première table ronde de la matinée, de loin la plus intéressante pour ce qui nous concerne, était significativement intitulée « Qu’est-ce qu’une bonne base de données ? ». Elle comportait des interventions de créateurs ou de gestionnaires de bases de données de tous les domaines, et pas seulement celui de l’histoire de l’art : histoire littéraire (base Ciel sur les auteurs belges francophones), histoire musicale (base Chronopera sur les représentations de l’Opéra de Paris, avec Solveig SERRE-BARRUCAND), histoire de l’art (intervention de Laurent CHASTEL, créateur de nombreuses bases sous FMP), ou encore histoire généraliste (intervention de Pierre VERNUS, historien du SyMoGIH, Lyon-II).
Laurent Chastel insiste sur trois règles d’or :
– La base ne peut fonctionner qu’avec et pour les utilisateurs ; elle est morte quand elle n’est pas utilisée, ou quand elle n’est utilisable que par un nombre très limité de personnes – (par ses créateurs, notamment). De même, une base est inutile quand son fonctionnement est dicté par un technicien (un informaticien), si celui-ci ne prend pas en compte les exigences de l’utilisateur.
– Il faut faire simple : il faut résister à la tentation de vouloir tout faire et tout décrire, et se concentrer sur ce dont on a réellement besoin. Quitte à anticiper sur les besoins futurs, mais de manière raisonnable et surtout simple à informer.
– Il faut impérativement choisir un système informatique qui permette une exportation des données : les logiciels ne sont pas éternels, et tout ce qui a été fait peut être perdu. FMP est un bon logiciel sur ce point précis.
Pierre Vernus, de son côté, insite sur la nécessité d’une modélisation préalable des informations et des rapports entre elles : avant de créer une base de données, il faut savoir ce que l’on veut y mettre, et quelles seront ses applications possibles. Notamment si l’on veut en tirer des données quantitatives, mais pas uniquement.

Pierre Vernus propose ainsi des structures formelles de modélisation d’information historique, applicables à tous types d’évènements ou d’informations historiques, ce qui lui a permis, au sein de son laboratoire, de mettre en rapport, voire en commun, des bases sur des sujets totalement différents, comme l’histoire du patronat français et celle des réseaux artistiques en Italie. Cette mise en commun a été rendue possible par des dictionnaires communs (de noms propres, de lieux, etc.), mais aussi par un effort de modélisation commune. Ce travail de modélisation préalable a pour but de définir 1/ les éléments ; 2/ les champs dans lesquels s’inscrivent ces éléments ; 3/ les liens entre ces champs.
Une discussion entre Laurent Chastel et Pierre Vernus permet de dégager une certaine dissenssion de méthode : Laurent Chastel estime que cet effort de structuration préalable est une perte de temps, et que FMP permet, par sa souplesse, d’adapter la structure de la base au fur et à mesure de sa constitution, ce qui la rend au final plus utile, car en correspondance directe avec les attentes de son utilisateur. Pierre Vernus réplique que la modélisation dont il parle est générale et abstraite, et ce faisant est tout à fait souple et adaptable. Il ne s’agit pas d’imposer une structure préalable dans laquelle toutes les informations devront rentrer coûte que coûte, mais de proposer une structure suffisamment pertinente dès le départ pour gagner du temps par la suite. Quitte à la modifier par la suite. Laurent Chastel termine ce bref débat en disant que, à tout prendre, il préfère évidemment ce type de base ultra-formalisée à une base qui ne ferait aucun effort de formalisation concernant la structuration des informations.
Voilà pour les interventions les plus « théoriques », les autres communications ayant peu ou prou consisté à présenter des bases de données, la manière dont elles fonctionnent, leurs finalités respectives.

Ce qui se dégage d’emblée de ces bases de données, que ce soit Chronopera, Ciel ou autres, c’est l’extrême atomisation, l’extrême morcellement des informations : plus une information est morcellée, plus la base de données trouve son utilité. Mieux vaut remplir 5 champs différents avec 5 mots que remplir un seul champ avec les 5 informations réunies : cela permet d’une part de mieux distinguer, dans un champ donné (par exemple les réseaux littéraires), différents types d’information (pour le même exemple, les lieux de sociabilité, les prix littéraires, les lieux de résidence, les lieux de formation, les noms de profession, les noms d’institutions académiques auxquels sont rattachés les écrivains, etc.) ; et d’autre part cela permet un plus grand nombre d’applications statistiques. L’exemple de la base Ciel a montré qu’en rentrant les noms d’établissements secondaires où ont été formés les écrivains belges francophones, on a pu vérifier, par voie statistique, la doxa selon laquelle la majorité avaient été éduqués chez les jésuites.
Un tel travail de morcellement exige de remplir la base de manière simple et normée, ceci dans le but d’éviter les erreurs ou les confusions de retranscription au cours de son alimentation : la recherche se trouve facilitée s’il n’est acceptée qu’une orthographe d’un même nom, quitte à donner les autres orthographes possibles dans une table indépendante. On pourrait appliquer le même raisonnement pour les pseudonymes, les noms d’œuvres, etc.

Concernant l’interface, qu’elle soit web ou logicielle, elle doit être 1/ agréable visuellement ; 2/ ergonomique ; 3/ de circulation simple, surtout quand il s’agit de naviguer entre les tables. Une navigation par liens hypertextes est notamment très agréable quand on veut une base que tout le monde puisse utiliser. Eviter, donc, une base dans laquelle la circulation demande un niveau d’expertise trop élevé. Solveig Serre-Barrucand propose, dans sa base Chronopera, deux types d’interface : simple (pour l’utilisateur lambda) et experte (pour celui qui l’alimente).
Une note également concernant la sauvegarde des données : la base Ciel propose un type de sauvegarde relativement classique, mais très efficace. C’est une base de données accessible par internet sur mot de passe, qui est copiée toutes les nuits sur un serveur différent afin d’être mise à la disposition du public. Ce qui revient à dire qu’il y a deux bases : une sur laquelle on peut interagir, accessible aux personnes choisies, et l’autre qui n’est disponible que sur consultation, accessible à tout le monde, et qui est actualisée quotidiennement.
La discussion avec le public fait apparaître un dernier point essentiel de la pertinence et de l’efficacité d’une base de données. Dans l’impossibilité de faire rentrer toutes les données, dans la mesure où souvent les sources sont incomplètes et les informations absentes, il faut absolument laisser une possibilité de faire apparaître les données manquantes. Ceci permettant de les identifier, éventuellement de les quantifier, afin d’une part de voir en quoi telle étude, statistique ou non, est fidèle ou non à la totalité du phénomène étudié, et d’autre part de dégager les pistes de recherche futures. Il est nécessaire, ajouterions-nous, de laisser la place également aux informations approximatives : entre deux livres notés « sd », il serait très utile de pouvoir faire la différence entre un livre paru en période romantique et un livre paru au début du XXe siècle.

La seconde partie de la matinée concernait plus spécifiquement les bases de données en histoire de l’art, et notamment les questions de l’accessibilité des images, des droits d’utilisation pédagogique de ces images, etc. On notera notamment deux bases très intéressantes : la base allemande Prometheus, d’accès payant, qui met à disposition plus de 550000 images, et la base françise Videomuseum, qui est plus précise dans la mesure où elle est consacrée à l’art moderne dans les collections muséales françaises. Est également présenté le projet AGORHA de l’INHA, qui se veut une méta-base de données qui permettrait d’effectuer des recherches dans l’ensembles des bases de données des institutions hébergées par l’INHA. Le projet est en cours de construction, et aucune application n’a donc pu être montrée. Je ne m’étends pas sur cette partie de la journée, elle nous concerne moins.

Pour conclure, je voudrais simplement faire remarquer quelques défauts de la base Mame sur laquelle nous travaillons actuellement, présentés selon un ordre décroissant d’urgence :
L’information gagnerait à être davantage modélisée : ainsi, on devrait pouvoir faire la différence entre trois niveaux, celui du titre, de l’édition et de l’exemplaire, alors que pour l’instant le recensement ne se fait qu’à l’échelle de l’exemplaire. Ce travail de structuration permettrait d’une part la création d’applications quantitatives, mais surtout, d’autre part, une plus grande facilité de circulation dans la base. Si la base venait à devenir publique, il me semble que ce travail de hiérarchisation des éléments devrait impérativement être effectué.
– Malgré une certaine séparation des informations, la base gagnerait à être davantage atomisée. Pour prendre seulement trois exemples, il faudrait notamment séparer les noms d’auteur de ceux de traducteur et d’adaptateur ; idem pour les noms de graveur et d’illustrateur ; enfin atomiser les informations du champ de description de couverture afin qu’elles soient plus aisément utilisables. Ainsi, cocher une case « cuir » ou « percaline » ou « tissu » ou « papier » ou « carton » permettrait de dégager des statistiques concernant les matériaux de couverture des livres, et d’autre part de remplir les fiches de manière plus rapide. Dans l’absolu, sauf concernant bien sûr le champ des remarques diverses et connexes, un champ de base de données ne devrait jamais contenir de phrase conjuguée, mais seulement des mots, des éléments d’information. La structure de la base de données est là pour recréer le lien syntaxique perdu au cours du travail de morcellement de l’information.
L’information gagnerait à être davantage standardisée : ainsi concernant notamment les noms d’auteur, ou même les titres. Elaborer de véritables dictionnaires d’auteurs, de lieux (pour les ex-praemio notamment), d’œuvres…
– Enfin, revoir l’ergonomie et peut-être l’interface visuelle de la base. Mais ce n’est pas là le travail le plus urgent.

– Une question ouverte, enfin. Si à terme l’on disposait d’une image de l’exemplaire (couverture, frontispice ou page de titre, voire les trois), serait-il utile ou pertinent de la rendre disponible dans la base de données ? Cela soulève le problème de la lourdeur de la base, mais aussi des droits d’utilisation des images, qui dépendent en grande partie de l’usage qui en est fait. Les avantages sont bien sûr l’enrichissement de la base (l’image est une information en soi) ainsi que l’agrément visuel.”

Ce compte-rendu et les pistes qu’il ouvre pourraient être le support à une réflexion commune sur l’évolution de cette base, actuellement sous File Maker Pro.


2 réflexions sur « “L’Art et la Mesure”: réflexions pour une base de données »

  1. Les critiques que fait François Fièvre sont pertinentes, mais les choix que j’avais fait à la création de notre base FMP sont explicables par les conditions de saisie et de consultation de la base à l’origine : il est commode d’avoir un masque de saisie d’une page, et la multiplication des rubriques alourdit la saisie et demande souvent plusieurs pages.
    D’autre part, les recherches ciblées permettent de faire des listes des traducteurs, graveurs, etc. Mais c’est plus long et moins commode pour les statistiques que des informations émiettées.
    Maintenant, si un informaticien refait la structure de la base, après notre travail préalable de réflexion, je n’ai rien contre. L’idéal, que je n’avais pu réaliser quand j’ai commencé parce que FMP ne le permettait pas à l’époque, ce sont des fichiers liés : l’équivalent de “partenaires” s’ouvrant à chaque fois qu’on tape un nom ou un lieu, soit pour piocher l’information normalisée si elle existe, soit pour créer une nouvelle fiche sur un auteur, un dessinateur, un imprimeur, etc. De la même façon, on peut mettre les images dans un fichier lié, ce qui n’alourdit pas le fichier principal qui n’a qu’un lien à l’image stockée sur le fichier d’images.
    Michel Manson

  2. Les remarques que j’ai faites ont évidemment pour but d’améliorer la base future, et non de critiquer la base existante qu’a fournie Michel Manson, et qui nous a tous été, je crois, extrêmement utile.
    L’idéal serait aussi peut-être à terme (mais là, je suis sans doute un peu ambitieux) d’inclure notre travail biographique de la base Heredis, sur le même mode que ce que Michel Manson suggère à propos de sa base partenaires : id est à travers une table qui soit liée, mais distincte (au moins au niveau de l’interface principale) de la base-mère qui devrait rester essentiellement bibliographique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.