A propos Mathilde Lévêque

Maître de conférences en littérature

Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité

Membre de l’équipe d’accueil Pléiade (EA 7338)

Des livres Mame au Musée du Quai-Branly

Dans le cadre de mes recherches sur la littérature coloniale pour la jeunesse, j’ai pu accéder aux réserves de la médiathèque du musée du Quai Branly, grâce à l’accueil et à l’aide de Muriel Lardeau et de Ghislain Dibie. Cette bibliothèque universitaire comporte dans ses collections fort peu de livres pour la jeunesse. Mais une rapide recherche a fait apparaître un certain nombre de volumes, essentiellement des livres de prix, des livres scolaires et des livres d’étrennes. Quelle n’a pas été ma surprise de constater que la plupart des livres étaient des publications de la maison Mame !

J’avais déjà étudié la place de l’Algérie coloniale dans les publications pour la jeunesse de Mame, lors de notre journée d’études annuelle du 15 janvier 2010. Cette veine romanesque, historique et documentaire semble avoir inspiré plusieurs collections : vers 1912, notre éditeur tourangeau publie Explorateurs et terres lointaines de M. de Mathuisieulx (cote BnF : 4-G-1227), complétés par De la montagne au désert, En captivité chez les pirates tonkinois, Dans la brousse, Récits exotiques et Récits d’un explorateur. L’expansion coloniale est présentée dans sa dimension aventureuse, dans des récits d’explorateurs comme celui de Paul Bory, Les explorateurs de l’Afrique (1889 ; cote BnF 4-O3-732), entre fiction et documentaire. L’une des spécificités de la maison Mame est de compléter l’héroïsation des explorateurs par l’éloge des missionnaires, comme dans A travers le Zanguebar, des pères Baur et Le Roy (1887), illustrés de photographies et de gravures réalisées d’après les croquis des missionnaires. Le romanesque n’est pas non plus absent de la littérature coloniale proposée par Mame aux jeunes lecteurs : en 1856 est publié dans la « Bibliothèque des écoles chrétiennes » un roman au propos assez inédit, consacré à la Nouvelle-Calédonie, Les Robinsons français ou la Nouvelle-Calédonie de J. Morlent, conservateur de la bibliothèque publique du Havre. L’ouvrage est réédité en 1882 et disponible en version numérisée sur le catalogue de la BnF (NUMM 5627324). Dernière veine de production narrative, les contes apparaissent encore en 1937 dans les Histoires d’Afrique de Marius-Ary Leblond, illustré par Le Coultre (collection pour tous, numéro 303). Notons enfin que la maison Mame publie l’une des premières adaptations pour la jeunesse de Paul et Virginie, en 1838, dans la Bibliothèque de la jeunesse chrétienne. Reste à savoir si Mame s’inscrit simplement dans une veine éditoriale porteuse ou s’il y occupe une place plus remarquable.