Site Mame en version “bêta”

L’équipe de la MSH de Tours a développé en version bêta ce qui va devenir le site final du projet Mame. Omeka se révèle un outil extrêmement puissant, mais aussi très maniable. Nous pourrons mettre en valeur l’immense travail de recensement auquel s’est livrée l’équipe Mame dans son ensemble depuis trois ans, mais aussi les collections de livres qui ont été patiemment amassées à l’occasion de ce projet. Nous avons encore beaucoup de travail, mais les principaux obstacles techniques sont levés et c’est un grand soulagement. Merci à Jacques Quentin, Stéphane Loret et Maud Bouillon!

Colloque Mame

Pour clore ce programme de recherches, un colloque intitulé, comme de juste, La maison Mame à Tours (1796-1975) : deux siècles d’édition pour la jeunesse sera organisé à Tours les 17 et 18 mars 2011. Il se tiendra dans la salle des mariages de l’Hôtel de Ville et sera ouvert à tous. Le programme sera communiqué ultérieurement sur ce Carnet de recherches.

Le 18 mars au soir sera inaugurée l’exposition La Maison Mame: deux siècles d’édition à Tours organisée par la Bibliothèque Municipale, en collaboration avec l’équipe du projet Mame, notamment François Fièvre. Elle se tiendra jusqu’au 30 avril au Château de Tours.

Perdues, puis retrouvées!

Des lettres écrites par le fondateur de la lignée d’éditeur, Charles-Pierre Mame, alors installé à Angers, à son ami et ancien patron Charles-Bonaventure Billault revenu vivre à Tours, viennent de nous apprendre quelques détails intéressants, et surtout très vivants sur les conditions de l’installation de la 2e génération Mame à Tours. Ces lettres, dont nous connaissions l’existence car elles avaient déjà été consultées par plusieurs historiens de la maison Mame, étaient introuvables depuis le début de nos recherches. Elles sont désormais consultables et nous nous en réjouissons.

C’est l’occasion, au passage, de remercier toutes les institutions de conservation qui, depuis le début de ce programme ANR, nous facilitent grandement la tâche, en mettant à notre disposition et en acquérant même des fonds utiles à nos recherches: la Bibliothèque Municipale de Tours, les Archives Municipales de Tours, les Archives Diocésaines de Tours, les Archives Départementales de Tours et de Chambray-lès-Tours, la Bibliothèque Universitaire de Tours, le CNLJ-BNF.

Merci à tous leurs conservateurs.

Des livres Mame au Musée du Quai-Branly

Dans le cadre de mes recherches sur la littérature coloniale pour la jeunesse, j’ai pu accéder aux réserves de la médiathèque du musée du Quai Branly, grâce à l’accueil et à l’aide de Muriel Lardeau et de Ghislain Dibie. Cette bibliothèque universitaire comporte dans ses collections fort peu de livres pour la jeunesse. Mais une rapide recherche a fait apparaître un certain nombre de volumes, essentiellement des livres de prix, des livres scolaires et des livres d’étrennes. Quelle n’a pas été ma surprise de constater que la plupart des livres étaient des publications de la maison Mame !

J’avais déjà étudié la place de l’Algérie coloniale dans les publications pour la jeunesse de Mame, lors de notre journée d’études annuelle du 15 janvier 2010. Cette veine romanesque, historique et documentaire semble avoir inspiré plusieurs collections : vers 1912, notre éditeur tourangeau publie Explorateurs et terres lointaines de M. de Mathuisieulx (cote BnF : 4-G-1227), complétés par De la montagne au désert, En captivité chez les pirates tonkinois, Dans la brousse, Récits exotiques et Récits d’un explorateur. L’expansion coloniale est présentée dans sa dimension aventureuse, dans des récits d’explorateurs comme celui de Paul Bory, Les explorateurs de l’Afrique (1889 ; cote BnF 4-O3-732), entre fiction et documentaire. L’une des spécificités de la maison Mame est de compléter l’héroïsation des explorateurs par l’éloge des missionnaires, comme dans A travers le Zanguebar, des pères Baur et Le Roy (1887), illustrés de photographies et de gravures réalisées d’après les croquis des missionnaires. Le romanesque n’est pas non plus absent de la littérature coloniale proposée par Mame aux jeunes lecteurs : en 1856 est publié dans la « Bibliothèque des écoles chrétiennes » un roman au propos assez inédit, consacré à la Nouvelle-Calédonie, Les Robinsons français ou la Nouvelle-Calédonie de J. Morlent, conservateur de la bibliothèque publique du Havre. L’ouvrage est réédité en 1882 et disponible en version numérisée sur le catalogue de la BnF (NUMM 5627324). Dernière veine de production narrative, les contes apparaissent encore en 1937 dans les Histoires d’Afrique de Marius-Ary Leblond, illustré par Le Coultre (collection pour tous, numéro 303). Notons enfin que la maison Mame publie l’une des premières adaptations pour la jeunesse de Paul et Virginie, en 1838, dans la Bibliothèque de la jeunesse chrétienne. Reste à savoir si Mame s’inscrit simplement dans une veine éditoriale porteuse ou s’il y occupe une place plus remarquable.

Quatrième jour: exploiter, diffuser

Dernière journée de stage, puisque la grève des transports a contraint les organisateurs à condenser la formation, de sorte que nous puissions avoir des trains pour le retour vendredi. Il a donc fallu traiter d’une seule traite les questions d’exploitation des données et de diffusion des résultats du projet de recherches.

La présentation plénière de Richard Water met des mots sur des notions que nous avions expérimentées la veille: celle de “granularité” par exemple. Nous faisons de la prose sans le savoir… La séance d’atelier nous confronte à quelques exigences d’exploitation de données, où il est une nouvelle fois question de la frontière mouvante entre le domaine du chercheur (ses prérogatives, ses responsabilités) et l’expertise du technicien. Un chercheur contacte notre laboratoire (imaginaire) et souhaite obtenir des statistiques concernant l’expression des sentiments via notre corpus de cartes postales. Que pouvons-nous lui fournir comme niveau de données? C’est un peu rapide comme exercice, mais jubilatoire: nous sommes dans la peau du laboratoire tout entier, qui renvoie au chercheur ses propres demandes: “ça, c’est votre boulot!”

Une nouvelle session plénière, rapide aussi, mais efficace et passionnante, dans le nombre de fenêtres qu’elle ouvre, invite les représentants de plusieurs  centres de ressources à présenter leur structure. Autant en début de stage nous aurions trouvé ça rébarbatif, autant là, après quatre jours de mise en pratique, chacun note à part soi les noms des programmes auprès desquels il pourra demander un conseil technique ou un hébergement de données.

Mais auparavant, une nouvelle question, posée un peu rapidement, nous glace brièvement: était-il nécessaire, au fond, d’imaginer monter un site web, pour notre fonds de cartes postales?… Le réflexe aujourd’hui est systématique: projet de recherches = site web. Pierre Mounier a le don de nous souffler que, peut-être, dans certains cas, sous certains angles… C’est amusant: posée au terme de ce stage, la question est provocatrice. Posée à titre expérimental dans un échantillonnage d’équipes de lettres ou d’histoire, elle recevrait sans doute un accueil plus serein: immergés dans l’atmosphère des digital humanities, nous en avons peut-être oublié, l’espace de quelques jours, que nous venons de la culture du livre. Et que, pour beaucoup de nos collègues, l’aboutissement logique d’une recherche est la publication. Du tout livre au tout web, il va nous falloir trouver un équilibre.

A titre personnel, je note en rouge que j’ai négligé jusqu’à présent de me poser avec sérieux la question de l’hébergement de mes données (base de données, site web). Ou plus exactement, devant l’impavidité des services informatiques qui se renvoyaient la balle, j’ai repoussé la décision à plus tard. “Plus tard” est arrivé. Il nous faut trancher assez vite.

La dernière session de travail est consacrée à la question de la diffusion et de ses modes nombreux, qu’on souhaite convergents. Amusante mise en abyme: les ‘carnets de recherches’ Hypothèses tenus par des participants au stage sont présentés à l’écran, dont celui-ci, qui est le seul à témoigner du stage lui-même!

L’après-midi se termine par une fructueuse séance de bilan; beaucoup de stagiaires ont le regret de ne pas avoir approfondi davantage certaines notions. Pour ma part, je ressens le besoin de retourner m’immerger dans le projet que nous menons, et de discuter avec l’équipe des problèmes qui me sont apparus à l’occasion de cette formation. Les questions techniques surgiront plus tard.

La soirée se clôt sur un défi pongiste: Université 1-CNRS 0.

Omeka, rampe de lancement

Nos recensements bibliographiques stockés jusqu’à présent sous Filemaker sont passés hier sous format Omeka, grâce au travail de Stéphane Loret (MSH de Tours). Il faut maintenant examiner en détail la manière dont les fiches sont “passées par la moulinette”, puis adapter l’interface. Nous allons donc pouvoir très vite reprendre la saisie, et intégrer les images des livres que nous avons recensés!

Troisième jour: structurer

La troisième journée de stage commence par un brillant exposé de Lou Burnard sur la logique de structuration d’un texte numérisé. Quoique la TEI soit assez complexe pour un néophyte, il parvient à rendre la notion à la fois simple et presque drôle. Le schéma qui présente le rapport entre la difficulté d’encodage et le service ultérieur rendu au chercheur est particulièrement clair, et nous reviendra à l’esprit un peu plus tard dans la matinée lorsqu’il s’agira de modéliser la structure d’encodage de notre fonds de cartes postales. Une nouvelle fois, ce qui revient c’est la recherche de l’harmonie dans les relations entre chercheurs et « compagnons de la recherche », en l’occurrence ici les informaticiens. Tout devient limpide à entendre Lou Burnard, jusqu’à la présentation des différents schémas inventés par les diverses communautés utilisatrices de XML : on comprend donc bien au sein de quel ensemble s’insère la TEI.

Tout se complique évidemment quand on passe à la pratique. Où placer le curseur, quand se limiter dans l’infini des possibilités d’encodage ? Une nouvelle fois, nous sommes à la fois stimulés par ce que l’exercice comporte de gratuit — nous faisons jouer librement nos imaginations — et à la fois gênés par l’absence d’un contexte plus concret qui donnerait du sens à l’entreprise de numérisation que nous sommes censés mener. Pour qui, pour quel usage procédons-nous à la mise en valeur virtuelle de ce fonds ?… Peu importantes au fond tant que nous sommes en ateliers, où l’exercice est prétexte à apprendre, à confronter, à réfléchir, ces questions reviennent en permanence dès qu’on sort des ateliers et qu’on se remet à penser à ses propres objets, à ses propres problèmes, et à la manière de les résoudre, à la lumière des apprentissages tout neufs.

La rencontre, à table, des historiens-informaticiens-lexicomètres du PIREH, ouvre soudain de nouvelles perspectives. Ils évoquent des pratiques de mesures lexicométriques à la fois assez simples (en apparence) et efficaces appliquées à des corpus historiques (prosopographiques, par exemple), mais qui peuvent aussi être littéraires. En approfondissant la question, il semblerait que les outils qu’ils manipulent, et qu’ils nous présentent avec un dévouement tout pédagogique après le dîner, pourraient être de précieux auxiliaires dans la réflexion que nous menons sur le corpus Mame, en particulier sous l’angle formel. Depuis des mois en effet, les littéraires de l’équipe se posent la question de l’émergence d’une littérature pour enfants au sein d’un corpus qui ne s’érige, à partir de 1836, qu’en haine du roman. Nous avons émis plusieurs hypothèses, commencé à élaborer plusieurs modèles qui permettraient d’expliquer ce glissement des formes et des styles, entre les années 1830 et les années 1860, mais voilà soudain que s’ouvre  la perspective de pouvoir appliquer à un corpus préalablement numérisé (les livres de Mame présents sur Google Books et ceux qui sont numérisés par Gallica sont une bonne base de départ) des mesures systématiques guidées par nos intuitions. Approfondir un corpus, problématiser, formuler des hypothèses, trouver les démarches et techniques permettant de valider ces hypothèses: nous sommes pleinement sur nos objets, et j’ai le sentiment que nous allons repartir de ce stage avec plus de réponses encore que nous ne venions en chercher.

Deuxième journée: organiser*

La deuxième journée du stage est consacrée à deux étapes du montage d’un projet comportant de la numérisation de sources : « organiser » et « numériser ».

* merci à Emmanuelle Morlock Gerstenkorn qui m’a signalé mon erreur sur le titre!

« Organiser » renvoie à la question du pilotage d’un programme de recherches. Nous avons beaucoup travaillé sur la mise en place d’un cahier des charges fonctionnel préalable au lancement des travaux eux-mêmes. Si le chercheur peut se hérisser, de prime abord, devant la logique et la terminologie des outils de travail présentés (CdCF, CCTP, planning prévisionnel, reporting, working package, knowledge management), le travail en ateliers permet de découvrir l’aide que certains de ces outils méthodologiques peut apporter au coordinateur d’un projet. Ce sont, me semble-t-il, moins des outils contraignant le pilotage, que des guides pour conduire les séances de travail de l’équipe. Le « diagramme de Gantt », par exemple, oblige à expliciter les attentes de l’équipe, et à sortir du fantasme pour se poser, collectivement, les bonnes questions quant aux objets qui seront élaborés au terme du projet. La manière de formaliser un planning des diverses tâches, toujours selon ce modèle de Gantt, peut être un outil commode. On nous aiguille vers le site projet-plume.org, qui présente des logiciels ouverts adaptés aux besoins que peuvent rencontrer des chercheurs, et présentés justement par des chercheurs, qui les commentent. Une manière d’échapper au piège du logiciel propriétaire dans lequel une équipe s’enferme.

On parle donc démarches, méthodes et outils. Mais… au fil de la séance, un malaise semble s’installer. Où est donc passée la recherche dans le prévisionnel que nous établissons pour notre « cas d’école », le fonds de cartes postales du professeur Virgolos ? Il semble à quelques-uns d’entre nous que, dans le modèle théorique mis en place dans ce cadre de travail en « mode projet », la dimension exploratoire de la démarche du chercheur disparaît au profit d’une formalisation de tâches d’exécution. D’où une question purement humaine, qui resurgit naturellement à la fin de la séance : est-ce à un chercheur ou à un ingénieur de recherches de mener ce type de projet ?

Des discussions poursuivies lors des pauses, sur la terrasse ensoleillée qui donne sur les montagnes, développent ce malaise. L’incertitude, la surprise, parfois l’échec qui sont le lot du chercheur ont-ils encore leur place dans ces logiques d’ingénierie de la recherche ? N’a-t-on pas basculé d’une logique de construction intellectuelle du savoir à de la pure et simple mise en valeur de données qui ne s’interrogerait plus sur la dimension de production de ce savoir ?

Dans le planning que nous élaborons pour notre exercice, la fonction « entrer les données de la recherche » est évaluée avec le même souci de rationalité et de rentabilisation du temps de travail des chercheurs (les abominables « hommes/mois ») que la fonction « scanner les documents ». Mais dans le projet Mame, comment aurions-nous pu évaluer a priori le temps et l’étalement des tâches nécessaires pour identifier des auteurs anonymes ou publiant sous pseudonyme ? Tant pour Hippolyte Chavannes de la Giraudière que pour Just Jean Etienne Roy ou Elise Voïart, établir ces « données » a nécessité de longues, fastidieuses, érudites recherches littéraires et stylistiques, biographiques, philologiques — en somme, qualitatives. Difficiles, voire impossibles à anticiper sous l’angle d’un planning prévisionnel, d’une quantification purement matérielle. Et je ne dis rien de la découverte tardive, et quasi fortuite, de l’aventure américaine des frères Mame autour de 1809…

“Numériser”:

L’après-midi, consacré de manière plus légère à des mises en pratique, nous met dans la peau d’un prestataire chargé de scanner des documents pour une équipe, puis à l’inverse dans la peau du donneur d’ordre qui effectue le contrôle qualité. Amusante, la manipulation a, sous ses allures de jeu, le mérite de nous faire prendre conscience de la nécessite du cahier des charges techniques, dont la précision nous prémunit contre les mauvaises surprises.

La préparation du bilan intermédiaire, assez curieusement, fait revenir sur le devant des préoccupations le hiatus ITA (« compagnons de la recherche », insiste un formateur)/chercheurs, ou plus exactement, les modalités du dialogue, de la collaboration et des interactions entre les différentes catégories de participants à un projet de ce genre. Les formateurs évoquent brièvement l’existence d’une méthode « agile » permettant de piloter un programme de manière plus souple, plus réactive, permettant d’incessants allers-retours entre la recherche et la réalisation. Je reste soucieuse des questions de temporalité : la recherche n’est pas la valorisation.

Bavarder avec Mathilde, qui travaille dans un autre groupe, me rappelle qu’au fond, sur notre projet Mame, le « livrable » fondamental, celui auquel nous tenons le plus comme lieu d’exposition de notre travail de recherche, c’est le livre que nous préparons. Le site web, avec sa base de données, jouera le rôle de vitrine, et permettra, je l’espère, le prolongement des recherches. Mais dans nos disciplines, le résultat d’une recherche s’exprime encore (et sans doute pour longtemps) sous la forme d’un discours articulé. Et pour ça, le livre n’est pas un mauvais choix…

Première journée

En ouverture de la semaine de formation, Richard Walter, directeur adjoint du TGE Adonis, présente les objectifs de l’ANGD, puis le TGE Adonis lui-même, ses missions et son fonctionnement. Il rappelle l’attachement du TGE au format ouvert ainsi qu’aux démarches de standardisation qui permettent la structuration du réseau des « centres de ressources numériques » : l’objectif, en sus de la pérennisation des données réunies dans les divers programmes, est de permettre l’interopérabilité de toutes ces données.

Cela rejoint les préoccupations de l’équipe Mame, et les soucis que nous avons aujourd’hui, pour avoir pris trop à la légère les questions de norme dans la description bibliographique de nos objets de recherches. R.Walter rappelle que les données numériques, qui sont censées permettre la sauvegarde des objets concernés, sont elles-mêmes « périssables » si elles sont mal structurées et mal normées. L’exposé initial se termine sur l’idée que le chercheur ne doit « pas rester sur son île déserte ».

Les discussions entamées avec les autres stagiaires lors des repas et des moments de pause, tout autant que les ateliers et les moments plus formels de présentation plénière, remplissent très bien cet objectif : soudain, on se sent moins seul avec ses problèmes !

Le premier atelier de travail en groupe, qui nous met aux prises avec un fabuleux cas d’école, le fonds (lacunaire, hélas) de cartes postales de Marcel Virgolos, permet à la fois de découvrir les champs d’investigation des divers chercheurs présents (incroyable diversité des objets d’études), et de s’initier à une démarche rationnelle de montage de projet. Quel dommage de ne bénéficier de cette formation qu’au terme du projet Mame! Je réalise à quel niveau d’empirisme nous avons été réduits… Mais finalement, nous ne nous en sortons pas si mal.

Cet atelier, comme des échanges avec d’autres stagiaires, me confirme dans l’idée qu’un projet démarre bien avant la date de début officiel du financement : l’étape de montage est fondamentale — nous avons eu beaucoup de chance de ne pas faire plus d’erreurs fatales. Je retiens de l’après-midi une certitude humaine : les chercheurs, qui pour certains ont déjà des difficultés à travailler en groupe, doivent associer d’emblée à leurs projets des documentalistes et des informaticiens, cette cohorte des ITA et ingénieurs d’études qui ont l’expertise des outils qui nous manque — mais comment faire quand on travaille au sein d’une simple « équipe d’accueil » qui ne dispose pas de personnel en dehors des enseignants-chercheurs ? J’en retire aussi une conviction méthodologique : monter un projet, ça ne s’improvise pas. Découragement rétrospectif, en voyant les difficultés que nous aurions pu nous éviter ; mais aussi enthousiasme : le prochain projet, nous aurons les outils pour le construire rationnellement !

“Où sont nos navires?”

Le titre de ce billet est un hommage à la défunte chronique du quotidien Ouest France. A quelques jours de la fin “officielle” du projet Mame — si nous n’avions pas bénéficié d’une bienvenue prolongation de six mois — voici quelques nouvelles des travaux en cours et des activités de nos chercheurs.

François Fièvre, qui avait travaillé au sein du projet Mame en contrat post-doctoral la première année, a commencé le 1er octobre un contrat d’ingénieur d’études. Il travaille activement à la préparation de notre colloque final des 17 et 18 mars 2011, ainsi qu’à l’exposition qui l’accompagnera, et qui est une co-organisation entre l’équipe Mame et la Bibliothèque Municipale de Tours.

Tangi Villerbu, chargé dans notre projet de la rubrique “Mame et la propagation de la foi”, est en mission aux Etats Unis du 10 au 30 octobre. L’occasion pour lui de présenter une partie des résultats de ses recherches au 63e Congrès annuel de l’Institut d’histoire de l’Amérique française à Ottawa, le samedi 23 octobre. L’occasion aussi, et surtout, de partir sur les traces de Charles Matthieu Mame, installé aux Etats-Unis au début du XIXe siècle, sans que nous sachions bien pour l’instant ce qu’il y fit.

Cécile Boulaire et Mathilde Lévêque sont du 10 au 15 octobre en formation à Aussois dans le cadre du stage “Gestion numérique des sources de la recherche en sciences humaines et sociales” proposé par le Service éditorial et publication électronique de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (SEPE, IRHT-CNRS). Il s’agira de s’assurer que nos démarches pour mettre en valeur les résultats des recherches menées depuis trois ans sont les plus appropriées, et au besoin, de faire les correctifs nécessaires, tant qu’il en est encore temps.