De PMB vers Omeka?…

Nouvel épisode dans les aventures de rétroconversion de notre base de données bibliographique commencée sur Filemaker Pro en usage interne, et qui cherche depuis des mois une porte de sortie vers le web… Tout était quasi prêt pour un basculement de l’ensemble des données amassées par l’équipe vers une solution SIGB via PMB. Mais dans les dernières étapes du travail, il s’est avéré que le champ “illustrateur”, celui que nous avions le plus enrichi, notamment grâce à la collaboration active de François Fièvre et Olivia Voisin,  était… trop riche pour basculer vers PMB, dont le fonctionnement sous format Marc s’accorde mal avec la manière parfois un peu désinvolte dont nous avons procédé, nous, chercheurs, peu habitués aux normes bibliothéconomiques. Impossible donc de rester sur l’hypothèse PMB.

L’équipe de la Maison des Sciences de l’Homme de Tours, chargée notamment du portail Crévilles, qui se dévoue depuis des mois à notre base de données, nous propose désormais d’intégrer nos données sous Omeka, qui nous permettra à la fois de remplir la fonction “base de donénes”, et de présenter sur une interface web très simple des images correspondant aux livres dont nous parlons. Crévilles utilise Omeka pour “Casamémoire”, association de sauvegarde du patrimoine architectural du XXe siècle au Maroc.


La solution paraît souple, nous avons établi la concordance des champs de notre base Filemaker avec les champs Dublin Core étendu utilisés par Omeka, et Stéphane Loret a créé des champs “Item Type Metadata” pour les champs qui ne trouvaient pas de correspondance Dublin Core. Le basculement devrait donc s’opérer dans les jours qui viennent… si aucun contretemps ne surgit!

Communication à Ottawa

Tangi VILLERBU, membre de l’équipe Mame, fera une intervention intitulée “«Encourager l’initiative et le talent»: la Bibliothèque des enfants d’Hochelaga, 1936- 1966” lors du 63e Congrès annuel de l’Institut d’histoire de l’Amérique française, à l’Université d’Otawa, du 21 au 23 octobre 2010. Ladite bibliothèque, dont l’existence n’était pas connue des historiens, est en grande partie composée d’ouvrages Mame.

Le projet Mame : l’utopie d’un programme pluridisciplinaire ?

Entamé il y a déjà deux ans et demi, le programme de recherches Mame ambitionnait d’offrir une approche résolument pluridisciplinaire de la maison d’édition tourangelle, sous l’angle de sa production pour la jeunesse. La création de ce ‘carnet de recherches’, en janvier 2009, avait pour objectif de témoigner du quotidien de cette recherche d’équipe, qui croise en permanence historiens et littéraires, approches quantitatives et qualitatives, dépouillements d’archives et critique littéraire, histoire de l’entreprise et histoire des formes.

À plusieurs reprises, coordonner le travail d’une équipe formée initialement de 8 chercheurs, et rapidement élargie à une bonne douzaine de contributeurs, a soulevé des problèmes méthodologiques et humains attribuables en partie au « frottement » des démarches et des cultures. L’approche historique de l’entreprise devait-elle être préalable à l’analyse formelle des corpus produits ? Si cette chronologie des démarches se révélait pertinente, ne risquait-on pas pour autant d’inféoder l’approche critique des œuvres littéraires produites à un savoir prétendument positif sur les conditions matérielles et idéologiques de leur production ? L’attention, née de la « nouvelle histoire », à une production sans légitimité (ou délégitimée ultérieurement), valide aux yeux des historiens de l’équipe, n’avait-elle pas en revanche  fait retomber les littéraires de l’équipe dans un lansonisme contre lequel, tardivement, ils s’insurgeaient, réclamant de pouvoir procéder à des analyses formelles et des approches critiques partiellement an-historiques? En permanence, la richesse indéniable de la pluridisciplinarité a généré des malentendus, de menues impasses, des interrogations — au demeurant toujours fécondes. Du moins est-ce ainsi qu’en tant que coordinatrice scientifique du programme je les perçois.

Arrivés presque au terme de notre projet (il devrait officiellement se terminer en décembre 2010, même si nous espérons pouvoir bénéficier d’un trimestre supplémentaire), j’ai l’impression pour la première fois que les chemins que nous avons pris nous ont menés, finalement, exactement où nous devions aller. Mon inquiétude portait notamment sur la pertinence, ou non, de mener de front et en parallèle deux démarches qui finissaient parfois par ne plus se rencontrer : d’une part une analyse littéraire des formes et des œuvres, d’autre part une étude historique large de la famille et de l’entreprise Mame, sur une durée de deux siècles (des errements révolutionnaires du fondateur Charles-Pierre à la série de difficultés qui suivent Vatican II). Certains des chercheurs engagés dans l’aventure devaient aussi avoir le sentiment, chacun dans son domaine, que plusieurs branches de ce programme, finalement, étaient inutiles, et nous éloignaient de l’objectif initial, à savoir comprendre en profondeur l’importance qu’avait pu être la littérature pour enfants produite par la maison Mame depuis le XIXe siècle, littérature aussi abondante qu’elle était délégitimée.

Pourtant, c’est en poursuivant opiniâtrement ce double fil qu’à mes yeux  l’équipe atteint aujourd’hui une vision globale satisfaisante de l’aventure Mame, vision qui nous permettra de produire en définitive une analyse cohérente et informée de la production littéraire. Le travail des chercheurs investis dans le projet depuis ses balbutiements s’est révélé extrêmement productif — mais nous avions suffisamment confiance les uns dans les autres pour ne pas en douter.  La belle surprise, ce fut de voir d’autres chercheurs, rencontrés « en chemin », rejoindre notre équipe et venir l’enrichir non seulement de leur force de travail mais aussi de leurs compétences disciplinaires, de leurs travaux antérieurs, de leurs manies, dadas, manières de faire, habitudes méthodologiques, qui ont parfois bousculé l’ordonnancement initial du projet, et en définitive apporté une richesse réjouissante à l’approche globale.

Ainsi, il me semble que le travail que mènent Chantal Dauchez, mais aussi Michel Manson, Martin Dumont et à sa manière Stéphane Tassi, fait peu à peu émerger une figure d’Alfred Mame infiniment plus riche, documentée et complexe que ce que l’hagiographie entretenue dès le XIXe siècle nous en a livré; cette approche, dans sa vocation globalisante, permet de saisir par ricochet le sens de la production littéraire elle-même, car elle s’envisage dès lors comme un élément non pas central mais essentiel du projet de l’homme Alfred Mame, projet continué par sa descendance avec des bonheurs divers. Comprendre la naissance de la Bibliothèque de la Jeunesse Chrétienne, la structuration de son catalogue, par élargissements successifs du cercle de ses producteurs (sur le modèle, ainsi que l’a suggéré Matthieu Letourneux, des village stories étudiées par Franco Moretti); comprendre le rôle que viennent jouer par la suite la Bibliothèque des Ecoles Chrétiennes, la Bibliothèque de l’Enfance Chrétienne ou la Bibliothèque des Petits Enfants, en termes non pas économiques (assez simples à imaginer) mais formels et idéologiques, voilà quelques-uns des défis que nous nous sommes lancés il y a trois ans, et qu’une lecture critique du « projet » d’Alfred Mame  lui-même, à la lumière de ce que ces chercheurs nous en donnent à voir, va permettre à l’équipe de commencer à relever.

Il apparaît ainsi que le projet littéraire de l’entreprise Mame (dans son absence même de définition « littéraire »)  ressortit  à l’investissement d’Alfred dans tous les secteurs de la vie publique que le XIXe siècle offre à l’homme doué d’esprit d’entreprise. Alfred Mame vit dans son quotidien d’éditeur les contradictions qui affecteront aussi Frédéric Le Play au moment où il rédigera ses essais: comment concilier entreprise moderne, rationaliste et productive, avec l’impératif de la morale chrétienne? Cette problématique, centrale dans la vie publique d’Alfred Mame, est aussi ce qui forme le cœur, idéologiquement, des œuvres de la Bibliothèque de la Jeunesse Chrétienne. Ainsi l’éditeur donne à lire, par le truchement de ses “écuries” d’auteurs, les interrogations qui forment son propre cheminement d’homme public, patron philanthrope, patron et philanthrope, chrétien entrepreneur ou entrepreneur chrétien (voir par exemple Mathilde et Gabrielle, en particulier le chapitre 11). C’est la question de la modernité que pose en permanence l’homme Alfred Mame, qu’il agisse en propriétaire d’imprimerie fondant une société de papeterie, en père de famille créant une cité ouvrière pour ses typographes, en châtelain installant dans son château des Touches des serres parmi les plus modernes d’Europe, et surtout en éditeur de la plus colossale production de livres  pour enfants du siècle.

De fait, interroger simultanément la vie d’Alfred Mame et de sa dynastie, et les œuvres sorties des presses de l’imprimerie tourangelle avait non seulement du sens, mais se révélera probablement être la clé de la réussite de notre programme de recherches. Du moins peut-on à cette date l’espérer.

Mame, Gallica et les “digital humanities”

Gallica met à disposition des centaines d’ouvrages imprimés chez Mame. Parmi ceux-ci, signalons  Alfred Mame et Compagnie à Tours. Imprimerie librairie reliure. Notice et documents, volume in-folio publié en 1862, qui expose l’historique de la maison en mettant l’accent sur les innovations industrielles apportées par Alfred Mame, gravures à l’appui. L’équipe Mame peut aussi s’appuyer sur un corpus d’environ 250 titres d’ouvrages pour enfants, parus entre 1836 et 1927, base de travail commune aux chercheurs dispersés sur le territoire. Les mêmes chercheurs peuvent compléter leur lecture des fictions pour enfants par celle de plusieurs opuscules parus chez le même éditeur, comme Morale pratique enseignée par l’exemple à la jeunesse française, du baron de Gérando (1875), Le bon esprit : conseils aux membres des oeuvres de jeunesse, de patronage, des cercles catholiques rédigé par le frère de St Vincent de Paul Paurice Maignen (1874), ou encore L’enfant bien élevé ou pratique de la civilité chrétienne par les Frères des écoles chrétiennes (1892), tous ouvrages qui dessinent l’idéal éducatif sur lequel les auteurs des fictions sont censés s’appuyer dans l’élaboration de leurs récits, historiettes et romans. L’intérêt pour nous est bien évidemment de voir comment la forme littéraire s’accommode de ces cadres idéologiques contraignants, si les auteurs s’y plient en effet ou si l’invention narrative puis la tentation romanesque finissent par créer des tensions, et en somme à quoi ressemble, une fois dégagée de tout son appareil idéologique, “l’écriture Mame”.

Pas à pas vers PMB

Quelques mois après les premiers contacts de l’équipe Mame avec la Maison des Sciences de l’Homme de Tours, nous sommes à quelques encablures à peine de la mise en place de notre base de données. Il reste quelques travaux de “toilettage” de la base initiale, sous Filemaker Pro, et nous pourrons procéder au basculement vers PMB, notre logiciel libre SIGB, entièrement adapté à nos besoins grâce à l’aide de Stéphane LORET et de Jacques QUENTIN.

Pourtant les travaux à faire vont encore être chronophages. Il faut par exemple reprendre “à la main” les 6000 fiches de description bibliographique que nous avons déjà saisies, afin de vérifier le contenu du champ “illustrateur”. Par souci de précision et d’exhaustivité, nous avons en effet saisi dans cette case de notre modèle Filemaker TOUTES les informations qui pouvaient nous intéresser à propos des illustrateurs de nos livres: leur nom, et même plusieurs noms parfois; leurs initiales seulement, lorsque nous n’avons pas pu les identifier; la mention “sc.” (pour graveur) et “del.” (pour dessinateur) lorsqu’elle apparaissait; de temps en temps, un numéro de page accolé à un nom, pour les livres dont les illustrateurs changent à chaque hors-texte. Bref: la case est remplie, pour nous, ça a du sens… mais pour le script qui va basculer automatiquement les données d’une application dans une autre, c’est une somme d’informations totalement ingérable. Il faut donc intervenir sur chacune des fiches qui présente un champ “illustrateur” un peu trop nourri; ne laisser qu’un seul nom (celui, par exemple, du dessinateur); faire passer le reste des informations, précieuses, dans la case “Nota Bene”; puis, une fois opéré le basculement vers PMB, reprendre ces fiches une à une et créer une case “auteur” pour chaque nom trouvé, en précisant la fonction (illustrateur, dessinateur, graveur, etc…).

De semblables scories restent à traiter à la main sur plusieurs autres champs. Quelles conséquences? Pour nous, pas grand chose: juste quelques heures de travail minutieux et fastidieux, sans grand intérêt intellectuel. Pour d’autres chercheurs, qui auraient le projet d’investir leurs forces dans une recherche qui nécessite une gestion de données bibliographiques, ces quelques heures perdues pourraient servir de mise en garde: avant de créer une base de données, chacun a-t-il bien réfléchi à l’usage qui en serait fait? Au type de mise à disposition qui était prévu à terme? A la technologie dédiée à ce genre de travail?

Raphaële Mouren, dans un billet récent dédié au programme Bel 16, évoque de semblables déconvenues: malgré la mise en place d’un guide pour la saisie des informations, et bien que l’équipe Bel 16 travaille sur des livres anciens, qui ont depuis fort longtemps fait l’objet de réflexions sur les protocoles de description bibliographique, il est difficile de faire en sorte que tous les chercheurs d’un même projet saisissent les données avec la même logique, de façon rigoureuse et homogène. Tout simplement parce que les chercheurs ne sont pas des conservateurs, formés au catalogage et aguerris à la logique d'”autorités”.

La leçon que nous pourrions en tirer, pour l’avenir — et afin d’éviter aux équipes qui se mettent en place actuellement de perdre du temps et de l’argent à de fastidieux travaux de rétro-conversion et de toilettage de bases de données en fin de projet —, c’est que toute équipe projetant de gérer des données, à des fins de recherche, doit s’associer dès le début des travaux les compétences d’un documentaliste et/ou d’un informaticien capables de trouver des solutions techniques aux interrogations intellectuelles. Chacun son métier: le chercheur cherche, le documentaliste imagine des solutions de gestion des données, aidé par sa connaissance des outils qui existent sur le marché, et l’informaticien s’efforce d’adapter ces solutions aux besoins très précis des chercheurs, en tenant compte du faible niveau d’expertise en catalogage des chercheurs appelés à saisir les données. De la sorte, la base de données se pliera aux besoins des chercheurs, en termes de requêtes, mais aussi aux capacités de ces mêmes chercheurs, en termes de saisie des données et de normalisation.

Et chacun pourra passer son temps à faire de la recherche… au lieu de réviser des champs de base de données!

“Mame et Le Play” dans Les Etudes Sociales

Etudes sociales

Le n° 149-150 (année 2009) de la revue Les Études Sociales vient de paraître. Dirigé par Matthieu Brejon de Lavergnée, il comporte un dossier “Mame et Le Play” dont le contenu suit:

Boulaire Cécile, “Alfred Mame, de l’homme au projet”

Dauchez Chantal, “Alfred Mame. Cité ouvrière et institutions sociales.”

Vasseur Edouard, “Mame et Le Play. Autour de l’Exposition universelle de 1867”. Etudes Sociales, n°149-150, « Le Play et le monde catholique », 2010.

Cardoni Fabien. “Avertissement à un « Avertissement » (1872)” Etudes Sociales, n°149-150, « Le Play et le monde catholique », 2010.

Dumont Martin, “Alfred Mame et la Commission d’enquête parlementaire sur les conditions du travail en France en 1873” Etudes Sociales, n°149-150, « Le Play et le monde catholique », 2010.

Pour se procurer ce numéro: rendez-vous sur le site www.science-sociale.org

Enregistrements de la journée d’études du 15 janvier

Les communications prononcées lors de la journées d’études du 15 janvier 2010, “Mame: une littérature mineure?” sont désormais disponibles en écoute sur le site web de l’Université François-Rabelais.  Ces propositions orales constituent  une étape importante du travail de l’équipe, de la même  manière que celles qui avaient été prononcées en janvier 2009. Toutes seront reprises, sous une forme plus élaborée, dans la publication finale qui aura lieu après la clôture du programme de recherches, en 2011.

Frédéric Le Play

Nous signalons la parution d’un ouvrage consacré à Frédéric Le Play, dont Alfred Mame était à la fois le disciple et l’éditeur:

Nouvel-Le-Play

Maguelone NOUVEL

Frédéric Le Play. Une réforme sociale sous le Second Empire

(préface de Geneviève Gavignaud-Fontaine).

Paris, Economica, Collection Économies et Sociétés contemporaines, 2009, 265 p.

Plus d’informations sur le site de l’équipe CRISES.

Journées d’études

Les 14 et 15 janvier 2010, deux journées d’études permettront de faire un point sur l’avancée des travaux autour de la maison Mame.

La journée du 14 janvier, intitulée Les Elites tourangelles à l’époque des Mame (XIXe siècle – début du XXe siècle), est organisée par le CERMAHVA (EA 4247). Contact : cermahva@univ-tours.fr

Julie d’ANDURAIN (Paris IV)
Le Général Henri Gouraud (1867-1946)

Claire MARCHAND (Tours)
Le Docteur Chaumier (1853-1931)

François TAUTY (Tours)
« Lex nostra, publica salus » : la Société médicale d’Indre-et-Loire au XIXe siècle

Nicolas RADUGUET (Tours)
Camille Chautemps, élu tourangeau de 1912 à 1928

Michel MANSON (Université Paris 13)
La valse tourangelle des trois « pères » : Balzac, Mame, Gouraud (1795-1815)

Robert BECK (Tours)
Un Centre de notabilité tourangelle : la Société Archéologique de Touraine, de 1840 au début des années 1870

La journée du vendredi 15 janvier est organisée par l’équipe ANR Mame (EA 2115, Histoire des repréentations), et s’intitule Mame : une littérature mineure ? entrée libre sur inscription: cecile.boulaire@univ-tours.fr

Il est de bon ton de suivre les réquisitoires que prononce l’éditeur parisien Pierre-Jules Hetzel à la fin du XIXe siècle, lorsqu’il vante les mérites des textes qu’il publie en les comparant à la «tisane littéraire» éditée par ses prédécesseurs catholiques provinciaux favorisés par les lois scolaires des années 1830-1850. Mais qu’en est-il exactement, sous l’angle littéraire, des textes et des auteurs publiés par la maison Mame au cours du XIXe siècle, et dans la première moitié du XXe siècle?

Matthieu LETOURNEUX (Université Paris X Ouest)
L’éditeur comme figure auctoriale.
En littérature pour la jeunesse, comme en littérature populaire, l’éditeur apparaît comme un maillon fondamental de la production du sens. Il peut agir en amont comme en aval de l’écrivain, et imposer, à travers son interprétation du texte, un nouveau pacte de lecture avec celui à qui il destine l’œuvre. Dès lors, on peut se demander si cette figure d’auctorialité ne pourrait pas laisser une place à une analyse littéraire qui ne se développerait plus au niveau de l’auteur, mais à celui de l’éditeur et des effets de sens sériels qu’il engendre. C’est cette question que nous voudrions nous poser à partir de la production de Mame et, en étendant nos réflexions, par-delà ce cas particulier, à l’édition pour la jeunesse.

Marie-Pierre LITAUDON (Université Rennes 2/ université François-Rabelais)
Dominique Dufêtre et la cause des bons livres. Quelques pistes d’approche d’un ‘évêque missionnaire’ hors norme
Le prêtre Dominique Dufêtre, vicaire général de l’évêché de Tours de 1824 à 1842, puis évêque de Nevers de 1843 à sa mort, a joué un rôle majeur dans la réussite commerciale de l’éditeur tourangeau Alfred Mame, en favorisant ses débuts et en contribuant à lui assurer jusqu’en 1860 un marché du livre d’éducation en rapide expansion.
Mgr Dufêtre est un homme d’une exceptionnelle envergure dont l’action se veut celle d’un « soldat de Dieu ». Son arme à l’endroit de la jeunesse réside dans l’éducation et le livre. Dans cette croisade, il se montre très tôt visionnaire. Son ambition, sa poigne de fer, ses qualités remarquables d’organisateur tout autant que de prédicateur, le hissent parmi les acteurs incontournables de la propagation de la foi. Mais il n’est pas seul à s’atteler à cette tâche. La Chartreuse de Lyon, au sein de laquelle il a suivi une formation de missionnaire, lui a permis de tisser un réseau de relations que réunit un même engagement religieux – proche parfois d’une forme de franc-maçonnerie – que la promotion hiérarchique permet plus tard de mettre en œuvre.
Nous proposerons ici quelques pistes d’approche de ce réseau pour cerner comment l’entreprise ‘missionnaire’ de Mgr Dufêtre a pu servir le destin de la maison Mame.

Olivia VOISIN (Doctorante Université Paris IV)
Mame et l’illustration (1830-1850) : des ambitions romantiques ?
Depuis les années 1815-1820, les éditeurs parisiens ont progressivement fait du livre un support mixte où l’illustration, en hors-texte ou en in-texte, développe des enjeux à la fois esthétiques et théoriques, avant d’apparaître à partir des années 1830 comme un atout commercial. Il s’agira d’étudier les choix iconographiques faits dans des éditions Mame des années 1830 à 1850 afin de définir tant le rôle donné à l’image au sein des ouvrages que la position que souhaite acquérir Mame dans le champ de l’édition.

Mathilde LÉVÊQUE    (Université Paris 13 Nord)
Mame en quête d’un genre nouveau? fiction, histoire et religion au temps de l’Algérie coloniale.
Dès les années 1830, l’Algérie fait son apparition dans le champ de la littérature pour la jeunesse. Coïncidence heureuse ou judicieuse intuition, c’est en 1836 que l’Algérie apparaît dans un récit pour la jeunesse édité par Mame, au moment même où commence à se mettre en place la Bibliothèque de la jeunesse chrétienne. Comment Mame fait-il entrer ce nouvel objet littéraire et culturel dans ses collections pour la jeunesse? Entre livres d’histoire, souvenirs réels ou inventés, récits de fiction très fortement marqués par le catholicisme, l’Algérie coloniale cherche sa place chez un éditeur qui semble comprendre la nécessité d’investir ce territoire tout en cherchant les modalités d’une écriture en train de s’inventer, l’écriture coloniale pour la jeunesse.

Clémence LEFAY (Etudiante en master. Université de Tours)
Hippolyte de Chavannes de la Giraudière: un auteur Mame.
Membre de la société d’agriculture d’Indre-et-Loire et lié à l’activité de sériculture qui se relance au XIXe siècle dans la région, Hippolyte Chavannes de la Giraudière écrit également pour l’éditeur Alfred Mame: vers 1840-1845, Chavannes commence à apporter sa contribution à la Bibliothèque de la Jeunesse Chrétienne.
Aux ouvrages de vulgarisation, notamment agricole, s’ajoutent de nombreux textes de fiction destinés à la jeunesse qui s’inscrivent dans le projet éducatif de la maison Mame. Dès lors, s’intégrant à ce projet d’ensemble, son oeuvre permet-elle néanmoins de distinguer une figure auctoriale sous-jacente?

Cécile BOULAIRE (Université de Tours)
Just-Jean-Etienne Roy: un modèle de polygraphe voué aux éditions Mame.
Né pendant la Révolution, professeur au collège de Pontlevoy dans les années 1830, Just-Jean-Etienne Roy est l’auteur de centaines de livres publiés chez Mame, mais aussi chez ses concurrents directs Lefort (Lille) et Ardant (Paris et Limoges). Il écrit par ailleurs sous une dizaine de pseudonymes, changeant d’identité lorsqu’il passe de la vulgarisation historique à la berquinade. Auteur et adaptateur prolifique, dissimulant son identité pour mieux laisser fonctionner la logique sérielle des collections et titres génériques, Roy est le prototype du polygraphe voué aux livres d’éducation d’obédience catholique, pendant le tiers central du XIXe siècle. Il s’agira ici d’étudier en détail la stratégie d’un auteur qui, sans se lier à un éditeur, Alfred Mame, épouse cependant la trajectoire ascendante de la maison tourangelle. A quoi ressemble la littérature lorsqu’on écrit dans ce contexte contraint de la librairie d’éducation, de l’institution catholique et d’un milieu local érudit et vigilant ?

Stéphane TASSI (Collège de Monts – Association des Amis des Livres)
Les « séries » Mame de 1914 à 1940 : ébauche historique,typologique et littéraire.
A partir de 1914, Mame renouvelle la dénomination de ses anciennes séries. En quoi les numéros qui s’affichent désormais en parallèle de la mention classique des différents formats se veulent-ils signes de modernité éditoriale? Comment reconstituer le catalogue Mame 1914-1940 à partir des données partielles qui subsistent de ces nouvelles séries numérotées? Quels choix de cartonnage et de brochage pour cette période? Comment caractériser les quelque 330 écrivains Mame  qui constituent ce catalogue de l’entre-deux guerres? Peut-on dégager de nouvelles thématiques dans ces séries qui perdureront jusqu’en 1940?